©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 3

 

Le châtiment de Garganeus

 

Florimont se sent prêt désormais à devenir chevalier et, sur les conseils de son maître, s'en va chercher ses armes auprès de son oncle, le roi Médon d'Esclavonie. De retour en Albanie, il achève la libération de son pays en s'attaquant au géant Garganeus, tyran d'Apulie, qui exploite éhontément le pays de son père. Mais en tuant Garganeus, il provoque la colère de l'émir de Carthage, l'oncle du géant, qui cherchera bientôt à venger son neveu.

 

 


 

LVIII

(2973-3012)

Florimons vient en albanie
La terre trovait enhermie
A duras est venus tot droit
Ou ses peires li dus estoit
Mout li fait grant joie ses peires
Bien .c. fois le baissa sa meire
Florimons ot mout aporte
[D]avoir quil avoit conqueste
Il le dona mout largement
As cheveliers et a la gent
Mout per demenoit bone vie
Et si veoit sovent samie
De totes riens a li parloit
Et ele bien le concilloit
Mai nus hons nen apersevoit
Le bien que de samie fesoit
Un jor seoient a maingier
Atant vinse[n]t dui chevelier
Qui a port ierent arrivei
Andui sont el chastel monte
Por un treu venu estoient
Que chascun an avoir soloient
De par garganeu[m] le grant
En la sale vienen[t] a tant
Li dus lor dist avant venez
Je sai assez que vos querez
Lavez les mains aleis maingier
Puels penserons de lesploitier
Si porez bien parler a moi
Dist florimons sire de coi
Cil vont maingier si ont lave
Et li dus ait un poc pence
Puels dist biaus fils ne le seis tu
Cist messaige que sont venu
Nos demandent le treussaige
Quil ont chascun an per usaige
Garganeus a tort le prent
Grant tort me fait et por noient
Car ains riens je ne li forfis
Si ma gaste tot mon pais
Quand Florimont arrive en Albanie,
Il en trouve la terre désolée.
Il rejoint tout droit Duras
Où vit son père le duc
Qui se réjouit de le revoir :
Bien cent fois il embrasse sa mère.
Florimont a rapporté
Beaucoup de richesses qu'il a conquises
Et qu'il distribue largement,
Aux chevaliers et à la gent.
Il mène alors la belle vie,
Et voit souvent son amie.
Il lui parle de toute chose,
Et elle lui donne son avis.
Mais personne ne s'aperçoit
De leur bonheur partagé.
Un jour, pendant le repas,
Arrivent deux chevaliers
Qui débarquent au port,
Puis grimpent au château.
Ils sont venus pour réclamer la rançon
Que le grand Garganeus
Usurpe chaque année.
Ils entrent dans la salle ;
Le duc leur dit : " Avancez !
Je sais bien ce que vous voulez.
Lavez-vous les mains et allez manger,
Puis nous nous retrouverons
Pour parler ensemble de notre affaire. "
Florimont dit : " Sire, de quoi s'agit-il ? "
Les messagers vont se restaurer
Et le duc alors réfléchit.
Puis il dit à Florimont : " Mon fils,
Le message qu'ils m'apportent
Nous demande de payer le tribut
Qu'on leur remet chaque année.
Garganeus l'exige à tort
Et il l'extorque sans raison.
Quoique jamais on ne lui fît de tort,
Il me gâte tout mon pays. "

 

LIX

(3013-3044)

