©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 11

 

Le château de Clavegris

 

De mauvaises nouvelles arrivent cependant d'Albanie où les parents de Florimont ont dû subir la colère de l'émir de Carthage (l'oncle du défunt géant Garganeus). Florimont monte une expédition qui rassemble ses alliés et ses anciens ennemis pour délivrer son père, le duc, et tous ceux que l'émir retient prisonniers dans son bastion africain de Clavegris [1].

 

 


CCLXIX

(11411-11436)

Li rois florimons fut mout saiges
Et mout lamoit toz li barnaiges
Or lot fortune bien assis
El plus halt de sa roe mis
Li petit et li grant lamoient
Por la bonte quan lui veoient
Per sa bonte per sa largesce
Fut il montez en grant hatesce
De tote la gent fut ameis
Et sa feme lamoit asseis
Li rois phelis ot sor lui mis
Toz les affaires del pais
Et des prisons et de la guerre
Fors que des rantes de la terre
De riens plus ne sentremetoit
Mai es fores se de(s)duisoit
Et as rivieres as oisiaus
Tote la force des chastiaus
Fist a roi florimont garnir
Il faissoit del tot son plaissir
Li rois florimons a sa guisse
Li faissoit del tot son servisse
Li roi qui en la prison sont
Ont apris del roi florimont
Tenir les puet ou delivrer
Or en covient a lui parler

Florimont fut un roi avisé,
Et son barnage l'aimait bien.
Dame Fortune lui sourit,
Et le porta au plus haut de sa roue.
Les petits et les grands l'aimaient,
Pour la bonté qu'ils voyaient en lui.
Pour sa bonté, pour sa largesse,
Il fut donné en exemple,
Et toute sa gent l'aimait ;
Et sa femme également.
Le roi Philippe lui a confié
Toutes les affaires du pays,
Le soin des captifs et de la guerre
Lui ne s'occupe plus de rien,
Sauf des rentes de la terre
Et de se promener en forêt,
Pour écouter le chant des oiseaux.
Il a confié au roi Florimont,
Le soin d'organiser la défense,
Et de tout gérer, selon son bon plaisir.
Florimont agit à sa guise,
Pour accomplir au mieux sa charge.
Quand les rois qui sont en prison,
Apprennent que le roi Florimont
Est le maître de leur sort,
Ils décident de lui parler.


 

CCLXX

(11437-11448)

Quamdiobras de la prison
Ot tramis a roi un baron
Le duc dandernople tramet
A roi florimont si promet
Que por lui et por ses trois rois
Donrait dor quatre fois son pois
Chascuns li ferait homenaige
En la cort davant son barnaige
Se hons estrainges li fait guerre
El mont nen ait si ferme terre
Que il ni puisse bien aler
Cil se welt a nos acorder

Camdiobras, de sa prison,
A confié au duc d'Andrinople,
Un message pour le roi.
Il lui promet de lui donner, pour prix
De sa liberté et de celle de ses trois rois,
Quatre fois son poids d'or :
"Et chacun lui fera hommage,
En sa cour devant son barnage.
Et si jamais il doit faire la guerre,
Il n'y aura terre si bien défendue
Dont il ne puisse s'emparer..."
S'il veut bien faire d'eux ses alliés.


 

CCLXXI

(11449-11486)

Li dus i vet isnelement
A roi ait conteit le present
Les homenaiges et lavoir
Que des quatre rois puet avoir
Il dist quil sen consilleroit
Et a son peire em parleroit
Et a toz ses atres barons
Puels lor manderoit le respons
Bien lor savrait le voir mander
Del tenir ou del delivrer
A toz les barons em parloit
Chascuns respont seu quil savoit
Quant il en ot a toz parle
Li rois phelis ait comande
Que il tot son voloir en fasce
Car a toz plaist mai ca lui plasce
Ou del tenir ou del laissier
Quant voit li rois que concillier
Ne le wellent cil que lai sont
A duc dandernople respont
Alez dites a roi dongrie
Que de lavoir ne quier je mie
Ainz de grei nel pris per usaige
Ne ranfus mie lomenaige
Lomenaige wel et samor
Et je li ferai tele honor
Que toz ses prisons avrait quites
De la moie par[t] le li dites
De lor que il me welt doner
Cel donrai ge lui sens peser
Jai ne serait mis em balance
Tant en i metrai per semblance
Que il en avrait mais assez
Se de moi welt estre privez
Et dites que je li otroi
Loial amor et bone foi
Se je la puis trover en lui
Boen amin serons ambedui

Le duc se rend aussitôt
Auprès de Florimont pour lui faire part
De la proposition du roi de Hongrie,
Et de ses alliés.
Florimont dit qu'il prendra conseil,
En parlera à son père,
Et à tous ses autres barons,
Puis qu'il donnera sa réponse.
Il leur fera alors savoir,
S'il les garde ou les délivre...
Il en parle à tous ses barons,
Chacun répond ce qu'il en pense.
Quand il en a parlé à tous,
Il interroge le roi Philippe qui lui dit
De faire ce que bon lui semble,
Et ce qui convient à tous,
Qu'il les garde ou les relâche !
Quand le roi voit que personne
Ne veut lui donner de conseil,
Il répond au duc d'Andrinople :
" Allez dire au roi de Hongrie
Que je ne veux pas de ses cadeaux,
Je n'en ai que faire.
Mais je ne refuse pas son hommage.
Je veux bien son hommage et son amitié.
Je lui ferai alors l'honneur,
De tous les libérer.
Dites-le lui de ma part.
Quant à l'or qu'il veut me donner,
Je lui en donnerai sans peser,
Sans avoir besoin de balance.
J'en mettrai une telle quantité,
Qu'il en aura bien assez,
S'il accepte de me faire confiance.
Et dites-lui que je lui offre,
Mon amitié loyale et ma bonne foi,
Et s'il fait de même,
Nous serons tous deux bons amis. "


 

CCLXXII

(11487-11510)

La parole ait mout bien oie
Li dus puels vet a roi dongrie
Tot en ordre il a conte
Seu que li rois li ait mande
Li rois dongrie sen mervelle
As atres le di(s)t et conselle
Quil nait si riche cuer el mont
Com il ait el duc florimont
Il ne quiert avoir mai honor
Mout avrons en lui boen signor
Nos ferons del lot son comant
A duc en ont fait son creant
Puels furent li roi delivre
Et li prison de la cyte
Tuit lie et tuit joiant sen vont
El palais a roi florimont
Les homenaiges font a roi
Cil de hongrie et puels li troi
Il lor tint bien lor covenant
Plus lor donait or et argent
Que il ne lor avoit promis
Et as prisons de lor pais
Fist doner a toz a vestir
Toz les prisons faissoit servir

Après avoir bien écouté la réponse,
Le duc se rend auprès du roi de Hongrie,
Pour lui expliquer,
Ce que Florimont vient de lui dire.
Le roi de Hongrie s'en étonne,
Et il confie aux autres sa conviction
Qu'il n'existe pas au monde,
Un homme aussi généreux que Florimont :
" Il n'est pas avide d'honneurs.
Nous aurons en lui un bon seigneur.
Nous ferons donc sa volonté. "
Ils ont donné leur accord au duc,
Et le roi fut délivré,
Ainsi que les autres prisonniers.
Tous se sont rendus joyeux,
Au palais du roi Florimont,
Pour lui faire leur hommage :
Le roi de Hongrie et les trois autres.
La promesse fut respectée,
De leur donner en abondance,
De l'or et de l'argent.
Puis le roi fit distribuer
Des vêtements
À tous les prisonniers.


 

CCLXXIII

(11511-11544)

Quant les ot delivrez li rois
Tant lor dona de bel hernois
Que por ce quil lor fist donor
Lamoient plus que lor signor
Quant se furent tuit acorde
Et li rois phelis ait parlé
Mout ait le jone roi proie
Per honor et per amistie
Qua roi de crete fascet paix
De se quil li dist ou palaix
Mout len prient tuit li baron
Il dist a roi jel vos perdon
Sire fet il vostre merci
Dor enavant serons ami
Or furent tuit joiant et lie
Em poc de tens seront irie
Mout iert joians toz li barnages
Quant el palais vint uns mesages
Tot droit sen vet a jone roi
Sire fet il entendez moi
De vostre terre sui venus
Li pais est toz comfondns
Car li amiras de cartaige
Ait tot ars et fondu lestaige
Vostre peire et si lait pris
Menei len ait en clavegris
En un chastel quil ait mout fort
Nus hons ne len puet faire tort
Et la duchoisse vostre meire
Fait tel dolor por vostre peire
Tote en est et lasce et chetive
Si ne la cuit pas trover vive
Sire por deu car i alez
Et vostre peire secorrez

