©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 2

 

La dame de l'île Celée

Pendant ce temps, en Albanie, sur les bords de l'Adriatique, Mataquas, duc de Duras, et sa femme Édorie, la fille du roi de Persie, voient grandir leur fils Florimont, dont la conception a été l'occasion d'un rêve prémonitoire, annonciateur d'une destinée exceptionnelle. Florimont, qui a la chance d'être confié aux soins d'un précepteur hors pair (alias Aristote), s'engage dès l'adolescence à délivrer son pays natal d'un dragon qui terrorise la population. Sa victoire, courageuse et spectaculaire, le met en présence d'une apparition féérique, la dame de l'île Celée (alias Mélusine), qui se donne à lui pour le remercier de l'avoir délivrée du monstre qui terrorisait son île et massacrait son clan. Elle invite Florimont à garder leurs rencontres secrètes, s'il ne veut pas la perdre...

 


 

XXXI

(1685-1750)

Oez signor et faites paix
De florimont orois hui mais
Et de son peire mataquas
Qui estoit sires de duras
Ma(l)taquas iert dus dalbanie
Et si avoit grant signorie
Li dus estoit de grant parage
Et prist feme cortoisse et saige
Fille fut le roi de percie
Niese le roi desclabonie
Fragus et medon ierent frere
Non pas dun peire et dune meire
Fra(n)gus estoit rois de percie
Et medons rois desclabonie
Fra(n)gus fut de la dame peires
Que fut niece medon son frere
La dame avoit nom edorie
Em fransois vuelt dire florie
Iseu que nos apalons flor
Apalent li persant edor
Mataquas avoit un chastel
Sore duras et boen et bel
Desai a lentrer dalbanie
Illuec en menait edorie
.C. lues en voit on per mer
Les neis et venir et aler
Mataquas a sa feme jut
Edorie un fil consut
La nuit que il fut enjandrez
En fut li dus mout effreez
Avis li fut en (a)vision
Quil veoit un petit lyeon
Li lyeonsiaus que il veoit
En son lit joste lui gissoit
Ne li faissoit mies paor
Ainz li mostroit semblant damor
Tandis com li dus lesgardoit
Et li lyeonsiaus sen aloit
De la chambre sus el palais
Il ne veloit ester em paix
Et puels del palais dessendoit
Et permi le chastel passoit
Donc sen aloit vers ses boscaiges
Et trovoit ses bestes savaiges
Et si trovoit un grant lyeon
Que faissoit de lui compaignon
Del grant lyeon se mervilloit
Li dus que si apparilloit
Le lyoncel que sa biatez
Estoit si com il fust dorez
Li lyoncels estoit mout lies
Quant il estoit apparillies
A grant lyeon de grei servoit
Et mout bien son voloir faissoit
Et puels sen retornoit arriere
Li lyeonsiaus per sa charriere
A duras en venoit tot droit
Li dus grant mervelles avoit
Car ainz mais nen avoit veu
Lieon qui eust tel vertu
A duc estoit ancor avis
Que a un moustre del pais
A lyeonsiaus se combatoit
Et per grant force le vancoit
Et puels ossioit un singler
Onques nus hons ne vit son per
Oyez, seigneurs, écoutez-moi !
De Florimont, je vais vous parler
Et de son père Mataquas,
Qui était seigneur de Duras.
Mataquas, le duc d'Albanie,
Y avait grande seigneurie.
C'était un homme de haut lignage
Qui prit une femme courtoise et sage.
Elle était fille du roi de Perse,
Et nièce du roi d'Esclavonie,
Fragus et Médon,
Qui étaient demi-frères.
Fragus était roi de Perse
Et Médon roi d'Esclavonie.
Fragus était le père de la dame
Qui était nièce de son frère Médon.
La dame avait nom Édorie
Ce qui en français veut dire Fleurie.
Ce que nous appelons Fleur
Les Persans l'appellent Édor.
Mataquas avait un château,
Sis sur Duras, et bel et bon,
À l'entrée du pays d'Albanie.
C'est là qu'il emmena Édorie.
On y voyait, au loin en mer,
Les bateaux venir et aller.
Mataquas y jouit de sa femme,
Édorie, qui conçut un fils.
La nuit qu'il engendra son fils
Le duc fut saisi d'une grande frayeur :
Il fit le rêve qu'un lionceau
Était étendu sur son lit.
Le petit lion qu'il observait
Était étendu à ses côtés ;
Pourtant il ne lui faisait pas peur,
Mais lui manifestait de l'affection.
Tandis que le duc l'observait
Le lionceau quitta la couche,
Sortit de la chambre et courut
À travers le palais, de tous côtés,
Puis, rejoignant la cour,
Il quitta bientôt la forteresse
Pour se perdre dans les bois
Et se mêler aux bêtes sauvages.
Il connut là un grand lion
Qui fit de lui son compagnon.
Le duc s'émerveilla de voir comment,
En la compagnie du grand lion,
Le lionceau se vit bientôt revêtu
D'un pelage brillant comme de l'or.
Le lionceau était très heureux
De vivre en un tel équipage.
Il servait de bon gré son compagnon
Et faisait tout ce qu'il voulait.
Puis le lionceau prit
Le chemin du retour, par la charrière,
Et s'en revint tout droit à Duras.
Le duc s'étonnait vivement de son rêve
Car il n'avait encore jamais vu
De lionceau se comporter ainsi.
Il eut encore la vision d'un combat
Que le lionceau menait contre un monstre
Qui dévastait le pays.
Le lionceau terrassait le monstre,
Puis il tuait un sanglier :
Son courage était sans pareil !

 

XXXII

(1751-1794)

De ce fut li dus forment lies
Mai il fut puels mout corresies
Li lyeons perdoit sa biate
Quant il avait un poc este
Si qua poengnes le counissoi[en]t
Cil que davant veu lavoi[en]t
Bel lavoit on veut et gras
Or estait et maigres et las
Et nen estoit mie trop gros
Quil navoit que la pel et los
Li dus veoit son compaignon
Gemir et plaindre le lieon
Il en avoit mout grant pitie
Quant le veoit ensi chaingie
Mentres que li lyeons plaignoit
Le mal et le duel quil avoit
Si gardoit vers le port de mer
Une neif veoit ariver
Uns veltres et sui compaignon
Hor[s] sen issoient el sablon
Sui compaignon ierent levrier
Hors sen issoient el gravier
Et de mastins et de ga[ig]nons
Avoit maint atres compaignons
Li dus veoit le lyeon las
Qui sen aloit plus que le pas
En dormant faissoit maint sopir
Del lyeon quil veoit morir
Li ve[l]tres pas ne conissoit
Que beste li lyeons estoit
Mai de lui sacoentoit forment
Et de ses atres asiment
Li ve[l]tres ne(s) sui compaiguon
Ne counissoient le lyeon
Si fort estoit defigurez
Li lyeons avoit mal assez
Si se mist en lor compaignie
Loing de la terre dalbanie
Sen alerent en un boscaige
Lai ot mainte beste savaige
Tant sejorna li lyeonsiaus
Quil fut assez et grans et biaus
Li dus en dormant sen rioit
Quant le lyeon si bel veoit
Tout cela réjouissait le duc
Mais il fut bientôt consterné
De voir peu à peu le lion dépérir
Et perdre sa beauté, au point que ceux
Qui l'avaient connu,
Avaient peine à le reconnaître.
On l'avait vu beau et gras,
Il était désormais maigre et las ;
Et bientôt il n'eut plus
Que la peau sur les os.
Le duc voyait son compagnon,
Le lion, gémir et se plaindre
Et éprouvait grande pitié
De le voir ainsi dépérir.
Tout en gémissant, de son malheur
Et de sa souffrance, le lion
Regardait vers la mer
D'où il vit arriver un bateau
Qui débarqua, sur le sable,
Un chien et ses compagnons,
Une meute de lévriers,
Qui sautèrent sur la grève,
Et des mâtins et des setters,
Et bien d'autres chiens encore.
Voyant le lion épuisé se traîner,
Comme un moribond, vers la plage,
Le duc se mit à soupirer,
Dans son sommeil.
Le lévrier ne reconnut pas même
Quelle sorte de bête
S'approchait ainsi de lui
Et de ses compagnons.
Ni lui, ni aucun des chiens de la meute
Ne réussirent à voir en lui un lion
Tant il était défiguré.
Le lion, qui était bien mal en point,
Se mêla à leur compagnie.
Ils quittèrent ensemble la terre d'Albanie
Pour aller vivre dans une forêt
Où il y avait mainte bête sauvage.
Le lionceau s'y accoutuma si bien
Qu'il retrouva sa force et sa beauté.
Le duc en rit dans son sommeil
De le voir à nouveau si beau.

 

XXXIII

(1795-1852)

En cel boix avoit un leupart
Que mout estoit de franche part
Uns dragons prenoit sa vitaille
Et si len faissoit grant bataille
Lui meismes veloit ossire
Li lyeons en avait grant ire
A mal dragon se combatoit
Pris len menait ne lossioit
Mai a leupart le rendoit pris
Voiant les bestes del pais
Adonc conurent le lyeon
Li ve[l]tres et sui compaignon
Et li leupars per grant honor
Donoit a lyeon une flor
Ains ne vit hons si bele chose
Ele estoit plus fresche que rose
Li dus de ceste avission
Ot grant mervelles et del don
Car en la flor un rain avoit
Et del rain uns arbres nassoit
Li arbres nestoit pas plantez
Ainz aloit per tot les regnez
Totes les bestes del boscaige
Les privees et les savaiges
En lombre de cest arbre estoient
Tuit li oisel el rain seoient
Iluec menoient lor de(s)duit
Assez trovoient de condut
Li rain de larbre tant crassoient
Les .II. pars del monde tenoient
Li dus veoit larbre si grant
Puels vit venir un oliffant
Vers le duc vient toz embronchiez
Semblant fet que il fust iries
Lui et le frere sa moillier
Veloit li olifans maingier
En une grant fosce perfonde
Noire et laide tote reonde
Les faissoit ambedous geter
Li dus comensoit a plorer
Li lyeons venoit del boscaige
Tant amenoit bestes savaige
Nus hons ne le pooit aismer
A la fosce venoit par mer
Le duc et le roi en traioit
Et les atres quil i trovoit
Rois et dus en traioit assez
Quil i trovoit emprisonez
Et pueIs serchoit les fores tant
Quil avoit mate lolifant
De la joie li dus sesvelle
Grant paor ot et grant mervelle
La vision nait pas selee
A la duchoisse lait contee
La dame respont per savoir
Sire deus nos donrait tel hoir
Que governerait cest pais
Et deffendrait des anemis
  Il vivait en ce bois un léopard
Qui était de bonne compagnie.
Mais un dragon lui prenait sa vitaille
Et lui disputait hardiment sa place ;
Il cherchait même à le tuer.
Le lion en conçut une vive colère,
Et il terrassa le mauvais dragon.
Puis il le fit prisonnier
Et le livra au léopard.
C'est ainsi que les bêtes du pays
Firent connaissance du lion,
Du lévrier et de ses compagnons.
Le léopard, en signe de gratitude,
Fit présent au lion d'une fleur,
Comme on n'en avait jamais vu de si belle !
Elle était plus fraîche que rose.
Et le duc fut émerveillé
De cette vision et de ce présent ;
La fleur nourrit un rameau
Et du rameau naquit un arbre
Qui ne prit point racine
Mais se propagea à travers le monde.
Toutes les bêtes de la forêt,
Domestiques ou bien sauvages,
Pouvaient profiter de son ombre.
Et tous les oiseaux s'y perchaient
Pour y mener leur déduit
Et y trouver leur nourriture
[1].
Le feuillage en grandit si bien
Qu'il couvrit les deux parties du monde.
Le duc contemplait l'arbre immense
Quand il vit un éléphant,
La tête basse, prêt à charger,
Qui lui sembla bien en colère.
L'éléphant, qui voulait les manger
Lui et le frère de sa femme,
S'empara d'eux et les fit jeter
En une fosse, grande et profonde,
Noire et laide, toute ronde.
Le duc se mit à pleurer.
Alors le lion quitta le bois,
Accompagné de tant de bêtes sauvages
Que personne n'aurait su les compter.
Ils s'en allèrent jusqu'à la prison
Où moisissaient le duc et le roi ;
Et ils les délivrèrent, ainsi que les autres
Prisonniers, parmi lesquels
Se trouvaient beaucoup de ducs et de rois.
Puis ils gagnèrent la forêt,
À la recherche de l'éléphant, pour le tuer.
Transporté de joie, le duc se réveille alors,
Bouleversé et stupéfait.
Il raconte sa vision
À la duchesse, son épouse,
Qui lui répond bien finement :
" Sire, Dieu nous donnera un héritier
Qui saura gouverner ce pays
Et le défendre de ses ennemis. "