Après les avoir délivrés,
Le roi leur fit de si beaux présents
Que, pour l'honneur qu'on leur fit,
Ils l'aimèrent plus que leur seigneur.
Quand tous se sont bien mis d'accord,
Et que le roi Philippe a parlé,
Le roi Florimont a formulé le souhait
Que, pour l'honneur et par amitié,
On fasse la paix avec le roi de Crète,
Quant à ce qui s'est dit au palais.
Les barons s'en font les émissaires.
Florimont dit au roi : " Je vous pardonne. "
L'autre répond : " Votre merci !
Dorénavant, nous serons amis. "
Ce fut la joie et l'allégresse,
Qui, hélas, ne devaient pas durer
Car, au milieu de la liesse,
Un messager vient d'arriver.
Il s'en va tout droit au jeune roi :
" Sire, fait-il, écoutez-moi !
J'arrive de votre terre ;
Le pays est sens dessus dessous,
Car l'émir de Carthage,
A tout brulé et ravagé.
Il a emmené votre père,
Pour le conduire à Clavegris,
Dans un château si bien fortifié,
Que personne ne peut l'attaquer.
Et la duchesse votre mère,
A tant souffert de ce malheur,
Qu'elle est bien lasse et maladive ;
On ne sait pas si elle va vivre.
Sire, pour Dieu, allez-y
Et secourez votre père ! "


 

CCLXXIV

(11545-11640)

Li jones rois fut mout iries
De ce quil ot fut toz chaingies
Mout so[s]pirait de cuer perfont
Toz moillies ot les eus del front
Sire ce dist li rois dongrie
De se ne vos esmaies mie
Jai ne nos pertirons de vos
Tant que li dus serait rescous
Jai ni avrait ne duc ne roi
Que chascuns nen i ast per soi
Vos poez avoir mout grant gent
Se li amirals vos atant
Faire li poez grant damaige
Et lui panre dedens cartaige
Quant nos avrons lamiral pris
Si le moenrons a clavegris
Davant le chastel soit pandus
Se li dus ne nos est randus
Li chastiaus est et boens et fors
De meir i est riches li pors
Sor une roche siet antive
Hate est et roste et naive
Sire mout est fors clavegris
Oez coment quil est assis
Magalon est lile nomee
Si tient de loing une jornee
Li chastiaus est asis en mer
Onques nus hons ne vit son peir
En une roche siet en halt
De nule part ne crient asalt
El mont nen ait arbelestier
Tant seust traire ne lancier
Que del pie trasist un bouson
Sus a la premiere closon
La meir[s] i bat que lenvirone
La roche clot et la closone
Plus fort ne vos estuet jai querre
Fors de la meir siet a la terre
Une atre roche un chastel
Ait desus mout fort et mout bel
Jai per enging ne serait pris
Cest la porte de clavegris
Grans tors i ait et grant mason
Et li portiers est mout fellon
Tant ait de rante li portiers
Tenir en puet .C. cheveliers
Mai il ait mout fellon resgart
Et si est mout de pute part
Ne(s) jai prisons ni enterra
Se il .C. besans dor nen a
Dor et dargent ait il assez
Si est fleubos apalez
Entre .II. chastel[s] ait un pont
Qui vet a clavegris amont
Desoz le pont est grans li onde
Et la meir[s] hate et perfonde
Li pons nest mie(s) voteis
Ainz est de cypre torneis
Et qui le chastel del portier
Porroit panre et angingnier
Puels que cil chastels seroit pris
Nen seroit moens fors clavegris
Et je vos wel dire por coi
Car a pont ait un grant desroi
Per tel enging est fais li pons
Que cil i venoit toz li mons
Passer les covient un et un
Li pons sen vet apres chascun
Et tuit cil qui a siecle sont
Ne poroient tenir le pont
Se plus de gent ierent selonc
Que il nen ait en tot le mont
Hons estrainges nen puet torner
Et se il welt avant aler
Soz la porte seroit ossis
Se il venoit en clavegris
Que il fust diluec eschapeis
Puels seroit il toz devoreis
Ne nus ne puet baissier le pont
Fors cil qui en clavegris sont
Sire mout engignousement
Fist li amirals sutilment
Davant en la roche naive
Une porte nus hons qui vive
Por tant que il estrainges soit
Sens morir nen i passeroit
La porte est pesans et lee
Sens fust de covre tresgetee
Le covre est trestoute masisse
Permi la roche couleisse
Per enging montet sus quant chiet
La roche fet trembler ou siet
Maint home estrainge(s) i ait mort
El mont nait enclume si fort
Quant chiet se il estoit desous
Que toz ne fust brisies et rous

Le jeune roi est bouleversé
Par ce qu'il entend.
Il soupire du plus profond de son être
Et ses yeux sont pleins de larmes.
" Sire, dit le roi de Hongrie,
Ne vous troublez pas !
Nous ne vous quitterons pas
Avant que le duc soit secouru.
Il n'y aura plus ni duc ni roi ;
On va tous se hâter à son secours.
Et vous aurez une foule de gens.
Si vous pouvez attraper l'émir
Et le capturer dans Carthage,
Il passera un mauvais moment.
Quand nous l'aurons fait prisonnier,
Nous le mènerons à Clavegris,
Pour le pendre devant le château,
Si le duc ne nous est rendu.
Le château est puissant et solide,
Desservi par un riche port.
Il est sis sur une roche
Haute, abrupte et sauvage.
Sire, c'est une vraie forteresse,
Écoutez comme il est construit.
Au bord d'une île nommée Magalon
[2],
Sise au large de la terre,
Le château est planté en mer.
On n'a jamais rien vu de pareil,
Juché au sommet d'un rocher.
Il ne craint aucun assaut ;
Il n'y a arbalétrier au monde,
Aussi habile soit-il,
Qui réussisse à tirer une flèche
Du pied de la falaise jusqu'au rempart.
La mer baigne toute la roche
Et l'entoure entièrement.
On ne saurait trouver plus fort !
À son côté, jaillit de la mer,
Sur un rocher, un autre château,
Très fort et très beau,
Qu'on ne saurait prendre par ruse :
C'est la porte de Clavegris.
Il y a là une grande tour et un bâtiment
Dont le portier est bien félon.
Il est si riche de ses rentes
Qu'il peut entretenir cent chevaliers.
C'est un mauvais au regard torve,
Qui est vraiment de pute part.
Il ne laisse entrer personne
Qui n'ait payé cent besants d'or,
Ce qui fait qu'il est bien riche !
On l'apppelle Fleubos.
Entre les deux châteaux, il y a un pont
Qui conduit à Clavegris,
Par-delà un grand précipice,
Sur une mer haute et profonde.
Le pont n'est pas jeté sur une arche,
Mais construit en bois de cyprés.
Et celui qui réussirait par ruse,
À s'emparer du château du portier,
Ne serait pas pour autant entré,
Dans le fort de Clavegris.
Et je vais vous dire pourquoi !
Le pont est ainsi construit,
D'une façon si ingénieuse,
Que, même s'il y vient toute une foule,
On n'y peut passer qu'un par un :
Le pont bascule après chacun.
Et aucune troupe, si nombreuse soit-elle,
Ne pourrait, en aucune façon,
Réussir à retenir le pont.
Un étranger à la forteresse
Qui le franchit ne peut s'en retourner,
Et s'il veut continuer d'avancer,
Il se verra écrasé par la porte.
Si jamais il y échappe,
Et qu'il réussit à pénétrer,
Il se fera alors dévorer par les lions !
Nul ne peut baisser le pont,
Sinon ceux qui sont dans Clavegris.
Sire, l'émir se montra bien ingénieux
En construisant si subtilement,
Sur un promontoire sauvage,
Une porte que personne au monde,
Pour peu qu'il n'y soit pas invité,
Ne peut franchir sans se faire tuer.
La porte est pesante et large,
Blindée d'une plaque
De cuivre massif,
Qui coulisse à travers le rocher,
À l'aide d'un contrepoids.
La roche tremble quand elle tombe,
Plus d'un étranger en est mort !
Aucune enclume n'est plus puissante :
Tout ce qui tombe dessous
Se voit brisé et rompu. "


 

CCLXXV

(11641-11702)

Entre la porte et lestaige
Ait .II. Iyeons fiers savaiges
Mout sont grant et fier li maufe
Ambedui sont encheaigne
Dous cheaignes chascuns dels porte
Les .II. serrent sus a la porte
Les .II. derier a un piler
Quil ne puent avant aler
Dous toises de la porte pres
Li Iyeon sont fel et angres
Quant il se wellent gesir jus
Les cheaignes en lievent sus
La porte si est enchantee
Et si rest si apparillee
Que se nus hons les fait iries
Quant il se sont levez em pies
La porte chiet per tel air
[Que] tote lile fait (il) fremir
Le cop puet on oir de loing
En la meir qui sen done soing
Et se nus hons i est antres
Estrainges qui ne soit privez
Et il ne soit mors a lantree
Ne puet avoir longue duree
Car puels que la porte i est close
Ne puet ovrir por nule chose
Sens les lyeons cil nest si os
Cil que serait leans enclos
Que il osest avant aler
Ne il ne sen puet retorner
Car se il welt monter amont
Per les .II. lieons qui i sont
Li covient aler et venir
A passaige lestuet morir
Jai tant ne serait grans ne gros
Quil i remaigne cu[i]r ne os
Tot le mainguent li lyeon
Cil gardent luis de la prison
La roche si est grans et lee
Soz les lyeons perfont chavee
Aval perfont soz les lyeons
Sont les loges et les masons
Onques de jor ni ot clarte
Se dient cil per verite
Que del chastel seivent bien lestre
Nen i ot pertus ne fenestre
Jai de jor ne de nuit sens f[e]u
Nen i vairait hons en nul leu
Lai met il les riches prison[s]
En la roche soz les lyeons
Cels quil ait per force conquis
Le roi de perce se mest vis
Qui eret peires vostre meire
I tient il pris et vostre peire
Il ne prist onques reanson
Dome quil tenist em prison
Qui fist le chastel mout fut saiges
Soz les lyeons ait trois estaiges
As premerains soz les lyeons
Ait grans sales et grans masons
Per tot sont li piler marbrin
Tuit furent ovre a or fin