 

XXXIV

(1853-1954)

Li dus cest per matin levez
A un temple sen est alez
Offrande fist et orisson
A damedeu por sa vission
Que il lor donest un tel hoir
Com il le voidroient avoir
Quant il ot fete sorisson
Li dus sen vet en sa mason
En sa cort un tel maistre avoit
Que on nul millor ne savoit
Mout estoit bien fondez des ars
Li maistres avoit nom foucars
Mout avoit apris en semfance
Astronomie et nigromance
Et savoit de dialetique
De gramaire et de musique
Et de retorique savait
De fisique asi sentendoit
Tot savoit quanquil a mestier
Ou a clerc ou a chevelier
Mataquas le fist demander
Li maistres vet a lui parler
Li dus le voit a une part
En moengnet per la main fouquart
La vission li conte et dis
Et [c]i1 lait tot mis en escri
Li maistres dire ne veloi
De lemfant seu quil en savoit
Mai tant li dist enjandrei ais
Un enfant cui mout amerais
Garde le bien quant il iert neis
Que mal et bien avrait assez
La dame son emfant porta
Au nueme mois sen delivra
Et per le consoil de la meire
Comanda mataquas li peires
Meismes le jor quil fut neiz
Quil fust eleneos nomez
Car eleneos en grezois
Dissoit florimont em fransois
Bien le fist norir et garder
Li dus tant que il sot parler
Quant il sot entendre parole
Ses peires le mist a escole
Et a maistre fouquart le rent
Et il laprist mout doucement
Et si dist que a son vivant
Ne pertirait mais de lenfant
Florymons mout bien aprenoit
Tot seu que il savoir devoit
Li dus le fist bien doctriner
De chevacher darmes porter
De lance roidement ferir
Et a cheval descut covrir
Jeus des taubles deschas mater
As dames belement parler
Et puels despreviers et dostors
De counoistre faux jugeors
Parler em plait cortoissement
Et conoistre faux jugement
Descremie de champions
De menu ferir de bastons
De harpe et de viele aprist
Li dus mout grant entente i mist
Et mout volentiers laprenoit
Plusors fois quant il le veoit
Se li dissoit de largete
Biaus fils tot done de boen gre
Quanque tu jai avoir poras
Per lergete mout conquerras
Largesce done signorie
Et a son amin est amie
Selui cui ele vuelt norrir
De plusors gens le fait servir
Plus halt le met que ne puis dire
Biaus fils nus ne poroit descrire
Le bien que largete ait fet
Se tu wels boivre de son lait
Il est plus dous que atre chose
Et si est plus fres que nest rose
Le cuer vos tendrait et le cors
Em vostre pais et dehors
Per largesce seras amez
En cort servis et honorez
Biaus fils largesce est me(s)decine
Que totes bon[t]ez enlumine
Si com nature fait planter
Oil[s] en chief por enluminer
Les cors de totes criatures
Ensi dient les escritures
Largesce est en joie plantee
Dont proesce est enluminee
Honors ne proesce ne voit
Por que largesce nen i soit
Largesce fet veoir honor
Et proesce et bone amor
Covoitise tot le veoir
Cil que laimmet nen ait pooir
Que il conoisse sa vergoigne
Fols est cil qui ne sen esloigne
Car en maintes cors est honis
De deu et de la gent hais

Le duc s'est levé de bonne heure ;
Il s'est rendu au temple pour faire
Offrandes et prières aux dieux,
En remerciement du présage
De la venue d'un héritier
Qui corresponde à ses espoirs.
Quand il a fini son offrande,
Le duc rentre chez lui.
Il entretient, dans sa maison,
Le meilleur des maîtres,
Expert en toutes matières et arts ;
Ce maître s'appelle Fouquart
[2] ;
Il a appris, dès son enfance,
L'astronomie et la nigromance,
Il connaît la dialectique,
La grammaire et la musique ;
Il s'entend également
En rhétorique et en physique.
Il sait tout ce qui est utile
À un clerc ou à un chevalier.
Mataquas le fait demander.
Et le maître vient au palais.
Le duc le prend par la main
Et l'entraîne à part
Pour lui raconter son rêve.
Et l'autre prend en note le récit,
Mais il ne veut pas lui révéler
Tout ce qu'ainsi il devine.
Il lui dit : " Tu as conçu
Un enfant que tu aimeras beaucoup.
Soigne-le bien, dès sa naissance,
Car sa vie sera tumultueuse. "
La dame porta son enfant
Jusqu'au neuvième mois,
Et, suivant le désir de sa femme,
Mataquas, le père, ordonna,
Le jour même qu'il fut né,
Qu'on l'appelât Élénéos.
Car cela signifie en grec
Ce que Florimont veut dire en français.
Le duc le fit bien nourrir et soigner
Jusqu'à ce qu'il sût parler.
Puis, quand il sut parler
Son père le confia
Aux soins de maître Fouquart
Qui l'éduqua avec amour
Et promit que, de son vivant,
Il ne se séparerait pas de l'enfant.
Florimont apprit patiemment
Tout ce qu'il devait savoir.
Le duc lui fit bien enseigner
À chevaucher, porter les armes,
À frapper droit de la lance
Et à se protéger, à cheval, de son écu,
Les jeux de tables et le jeu d'échecs,
Et à bien parler aux dames,
Et encore d'éperviers et d'autours,
À reconnaître les aigrefins,
À parler en compagnie courtoise,
À dévoiler les calomnies,
À se battre à l'escrime,
À manier le gourdin,
À jouer de la harpe et de la vielle
[3].
Le duc contribua à l'affaire
Et chaque fois qu'il le pouvait,
Il l'enseignait bien volontiers.
Il l'invitait ainsi à se montrer généreux :
" Beau fils, donne de bon gré
Tout ce que tu possèdes :
Et tu seras riche de ta générosité.
La largesse donne seigneurie,
Elle est l'amie de ses amis
Et rétribue ceux qui la servent ;
Elle les assiste sans compter,
Plus grandement que je ne puis dire.
Beau fils, nul ne peut décrire
Tout le bien que fait largesse.
Si tu veux boire de son lait,
Il est plus doux que toute chose
Et plus frais même qu'une rose.
Il te ravira corps et âme.
Dans ton pays et de partout
On t'aimera pour ta largesse.
On te comblera d'honneurs, beau fils,
Car la largesse est médecine
Qui tout apaise et illumine.
De même que la nature a mis des yeux,
Sur la tête des créatures,
Pour en éclairer le visage,
—Comme le disent les Écritures—
De même la largesse éclaire-t-elle
La joie dont la prouesse s'illumine.
On ne voit honneur, ni prouesse
Que n'accompagne la largesse.
La largesse magnifie l'honneur
La prouesse et le bon amour.
Mais la cupidité rend aveugle
Et conduit celui qui la chérit
À la honte.
Il est bien fou celui qui ne s'en garde
Car il se voit haï de Dieu
Honni des cours et méprisé des hommes. "


 

XXXV

(1955-1990)

Sire ce li dist florymons
Se fins ors estoit toz li mons
Ju en ferai vostre voloir
Ja mais ne garderai avoir
Que a toz jors ne soit donez
Sire puels que vos le volez
Florimons fut mout bien norris
Ses peires fut mout apovris
Garganeus uns princes grans
Del lignaige fut a[s] jaians
Chascun an veloit per usaige
De sa terre le treussaige
Uns moustres li refaissoit guerre
Malement li gastoit sa terre
Joste la meir en albanie
En une terre enhermie
Sestoit li moustres herbergies
Sovent les faissoit toz iries
Il avoit un chief de leupart
Mout per avoit fellon regart
Et le cors de guivre volant
Onques nus hons ne vit si grant
Entor les cusses environ
Fut de serpent et de poisson
Quant des pousons velait maingier
Sen aloit en la meir possier
Quant atre viande veloit
En albanie la queroit
Chascun jor avait livreson
Ou dun home ou dun mouton
Que lun ou latre ne rendoit
.X. homes ou .XX. ossioit
La terre en estoit apovrie
Por la gent qui sen fut foie
Chascun jor estoit pris per sor[t]
Cil qui estoit livres a mort
" Sire, lui dit Florimont,
Même si le monde était d'or fin,
J'obéirais à votre souhait.
Jamais je ne garderai pour moi
Ce que le sort me donnera,
Puisque c'est votre volonté. "
Florimont fut à bonne école.
Mais son père se trouvait appauvri,
Du tribut que lui imposait Garganeus
[4],
Un puissant prince, né de géants,
Qui, chaque année, par usage,
Lui extorquait une redevance.
Un monstre, méchamment,
Lui ravageait sa terre.
Au bord de l'eau, en Albanie,
Sur une lande désolée,
Le monstre s'était installé
D'où il terrorisait les gens.
Il avait tête de léopard
Et le regard bien félon
Sur un corps de dragon ailé,
Dépassant toute imagination.
Il portait, sur la peau des cuisses,
Des écailles de serpent.
Quand il voulait manger du poisson
Il partait pêcher en mer.
Quand il voulait d'autre viande
Il la prenait en Albanie
Où on lui livrait chaque jour le tribut
D'un homme ou d'un mouton.
Si l'on manquait à son exigence,
Il tuait dix ou vingt vilains.
La terre s'en voyait désertée
Par la gent qui s'enfuyait.
Chaque jour on tirait au sort
Celui qui serait livré à la mort.