Entre la porte et le bâtiment,
Se tiennent deux lions, fiers et sauvages :
Ils sont puissants et farouches, les diables !
Tous les deux sont attachés.
Chacun d'eux est lié à deux chaînes,
Qui le retiennent à un pilier
Encastré derrière la porte,
Si bien qu'ils ne peuvent avancer,
À moins de deux toises de la porte.
Les lions sont méchants et sauvages.
Quand ils sont calmes et restent couchés,
Le contrepoids lève la porte,
Qui reste ainsi, aussi longtemps
Que personne ne les dérange.
Mais si quelqu'un s'approche,
Et que les lions se redressent,
La porte tombe de telle façon
Qu'elle fait trembler toute l'île.
On entend le bruit de loin,
Sur la mer, pour qui écoute.
Et si jamais un inconnu
A réussi à pénétrer,
Sans se faire tuer à l'entrée,
Il ne saurait survivre longtemps.
Car dès lors que la porte est close,
On ne peut plus l'ouvrir,
Sans calmer les lions.
Et s'il n'ose pas avancer,
Celui qui vient ainsi d'entrer,
Ne peut pas non plus s'en retourner.
Car s'il veut monter plus loin,
Il lui faut traverser la cour
Où se trouvent les deux lions :
Au passage, il sera mort !
Quelque grand et gros qu'il soit,
Il n'en restera rien !
Il se fera manger par les lions,
Qui gardent l'huis de la prison.
Le rocher est vaste et large,
Il est creusé profondément.
Sous la pièce où se tiennent les lions,
On trouve logis et entrepôts
Que jamais la clarté du jour
N'atteint, selon ce que disent, en vérité,
Ceux qui ont vécu au château.
Il n'y a porte ni fenêtre ;
On n'y connaît ni jour, ni nuit,
Et, sans feu, on ne verrait rien en ce lieu.
C'est là, dans le rocher, sous les lions,
Que se trouvent les riches captifs,
Que l'émir a faits prisonniers.
Le roi de Perse, à mon avis,
Qui est le père de votre mère,
Doit s'y trouver, ainsi que votre père.
L'émir ne demande jamais de rançon
Des hommes qu'il tient dans sa prison.
Le château fut conçu de façon ingénieuse,
Car sous les lions, il y a trois étages.
Au premier étage, sous les lions,
Il y a de grandes salles et des chambres,
Décorées de piliers de marbre,
Rehaussés à l'or fin. "


 

CCLXXVI

(11703-11786)

Li amiras i fai(s)t ester
Sergens por le chastel garder
Vint en i ait je loi dire
Solimans est nomeis li sire(s)
Et desoz el moien estaige
Lai est la dame de quartaige
La fille a roi de nubie
On la nomet henemedie
Et sa fille olinpias
Se dient quil nest mie gas
Quil nait si bele en .C. pays
Cors ait bien fait et cler le vis
Si ait assez datres puceles
Et de cortoises et de beles
Cil estaiges est biaus et grans
Les chambres i furent per pans
De marbre vert et blanc et bis
Per tot i fut li ors assis
Et li amirals son tresor
I tient grant et dergent et dor
Desus a dairien estaige
Sont .XX. sergent que mout sont sage
Por lile garder et veoir
Mais il nont de feme pooir
Ne cil desor ne cil desoz
Car li amirals les fist toz
Por sa feme si atorner
Et por les puceles garder
El chastel ait mout grant deduit
Et mil arbres qui portent fruit
Entor le chastel sont plante
Mout i ait pain et vin et blef
Assez i ait et pain et vin
Li for i sont et li molin
Et cyternes dont lewe est froide
A pie desoz est la meir[s] roide
A port y vient datre pais
Plusors avoirs en clavegris
Alpatris en prent le paaige
De par lamiral de quartaige
Et gardet les atres chastiaus
En magalon ait mout de biaus
En clavegris nait il pooir
Mai a portier rent tot lavoir
En magalon ait grant plante
De vin et de char et de bleif
Les fores i sont por chassier
Les ewes douses por possier
Et li amirals de cartaige
I vient mainte fois a estaige
Sire voir il vos heit mout fort
Por son neveu que avez mort
Garganeum jai a nul jor
Ne croi mais que aies samor
Car il ne puet celui amer
Que riens li vodroit conquester
De vos se plaint ains quil remaigne
Est il bien drois que plus sen plaigne
Sire voir mout avrois grant gent
Car davant le tornoiement
Avoit chascuns sa cort mandee
Por le secours en sa contree
Jai nus nen iert contremandez
Mai le passaige atornez
Et mandez tot vostre pooir
Et por amins et por avoir
Quant vostre gent vendrait a nos
A grant honor serait rescous
Maltaquas li dus dalbanie
Sire ce dist li rois dongrie
Faites atorner le passaige
Si en alons droit a cartaige
Quant nos avrons lamiral pris
Si tornerons a clavegris
Ossirons le a grant torment
Se il les prisons ne nos rent
Et le boen chastel clavegris
Toz soit detranchies et ossis
Nelui ne vos estuet doter
Qui soit en terre ne en meir
Car il nen est nus hons en terre
Qui peust soffrir vostre guerre
Florimons ot le roi dongrie
Por la joie le duel oblie

" L'émir y fait séjourner ses sergents
Qui sont en garde du château.
Il y en a vingt, à ce que j'ai entendu dire.
Leur chef s'appelle Soliman.
En dessous, à l'étage du milieu,
Se trouve la dame de Carthage,
La fille du roi de Nubie,
Que l'on nomme Hénemédie,
Et sa fille Olympias.
On dit, de cette dernière, qu'il n'en est pas,
En cent pays, d'aussi belle.
Son corps est beau, son visage clair.
Il y a là beaucoup d'autres pucelles,
Et des courtoises et des belles.
Cet étage est beau et grand.
Les chambres y sont couvertes
De marbre vert, bis et blanc,
Et bien garnies de dorures.
C'est là que l'émir tient son trésor
Et ses richesses, l'argent et l'or.
Au sommet, au premier étage,
Se tiennent vingt sergents, bien avisés,
Chargés de surveiller l'île.
Mais ils n'ont pas de pouvoir
Sur les femmes, ni dessus, ni dessous,
Car l'émir les a tous faits châtrer
Et voués au service de sa femme,
Et à la garde de ses pucelles.
Dans le château, il fait bon vivre
Et mille arbres qui portent des fruits
Sont plantés tout autour.
Il y a abondance de vin, de pain et de blé.
Il ne manque pas de pain ni de vin.
Il y a des fours et des moulins,
Et des citernes dont l'eau est fraîche.
Au pied du rocher abrupt, on voit la mer.
Au port débarquent, de tous pays,
Maintes richesses en Clavegris.
Alpatris en perçoit le péage,
De par l'émir de Carthage
Dont il garde les autres châteaux :
En Magalon, il y en a de beaux.
Sur Clavegris, il n'a pas de pouvoir,
Car il verse les recettes au portier.
En Magalon, il y a abondance
De vin, de viande et de blé,
Des forêts pour chasser
Et des eaux douces pour pêcher.
L'émir de Carthage
Y vient souvent en villégiature.
Sire, il vous hait beaucoup
Parce que vous avez tué
Son neveu, Garganeus.
Et je ne crois pas
Qu'il vous pardonne jamais,
Car il ne supporte pas
Qu'on lui dispute quelque chose.
Il se plaint de vous et, à vrai dire,
Ça ne devrait pas s'arranger !
Sire, en vérité, vous disposez
D'une grande armée, car chacun,
Avant la bataille, avait rassemblé
Tous ses gens autour de soi.
Et personne ne s'en est retourné.
Préparez donc l'expédition
Et rassemblez toutes vos forces,
Vos amis et vos richesses.
Avec l'aide de tous ces gens,
Vous porterez secours, avec honneur,
À Mataquas, le duc d'Albanie.
Sire, dit le roi de Hongrie,
Faites préparer l'expédition !
Allons droit à Carthage.
Quand nous aurons capturé l'émir,
Nous nous rendrons à Clavegris
Où nous le mettrons à mort,
S'il refuse de nous livrer les prisonniers
Et la bonne forteresse de Clavegris :
Nous l'écorcherons, c'est bien sûr !
Nul ne saurait en douter !
Car il n'y a personne désormais
Qui soit capable de vous tenir tête ! "
Florimont écoute ravi
Ce que lui dit le roi de Hongrie.