 

XXXVI

(1991-2064)

Florimons ot cuer de baron
Quant vit si male livreson
De la gent ot mout grant pitie
Si ait fet il mout grant pechie
Uns dyables ossi(s)t la gent
Et nes uns hons ne li deffent
Et soulement per son condut
Ait il tot le pais destrut
Maistres li sors nest pas loiaus
Qui ne prent de toz quemunalx
Des povres gens ait mout maingie(s)
Mai ancor nait il essaie(s)
Quel maingier il fet de signors
Sertes mout est grans dessonors
Se il en doit mais nul maingier
Conter me puet por le premier
Sor moi wel que il soit li sors
Je serai maingies ou il mors
Li maistres lot de pitie plore
Beneoite fait il soit lore
Que tu onques fus enjandrez
Que seu savoie je assez
Que per toi seroit li pais
Aquitez de nos anemis
Plus que rosiers ne puet celer
La douce flor quil doit porter
Ne ne puels tu celer ne(s) covrir
Le bien qui de toi doit venir
Cil qui te nomment florimont
Pas a ton nom faillit nen ont
Enjandrez fus en edorie
En fransois welt dire florie
De florie fus enjandrez
Flor del mont seras apalez
Maistres dist florimons merci
Nest pas ensi jel vos afi
Je nai hatesce ne pooir
Dont je puisse tel nom avoir
Florimons ot .XV. anz passez
Grans fut et fors et biaus assez
El palaix a son peire vint
Un bastoncel en sa main tint
Sa meire contre lui leva
Acola le si le baissa
Et quant il ot baissie sa meire
Si ait araisone son peire
Peire fet il mout me mervoil
Que ne prenez atre consoil
Garganeus vos fet grant guerre
Li mostres destruit vostre terre
Biaus fils fet il je nen puis mais
Des que je ni puis avoir paix
Ensi le me covient soffrir
Dist florimons jai deus joir
Ne me donst de vos ne(s) de moi
Peires se ju ensi lotroi
Que li moustres ait plus vitaille
De nostre terre sans bataille
Se vos aviez tant de gent
Com il ait jusquan orient
Ne vos en laroit mie dous
Satrement ne li sont escous
Une riens vos di que jen sai
Sertes ja mais joie navrai
Tant que mi serai combatus
Ou giere mors ou il vencus
Fils fet li dus por coi le dites
Ains tel dia[b]le ne veistes
Mout per est fellons ses regars
Cil estoit ferus de .XX. dars
Sol que il tant peust voler
Quil se fust baignies en la mer
Fors sen ist nen ait poent de mal
Puels revient el chanp a estal
Florimont avait le cœur noble.
Quand il sut quel horrible tribut
Était imposé aux pauvres gens :
" Cela me fait bien pitié, dit-il,
De voir un diable tuer les gens
Sans que personne ne les défende.
Par sa conduite, bientôt,
Il aura détruit tout le pays.
Maître, le sort n'est pas loyal
Quand il lui choisit ses victimes.
Le monstre a dévoré beaucoup de pauvres
Mais il n'a pas encore goûté
De la chair noble des seigneurs.
Ce serait certes grand déshonneur,
S'il devait s'y refuser !
Il peut me compter pour le premier !
Sur moi je veux que le sort tombe :
Je serai mangé ou lui mort ! "
Le maître l'entend et pleure d'émotion.
" Bénie soit l'heure, dit-il,
Où tu fus engendré !
Car je sais bien que c'est toi
Qui délivreras le pays
De nos ennemis.
Pas plus que le rosier ne peut cacher
La douce fleur qu'il doit porter,
Tu ne peux masquer, ni couvrir,
Le bien qui de toi doit venir.
Ceux qui t'ont nommé Florimont
Ont certes bien choisi ton nom.
Tu fus conçu par Édorie,
—Ce qu'en français on dit Fleurie—
De Fleurie tu fus engendré,
Fleur du Mont, tu seras appelé !
– Maître, dit Florimont, merci !
Mais je vous assure
Que je n'ai ni hâte, ni mérite,
À justifier le nom que je porte. "
Passés quinze ans, Florimont
Était devenu un grand et beau garçon.
Il se présenta un jour au palais de son père
Il tenait un bâton à la main.
Sa mère se leva
Pour le serrer dans ses bras.
Et quand il eut embrassé sa mère
Il s'adressa ainsi à son père :
" Père, dit-il, je m'étonne bien
De vous voir ainsi supporter
Le sort que Garganeus vous impose :
Le monstre détruit votre terre !
– Beau fils, dit le père, je n'en puis mais.
Mais comme je ne puis avoir la paix
Je suis bien obligé de le souffrir. "
Florimont dit : " Que Dieu m'ôte
Le goût du bonheur, père,
Si je laisse plus longtemps
Ce monstre se nourrir à nos dépens
Et dévaster impunément notre terre.
Même si vous aviez autant de gens
Qu'il y a de monde d'ici l'orient,
Ce monstre n'en épargnerait pas deux,
Pour peu qu'ils les juge comestibles !
Je vais vous dire quelque chose de sûr :
Plus jamais je n'éprouverai aucune joie
Tant que je ne l'aurai pas combattu.
Je serai mort ou lui vaincu.
– Fils, fait le duc, que dis-tu là ?
On n'a jamais vu un tel diable,
Au regard si félon !
Même blessé de vingt flèches,
Pour peu qu'il puisse encore voler,
Il se précipite dans la mer
Et il en sort revigoré
Pour retourner au champ de bataille. "

 

XXXVII

(2065-2094)

Florimons dist je nen ai cure
Tot le metrai en aventure
La duchoise comence a braire
Fils fet ele que wels tu fere
Vels nos tu torner a dolor
De la joie et de lamor
Que avions eu de toi
Dist florimons nenil per foi
Ains wel delivrer les chetis
Que voi morir en cest pais
Il en ait son maistre apale
Et floquars i vient de boen gre
Li maistres li dist que vos plaist
Et florimons li dist si fait
Que fassies tost apparillier
Telz armes com mores ditier
Faites moi fere un escu
De lames de cor et de glu
Et si soit bien dehors bouclez
De rasoirs tranchans afilez
Et de broches poignans dacier
Le faites bien apparillier
Et le[l]me faites asiment
De bone glu de cor lussant
Que permi puisse veoir cler
Devant moi venir et aler
Je nen i quier pieres ne flor[s]
Mai broches dacier et rasors
Et le clavain et larmeure
Me faites dateile stature

Florimont dit : " Je n'en ai cure
Je lui aurai vite réglé son compte. "
La duchesse se met à gémir :
" Fils, dit-elle, que fais-tu donc ?
Veux-tu transformer en douleur
Toute la joie et l'amour
Que tu nous as donnés ? "
Florimont répond : " Certes, non !
Je veux délivrer les malheureux
Que je vois mourir dans ce pays. "
Il appelle son maître Floquart
Qui s'approche vivement.
Le maître lui demande ce qu'il désire.
Et Florimont de lui dire :
" Préparez mon armure
Et tout mon équipement.
Faites-moi dresser un écu
De lames, de cuir et de glu ;
Et qu'il soit bien hérissé
De rasoirs tranchants, affilés,
Et de broches d'acier pointues ;
Faites-le bien apprêter.
Et faites-moi de même un heaume,
Renforcé de cuir et enduit de glu,
Qui me laisse voir clair
Devant moi et me déplacer aisément.
Je ne veux ni collier, ni fleurs
Mais des broches et des rasoirs,
Et le clavain et l'armure
Bien ajustés à ma taille. "


 

XXXVIII

(2095-2146)

Floquars fet seu que il demande
Les armes telz com il comande
Ait faites en la ville fere
Dovriers i mist plus de .XX. paire
En onze jors sont atornees
Les armes quil a comandees
Les armes furent bien portraites
La nuit que totes furent faites
Ot en la vile mout grant plor
Por florimont ont grant paor
A un temple vellier en vont
Avec iaus moengnent florimont
Totes les gens i ont vellie
Si ploroient tuit de pitie
A matin quant virent le jor
En la plasce davant la tor
Li font ses armes aporter
Ses maistres le corrut armer
Chases de fer et le clavain
Li a chaucie [tot] main a main
Ains quil eust liame lassie
Lait ses peires .XX. fois signie
Et sa meire .c. fois le baisse
Si feist plus sen eust aisse
Puels li ont son elme lassie
Si le(s) li ont apparillie
Que quant il en son chief le tient
Enjuscai es espaules vient
Li dus fait aporter sespee
Si la li ont a col fermee
Lespee saindre ne veloit
Por ce que damosiaus estoit
En tote terre paienor
Nen avait espee millor
Puels li aportent son escu
Se le li ont a col pendu
Li maistres li a bien ferme
Son espie li ont aporte
Lanste roide le fer tranchant
Et ses peires li vint davant
Biaus fils moenrois vos mon cheval
Non voir por coi feroit me mal
Sempres losirait li maufez
Et jen seroie trop grevez
Car se je cheoie soz lui
Tot me torneroit a anui
Car je sui mout de fer chargies
Tot en seroie mahignies
Per tot sont li rasor tranchant
Es jambes derrier et davant
Un cor petit ne gaires grant
Li ont mis a col doliffan
Floquart exécute les ordres
Et fait en sorte que l'on prépare
Les armes qu'il a commandées.
Dans la ville, vingt paires d'ouvriers
Se mettent au travail, pendant onze jours.
Et les armes sont enfin prêtes,
Peintes et achevées.
La nuit que les armes sont achevées,
Il court par la ville une rumeur de tristesse,
Pleurs et peur pour Florimont.
Vers le temple la foule se dirige
En compagnie de Florimont,
Pour toute une nuit de veille
Où tous pleurent de compassion.
Au matin, quand le jour se lève,
Sur la place, au pied du donjon,
On fait apporter les armes.
Foucart est là pour l'assister.
Il lui met ses chausses de fer
Et lui enfile son clavain.
Puis Florimont lace son heaume,
Et son père le bénit vingt fois,
Et sa mère cent fois l'embrasse ;
Elle l'aurait fait plus si elle avait pu !
Quand le heaume fut lacé
Et qu'il fut bien ajusté,
De sorte qu'il protégeait bien la tête
Jusqu'aux épaules,
Le duc fait apporter l'épée
Qu'on lui accroche autour du cou.
Florimont ne veut pas la ceindre
Car il est encore damoiseau
—On ne saurait trouver, en terre païenne,
Aucune épée de meilleur choix.
Puis on lui apporte son écu
Qu'on lui glisse autour des épaules.
Le maître l'a bien ajusté.
On lui apporte alors sa lance
—La hante raide, le fer tranchant.
Et son père vient devant lui :
" Beau fils, prends mon cheval.
– Non, certes ! – Pourquoi ?
– Le bougre en profiterait,
Car je serai bien trop lourd.
Et si je tombais de la bête
Tout tournerait à mon désavantage.
Je suis bardé de fer et d'acier,
Et j'en serais bientôt blessé,
Car il y a des rasoirs tranchants
Sur les jambes, derrière et devant. "
On lui accroche autour cou
Un petit cor d'ivoire d'éléphant.

 

XXXIX

(2147-2160)

Florimons lor a dit signor
Je vos deffant bien sor monor
Que vers le moustre nen aillies
Se vos icest cor nen oies
Que vos series tuit maingie
Et devorei et depessie
Mai se le cor oies soner
Segurement porez aler
Florimons prent de toz congie
Une piece lont convoie
Se li ont la voie mostre[e]
Cist condus pas ne li agree
Florimons vet ades avant
Et cil sen sont tornei fuiant
Florimont dit alors : " Seigneurs,
Je vous défends, sur mon honneur,
De vous approcher du monstre,
Sauf à m'entendre sonner du cor.
Car vous seriez vite mangés,
Dépecés et dévorés.
Mais dès que vous m'entendrez sonner
Vous pourrez sans crainte approcher. "
Florimont prend congé de tous
Ils l'accompagnent quelque temps
Pour lui donner la route,
Mais peu lui chaut qu'on l'accompagne.
Florimont veut aller au plus vite
Et les autres s'en retournent bientôt.

 

XL

(2161-2196)

Li moustres gissoit en sa fosce
La pance navoit gaire[s] grosse
Le jor nen avoit riens maingie
Mout en avoit son cuer irie
La teste lieve et quant il voit
Florimont que vers lui venoit
Mout en ait eut grant mervelle
Quainz tel beste ne(s) sa paraille
Ne vit en terre ne en mer
En son cuer comence a penser
Beste ne vet pas en estant
Et dome nen ait nul semblant
Cuidet que fust oisiaus savaiges
Que fust venus de ses boscaiges
De lescut cudet keile fust
Et que bien voler sen peust
Li moustres fut mout visies
Contre terre cest escachies
Ni veloit mie ancore aler
Perdre le cuidoit per voler
Florimons durement lescrie
Et quant il ait la voix oie
Donc sot il bien que hons estoit
Mai pie ne teste ni veoit
Li moustres pas por florimont
Quant lot ne se mut ne [s]escont
De la fosce sat per vertu
Il se cuevret de son escu
Li maufeis vient iriement
Il tient lespee et se li tent
Florimons son espie esloigne
Tot le fer et le fust li plonge
Ens el cors permi le couste
Nait pas faillit bien lait ferre
Une atre beste morte fut
Satel cop donei li eust
Le monstre est couché en sa fosse,
Il n'a guère la panse enflée,
Car de tout le jour il n'a rien mangé.
Il est donc de mauvaise humeur
Quand il aperçoit Florimont
Et le voit s'approcher de lui.
Il s'en montre bien étonné
Car il n'a jamais vu semblable créature,
Ni sur terre, ni sur mer.
Il se met à réfléchir
Que les bêtes ne se tiennent pas debout !
" Et pourtant, ce n'est pas un homme !
Serait-ce un oiseau sauvage
Venu de quelque forêt lointaine ?
L'écu ainsi serait une aile
Dont il userait pour voler ? "
Le monstre est bien rusé.
Il se tapit contre terre,
Se gardant de faire aucun mouvement,
Et, bien sûr, de s'envoler.
Florimont l'interpelle
Et quand l'autre entend sa voix
Il comprend qu'elle vient d'un homme,
Même s'il n'en voit ni pied ni tête.
Le monstre se tient coi,
À l'appel de Florimont ;
Puis il jaillit de la fosse vivement,
Et, protégé de son écu,
Il l'attaque méchamment
En brandissant son épée.
Florimont feinte l'attaque
Et lui plonge sa lance
Dans la poitrine.
Sans trembler, il l'a bien ferré !
Toute autre bête serait morte
D'avoir reçu un tel coup !

 

XLI

(2197-2268)

Li moustres sentit bien la plaie
Li sans vermous del cors li raie
Durement se cuida vengier
Il vet florimont embrassier
Atot lui sen cuidait voler
Quil le cuidoit noier en mer
Plus halt le porta dune toisse
A florimont forment em poisse
Noie leust et afole
Mai li rasour lont mout greve
Des rasours fut mout mahignies
Del pis des jambes et des pies
Sailloit li sans et de la bouche
Per tot lai ou li rasour touchent
Cheoir le laissait el sablon
Le sanc perdoit a tel randon
Per coi il ne len puet porter
Mai baignier salait en la mer
Et florimons a mout grant paingne
Est em pies levez en laraigne
Et quant li maufeis cest baignies
A florimont est repairies
Quant florimons le vit tot sain
A soi meismes dist en vain
Me combat or le pui[s] ge dire
Quant por navrer nel puis ossire
Cist chans nest mie bien enguez
Se ju estoie el cors navrez
Jen morroie et il en puet vivre
Bien me doit on tenir por ivre
Sens honte ne men puis pertir
Se men puis pertir sens morir
En paix ait toz jors sa vitaille
Jai per moi navrait mais bataille
Le monstre encaisse l'attaque
Et le sang jaillit de la plaie.
Il cherche alors à se venger
Et tente de saisir Florimont
Pour l'emporter vers la mer
Où il pourra le noyer.
Il le soulève d'une toise,
En l'accrochant bien fermement,
Et il l'aurait bien jeté à l'eau et noyé
S'il n'avait été durement blessé
Et déchiré par les rasoirs.
De sa poitrine, de ses jambes et pieds
S'écoule le sang, et de la bouche,
Partout où les rasoirs l'ont déchiré.
Il laisse Florimont choir sur le sable.
Le monstre perd son sang à grand flot
Si bien qu'il n'a plus de force.
Il se traîne vers la mer pour s'y baigner
Florimont, quant à lui, se relève
Et se dresse, à grand peine, sur la plage.
Il aperçoit alors la méchante bête
Qui en se baignant dans la mer
Y retrouve toute sa vigueur.
Forimont se dit à lui-même :
" C'est en vain que je le combats
Si je le blesse sans le tuer.
Le jeu est bien inégal,
Car si jamais je suis blessé
Je meurs, et lui continue de vivre ;
On doit bien croire que je suis ivre !
Je ne puis m'en aller sans honte,
Il n'est d'autre sort que de mourir.
Il continuera d'avoir son tribut.
C'est fini pour moi la bataille ! "

 

XLII

(2231-2268)

Florimons dist en son coraige
Or ne di ge pas vaselaige
Ains est uns rains de coardie
Se la parole fust oie
Bien en feisse ore a blamer
Sertes en terre ne en mer
Ne puet il mais ester sens guerre
Luns de nos .II. avrait la terre
Li mostres li vient toz iries
Et florimons sestut em pies
Permi le cors lait si feru
De son espie de grant vertu
Que il escartelait lespie
Le fer li a el cors lessie
Et puels met la main a lespee
Or est entriaus dous la mellee
Li moustres est a lui venus
Qui del cop sestoit irascus
En lescut le ferit amont
Si que dous des lames en ront
Quatre rasours ait abatus
Et li clavains est si ronpus
Que plaigne pame len desoivre(t)
Les ongles fist en la char boivre
Satre cop le ferist si fort
Bien li feist regart de mort
Florimons le fiert tel colee
Permi la teste de lespee
Que il le fist agenoillier
Cil cols le fist mout esmaier
Jai beste qui deust morir
Ne deust de tel cop guerir
Florimons fut un poc navres
Et li moustres fut afames
De seu avoit le cuer irie
Que il nen avoit riens maingie
Il estoient ambedui las
Et si estoit jai vespres bas
Florimont se dit en lui-même :
" Voilà qui manque de noblesse
Et révèle même un brin de couardise !
Si quelqu'un m'avait entendu
Il aurait bien pu me blâmer !
Certes, sur la terre ou sur l'eau,
Il va bien falloir en finir !
L'un de nous deux sera le maître ! "
Le monstre s'approche, furieux,
Florimont l'attend de pied ferme
Et le frappe, en plein corps,
De sa lance puissante,
Si fort qu'il en brise la hampe
Et laisse le fer dans la plaie.
Il saisit alors son épée
Et se jette dans la mêlée
Où il roule avec le monstre
Enragé de sa blessure.
La bête le frappe au bouclier
Dont elle rompt deux lames
Et arrache quatre rasoirs.
Le clavain s'est rompu,
Si bien que la bête plante ses ongles
Dans la chair de Florimont.
Encore un coup de cet acabit
Et Florimont sera bien mort !
Florimont lui assène alors un tel coup
D'épée, sur la tête,
Qu'il met la bête à genoux.
La blessure est terrible ;
Jamais aucune bête
N'aurait dû survivre à un tel coup.
Florimont est blessé
Et la bête qui a faim
Est toujours plus furieuse
De n'avoir rien à manger.
Ils sont l'un et l'autre las
Et la nuit commence à poindre.

 

XLIII

(2269-2282)

Li moustres sen vet en la mer
Maingier dormir et reposer
Florimons dist quant il sen va[it]
Endroit moi si a mavais plait
Quant vos en meir poez guerir
Maingier reposer et dormir
Et je nen ai si que despandre
Se jades vos veloie atandre
Bien en avroie le pior
Dist florimons se je men tor
Puels que il sol el chanp me laisse
Et li jors sen vet et abaisse
Ne men doit on pas encorper
Ne de coardie reter
Le monstre alors part vers la mer
Manger, dormir et reposer,
Tandis que Florimont s'exclame :
" À vrai dire, ce n'est pas du jeu !
Alors que vous partez, en mer,
Manger, reposer et dormir,
Moi je dois me morfondre,
À vous attendre :
C'est bien injuste ! "
Florimont dit : " Si je m'en vais,
Alors que le soleil se couche
Et que le jour se retire,
Ne va-t-on pas me blâmer
Et m'accuser de couardise ? "

 

XLIV

(2283-2350)

Florimons sen vet mout soef
Permi les plains vers la cyte
Fors de la cyte en un mont
Li dus et edorie sont
Toutes les gens de la cyte
Estoient iluec asemble
Por florimont grant duel menoient
Car le cor oit nen avoient
De fi cuidoient quil fust mors
Car nestoit pas ois li cors
Li dus que mout sen donoit soing
Ait veut florimont de loing
Lai est alez et edorie
Et de latre gent grant pertie
Se florimons ne fust armez
Baissies fust jai et acolez
Em plorant li dient salu
Luns prist le[l]me latres lescu
Et si len ont meneit en paix
Tant quil fut davant le palaix
Iluec le corrent desarmer
Li dus le prent a regarder
Lescut vit frait les dras senglans
Demandet li se il est ans
Gaires perfont navrez el cors
Non fet il mai un poc dehors
Est li moustres mors ou vencus
Non voir sire fors est et drus
Et qui poroit beste mater
Qui ne puet morir por navrer
Vers moi ne sest il de riens fains
Il fut si per .II. fois atains
Quatre beste en deust morir
Et il saloit en meir guerir
Ne cuit quil soit hons nez ne vis
Per cui il soit jai mors ne pris
Biaus fils je le savoie assez
Puels que vis iestez eschapez
Si le laissies ester em paix
Dist florimons sire ja mais
Navrai joie tant com soit vis
Trop nos ait gaste le pais
Ou il perdrait demain la vie
Ou jen avrai male pertie
Lors ait son maistre demande
Se li a dit et comande
Quil li fasset une faux faire
Dacier tranchant et bien estraire
Un poc corbee bien ague
Et si soit mout bien esmolue
En une haste la metez
A .XIII. clos la fermez
Espie me faites boen et fort
Que je demain avec moi port
Floquars ait fet hastivement
Mout bien tot son comandement
Et sa plaie li ait lavee
Del sanc et puels li a bandee
Le maingier li ont atorne
Maingier alait quant ot lave
Quant li damoisiaus ot maingie
Son lit li ont apparillie
Florimons cest alez jesir
El lit reposer et dormir
Floquars fist tote nuit forgier
Les garnemens tranchans dacier
Bien avoit tot apparillie
Faux bien faite tranchant espie
Florimont se retire enfin, lentement,
Vers l'intérieur, pour rejoindre la cité.
À son abord, sur une colline,
Se trouvent le duc et Édorie,
Et tous les habitants de la ville
Qui se sont assemblés là.
Ils sont inquiets pour lui
Car ils n'ont rien entendu.
Ils craignent bien qu'il soit mort
Pour n'avoir pas ouï son cor.
Le duc, qui est le plus attentif,
Aperçoit Florimont au loin.
Il va à sa rencontre, avec Édorie,
Et toute la foule le suit.
Si Florimont n'avait eu son armure,
Ils l'auraient couvert de baisers.
En pleurant ils le saluent,
L'un prend son heaume, l'autre l'écu,
Puis ils l'accompagnent paisiblement
Jusqu'au palais où ils se hâtent
De lui enlever son équipement.
Le duc l'observe attentivement
Il voit l'écu brisé et le sang
Et il lui demande
S'il est gravement blessé.
" Non, ce n'est pas grave !
– Le monstre est-il mort ou vaincu ?
– Non, sire, il est solide et bien vivant.
Qui pourrait tuer une bête
Qui guérit de toutes ses blessures ?
Il semble que rien ne le touche
Je l'ai frappé, par deux fois,
De coups qui auraient pu en tuer quatre,
Mais il s'en va guérir en mer ;
Je ne crois pas que personne
Puisse jamais le tuer.
– Beau fils, je le savais bien ;
Puisque tu lui as échappé,
Laissons-le en paix.
– Sire, dit Florimont, plus jamais
Je ne connaîtrai de joie s'il ne meurt pas :
Il a trop ravagé le pays.
Ou demain il perdra la vie
Ou ce sera fait de moi ! "
Alors, il fait appeler son maître ;
Il lui dit et commande
De lui faire fabriquer une faux
D'acier tranchant et effilé,
Un peu courbée, bien aiguisée,
Et qu'elle soit bien apprêtée.
" Vous la fixerez sur un pieu
Fermement par treize clous.
Faites-moi une lance solide,
Que j'emporte demain avec moi. "
Floquart s'applique vivement
À l'exécution des ordres.
Tandis qu'on lui nettoie ses plaies,
Et qu'on les bande avec soin,
Le damoiseau se restaure.
Quand il est propre et rassasié,
Et qu'il a fini de manger,
On lui prépare son lit.
Florimont va bientôt se coucher,
S'étendre, reposer et dormir,
Tandis que Floquart fait forger
Les garnitures bien aiguisées
Et préparer toutes les armes :
La faux aiguë, la lance tranchante.