 

CCLXXVII

(11787-11802)

Li rois li dist vostre merci
Car mout riche consoil ait ci
Sertes mout vos en sai boen gre
De seu que vos mavez conte
Tot serait fait a vostre guisse
Quant la parole fut emprisse
Li messaige vont a la mer
Les neis chargier et conreer
Mout les atornent belement
Pain et char et oile et forment
Vin et bescut i ot assez
Les hussiers ont bien atornez
Diague douce de foin davaigne
La marine estoit aiques plaigne
Des neis quant furent atornees
A .C. et .XI. son[t] ai[s]mees

" Merci à vous car vous me donnez là
Un bien riche conseil !
Et je vous en sais gré.
De tout ce que vous venez de me dire,
Il sera tenu compte, au plus près. "
Quant l'ordre leur en fut donné,
Les messagers se rendirent au port
Pour faire armer et charger les bateaux.
On les remplit judicieusement
De pain, de viande, huile et froment ;
Il y eut assez de vin et de biscuits.
On a bien chargé les galées
D'eau douce, de foin et d'avoine.
La plage en débordait de toute part.
On estima au nombre de cent onze
Les bateaux qu'on avait armés.


 

CCLXXVIII

(11803-11822)

Li rois florimons mout avoit
De cheveliers mais natendoit
Dafrique et de barbarie
Li venoit grant chevelerie
De turquie devers le co[i]ne
Et de crete et de coulo[i]ne
Et de la terre de rousie
Vienent pet meir a grant navie
Cil dongrie vienent per terre
Mout bien atornei sont de guerre
Li rois medons de[s]clabonie
Vint a son neveu por aie
.X. mile cheveliers armez
Li ait en secours amenez
Per hate meir de babilo[i]ne
En sont venut en masido[i]ne
Li rois celoc en ot mandez
.X. mile et phelipe envoiez
Son frere que de son pais
Le[s] li ot en grece tramis

Le roi Florimont a rassemblé
Toute une armée de chevaliers
Et n'en attend, désormais, pas plus.
Il lui en est venu, d'Afrique
Et de Barbarie et d'Iconium, en Turquie,
Et de Crète et de Cologne,
Et de la terre de Russie.
Certains l'ont rejoint par la mer,
Ceux de Hongrie sont venus par la terre.
Tous sont prêts à se battre.
Le roi Médon d'Esclavonie
Apporte son aide à son neveu,
À la tête de dix mille hommes
Qu'il amène à son secours.
Ils sont venus en Macédoine,
Par haute mer, de Babylone.
Le roi Seloc, lui aussi,
A mandé dix mille chevaliers
Qu'il a envoyés de son pays,
En Grèce, à son frère Philippe.


 

CCLXXIX

(11823-11838)

Li rois phelys voit le barnaige
Grant joie en ot en son coraige
Quant sont es plains dehors la vile
Si sont aisme a .III. C. mile
Sens sous a pie sont li arme
Des estrainges qui sont mande
Sens les riches dus qui i sont
I ot .VII. rois sens florimont
Li rois phelys fut viels et frais
Mout ot vescut et mains mals trais
Plus amoit le roi florimont
Que totes les choses del mont
Il di(s)t co lui irait por voir
FIorimons le fait remenoir
Et mout doucement lem pria
Li rois fist seu quil comanda

Quand le roi Philippe voit, dans la plaine,
La foule des barons et de leurs armées,
Il en éprouve une grande joie.
Il y a là trois cent mille hommes,
Sans compter la piétaille,
Qui sont venus de l'étranger.
En plus de tous les riches ducs,
On y voit sept rois, sans compter Florimont.
Le roi Philippe, encore jeune et frais
Quoiqu'il ait beaucoup vécu et supporté,
Aime son gendre, Florimont,
Plus que toute autre chose au monde.
Il lui dit qu'il souhaite l'accompagner.
Mais Florimont lui demande de rester
Et il l'en prie bien gentiment.
Le roi fit ce qu'on lui commanda.


 

CCLXXX

(11839-11880)

Florimons de lui congie prant
Et de la royne asimant
Et de sa feme qui le baisse
Tant com ele en puet avoir aisse
De li se part et prent congie
Mout furent bien apparillie
Li rois florimons aparelle
Son oire floquars li consoille
Dist li sire or escoutez
Ceste gent que vos si avez
Niront pas de droit a cartaige
Se vos en creez mon coraige
Quant vos movrez de cest pais
En irez droit a clavegris
Aiques loing del chastel metez
Toz les ussiers et les nez
Sire vostre gens est mout grans
Tot a guisse de marcheans
Les faites ester en la terre
Ne faites pas semblant de guerre
Et dites lor que por de(s)duit
Ne fassent pas noise ne bru[i]t
Se per grant enging ne son[t] pris
Jai ne sereis en clavegris
Floquars li ait lenging conte
Et li rois lait bien escoute
Il le li conte mout a mout
Li rois lait bien escouteit tot
Puels lor a dit signor alez
A vos neis si les aprestez
Il lor a se dit et proie
Et floquars les ait ensignies
Puels sen vont vers les neis tot droit
Ens sen antrent a grant esploit
Les neiz furent et grans et lees
Bien les truevent aparelees
De foin davoigne de conduit
Dewe douce a grant de(s)duit
Lievent les ancres et les voiles
Que mout furent de riches toiles
Nagent siglent a grant esploit
Vers clavegris tot le plus droit

Florimont prend congé de lui
Et de la reine également,
Et de sa femme qui le baise
Abondamment, tant qu'elle le peut.
Puis elle le quitte et prend congé.
L'expédition a été bien préparée.
Le roi Florimont a pris conseil
De son maître Floquart
Qui lui a dit : " Sire, écoutez-moi !
Les gens ici rassemblés
Ne doivent pas se rendre directement
À Carthage, si vous m'en croyez.
Mais, en quittant ce pays,
Allez tout droit à Clavegris !
Vous ferez mouiller vos bateaux
À quelque distance du château.
Sire, votre troupe est grande
Déguisez-la en commerçants !
Installez-les sur la terre ferme,
Comme s'il s'agissait de marchands.
Et dites-leur qu'ils se gardent bien
De faire du bruit comme des soudards.
Si vous n'y entrez par ruse,
Vous ne pourrez pas prendre Clavegris ! "
Floquart explique sa ruse
Au roi qui l'écoute attentivement.
Il lui raconte le tout patiemment
Et le roi retient bien ses conseils ;
Puis il dit : " Seigneurs, l'heure est venue
De rejoindre les bateaux. "
Il leur a dit de bien écouter
Ce que Floquart avait à leur dire.
Puis tous se sont dirigés vers la plage
Et ont embarqué vivement.
Les bateaux sont grands et larges.
On les trouve bien équipés
De foin, d'avoine, de nourriture,
Et d'eau douce à profusion.
Ils lèvent l'ancre et larguent les voiles
Qui étaient toutes de belle toile.
Ils voguent et siglent, à grandes journées,
Vers Clavegris, au plus serré.


 

CCLXXXI

(11881-11902)

Li amirals ne cuidoit pas
Que jai a sertes ne a gas
Que nus hons cadons fust en terre
Li osest jai comancier guerre
Ne dedens lile osest entrer
Por mal faire ne por rober
Ne(s) cil de lile asiment
Ne sen gardoient de noient
Por se furent plus deseu
Cil nag[i]erent a grant vertu
En magalon sont arive
Belement se sont aancre
Si que noisse ne brut ne font
Et la neif a roi florimon
Fut aiques pres de clavegris
Et li atre se furent mis
Une lue del chastel loing
Mai alpatris sen done soing
Les neis ait tres bien esgardees
Totes sont em paix arivees
Ne font de noisse tant ne quant
Cuidet que soient marcheant

L'émir n'aurait su imaginer,
Même en rêve,
Qu'aucun homme qui fût sur terre
Osât jamais lui faire la guerre,
Ni pénétrer dans son île,
Par effraction, pour le voler.
C'est pourquoi les habitants de Magalon
Ne se méfiaient de rien,
Et qu'ils se laissèrent surprendre !
La flotte de Florimont navigua au plus vite
Et arriva à destination, à Magalon.
Les bateaux ont mouillé l'ancre,
Discrètement, sans faire de bruit.
Et le bateau de Florimont
Mouilla tout près de Clavegris.
Les autres se sont installés
À une lieue du château.
Alpatris, suivant son usage,
Observe attentivement les bateaux.
Qu'il voit mouiller tranquillement,
Sans faire de bruit particulier ;
Il pense que ce sont des marchands.


 

CCLXXXII

(11903-11916)

Li rois Florimons sat a terre
Ne fist mie(s) semblant de guerre
De mal faire ne fist semblant
Mai a guisse de marcheant
Cest bien chasies et bien vestus
Il ne puet estre coneus
Per home de cele contree
Une chape avoit aflublee
Et en son chief mist un chapel
Onques nus hons ne vit si bel
Dor fut ovrez mout sutilment
Et valoit bien .C. mars dargent
Son palefroit li ont fors trait
Montez est el chastel sen vet

Le roi Florimont saute à terre ;
Il n'a pas l'air d'un homme de guerre,
Ni même capable d'un mauvais coup,
Mais bien d'être un simple marchand.
Il s'est bien chaussé et vêtu,
Il ne peut être reconnu,
Par aucun homme de cette contrée.
Il s'est enroulé d'une cape,
Et a mis sur sa tête un chapeau
Comme on n'en a jamais vu d'aussi beau,
Ouvragé d'or, subtilement,
Qui valait bien cent marcs d'argent.
Une fois son palefroi débarqué,
Il monte en selle et se dirige vers le château.