 

XLV

(2351-2380)

Florimons cest matin levez
A un temple sen est alez
Et ses peires o lui ala
Et sa meire que mout lama
Totes les atres gens i vont
Que mout amoient florimont
Quant il ot ens el temple ore
Ses garnemens ait demandez
Bien len ont arme a sa guisse
Son espie tient sa faux ait prisse
Il lont convoiet de boen gre
Tant quil fut hors de la cyte
Dels prent congie et si sen vet
Toz ensemble plorant les lait
Vers la fosce sen vet tot droit
Quant li mostres florimont voit
Iries en fut jai ne queist
Que tel viande li venist
Florimons lescria mout fort
Et il se vire et se detort
Voillet ou non lever lestuet
Et quant il voit que mais ne puet
Sus est levez iriement
Li damo[i]siaus mout bien latent
Son espie prent sa faux posa
Lez soi en terre la planta
Li moustres vient per grant vertu
Et florimons lait bien feru
Par les coustez de son espie
El cors len sont entre dui pie
Florimont s'est levé à l'aube.
Il s'est rendu au temple
Accompagné de son père,
Et de sa mère qui l'aime beaucoup.
Tout le monde les suit,
Car tous l'aiment.
Quand il a fini de prier,
Il demande son équipement,
Et ses gens s'approchent, pour l'armer.
Il prend la lance et saisit la faux.
Tous l'accompagnent alors,
Jusqu'au dehors de la cité.
Puis ils prennent congé de lui.
Il les laisse alors en pleurs,
Et se dirige droit vers la fosse.
Quand le monstre voit Florimont,
Il est furieux car il attend
Qu'on lui serve une autre viande !
Florimont l'interpelle fortement.
L'autre tourne et se tortille,
Mais, qu'il le veuille ou non,
Il est bien obligé de se lever !
Il se dresse alors furieux.
Le damoiseau l'attend :
Il saisit sa lance et pose sa faux
Qu'il plante près de lui.
Le monstre approche, formidable ;
Florimont le frappe, d'un coup,
Et enfonce la lame de sa lance
De deux pieds dans son corps.

 

XLVI

(2381-2478)

Li moustres fut forment navrez
Les rasours nait pas ranfussez
Il vet ferir per grant vertu
Florimont el gros de lescu
As ongles en lescut se prant
Si que an dous moities li fant
Et le clavain li a fauce
Si quan la cusse lait navre
Florimons ot de son escu
Le muelz et le plus tot perdu
Li clavainz fut fausez et rous
Et il fut bien navrez desoz
Et li moustres permi le cors
Fut navrez et li sans ist hors
De lui qui le fait esmaier
De guerir eust grant mestier
En la mer aler sen veloit
Mai florimons bien lapersoit
Ensi com il prist sa volee
Florimons ait sa faus getee
En leile le prist el plus gros
Li a tranchiet la char et los
Leile cheit et icil chiet
Dist Florimons cist cols me siet
Jai puis ne doi plaindre mon mal
Puels que je voi le geu engal
Or fut li moustres malbaillis
De leile fut mout aflebis
Or ot li moustres grant destresce
Lai ou voit florimont sadresce
Sor soi le cuidoit eschacier
Sas eiles le peust baillier
Mai flebis fut del sanc quil pert
Et florimons del branc le sert
Si len vet ferir tel colee
Que la teste li a copee
Li moustres fut mors et vancus
Ancor en est li leus mentus
Ensi le nomment qui lai sont
Le val a moustre florimont
Florimons fut enmi la plasce
Lescut posait liame delasce
Il ostet liame de son chief
Si a le clavain despoillie
Son olifant veloit corner
Per les chans prit a esgarder
Si vit venir per aventure
Un palefroit grant aleure
Une pucele sus seoit
Que vers le damoisel venoit
Une espee pent a larson
Ne menoit peir ne compaignon
Florimont vit enmi le vis
Se li dist deus vos sat amis
Il respont deus vos sa(s)t amie
Mai je cuit que je di folie
Dame que je sui escuiers
Ne sui pas ancor cheveliers
Grant folie est de damoisel
Quant ju amie vos apel
Amins se respont la pucele
Per ma foi je sui damoisele
Vos ne dites pas vilonie
Soies amis et je amie
Vos avez mon anemin mort
Le mostre qui mait fet maint tort
Per foi il mait ossis mon peire
Un mien serorge et un mien frere
Il fut ersoir veus dolans
En nostre terre toz senglans
Si soi tres bien que si endroit
Ot pris le mal que il avoit
Une galie en fis armer
Por vos et por lui passai mer
Satrement n[en] est atornez
Ancor ferait de mal assez
Por ce sui ge a vos venue
La damoisele est descendue
Florimons la descent a terre
Le palefroit tint per la serre
La damoisele prist lespee
Et si lait florimont donee
Et un anel dor li dona
Et doucement li demanda
Cuidies le vos bien avoir mort
Dame ja mais ne ferait tort
Si ferait voir ancor asseis
Cil atrement nest atorneis
Se ensi remaint li charcros
La char que veez et le cros
Prime[s] le fendez o lespee
Et si en tra[i]ez la coree
En li nait riens de bone part
Mai sor le cuer un poc de lart
Totes vos plaies en oignez
Ensi serez sempres senez
Et si faites latre estoier
Il vos avrait ancor mestier
Le monstre est gravement blessé ;
Il n'a pas pu échapper aux rasoirs.
Il frappe de toutes ses forces
Le bouclier de Florimont
Qu'il déchire de ses griffes
Et sépare en deux moitiés.
Puis il arrache le clavain du damoiseau
Et lui déchire la cuisse.
Florimont n'a plus qu'un lambeau
De son bouclier ;
Et son clavain est faussé et rompu.
Il est blessé à la jambe ;
Et le monstre, lui aussi,
Est blessé dans sa chair
D'où le sang jaillit à flot.
Il a grand besoin de rejoindre
La mer pour se revigorer,
Mais Florimont le voit
Prendre sa volée
Et lui jette sa faux,
Qui le frappe au gras de l'aile.
Il lui tranche la chair et l'os.
L'aile choit et la bête aussi.
Florimont dit : " Voilà qui est bien !
Je n'ai plus à me plaindre,
Car désormais le jeu est égal. "
Le monstre est bien mal en point.
Affaibli, privé de son aile,
Il est en grande détresse.
Il se jette alors sur Florimont
Et cherche à l'étouffer
De ses ailes ramassées.
Mais il est affaibli par le sang qu'il perd,
Et Florimont, de son épée,
Lui frappe un tel coup
Qu'il lui coupe la tête.
Le monstre est mort et vaincu.
Le lieu en garde la mémoire
Car tous l'appellent désormais
Le Val au monstre de Florimont.
Florimont est maître du terrain,
Il pose son écu et délace son heaume :
Il le retire de son cou
Et se dépouille du clavain.
Puis il embouche son olifant
Quand, regardant à travers champs,
Il voit, ô merveille, accourir à lui
Un palefroi, à grande allure,
Que chevauche une pucelle,
Sans compagnie —ni compagnon :
Rien qu'une épée à son arçon !
Elle accoste le jeune homme
Et le regarde dans les yeux ;
Elle lui dit : " Dieu te bénisse, l'ami ! "
Il répond : " Dieu vous garde, m'amie !
Mais je crois que je dis folie,
Ma dame, car je suis écuyer
Et non pas encore chevalier.
C'est impudent d'un damoiseau
De vous appeler son amie.
– Ami, lui répond la pucelle,
Par ma foi, je suis demoiselle.
Tu ne dis pas de vilenie.
Sois mon ami, moi ton amie.
Tu as tué mon ennemi,
Le monstre qui m'a fait tant de mal,
Car il a tué mon père,
Mon neveu et mon frère !
On l'a vu hier soir, blessé,
Errer sanglant par notre terre.
J'ai su bien vite en quel endroit
Il avait pris son mauvais coup.
Ainsi, j'ai fait armer un bateau,
Et j'ai passé la mer pour te rejoindre.
Si les choses avaient tourné autrement,
Il aurait continué de nuire !
Voilà pourquoi je suis ici. "
La demoiselle se penche
Et Florimont l'aide à descendre
Du palefroi qu'il tient par la bride.
La demoiselle prend l'épée
Et puis la donne à Florimont,
Ainsi qu'un anneau d'or.
Elle lui dit alors doucement :
" Es-tu sûr qu'il est bien mort ?
– Plus jamais il ne fera de mal !
– Il pourrait bien en faire encore,
Si on le laisse, en cet état,
Sans s'occuper de sa carcasse !
Ouvre-lui le ventre
Avec l'épée que je t'ai donnée,
Et vide-le de ses tripes,
Toutes bonnes à brûler,
Sauf, près du cœur, un peu de graisse
Dont tu pourras oindre tes plaies
Afin que bientôt elles guérissent.
Et pense bien à garder le reste,
Qui pourra encore te servir ! "

 

XLVII

(2479-2500)

Florimons fet isnelement
Tres bien tot son comandement
Quant li lars fut del cuer ostez
Ses plaies oin[s]t toz fut senez
Florimons ce dist la pucele
Je sai bien que assez sui bele
Jai tant ne puels aler se croi
Que plus bele trusses de moi
Je sui voir de lile selee
Et por toi ai ge mer passee
En ma terre nen ait plus hoir
Se tu wels a moi remenoir
Tu serais rois de ma contree
Et je royne queronee
Florimons pensait en son cuer
Je ni puis aler a nul fuer
Et si iroie jai mon vuel
Mai mes peires morroit de duel
Et ma meire et latre gent
Sertes mout puis estre dolent
Se je pert de cai teile honor
Et de tel pucele lamour
Florimont s'applique à faire
Ce qu'on vient de lui dire.
Il détache la graisse du cœur
Et il en enduit ses plaies.
" Forimont, lui dit la pucelle,
Je sais bien que je suis belle
Tu ne trouveras nulle part
Aucune femme plus belle que moi.
Je suis venue de l'île Celée
Et pour toi j'ai passé la mer.
Il n'y a plus chez moi d'héritier,
Et si tu veux m'accompagner
Tu seras roi de ma contrée
Et moi ta reine couronnée. "
Florimont pense en son cœur :
" Je ne peux en aucun cas accepter,
Même si j'en ai envie !
Car mon père mourrait de douleur,
Et ma mère, et tous mes amis.
Certes la situation est cruelle
D'avoir à renoncer à un tel honneur
Et à l'amour d'une telle pucelle !