 

CCLXXXIII

(11917-11946)

Floquars vet a chascune neif
A toz lor ait dit et conte
Signor serjant sont quevoitous
Se il venoient si a nos
De lile ou de clavegris
Tot maintenant soient ossis
A trestoz les testes copeis
Toz mors les laissies ens es nez
Selui que gardet le chastel
Donrait mes sires son chapel
Por ce que ne soit afolez
Selui servez et honorez
Et cil le puet si amener
Toz les mors li faites mostrer
Lors avrait il mout grant paor
Et vos li faites tuit honor
Mout avrait grant paor de mort
Et grant joie cil en estort
Entre la paor quil avra
Et lonor que len li fera
Metrait consoil se mest vis
Coment nos avrons clavegris
Se nos ne lavons per celui
Ja mais ne lavrons per atrui
Se dient tuit assez puet estre
Boen conseil ait done li mestre
Nos ni avons foi ne amor
Puels que le peire mon signor
Tienent lasus malement pris
Drois est que tuit soient ossis

Floquart visite chaque bateau,
Pour expliquer la consigne :
" Les sergents sont cupides ;
S'ils descendent jusqu'ici,
De l'île ou de Clavegris,
Il faudra tous les tuer !
Il faudra leur couper la tête
Et garder les corps dans les bateaux.
Messire va donner son chapeau
Au châtelain de la forteresse,
Pour gagner sa confiance.
Recevez-le aimablement,
S'il réussit à l'amener jusqu'ici,
Et montrez-lui les cadavres !
Alors il aura peur, mais vous,
Soyez gentils, amadouez-le !
Il aura très peur de mourir
Et sera bien content s'il peut en réchapper.
Entre la peur qu'il éprouvera
Et les propositions qu'on lui fera,
Il choisira, à mon avis, de nous montrer
Comment on entre dans Clavegris.
Si nous ne réussissons pas à le convaincre,
Nous n'entrerons jamais dans la place ! "
Tous sont convaincus que le maître
Leur donne là un conseil avisé :
" Nous ne leur devons ni foi ni amour
Dès lors que le père de notre seigneur
Est prisonnier dans la forteresse.
On a le droit de tous les tuer ! "


 

CCLXXXIV

(11947-11986)

Li rois desus son palefroi
S'en vet soef per le gravoi
Tot droit sen vet vers clavegris
Alpatris ot .XX. sergens pris
Desus un destrier fut montez
Il ne vit pas totes les nez
Ester les vit paisiblement
Si ait fait il mout riche gent
Il ne font pas semblant de guerre
Marcheant sont destrainge terre
En surie wellent aler
Por vendre on por achater
As serjans dist alons veoir
Ses marcheans et lor avoir
Outre lusaige mon signor
Vos vodrai tant doner del lor
Que a toz jors en serons riche
Alpatris juret et afiche
Que se il i trovoit borjois
Vilain qui se feist cortois
Que riens li vosist demander
Boivre li feroit de la mer
De par lamiral de cartaige
Lor vet demander le paaige
Les .XX. sergens menait o soi
A tant ont encontre le roi
Li rois ne les salua mie
Mai alpatris fist grant folie
Mout durement sest irascus
Quant li rois nen est descendus
De son palefroit contre lui
Faire li cuidet grant anui
Davant a la goule le prent
Se li a dit iriement
Mout me faites grant desonor
Ne me teneis pas por signor
Quant contre moi ne dessendez
Por le grant avoir que portez
Iestes contre nos orguillous
Vos parlerez ancui a nos

Le roi, droit sur son palefroi,
Chevauche tranquillement sur la grève,
Il s'en va vers Clavegris.
Alpatris a rassemblé vingt sergents
Puis il est monté sur son destrier.
Il n'a pas encore vu tous les bateaux
Mais il voit ceux qui mouillent paisibles.
" Il y a, ici, de riches gens, dit-il,
Qui n'ont pas l'air de gens de guerre.
Ils sont marchands, venus d'ailleurs,
Et veulent, sans doute, se rendre en Syrie
Pour y vendre ou pour acheter. "
À ses sergents, il dit : " Allons voir
Ces marchands et leurs marchandises.
Outre l'impôt de mon seigneur,
On pourrait bien trouver chez eux tant d'or
Que pour toujours on serait riches ! "
Alpatris affirme et jure
Que si jamais il croise un bourgeois,
Un vilain qui se croit courtois,
Qui ose lui demander quelque chose,
Il lui fera boire l'eau de la mer.
Au nom de l'émir de Carthage,
Il va leur faire payer le péage.
Il emmène vingt sergents avec lui.
C'est alors qu'ils croisent le roi.
Comme le roi ne les salue pas
Alapatris se met en colère.
Il se fâche vivement
Que le roi ne soit pas descendu
De son palefroi, à son approche.
Il veut lui faire un mauvais sort.
Il le prend à la gorge
Et lui dit violemment :
" Vous refusez de me rendre honneur,
Vous ne me tenez pas pour seigneur,
À ne pas vouloir descendre de cheval !
C'est parce que vous êtes riche
Que vous nous traitez de haut !
Mais on en reparlera ! "


 

CCLXXXV

(11987-12086)

Li rois li respont simplement
Sire se jel fis folement
De lavoir gi aie damaige
Et ne me faites plus dontaige
Sire de mon avoir prenez
Cist marcheant que vos veez
Mavoient si a vos tramis
Por les usaiges del pais
Vos me faites mal a grant tort
Cil mercheant que sont a port
Mapalent mainte fois signor
Por ce que il me font honor
Se mest avis de latre gent
Que il le fassent asiment
Por ce nestoie dessendus
Contre vos mals men est venus
Car per orguel ou per folie
Quiert on en tel leu signorie
Ou on truevet plus fort de soi
Grans mals len vient si com fet moi
Jen ai si mout grant honte pris
Ancor me volez faire pis
Puels que jen ai reseu lait
Prenez mon avoir cil vos plaist
Que mal me fait selonc la loi
Je ne li doi amor ne foi
Na lui ne a ses compaignons
Dist alpatris selonc raison
Mai se seu disies por nos
Por un mal an av(e)ries dous
Sire fait il por moi le di[s]
Pies ait que tant donte ne pris
Mai se a port venir volez
Plus de compaignons amenez
Les neiz conterez une a une
Un serjent metez en chascune
Et cil vos en die le voir
Et rende comp[t]e de lavoir
Se plus nen i venoit o vos
En la neif sont mout orguillous
Cil bacheler de tez i a
Qui a droit ne les contera
Mout tost les vairies irestre
Grant mals em poroit apres nestre
Alpatris respont per ma foi
Ju en moenrai assez o moi
Tuit i eront por gueaignier
Il vient a chastel del portier
Toz les sergens en ait menez
Sous del chastel ait demandez
Qui sont en clavegris amont
Solimans fist baissier le pont
Permi la porte des lyeons
En mena toz ses compaignons
A solimant en vienent jus
Ainz ni remeist el chastel sus
Mai sous el dairien estaige
Et li portier[s] vers lor damaige
Sen vont tuit lie et tuit joiant
Et alpatris aloit davant
Quant solimans vit le chapel
Cest cil qui gardet le chastel
Si dist a roi ou fut trovez
Cil boens chape[l]s que vos portez
Vodries en vos avoir prendre
Non fet li rois nel wel pas vendre
Je laportai de mon pais
Sire gardez vos clavegris
Oil fet il et je vos don
Mon chapel mai boen gueredon
Men rendez se il mest mestiers
Et il respont mout volontiers
Alpatris ne fut mie bel
Quant il vit doner le chapel
Quant il ne lot davant eu
Fait alpatris bien ai veu
Que de vilain non a on bien
Fors cil quel tient vil come chien
Le chapel donait solimant
Car je li fis honte davant
Et por ce que de moi le gar(s)t
Mai jen avrai ancor ma part
Nest mies ancor eschapez
A tant sont venut a lor nez
Alpatris ait laissiet davant
En la premiere solimant
Por ce li ait lessiet et mis
Que fu[s]t plus pres de clavegris
Cele fut florimont le roi
Bien le veloit avoir o soi
Puels ait ses sorjans alpatris
Permi les neiz toz depertis
Un ou .II. en mist en chascune
Les neis serchoient une a une
Li rois lor dist alez amont
Ou les dairienes nez sont
Lai troverez a grant plante
Or et argent et richetez
Chevalx et dras et palefrois
Nos avons mout de bel hernois

Le roi lui répond simplement :
" Sire, si je me suis mal comporté,
Croyez bien que je le regrette !
Renoncez à m'humilier
Et acceptez que je vous dédommage !
Ces marchands que vous voyez
M'adressent à vous pour se mettre
En règle avec les usages du pays.
Vous me maltraitez à grand tort,
Car les marchands qui sont au port
M'appellent souvent leur seigneur.
Comme ils m'en font l'honneur
Il m'arrive de penser
Que les autres pourraient le faire également.
C'est pour cette raison que je ne suis pas
Descendu de cheval, devant vous ;
Car, par orgueil ou par folie,
On cherche parfois seigneurie
Là où on trouve plus fort que soi.
Il s'ensuit alors des désagréments,
Comme la honte que je ressens ;
Et vous voulez me faire pire encore !
Puisque je suis le responsable,
Prenez donc ce que je possède !
À qui me fait du mal, selon la loi,
Je ne dois ni amour, ni foi,
Ni à lui, ni à ses compagnons. "
Alpatris dit alors : " C'est bien vrai !
Mais, au cas où vous diriez cela pour nous,
Pour un mal vous en auriez deux !
– Sire, répond le roi, je dis cela pour moi :
Cela me vaut beaucoup de honte !
Mais si vous voulez venir au port,
Allez chercher plus de sergents
Pour inspecter tous les bateaux.
Vous en mettrez un sur chacun,
Ce qui vous permettra
De prendre connaissance de la cargaison.
Mais n'en mettez pas plus,
Car, sur les bateaux, ils sont chatouilleux,
Et il y a parmi eux des bacheliers
Qui ne savent pas très bien compter !
Ils pourraient alors se mettre en colère,
Et provoquer beaucoup de désordre. "
Alpatris répond : " Par ma foi,
J'en emmènerai assez
Pour que tout le monde soit satisfait. "
Il s'en va alors au château du portier,
Accompagné de ses sergents ;
Il fait appeler ceux du château,
La garnison de Clavegris.
Soliman fait baisser le pont
Et, par la porte des lions,
Il fait sortir tous ses compagnons.
Quand tous l'ont rejoint,
Il ne reste plus au château
Que ceux du dernier étage et le portier.
Ils s'en vont, joyeux, vers leur perte,
En riant et en plaisantant :
Et Alpatris va devant.
Quand Soliman voit le chapeau
—C'est le châtelain de la place—
Il dit au roi : " Où l'avez-vous trouvé
Ce beau chapeau que vous portez ?
Voudriez-vous me le vendre ?
– Non, fait le roi, je ne veux pas le vendre
Je l'ai apporté de mon pays ;
Es-tu châtelain de Clavegris ?
– Oui, dit l'autre. – Je veux bien te donner
Mon chapeau si, plus tard, à l'occasion,
Tu veux bien me rendre un service. "
Et l'autre répond : " Bien volontiers ! "
Alpatris fait la grimace,
Quand il voit donner le chapeau,
De ne pas l'avoir eu pour lui.
" J'ai bien vu, fait-il, que ce drôle
Mérite certes le nom de vilain,
À se comporter ainsi, comme un chien !
Il donne son chapeau à Soliman,
Car je l'ai vexé en lui faisant honte ;
C'est pourquoi il ne me l'a pas donné,
Mais j'en aurai encore ma part !
Il ne m'a pas encore échappé. "
Ils arrivent alors aux bateaux.
Alpatris laisse Soliman passer devant
Et monter sur la première embarcation,
Car elle est la plus proche
De Clavegris.
C'est le bateau du roi Florimont,
À qui cela convient tout à fait.
Puis Alpatris répartit ses hommes
Parmi les autres bateaux,
Un ou deux sur chacun.
Ils les visitent l'un après l'autre.
Le roi leur dit : " Allez plus loin !
Là où sont les derniers.
Vous y trouverez quantité
D'or et d'argent, et de richesses,
Chevaux, draps et palefrois.
Et nous avons de beaux harnois. "


 

CCLXXXVI

(12087-12106)

Alpatris lot joiousement
Vet a sa mort isnelement
Vint a la neif le roi de sie
Que la parole avoit oie
Del roi cui il avoit fet honte
Alpatris en la neif sen monte
Li dus le prist per le grenon
Et per la barbe del menton
Se li a dit fils a putain(s)
Mavais lichieres et vilains
A vostre damaige venez
Quant le millor roi qui soit nez
Osestes a la goule panre
Le gueredon vos doit on rendre
Il menoit .II. sorjens o soi
En la neif furent mort tuit troi
Uns de[s] serjans les testes prent
(Et) totes les atres asiment
Cont ossis per totes les nez
Puels les ont solimant mostrez

Alpatris, qui jubile de ce qu'il entend,
Se précipite vers sa mort.
Il monte sur le bateau du roi de Sye
Qui a bien entendu ce que l'autre a dit
Au roi Florimont, pour lui faire honte.
Quand Alpatris pénètre dans la nef.
Le duc le prend par le cou,
Et par la barbe du menton.
Puis il lui dit : " Fils à putain !
Voyou, vilain ! Tu viens là
Pour ton malheur !
Toi qui as osé saisir au cou
Le meilleur roi qui soit au monde !
On doit te rendre la monnaie. "
Alpatris et ses deux hommes
Sont, aussitôt, tous trois occis.
Un des sergents emporte les têtes
Et, de tous les autres bateaux également,
On sort les têtes des sergents morts
Qu'on dépose devant Soliman.


 

CCLXXXVII

(12107-12150)

Li rois i menait Solimant
Et alpatris li mist davant
Quant solimans vit que a port
Ierent tuit sui compaignon mort
Nest merveile cil ot paor
Tuit li faissoient grant honor
Mai seu li fist mout grant anui
Quatre serjans v(o)it davant lui
Chascuns tint un coutel dacier
Semblant font de lui escorchier
Floquars i parla por le roi
Dist solimant entent a moi
Seis tu qui cist mercheant sont
Cest la gent a roi florimont
Qui si ait .VII. rois amenez
Datres barons i ait assez
Por son peire que si tient pris
Li amirals en clavegris
Arrivei sont en ceste terre
Mai ne font pas semblant de guerre
Por desevoir sous del chastel
Li rois te donait son chapel
Tu len promeis gueredon
Il le te quiert selonc raison
Que tu li randes clavegris
Ou orendroit serais ossis
Se tu li rans bien honorez
Serais toz jors et essausez
Solimans ot oit floquart
Et vit le roi de latre part
A roi a dit oez biaus sire
Escoutez seu que vos wel dire
Bien voi que por ce mavez pris
Que je vos rende clavegris
Jai nen ferai mon signor tort
Por paor que jaie de mort
Ossire me poez ou pandre
Que je nel vos porroie randre
Veez me si pres del juysse
Nel rendroie por nul(l)e guisse
Et nonporquant a mon signor
Doi ge poc de foi et damor
Et si vos doi dire por coi
Oez le tort quil ait de moi

Le roi a conduit Soliman
Devant le corps d'Alpatris.
Quand Soliman comprend
Que tous ses compagnons sont morts,
On ne saurait s'étonner qu'il ait peur !
On le traite pourtant avec beaucoup d'égard
Mais ce qui l'impressionne vraiment,
C'est de voir quatre sergents brandir,
Sous son nez, des couteaux d'acier
Et faire mine de l'écorcher.
Floquart prend alors la parole, pour le roi,
Et dit : " Soliman, écoute-moi !
Sais-tu qui sont tous ces marchands ?
Ce sont les gens du roi Florimont !
Il est venu ici, en compagnie de sept rois
Et de bien d'autres barons, pour délivrer
Son père qui a été fait prisonnier
Par l'émir et se trouve en Clavegris.
Ils ont abordé cette terre,
En se déguisant en marchands,
Pour tromper ceux du château.
Le roi t'a donné son chapeau
Contre la promesse de ton aide.
Et c'est pourquoi il te demande,
Que tu lui remettes Clavegris,
Ce sans quoi, tu seras occis.
Mais si tu acceptes, on t'en saura gré ;
Tu t'en sortiras avec les honneurs. "
Soliman entend bien ce que lui dit Floquart,
Tout en regardant le roi devant lui.
Au roi, il dit : " Oyez, beau sire !
Écoutez ce que je vais vous dire.
Je vois bien que vous m'avez capturé
Pour que je vous rende Clavegris.
Je n'en ferai pas le tort à mon seigneur,
Même si j'ai peur de la mort.
Vous pouvez me tuer ou me pendre
Sans pour autant que je vous le rende !
Vous me voyez si près du juge
Que je ne le rendrai en aucun cas,
Et surtout pas à mon seigneur
À qui je ne dois ni foi ni amour !
Et je vais vous dire pourquoi :
Sachez le mal qu'il m'a fait subir. "


 

CCLXXXVIII

(12151-12178)

Dui freres fumes fil dun conte
Et mes sires nos fist tel honte
Que il nos fist deseriter
Et sa feme me fait garder
Mai mes freres fut mors de duel
Asi fuisse je jai mon wel
Car mes peires ses hons estoit
Et sa terre de lui tenoit
Ains mon signor riens ne meffist
Et sens defiement le prist
Quil volt avoir son eritage
Pris len amenait en quartaige
Morir le fist en sa prison
Nains de seu ne me quist perdon
Fait len eusse grant anui
Se jeusse troveit a cui
Je men osesse apoier
Home qui losest guerroier
Mai il ne cuidet que soit nez
Cil hons per cui il soit grevez
Sire je li fi(l)s homenaige
Tot estre grei de mon coraige
Por la feate que li fi(l)s
Mait il comandeit clavegris
Mai je voi bien quil men mescroit
A portier dist que jai ne soit
Si herdis que jai mi laist metre
Home ne atre fors trametre

" Moi et mon frère, fils de comte,
Fûmes par lui lâchement humiliés,
Car notre seigneur nous fit châtrer,
Pour nous confier la garde de sa femme !
Mon frère en est mort de honte,
Que ne le suis-je moi aussi !
Notre père était son homme
Et tenait sa terre de lui.
Il n'avait rien à se reprocher
Mais il se vit arrêter soudain,
Car on voulait son héritage.
On le fit conduire à Carthage
Où il mourut dans sa prison.
J'aurais bien voulu me venger,
Et faire payer ce lâche forfait,
Si seulement j'avais pu trouver
Quelqu'un pour me soutenir,
Un homme pour lui faire la guerre.
Mais je crois bien qu'il n'est pas né
Celui qui pourrait l'abattre !
Je lui fis donc soumission,
Malgré que j'en eusse.
Pour l'hommage que je lui fis,
Il me confia Clavegris.
Mais je sais bien qu'il se méfie de moi,
Car il a dit au portier de surveiller
Étroitement les allées et venues
De mes hommes."