 

XLVIII

(2501-2596)

Florimons est enmi la plasce
Amor[s] et pitie[s] mout le lasce
Pities li di(s)t vai a ton peire
Ne laissier ta gent ne ta meire
Amour[s] li di(s)t s[i]eu la pucele
Ja mais ne troveras tant bele
Contre amor nen ait riens vertu
La damoisel avait vencu
La damoisele sapersoit
Quant ele si penser le voit
Quil ait grant pitie de son peire
Et de sa gent et de sa meire
Florimont fet ele dolor
Ais grant de pitie et damor
A seu que je te voi si mat
Sai ge que a toi se combat
Pities et amor[s] tot ensemble
De ton peire si com moi semble
Et de ta meire ais grant paor
Que ne socient de dolor
Et de ton maistre et de ta gent
Mai je sai bien a essient
Grant pertie de ton coraige
Doit amor vancre per ussaige
Pitie te tornet datre part
Amor tait ferut de son dart
Quant tu esgardes ma biate
Amor te di(s)t que de bon gre
Ten vignes ades avec moi
Florimont jai pitie de toi
Por [t]amor ferai ton voloir
Moi et ta gent poras avoir
Ensi com morais devisser
Quant tu vodras a moi parler
Namener compaignon o toi
Si poras si parler o moi
Ne conter riens de nostre amor
Ne a amin ne a signor
Se nostre amor estoit seue
A toz jors mais mavrais perdue
Ne por amour ne por avoir
Ne me poroies mais ravoir
Florimont vois tu cest boscaige
Joste la meir lonc le rivaige
Iluec ma galie matant
Et si i ait mout de ma gent
Ne veloie que nus venist
O moi por ce que non oist
Seu que vorons fere ne dire
Mout est fols que damors est sire(s)
Quant a mainte gent sen acroit
A tel le di(s)t qui le dessoit
Que sa joie li met en ire
A tel le puet conter et dire
Qui amor welt lonc tens garder
Gar(s)t soi de folement parler
Florimont amor est fontaigne
Dont li ewe est et clere et saingne
Que la puisse si com il doit
De lewe clere douce boit
Et que la welt tant chasirer
Que il fascet lewe trobler
Puels ne la puet il douse boivre
Cil de fine amor se dessoivre
Et la chausire quant il di(s)t
Folie dont atres se rit
Li ris sen vet et cil remaint
Se nest pas tors se il san plaint
A seu quil cudet prendre faut
Que trop de parler soresa[u]t
Pucele dist li damoisiaus
Soreparlers nest mie biaus
Mai que de bone amor est sire(s)
Et ait iseu que il desire
De joie ne se puet tenir
Mais il se puet assez covrir
Amours ne vit datre condu[i]t
Mai que(s) de joie et de de(s)duit
Et si vos dirai bien por coi
Selonc seu que jen sai et voi
Damoisele dist florimons
Quant joie damor est a fons
Del cuer [et] assise et plantee
Tant crast a cuer quele est ramee
Et li rain sespandent per tot
Damoisele on nen seit mout
Tant que li rains vient a la bouche
La flor[s] del rain la langue touche
Cuidies en vellant ou en songe
La flor[s] en coi la langue plonge
Sutilment ne li fasset dire
La joie dont li cuers est sire(s)
Quant on ne le di(s)t en veue
Est dons por ce lamor[s] perdue
Puels que nus hons nen apersoit
La joie dont ses cuers sesjoit
Florimont est au milieu du gué,
Déchiré entre l'amour et la pitié.
Pitié lui dit : " Va vers ton père ;
N'abandonne ni tes proches, ni ta mère. "
Amour lui dit : " Tu ne trouveras
Jamais de femme aussi belle. "
Et contre Amour rien ne prévaut,
La demoiselle a déjà vaincu !
Elle devine bientôt,
En le voyant douter si fort,
Qu'il a grand pitié de son père,
De sa mère et de ses amis.
" Florimont, dit-elle, tu souffres
De compassion et d'amour !
À te voir ainsi accablé,
Je devine quel combat
Mènent en toi la pitié et l'amour.
De ton père, à ce qu'il me semble,
Et de ta mère aussi, tu crains
Qu'ils ne meurent de tristesse,
Ainsi que ton maître et tes amis.
Mais je sais bien, par expérience,
Que l'habitude, à la longue,
Finit par vaincre le sentiment.
La compassion te dévore
Et l'amour te pique de son dard
Quand tu regardes ma beauté.
Amour te dit que, de bon gré,
Tu dois me suivre.
Florimont, j'ai pitié de toi.
Par amour, je ferai tout ton vouloir :
Tu pourras tout posséder,
Autant que tu le désires.
Et chaque fois que tu le souhaiteras,
Tu pourras me rencontrer,
Sans autre compagnie,
Sans rien dire de notre amour,
À tes amis ni à ton seigneur.
Si notre amour était connu,
Tu m'aurais perdue pour toujours,
Et ne pourrais plus jamais,
En aucune manière, me retrouver.
Florimont vois-tu ce bosquet,
Au bord de la mer, près du rivage ?
Là-bas m'attendent mon bateau
Et toute ma compagnie.
Je n'ai pas voulu que personne vienne
Avec moi, afin de garder secret
Ce que nous allions faire et dire.
Bien fou qui l'amour possède
Et le confie à trop de gens !
À tel le dit qui le trahit,
Par jalousie de son bonheur ;
Mais à tel autre il peut l'avouer.
Qui veut protéger son amour
Doit se garder de parler trop !
Florimont, l'amour est une fontaine,
Dont l'eau claire est vive ;
Il faut la puiser avec délicatesse.
Bois de cette eau si claire et douce !
Mais prends garde à ne pas l'agiter,
Afin de ne pas la troubler,
Au risque de la rendre imbuvable.
On se sépare du fin amour
Et on le répudie quand on en dit
Des folies dont les autres se rient.
Le rire s'éteint et l'on reste seul,
À se lamenter avec raison.
Il faut faire bien attention,
À ne pas s'étourdir de paroles.
– Pucelle, dit le damoiseau,
Trop parler, certes, n'est pas beau.
Mais celui que l'amour submerge,
Et qui possède ce qu'il désire,
Peut-il bien retenir sa joie ?
Il doit pourtant rester prudent !
L'amour ne se nourrit
Que de joie et de plaisir.
Et je veux bien vous dire pourquoi
Selon ce que j'en sais et vois.
Damoiselle, poursuit Florimont,
Quand la joie d'amour est semée,
Au fond du cœur, et bien plantée,
Elle croît tant qu'elle bourgeonne,
Et bientôt ses rameaux jaillissent.
On découvre alors, demoiselle,
Lorsque la tige vient à la bouche,
Et que la fleur la langue touche,
Au frais calice où elle plonge,
Sans bien savoir si c'est un songe,
Que subtilement elle lui fait dire
La joie qui inonde son cœur.
Quand on ne peut le dire clairement,
Est-ce pour autant amour perdu,
Si personne alors ne découvre,
Toute la joie dont le cœur brûle ? "

 

XLIX

(2597-2622)

Damoisiaus la pucele di(s)t
Mout avez damor en escrit
Assez en seit que si respont
Je sai mout bien quil ait el mont
Chose[s] con puet et fere et dire
De coi bone amor nen enpire
Ensi com morrois jai parler
Cil qui loiament welt amer
Soit frans et dous davant la gent
Larges de bel acoentement
Esjoir se puet de chanter
Et de servir et de doner
S[e]u est la flor[s] que del rain part
Et que de sorparler se gar(s)t
Et que en tel guisse le fasce
Qu[e] a fine amor ne desplasce
Il est une atre amor truande
Qui ne vit pas de tel viande
Mai ne tient riens de teile amor
Cil qui de cele sont signor
Doient assez parler et dire
Que miaus i done plus (n)est sire(s)
Mai fine amor fet sens avoir
A son amin tot son voloir
Nait que fere de tel maisel
Ne seit vandre char a coutel
" Damoiseau, dit la pucelle,
On parle d'amour dans les livres ;
J'en sais assez pour vous répondre.
Je sais fort bien qu'il y a au monde
Des choses qu'on peut dire et faire
Sans risquer de gâcher l'amour,
Ainsi que vous venez de le dire.
Celui qui aime loyalement,
Se montre franc devant les gens,
Doux, généreux, d'abord aimable,
Et peut se réjouir de chanter,
Et de servir et de donner.
Comme la fleur éclot sur la branche,
Il se garde de rien froisser,
Et fait tout de telle façon
Qu'il en protège la floraison.
Il est une autre amour truande
Qui se nourrit d'une autre viande,
Sans rien tenir de fine amour.
Ceux qui tâtent de son empire
Ne manquent pas de jacasser
Qu'on aime mieux, à être riche !
La fine amour est plus subtile,
Qui donne sans rien demander,
Et n'a que faire de l'étalage
Où se vend la chair à boucher. "

 

L

(2623-2656)

Florimons li a dit voirs est
Vez moi de vostre voloir prest
Se vos perdoie per folie
Muelz vodroie perdre la vie
La pucele vers lui se trait
Florimons delez li sestait
Acolait lai et si la baisse
De tot son voloir li fist aisse
Quant ont baissie et acole
Et se sont un poc repose
Florimons ce di(s)t la pucele
Que mout estoit cortoisse et bele
Tu ais mon anel et lespee
Que japortai dile selee
Garde lanel tel ne millor
Ne troverais de sa valour
Mentres que tu lanel avrais
A home ne demanderas
Riens ne fasset le tien voloir
De seu quil avrait le pooir
Lespee garde asiment
Mai le fuere ferais senglant
Por persevance de la gent
Faire lestuet seleement
Cil te demandent de lespee
Dirais quel mostre lais trovee
Bien doit on mentir por samie
Quant amor[s] ne le deffent mie
Et lamie bien por lami(n)
Redoit mentir tot atresi
Amins tu ais boen garnement
Lanel lespee loignement
Tout seu est boin a chevelier
Si croit quil vos avrait mestier
Florimont lui répond : " Tu dis vrai !
Tu me vois prêt à ton désir.
Si je devais, par malheur, te perdre,
J'aimerais mieux perdre la vie. "
La pucelle se serre contre lui.
Florimont l'accole,
L'enlace et la baise,
De tout son vouloir et tout à son aise.
Quand ils se sont baisés et accolés,
Puis se sont un peu reposés,
Florimont dit à la pucelle
Combien elle est courtoise et belle.
" Tu as mon anneau et l'épée
Que j'apportai de l'île Celée
Garde-le bien !
Il n'en est pas de plus précieux.
Tant que tu posséderas cet anneau
Tu pourras exiger de tout homme
Qu'il ne fasse rien en son pouvoir
Qui contredise ton vouloir.
Garde bien également l'épée
Dont tu rougiras le fer
Du sang de ceux que tu veux perdre.
Prends garde seulement
De dire à ceux qui t'interrogeront
Que tu l'as prise auprès du monstre.
On peut mentir pour son amie
Quand l'amour ne le défend pas.
Et l'amie peut en faire autant
Pour son ami, tout aussi bien.
Mon ami, te voici bien protégé :
L'anneau, l'épée et l'onguent,
Tout ce qui sied à chevalier
Et dont tu auras bien besoin ! "

 

LI

(2657-2694)

Florimont je vois a ma gent
Qui a ma galie matent
Pence de nostre amor celer
Je men wel a ma gent aler
Se ne me pers per ta folie
Mout avrais en moi bone amie
Estroit se sont entrebaissie
Plorent damors et de pitie
Puels la montait el palefroi
Amblant sen vet per le gravoi
Li palefrois sen vet amblant
Et florimons remeist pensant
Et quant il ot un poc pence
Si ait son olifant sone
Si que sui home lont oi
Que por lui estoient merri
Vers lui sen vont isnelement
Que li uns latre ni atent
Li dus et la duchoisse i vont
Que mout amoient florimont
Et floquars ni est remez mie
Ains alait en la compaignie
A moustre sont venu tot droit
Lai ou florimons mort lavoit
Le moustre truevent mort a plain
Le damoisel truevent tot sain
Li dus en ait mout grant mervelle
A edorie le conselle
Dame je voi mervelle[s] grans
Sains est plus ait de garnemans
Est hons venus per la marine
Que li eust fet me(s)decine
Il li demandet de lespee
El moustre fet il lai trovee
Dient bien semble verite
Il avait tel home tue
Qui avoit sainte cele espee
En sa pance lavoit gardee
 

" Florimont, vois, mes gens m'attendent
Sur le plage où mouille mon bateau.
Cache bien notre amour
Je m'en retourne auprès d'eux.
Si tu suis bien mes conseils
Je resterai ta bonne amie. "
Ils se serrent et se baisent fort,
Pleurent d'amour et de pitié,
Puis elle monte sur son palefroi
Et s'éloigne vers la plage.
Le palefroi rejoint l'horizon
Que Florimont regarde pensif.
Puis, comme se réveillant soudain,
Il saisit son cor et sonne.
Alors les hommes l'ont entendu
Qui se faisaient bien du souci.
Ils se hâtent à le rejoindre,
Au plus vite, chacun pour soi.
Le duc et la duchesse y vont
Car ils aiment trop Florimont.
Et Floquart n'est pas le dernier
À se joindre à la compagnie.
Ils se dirigent vers le monstre
Là où Florimont l'a vaincu,
Et découvrent la bête morte.
Le damoiseau est bien vivant
Ce dont le duc s'émerveille.
Il s'en confie à Édorie :
" Dame, je vois grande merveille,
Il est indemne et désarmé.
Quelqu'un sera venu de la mer
Pour le soigner et l'assister. "
On l'interroge sur son épée,
Il répond qu'il l'a prise au monstre.
Et chacun pense, à vrai dire,
Qu'a l'occasion d'un autre combat,
Un homme a laissé cette épée
En foncée dans le ventre du monstre.


 

LII

(2695-2740)

Li dus le baissait et sa meire
Et puels li demanda ses peire
Ou preis tu cel oignement
Qui tait guerit si saig[n]ement
Sire fet il je le trais hors
Del mostre qui lavait el cors
Ne vos mentiroie a nul fuer
Que il lavoit entor le cuer
Lai le pris je et cest anel
Que vos veez il mest mout bel
De seu orent mervelle tuit
Grant joie orent et grant de(s)duit
Del mostre que il virent mort
Qui lor avait fait maint grant tort
Le charchois ont ars et vente
Puels sen vont tuit en la cyte
Et mataquas et edorie
Florimons pensait a samie
A home ne dissoit son estre
Mai mout vosist cheveliers estre
Un jor mit floquart a raison
A lui sen vet en sa mason
Maistres fet il fors et legiers
Sui bien puis estre cheveliers
Floquars respont dis le por moi
Se tu le wels et je lotroi
Et wels le(s) tu per main a main
Oil voir ainz hui que demain
Florimont por chevelerie
Ten vai a roi desclabonie
Il aimmet mout le duc ton peire
Et si est il oncles ta meire
De lui wel ge que armes praignes
Et que tu a sa cort remaignes
Tant que il ait vancut sa guerre
Mout ait danemis en sa terre
Por ce avrais tu grinor los
Il nen ait anemin si os
Que riens de ton droit te deffande
Ne que ton cors en champ atende
Et deservirais tes sodees
Quant il tavrait armes donees
Ne de guerre nen avrait mais
Et quil avrait sa terre en paix
A honor tem puels repairier
Si avrais a ta gent mestier
Le duc embrasse ses parents,
Et son père lui demande :
" Où as-tu pris cet onguent
Qui a si bien guéri tes blessures ?
– Sire, dit-il, je l'ai retiré du monstre
Qui l'avait dans son ventre,
Où, pour tout vous dire,
Il tapissait l'entour du cœur.
Je l'ai pris là avec cet anneau
Que vous voyez, qui est si beau. "
Tous s'émerveillent
Et se réjouissent vivement
De voir mort le monstre
Qui leur a fait tant de mal.
Puis ils brûlent le cadavre
Et s'en reviennent
Tous ensemble à la cité.
Florimont pense à sa belle
Dont il ne révèle à personne l'existence.
Puis, comme il souhaite vivement
Devenir chevalier, il se rend un jour
Chez son maître Floquart et lui dit :
" Maître, je suis fort, souple et élancé ;
Je puis fort bien être chevalier ! "
Floquart lui répond : " Pour moi,
Je veux bien satisfaire ta demande.
Si tu le souhaites vraiment.
– Sûr ! Et aujourd'hui plutôt que demain.
– Florimont, tu vas faire tes armes
Auprès du roi d'Esclavonie.
Il aime bien le duc, ton père ;
Et il est l'oncle de ta mère.
C'est lui qui te fera chevalier.
Et à sa cour tu séjourneras
Pour l'aider à mener ses guerres.
Il a beaucoup d'ennemis,
Tu en retireras beaucoup de gloire.
Il n'est d'ennemi si audacieux
Que rien t'empêche de défier
Ni d'affronter au champ de guerre.
Tu gagneras ainsi ta solde.
Quand il t'aura remis tes armes,
Dès que la guerre sera finie,
Et que sa terre sera en paix,
Tu pourras revenir ici,
Si tu en éprouves alors l'envie. "

 

LIII

(2741-2776)

Florimont tu es bien lettrez
Tu doies estre aiques senez
[Et] ancor puels assez aprendre
Sa mes paroles wels entendre
Tot seu retien en ton coraige
Se wels avoir grant vaselaige
Que ju orendroit te dirai
Maistres dites et je lorai
Florimons ententiblement
Escoutet et floq[u]ars laprent
Se tu wels en grant cort venir
Et por honor et por servir
Soies de boen acoentement
Ton avoir done largement
Qui le prendrait saches len grei
Plus que cil le tavoit donei
Per seu serais loing menteus
Ameis servis et reseus
Et se tu ais de gent besoing
Il te vendront servir de loing
Florimont se prinses ne beir(s)
Te welt de son aveir doner
Nel prendre se ten puels guenchir
Grans faix est datrui don baillir
Et grant honor ait qui despant
Grant faix ait que don quiert et prant
Mout est grans honors de despandre
Grans faix est de querre et datandre
Cil que donent sont honore
Per siaus cui li don sont done
Qui prent lavoir nait pas lonor
Quele remaint a doneor
Ades done toz jors conquier
Largesce te doit essaucier
Mout vient on tost a grant hatesce
Et a grant honor per largesce
" Florimont, te voici désormais
Bien éduqué et raisonnable ;
Et tu peux encore apprendre
Si tu veux bien m'écouter.
Garde bien au fond de ton cœur,
Si tu veux être grand seigneur,
Ce que je vais maintenant te dire.
– Maître, parlez ! Je vous écoute. "
Florimont écoute attentivement
Ce que Floquart lui dit :
" Si tu veux vivre en grande cour,
Et pour l'honneur et pour servir,
Sois de bonne compagnie,
Partage largement ta richesse
Et remercie ceux qui l'acceptent
Plus que ceux qui te l'ont donnée.
Cela te rendra sympathique
Aimé, servi et fêté.
Et si tu as besoin qu'on t'aide,
On viendra te servir de loin.
Florimont, si un prince, ou un baron,
Veut te faire des cadeaux,
Refuse-les, si tu le peux,
Car il est dur de recevoir.
Celui qui donne est à l'honneur
Mais il est lourd de quémander.
On est fier de dépenser,
Mais il est bien pesant d'attendre.
Ceux qui donnent sont honorés
Par ceux à qui ils ont donné.
Qui reçoit un cadeau n'en retire pas
L'honneur qui reste au donneur.
Qui donne un jour conquiert toujours.
La largesse est une grâce
Qui comble bientôt d'honneurs
Ceux qui savent la pratiquer. "

 

LIV

(2777-2830)

FIorimont se tu wels amer
Ou a dame damor parler
Tu ais apris a bone escole
Amor ne quiert longue parole
Ele ne quiert lonc parlement
Ainz tot la parole sovent
Quant hons ait seu quil plus desire
Rien ne li seit conter ne dire
De seu ont faillit li plusor
Qui ont conte del feu damor
Que per les eus doit sen passer
Ceste parole wel fauser
A mainte gent est avenu
Quil ont amei ainz que veu
Seu que lor cuers fort desiroit
[C]on(s) aimmet bien por ce con(s) oit
El cors sen passet per loroille
Et amor ens el cuer satroille
Si com li feus a lesche prent
Per la main i revient sovent
Quant la main[s] tient seu que li plaist
Amors tient son dart si i trait
Per la main vet au cuer la plaie
Que riens sens amor nen apaie
Desi au cuer leanz ou cors
Lorelle qui est per dehors
Lescoutement le parler ot
Au cuer lenvoie qui sesjot
Li eus voit la joie le rire
La biate dont li cuers est sire
Per totes ises choses entre
Li feus damors el cuer del ventre
Honor[s] proesce dous servisses
Font le feu dont amor[s] atisse
Dun oil en atre sat li feus
Que doucement art en toz leus
Part[ie] en vet per l(or)oil(le) el cors
Cil ment que di(s)t ne peirt dehors
Puels que li eus son esgart tient
Cele part dont li feus li vient
Dont nest pas la plaie sanee
Mai a cuer est soresanee
Dont li cuers ait seu quil desire
Nest mervelle cil voit le mire
Qui de son mal le puet aidier
Se il lesgardet volentiers
Quant atre bien nen puet avoir
Si se seolet del veoir
En dormant en ait grant de(s)duit
Que voit de jor songet la nuit
A seu conoist on fin amant
Con le voi[t] preu large taissant
Damours tai dit seu que jen sai
Dune atre chose te dirai
" Florimont, si tu veux aimer
Ou à dame parler d'amour,
Tu t'es trouvé à bonne école.
Amour ne quiert longue parole ;
Il ne quiert long parlement
Mais garde le silence, le plus souvent.
Quand on a eu ce qu'on désire
On ne sait que conter ni dire.
Mais certains manquent à la réserve
Qui racontent leur feu d'amour,
Au lieu de le garder pour eux.
On doit à la vérité de dire
Qu'à mainte gent est advenu
Qu'ils ont aimé avant de voir,
Ce que leur cœur désirait.
On peut aimer ce qu'on entend,
Et qui pénètre par l'oreille,
Avant d'embraser tout le coeur,
Comme le feu prend dans la paille.
La main aussi est messagère
Et quand elle aime ce qu'elle touche,
L'amour en fait sa flèche et tire.
Par la main il ouvre au cœur la plaie,
Que rien sauf amour n'apaise,
Jusqu'au fond du cœur et du corps.
L'oreille s'ouvre à la compagnie
Dont elle écoute les paroles
Qu'elle envoie au cœur réjoui.
L'œil voit la joie et le rire,
La beauté dont le cœur est sire.
Et par tous ces chemins pénètre
Le feu d'amour au cœur de l'être.
Honneur, prouesse, doux service
Attisent le feu que l'amour brûle.
D'un regard l'autre, saute l'éclair
Qui doucement brûle en tous lieux,
Ou se glisse encore par l'oreille.
Il ment celui qui se croit sauf,
Quand l'œil l'a pris dans son filet,
Et lancé le feu redoutable
Dont la brûlure ne guérit pas,
Mais va dévorer tout son corps.
Le cœur possède ce qu'il désire.
Rien d'étonnant car le médecin,
Qui peut le guérir de son mal,
Il le contemple avec bonheur !
Et lors même qu'il n'en a rien d'autre,
Il se satisfait de le voir.
Il jouit en dormant du spectacle
Qu'il voit le jour ; il en rêve la nuit.
On reconnaît un bon amant
À ce qu'il sait se taire souvent.
D'amour j'ai dit ce que je sais
Et d'autre chose je vais parler. "

 

LV

(2831-2862)