 

CCLXXXIX

(12179-12200)

Sire le voir avez oi
Et selonc seu que je vos di
Jugies a droit que vos est vis
Se je doi rendre clavegris
Esgardez i bien mon damaige
La feate et lomenaige
Et leritaige que il prist
De mon peire que il ossist
Et de mon freire asiment
Esgardez sire loiament
Le droit mon signor et le tort
Et por moi eschapeir de mort
Se jel puis rendre per raison
Que je ne fasce mesprison
Jel vos rendrai mout volontiers
Orendroit men faites jugier
Et dire droit selonc la loi
Se le chastel rendre vos doi
Nel vos rendroie por nul plait
Por tant que jen feisse lait
Muels ain ge a honor morir
Que a honte toz jors guerir

" Seigneur, ce que je vous dis
Est la vérité. Jugez-en, selon le droit
Et dites-moi, selon votre avis,
Si je dois rendre Clavegris.
Considérez ce que j'ai subi,
Ma loyauté et mon hommage,
Et l'héritage qu'il a saisi
De mon père qu'il a tué,
Et de mon frère également.
Appréciez, sire, en justice,
Le droit de mon seigneur et ses torts,
Et mon droit aussi d'échapper à la mort.
Si je puis céder la forteresse
Sans manquer à l'honneur,
Je vous la remettrai bien volontiers.
Ici même, je vous en fais juge,
Dites-moi, selon la loi et le droit,
Si je peux vous céder le château.
Sinon je ne le rendrai pas,
Quitte à poursuivre la querelle.
Je préfère mourir dans l'honneur
Que survivre dans la honte. "


 

CCXC

(12201-12232)

Li rois escoutet bien et oit
Iseu que solimans dissoit
Que del chastel ne ferait tort
Son signor por paor de mort
Se faire nel puet loiament
Oir en welt le jugement
Li rois les en ait tos proies
De solimant qu'il soit jugies
En la neif est li dus de sye
Li rois de crete cil dongrie
Cil dafrique cil de coulo[i]ne
Davant le roi de macydo[i]ne
Floquars est venus a consoil
Sire fait il mout me mervoil
De seu que vos tant demorez
Se atre consoil nen prenez
Et vos iestes si coneus
Le chastel avrez si perdu
Que ja mais tant com vis soies
Navrois en clavegris les pies
Mai faites seu que je vos pri
Et escoutez seu que je di
Faites toz les mors de[s]poillier
Et puels faites apparillier
Et vestir de lor vestimens
Tant com il sont de nostre gent
Puels les en faites fors aler
Et de(s)dure joste la mer
Li uns dels por(s)t le boen chapel
Quant les vairont cil del chastel
Cuideront quil soient des lor
De la manie lor signor

Le roi écoute et entend bien
Tout ce que lui dit Soliman.
La peur de mourir ne le poussera pas
À déposséder son seigneur du château,
S'il ne peut le faire loyalement.
Il veut qu'on lui dise le droit.
Le roi alors prie ses alliés
De bien vouloir juger Soliman.
Il y a là, dans le bateau, le duc de Sye,
Les rois de Crète et de Hongrie
Et ceux d'Afrique et de Cologne.
Devant le roi de Macédoine,
Floquart prend alors la parole :
" Sire, fait-il, je m'étonne
Que vous tardiez tant à agir.
Si vous ne réagissez pas rapidement,
Et qu'on découvre qui vous êtes,
Le château sera perdu pour vous,
Tant et si bien que jamais
Vous ne mettrez les pieds dans Clavegris.
Faites donc ce dont je vous prie
Et écoutez ce que je vous dis :
Faites dépouiller tous les cadavres
Puis faites habiller vos gens
De leurs vêtements,
Comme si c'étaient les leurs.
Enfin faites-les sortir
Et s'agiter au bord de l'eau :
L'un d'eux portera votre beau chapeau.
Quand ceux du château les verront,
Ils penseront qu'ils sont des leurs,
Ceux de la troupe de leur seigneur. "


 

CCXCI

(12233-12252)

Entrels dient floquars di(s)t voir
S[e]u est consous de grant savoir
Li mort furent tuit despoillie
Et lor serjent apparillie
De lor garnemens et vestu
Hors de la meir sen sont issu
Mout orent hidous vestimens
Tuit li plusor furent senglant
Permi ses neis vienen[t] et vont
Bien semblent isels que mort sont
Et quant voient cil del chastel
Et lor sergens et le chapel
Dient que s[e]u est solymans
Que vet veoir les marcheans
Avoir aporterait assez
Que li serait ancui donez
Mout lor poiset co lui ne sont
Cil qui furent remeis amont
Ne savoient pas son anui
Mai bien vosissent estre o lui

Tous approuvent : " Floquart a raison,
Son conseil est sage ! "
Les cadavres sont alors dépouillés
De leurs habits et équipements
Dont on revêt les hommes du roi.
Puis ces derniers quittent les bateaux,
Couverts des vêtements souillés,
Maculés du sang des victimes.
Ils vont et viennent au bord de l'eau
Et ressemblent bien à ceux qui sont morts.
Quand ceux du château les aperçoivent,
Ils les reconnaissent pour leurs hommes
Et distinguent le chapeau de Soliman
Qui est allé voir les marchands,
Et qui doit revenir chargé de richesses
Qu'il leur distribuera.
Ils regrettent de ne pas l'avoir accompagné
Quand il est descendu du rocher.
Loin de deviner qu'il est prisonnier
Ils aimeraient bien être à ses côtés.


 

CCXCII

(12253-12290)

En la neif sont a jugement
Et solymans qui les atent
Li rois florimons a toz prie
Que chascuns son semblant en die
Li rois welt que parle en soit
Per acordance ou per droit
Et con fascet hastivement
De solyman[t] le jugement
De seu quil ont oi de lui
De son signor et de lanui
Que il li ait fait et del tort
De son peire quil li ait mort
Li rois de crete dist por voir
On nel puet jugier selon droit
Bien nos ait mostre son anui
Mai hons ne respont contre lui
Et qui puelt faire jugement
Sens respondre dencorpement
Mais seu en dirai solymant
Quil men est avis per semblant
Nos avons bien oit le tort
De son peire con li a mort
Et quant li ot ossis son peire
Puels afola lui et son frere
Et de la folement ossist
Son frere et sa terre prist
Mai puels li fist li homenaige
Se davant li feist damaige
Bien li peust faire per droit
Quant en sa feate le croit
En son chastel se mest avis
Quil ne puet randre clavegris
Se vers son signor ne meffait
Mai por itant quil ne prent plait
Davoir se por guerir de mort
Le rent ne fait mies grant tort
Mai ades le fait malement
Cil le rent sens deffiement

Le tribunal se réunit dans le bateau
Tandis que Soliman en attend le verdict.
Le roi Florimont demande à chacun
De donner son opinion.
Le roi veut qu'on s'exprime,
À l'amiable ou selon le droit,
Et qu'on procède au plus vite
Au jugement de Soliman ;
Qu'on fasse droit de ce qu'il a dit
De son seigneur et des dommages
Des torts qu'il a subis de sa part,
Et de son père qui en est mort.
Le roi de Crète dit :
" En vérité, on ne peut juger selon le droit.
Il nous a fait part de son préjudice
Mais personne ne se porte contre lui !
Comment peut-on juger
Sans personne pour requérir ?
Je dirai quand même
Que, de toute évidence,
Soliman a subi le dommage
De l'assassinat de son père.
Et quand son père a été tué,
Lui et son frère ont été mutilés,
—Ce dont son frère est mort—
Et que sa terre fut confisquée,
Et qu'ensuite il est devenu le vassal
Du responsable de tous ses maux.
On peut certes lui donner acte
Qu'il fut fidèle à son serment !
Quant au château, il m'est avis
Qu'il ne peut nous le céder,
Sans dénoncer son allégeance.
Mais pour autant qu'il ne le fasse pas,
Du fait qu'il subit une menace de mort,
Sa reddition n'est pas coupable !
Il reste néanmoins préférable
Qu'il procède à la dénonciation ! "


 

CCXCIII

(12291-12312)