Florimont se hons tait servi
Garde nel metes en obli
Se tu le fais de mainte gent
En avrais damaige sovent
Chascuns dirait seu fist celui
Atretel referoit atrui
A grant besoing tost te faudroit
Cil que muelz aidier te poroit
Se retenoies gueredon
Ne de servisse ne de don
Qui a chetif consoil satant
De grant honor vient a noient
Florimont plus dire te wel
Garde toi de mavais orguel
Humelitez ait grant vertu
Dorguel sont mort et confondu
Maint roi maint prinses et maint conte
Orguels met son signor a honte
La racyne dorguel est vaigne
Ne puet florir ne ni vient graingne
Fause est et la flor[s] et li grain(s)
Tuit sont faus et porri et vain
Florimont per humelite
Ait on honor et richete
Quant mavais orguels si embat
De lonor en honte labat
Que son anemin tient destroit
Nest pas orguels ains fet que doit
Cil le puet tenir en destresce
Su est donor et de proesce
Mai se il welt merci crier
Selonc son fait la doit trover
Florimont, si un homme te rend un service,
Garde-toi bien de l'oublier.
Car si tu en prenais l'habitude,
Tu en aurais bien des ennuis.
Chacun dirait : " Il l'a oublié,
Il en oubliera bien d'autres ! "
Et si alors tu étais obligé
De solliciter, toi aussi, de l'aide,
Tu ne pourrais bénéficier
Du retour de ton service.
Qui fait preuve de mesquinerie
À tôt fait de déchoir.
Florimont je veux te dire encore :
Garde-toi du mauvais orgueil
Et cultive l'humilité.
D'orgueil sont morts, et effacés,
Maint roi, prince et comte :
Orgueil à son maître fait honte.
La racine en est stérile,
Il n'en pousse fleur, ni bourgeon.
Fanée la fleur, pourri le grain,
Tout est faux, sec et vain.
Florimont, c'est l'humilité
Qui donne l'honneur et la richesse.
Quand le mauvais orgueil s'en mêle,
L'honneur tourne vite à la honte.
Celui qui combat son ennemi
Ne fait que son devoir.
S'il s'en rend maître,
Il en retire honneur et prouesse.
Mais s'il doit demander merci,
Il mérite qu'on le respecte. "

 

LVI

(2863-2922)

Florimont seis que je te di
A amin ne a anemi
Ne dois ranponer ne tencier
Nest mie bel a chevelier
Cil welt tencier en sa mason
Si len heent sui compaignon
Se il welt tensier en charriere
Ussaige fait de chamberiere
Que danemin di(s)t son voloir
Quant del vengier nen ait pooir
Vengier ne sose et di(s)t en lait
Si com mavais mastins le fait
Cil sent le louf fors en la plasce
Davant sescont puels le manasce
Ne vient a leu quil nest si os
Puels labaie quant est enclos
Se tu viens em plait florimont
Escoute bien et puels respon[t]
Que plus quil ne doit welt parler
De folie truevet son peir
Tel riens li di(s)t enmi la plasce
Dont il li fait rougir la fasce
Bien fait que parlet per droiture
Et cil qui respont per mesure
Mout est fols que welt noisse faire
A lore quil se devroit taire
Florimont mout ies bien apris
El mont nait terre ne pais
Ne cort se tu i wels aler
Que bien ni puisses converser
Fai adouber tes damo[i]siaus
Tes vales et tes jovensiaus
Et fai ton hernais atorner
Se tu wels vers le roi aler
Je meismes irai o toi
Dist florimons et je lotroi
Florimons per grant cortesie
Prist congie toz sous de samie
Lanel portait et loignement
Et la bone espee asiment
Et de sa meire congie prist
Vient a son peire se li dist
Sire je sui a vos venus
Assez sui grans fors et creus
Si vodroie ore estre adobez
Li dus respont jel wel assez
Florimons dist je men irai
Puels que de vos congie en ai
A riche roi desclabonie
Li dus respont a deu[s] ahie
Armes te donrai a honor
Por ta meire et por monor
Biaus fils tu moenras de ma gent
Deniers porterais et argent
Nen ai gaires se poiset moi
Quant vendras a la cort le roi
Tant davoir com poras avoir
Done et [si] despent a pooir
Sire fet il assez en ai
Et se deu plaist jen conquerrai
" Florimont, écoute bien mes paroles :
Ni tes amis, ni tes ennemis
Tu ne dois injurier, ni provoquer.
Ce n'est pas digne d'un chevalier !
Si tu tempêtes en ta maison,
Tes proches bientôt te mépriseront ;
Si tu t'agites sur la route,
Tu te comportes en chambrière
Qui médit de sa rivale,
Quand elle ne peut s'en venger.
Elle n'ose se venger et aboie
Comme le chien furieux
Qui sent l'odeur du loup ;
Il s'enfuit d'abord puis il hurle.
Comme il n'ose pas l'attaquer,
Il le menace depuis son enclos.
Florimont, si tu dois ester en justice,
Écoute bien et puis réponds.
Celui qui parle plus qu'il ne doit
A tôt fait de trouver son maître,
Qui utilise ses propos
Pour lui faire rougir la face.
Il est bon de parler franchement,
Et de répondre avec mesure.
Il est fou celui qui fait du bruit
Lorsqu'il devrait se taire.
Florimont tu es bien éduqué.
Il n'y a au monde terre ni pays,
Ni cour où tu te rendes,
Où tu ne puisses être apprécié.
Fais donc adouber tes damoiseaux,
Tes valets et tes jouvenceaux,
Et fais préparer ton harnois.
Si tu veux te rendre auprès du roi,
Moi-même, je t'accompagnerai. "
Florimont dit : " Merci, mon maître ! "
Il prend congé de son amie,
Avec grande courtoisie.
Il emporte l'anneau et l'onguent,
Et la bonne épée également ;
Et de sa mère il prend congé
Il vient à son père et lui dit :
" Sire, je suis venu à vous
Car je suis désormais assez grand, fort
Et digne et je voudrais être adoubé. "
Le duc répond : " Je le veux bien. "
Florimont dit : " Je vais partir,
Puisque j'ai votre congé,
Chez le riche roi d'Esclavonie. "
Le duc répond : " Adieu, donc !
Je te donne des armes, pour ton honneur,
Pour ta mère et pour mon honneur.
Beau fils, je te confie une escorte ;
Tu emporteras des deniers et de l'argent.
Je n'en ai guère, ils pèseront peu.
Quand tu seras à la cour du roi,
Tu donneras et tu dépenseras
Tout ce que tu possèdes.
– Sire, dit Florimont, cela suffira.
Et, si Dieu le veut, j'en gagnerai encore. "

 

LVII

(2923-2972)

Li dus li cherget de ses drus
Cheveliers jones et chanus
Il ait pris congie de bon grei
Cele nuit se sont reposei
Et se leverent a matin
Arote se sont a chamin
La terre passent dalbanie
Et si sont entre em Bolgrie
Tant chevacherent per vertu
Que a roi medon sont venu
De par le duc lont salue
Florimont ait mout honore
As cheveliers et a la gent
Fut mout de bel acoentement
Li rois et si fist son voloir
Florimont dona son avoir
Li rois ama mout son servisse
Armes li dona a sa guisse
Toz les damo[i]siaus adoba
Que florimons i amena
Quant florimons fut adoubez
Biaus fut et grans et fors assez
Floquars ot joie quant le vit
Puels ait garde en son escrit
Menbra li de la vission
Del lyeoncel et del lyeon
Que li dus li avoit conte
Or sot il bien de verite
Se fut li lyeonsiaus dorez
Quant florimont vit adoube
Florimons estut en la terre
Tant quil ot vencue la guerre
Et toz conquis les anemi(n)s
Quant aquitez fut li pais
Tuit dissoient de florimont
Tel chevelier navoit el mont
Il estoit en toz leus contez
Por .XII. cheveliers armez
Mout ot as armes gueaingnie
A roi en vet prendre congie
Li rois li dist remain o moi
Et je ferai mon hoir de toi
Florimons dist ni remaindrait
Mai en sa terre sen irait
Li rois li volt avoir doner
Florimons ne len welt porter
Ains prent congie et si sen va
Li rois medons grant duel en a
Tant ait erreit per ses jornees
Quil est venus en sa contree
Le duc lui confie une escorte,
Des chevaliers, jeunes et vieux,
Et il prend congé de lui, dans la joie.
Puis, après une nuit de repos,
Tous se lèvent de bon matin,
Pour se mettre en chemin.
Ils traversent l'Albanie
Avant d'entrer en Bulgarie.
Ils chevauchent à longues étapes
Et arrivent enfin auprès du roi Médon.
Ils le saluent de la part du duc.
Florimont fait honneur
Aux chevaliers et à la cour.
Le roi se montre aimable
Et jovial ; il répond à ses vœux.
Florimont distribue ses cadeaux.
Le roi agrée son offre de service
Et lui fournit un équipement.
Il adoube tous les damoiseaux
Qui accompagnent Florimont.
Quand Florimont est adoubé,
Chacun admire sa prestance.
Floquart se réjouit de l'événement ;
Il se souvient du récit du rêve
Qu'il a conservé par écrit,
Du lion et du lionceau
Que le duc lui a décrits.
Il comprend que c'est bien Florimont,
Le lionceau doré du rêve,
Que le duc lui a raconté.
Florimont reste chez son hôte
Jusqu'à la fin de la guerre,
Et la victoire sur les ennemis.
Quand le pays est délivré
Tous disent de Florimont
Qu'il n'a nulle part son égal,
Et partout on répète
Qu'il vaut bien douze chevaliers.
Florimont a beaucoup gagné à se battre
Et veut prendre congé du roi.
Le roi lui dit : " Reste avec moi
Et tu seras mon héritier. "
Florimont lui répond
Qu'il veut rentrer chez lui.
Le roi veut le charger de richesses
Mais Florimont ne veut rien emporter.
Il prend congé et s'en va.
Le roi Médon est bien triste.
Florimont, à longues étapes,
Finit par rejoindre sa contrée.

 

Notes :
 

 

1. On pense au rêve de Nabuchodonosor : "Voici: un arbre / au centre de la terre / très grand de taille. / L'arbre grandit, devient puissant, / sa hauteur atteignait le ciel / sa vue, les confins de toute la terre. / Son feuillage était beau, abondant son fruit ; / en lui chacun trouvait sa nourriture, / il donnait l'ombre aux bêtes des champs, / dans ses branches nichaient les oiseaux du ciel / et toute chair se nourrissait de lui." Daniel, 4 7-9 ; Bible de Jérusalem, Desclée de Brower, 1975.

2. Le personnage de F(l)o(u)quart, précepteur de Florimont, s'inspire bien sûr directement du personnage d'Aristote, précepteur d'Alexandre-le-Grand, même si son évocation concrète procède de la fantaisie de l'auteur.

3. Rabelais, dont le Gargantua évoque à mainte reprise l'univers de Florimont, a longuement séjourné à l'abbaye de Maillezais —d'où procède la légende du "sanglier dans la chapelle" (cf. infra).

 

 

 

 

4. Le Monte Gargano, au sud de l'Italie, est, depuis le Vème siècle, le lieu d'un culte, consacré à Saint-Michel. On y célèbre l'archange, vainqueur du Dragon, pour l'aide qu'il a portée à un paysan de Siponte aux prises avec un taureau inspiré. C'est de cette légende qu'Aymon de Varennes s'inspire librement pour donner naissance à deux monstres qui l'un et l'autre imposent un tribut au duc d'Albanie et que Florimont, anticipant l'histoire, profane et religieuse, va combattre et tuer, successivement.

Le premier de ces monstres est un dragon amphibie (image de Satan, l'ange déchu, familière de l'iconographie propre à l'archange Saint Michel), prototype de la guivre à laquelle sera rattaché plus tard le personnage de Mélusine ; le second est un géant, nommé Garganeus —neveu bien aimé de l'émir de Carthage— évoqué, curieusement, dans le rêve prémonitoire du père de Florimont sous l'apparence d'un sanglier). La légende du sanglier, égaré dans une chapelle à l'instar du taureau dans la grotte miraculeuse, provient de la Chronique de Maillezais. Jean d'Arras (op. cit.) s'en est sans doute inspiré pour la scène de chasse inaugurale du Roman de Mélusine où le comte de Forez trouve la mort.

On peut ajouter que la dame de l'île Celée, qu'on vient d'évoquer, semble bien appartenir elle aussi au monde merveilleux des fées et des dragons, à la fois par le pouvoir extraordinaire des objets qu'elle confie à Florimont et par l'intimité qu'elle révèle avoir entretenue avec le monstre, habitué de l'île Celée et meurtrier (pourquoi ?) des trois hommes qui lui étaient les plus proches : son père, son frère et son neveu.

 

 

 

Basilique San Michele du Monte Gargano

 

 


 

Chapitre 3

Le châtiment de Garganeus