Ce dist li rois de barbarie
La parole avez bien oie
Ne lavez pas bien entendue
Ne(s) selonc la loi porveue
Li amirals son peire prist
Et sens defiement locist
Et son frere ossist asiment
Tot seu fist sens defiement
Lui afola son eritaige
Li tot puels li fist homenaige
Estre son voloir et son gre
Quant a lui nen iert acordez
Li amiras folie fist
Quant il en son chastel le mist
Et son pere li avoit mort
Cist ne fait mies mout grant tort
Se il li peoit faire anui
Sens defier quil le fist lui
Cil que premiers ronpit la foi
C'il ne lamendet selonc loi
De celui doit avoir regart
Cui il fist le tort datre part

Le roi de Barbarie s'exprime alors :
" Vous avez écouté son témoignage
Mais vous n'avez peut-être pas saisi
Toute l'implication de la procédure.
L'émir s'est emparé de son père
Et l'a tué sans autre manière,
Et son frère également,
Le tout sans aucun argument.
Il le prive de postérité
Puis il en fait son vassal
Et le soumet, à son corps défendant.
Comme saisi par la folie,
Et sans lui demander son avis,
L'émir décide alors de l'installer
Dans son château alors qu'il a tué son père !
On peut difficilement lui faire grief,
Dans ces conditions, de causer quelque
Désagrément à son seigneur,
Même sans le prévenir ! C'est bien celui
Qui le premier a rompu le contrat,
Qui, selon la loi, doit fournir réparation
À celui à qui il a fait du tort. "


 

CCXCIV

(12313-12334)

Signor ce dist li rois del co[i]ne
Bien seit li rois de macidoine
Que cil vers son home mesprent
Nel doit pas por ce malement
Icil engignier ne trair
Son signor doit on bien soffrir
Que mal li fait sens defier
Ades le[n] puet on encorper
Oit avons de solymant
Seu quil met son signor davant
Et sa perde et son anui
Nos ne poons savoir de lui
Quil li vodroit encontre dire
Mai li amirals est ses sire(s)
Et son chastel li ait rendu
Et sor sa fiance creu
Cil li tot sens defiement
Et a ses anemins le rent
De lait ne len puet on covrir
Mai quan eschaper de morir
Nen est mies li tors si grans
Se le chastel rent solymans

" Mes seigneurs, dit le roi d'Iconium,
Le roi de Macédoine sait bien
Que même s'il maltraite son homme,
L'autre ne doit pas pour autant
Le tromper ni le trahir.
On doit supporter le mal que fait
Son seigneur sans le défier.
Ensuite on peut l'accuser.
Nous avons ouï de Soliman
Ce qu'il reproche à son seigneur :
Son deuil et son malheur.
Nous ne pouvons connaître
Ce que l'autre voudrait répondre.
Mais l'émir est son seigneur :
Il lui a donné son château,
Et confié sa compagne.
S'il en use sans autre manière
Et les livre à ses ennemis
On ne peut lui en faire le reproche
Car c'est pour échapper à la mort.
Le tort n'est pas si grand
Si Soliman livre le château. "


 

CCXCV

(12335-12404)

Signor ce dist li rois dongrie
Ceste parole soit oie
Nos avons si trop demore
Ne seit chascuns de verite
Que tant de foi et tant damor
Com li hons doit a son signor
Doit li sires avoir vers lui
Se a son home fait anui
Tel com est de deseriter
Ou dosire sens defier
Puels est la fiance ronpue
Ceste raisons est bien seue
Qui puet amender home mort
Ne droit faire de si grant tort
Chascuns de vos puet bien savoir
Qui a home tot son avoir
Se cil meismes ne li rant
Ou atant datre per vaillant
Que il ne li puet amender
Se cil ne li welt perdoner
Et que pie ou poing ait cope
Menbre tot ou home tue
Coment en puet faire ranson
Se cil qui pert nen fait perdon
Solymans ait itant perdu
Quil ne li puet estre rendu
Son peire et son frere mort
Ses sires li fist tot cest tort
Puels li fist de son cors damaige
Et se li tot son heritaige
Ains de tot seu pardon ne quist
Et puels qu'il amende nen fist
Entre seu quil li fist de tort
Et seu quil eschaper de mort
Ne puet cil ne rent clavegris
Per foi signor(s) il mest avis
Quil ne fait pas trop malement
Mai se de grei a essient
Del chastel rendre preist plait
On ne len puist covrir de lait
On ne len puet per droit jugier
Car il nen est a desraignier
Qui fist le tort dont cest clameiz
Signor se vos tuit le loez
Soit acordez sens jugement
Se solymans son chastel rant
Et il en soit puels apalez
Ou de traisson escorpez
Un chevelier li baillerait
Mes sires qui len deffendrait
Se li cheveliers est vancus
Que por solymant iert rendus
Mes sires rande clavegris
Solymant et a ses amis
Tot delivre sens les prisons
A lui et a ses compaignons
A sous que sont sus le chastel
Fait solymans se mest mout bel
Se je seurs en peoie estre
Chascuns des rois a sa main destre
Le li a plevit et jure
Puels li a li rois demande
Et feate et homenaige
Por ce quel gardest de damaige
Solymans le fist a sa guisse
Tot ensi com li rois devisse
Fist lomenaige et sa foi
Li ait plevit sore sa loi
Que savement et a honor
Le servirait come signor

" Mes sires, dit le roi de Hongrie,
Qu'on écoute bien ce que je vais dire :
Nous avons déjà trop tardé ;
Chacun sait bien, en vérité,
Qu'un seigneur doit à son homme
Autant de foi et d'amour
Qu'il en reçoit de lui.
S'il le maltraite,
S'il s'empare de son héritage,
Ou s'il le tue, sans raison,
Le lien est rompu.
Tout cela est bien connu.
Qui peut réparer la mort d'un homme
Ou faire droit d'un si grand tort ?
Chacun de vous sait fort bien
Que celui qui s'empare des biens
D'un autre et ne peut les rendre,
Ni les rembourser,
Ne peut être délivré de sa dette
Que si l'autre veut bien pardonner.
Et que pied ou poing coupés,
Membre arraché ou homme mort
Ne se peuvent effacer
Si la victime ne donne son pardon.
Soliman a tant perdu
Qu'on ne peut le dédommager :
Son père et son frère sont morts,
Du fait de son seigneur
Qui ensuite le mutila,
Et lui vola son héritage !
Tant que l'autre ne s'amende pas
Et ne lui demande son pardon,
Pour tous les torts qu'il lui a fait subir,
Soliman peut fort bien, pour sauver sa vie,
Se départir de Clavegris.
Par ma foi et selon mon avis,
Il n'a pas tort de faire ainsi.
Si, de bon gré, il accepte
De se dessaisir du château,
On ne peut lui en faire reproche.
On ne peut lui en faire grief,
Car il ne lèse en aucun cas
Celui qui a fait le tort dont on juge.
Seigneurs, si vous en convenez,
Mettez-vous tous d'accord,
Que si Soliman rend son château
Et qu'ensuite on lui en fasse reproche
Et qu'on l'accuse de trahison,
Mon seigneur lui fournira
Un chevalier qui le défendra.
Si le chevalier est vaincu,
Qui aura pris la défense de Soliman,
Mon seigneur rendra Clavegris
À Soliman et à ses amis.
Il rendra tout, sauf les prisonniers,
À lui et à ses compagnons,
À ceux qui sont dans le château. "
Soliman dit : " Cela me convient
Tout à fait, si je peux en être sûr. "
Chacun des rois, de sa main droite,
Lui a promis et juré sa foi.
Puis le roi lui a demandé
De lui faire serment et hommage,
Pour se mettre sous sa protection.
Soliman s'est exécuté,
Suivant ce que le roi voulait.
En signe d'hommage et de confiance,
Il a juré, selon sa loi,
Qu'en toute bonne foi et selon l'honneur,
Il le servirait comme seigneur.


 

Note 1 : Si le site de Clavegris semble, peu ou prou, inspiré de celui de Carthage, le nom de Clavegris fait quant à lui référence, selon un terrier du 17ème siècle, à " la motte où soulait être jadis la maison forte de Clavegris ". Fief vassal des abbés de Saint-Rigaud, proche de Varenne l'Arconce, Clavegris, implanté sur un éperon rocheux dominant la Loire, contrôlait un péage au nord d'Avrilly, non loin de Semur. Le château fut emporté lors d'une inondation qui, à cet endroit, a changé le cours du fleuve, en 1856. cf. A. de la Faige, Les fiefs du Bourbonnais (580-581).

Le lieu où se dressait le château de Clavegris est au carrefour des forces qui, entre Aquitaine, Francie et Bourgogne, à la veille de l'an mil, ont agité et nourri l'âge féodal. Le Charolais (voir Duby, op. cit.), à travers la famille de Semur, ses alliés et héritiers, a recueilli alors, dans le formidable destin de l'abbaye de Cluny, le rêve millénariste, sans suite, de Gellone et Aniane. Aymon de Varennes (et Florimont), chevaliers povres et perdus, sont des enfants de Cluny, à l'instar de Guichard III de Beaujeu, qui, après une vie de guerre, violences et rapine, s'est retiré à l'abbaye pour y finir sa vie...

2. Une référence peut-être à Maguelone, du comté de Melgueil, qui en 1172 passe sous le contrôle de la maison de Toulouse, et dont la situation au bord de la lagune, ressemble assez à celle qui est ici décrite.

 

Chapitre 12

À l'assaut de la forteresse