Florimons dist sire gardez
Le treu mies ne rendez
As messaiges faites savoir
Que se il mais le welt avoir
Combatre le covient a moi
Fils fait li dus bien sai et voi
Que contre lui nen ais pooir
Mout muelz ain ge quil ait lavoir
Que soies mors ne afolez
Mout est grans et fors cist mafeis
Il est bien .VII. pies mesurez
Plus grans que nus hons que soit nez
Et seit muelz traire de baston
Que arbalestiers de bouson
Son chastel ait fort en un pui
Don[t] fait a mainte gent anui
Em pulle est dejoste un plain
Le pui noment monte gargain
Il nen ait ille desor meir
Co galies nen ast rober
Quant hons se welt de lui deffandre
Et il le puet per force prendre
En mout male prison le met
En une terre le tramet
Ou il le fait mout bien garder
Que il ne sen puisset embler
A lore que il doit maingier
Por pastre le fait envoier
De lerbe maingut se il puet
Ou se se non morir lestuet
Puels que il met home em prison
Ja mais nen prendrait reanson
Florimont répond : " Sire, refusez
Désormais d'acquitter le tribut,
Et dites au messager
Que, s'il veut l'avoir,
Il devra me combattre.
– Fils, dit le duc, tu sais bien
Qu'on ne peut rien contre lui.
J'aime mieux qu'il ait l'argent
Que te voir mort ou blessé.
Ce méchant sire est grand et fort
Il mesure bien sept pieds de haut.
Il est plus grand qu'aucun autre homme,
Et sait mieux manier le bâton
Que l'arbalétrier sa goupille.
Son château se dresse sur un roc,
On l'appelle le mont Gargan
[1].
Il est en Pouille, au bord d'une plaine
D'où il menace mainte gent.
Il n'y a pas d'île en mer plus sûre,
Pour se défendre des assaillants.
Quand on résiste à son vouloir,
Garganeus s'empare du récalcitrant
Et l'enferme, en mauvaise geôle,
Dans une terre lointaine,
Qu'il fait bien garder
Pour empêcher toute évasion.
À l'heure du repas,
On conduit le prisonnier au champ
Où il peut manger de l'herbe,
S'il ne veut pas mourir de faim.
Quand Garganeus fait un prisonnier
Il n'en demande jamais de rançon. "

 

LX

(3045-3076)

Florimons dist je nen ai cure
Ades li querrai ma droiture
A tant sont del maingier leve
Li messaige sen sont ale
A duc le treu li demandent
Florimons dist un poc lantandent
Jen ai parle a mon signor
Ja mais deus ne me donst honor
Se garganeus poent en a
Signor dites li que tort a
Cuidies vos donc que bel me soit
Quan ceste terre quiert son droit
Alez vos en et se li dites
Se li treus nest trestoz quites
Et il ne mavoit seu rendu
Quil en ait leveit et eu
Jai a nul jor navrait mamor
Ancor li dites plus signor
Se il i cudet avoir droit
Et il le welt et bel li soit
A armes en chanp per mesure
Li wel requerre ma droiture
Se li dites que je li mant
Gent contre gent a tant por quant
Se il avoit grinor pooir
Nen vodroie damaige avoir
Del tot soit a saliction
Gent por gent ou mon cors a son
Seurement sai puet passer
Ou se je puis seurs aler
Ju irai volentiers a lui
Mai regart ni aie datrui
Florimont dit : " Je n'en ai cure,
Il faudra qu'il respecte mon droit. "
Dès qu'ils ont fini leur repas,
Les messagers quittent la table
Et réclament au duc la rançon.
Florimont leur dit alors :
" J'en ai parlé à mon seigneur :
Que Dieu me damne
Si jamais Garganeus touche cette rançon !
Dites-lui, messires, qu'il a tort
D'insister, croyez-vous donc
Qu'il possède un droit sur cette terre ?
Allez-vous en et dites-lui
Que s'il ne renonce à sa demande,
Et s'il ne nous rend bientôt
Ce qu'il a perçu autrefois,
Il cessera d'être notre ami.
Et dites-lui encore
Que, s'il croit avoir quelque droit sur nous,
Il vienne en faire la preuve,
En armes, sur le champ de bataille.
J'y défendrai mon bon droit.
Dites-lui bien que je le défie,
En combat équitable.
S'il a quelque bon sens
Il renoncera à ses prétentions.
A lui de voir ! Homme pour homme,
Ou en combat singulier !
Il peut venir jusqu'ici sans crainte
Ou, s'il le préfère,
J'irai volontiers jusqu'à lui.
Au reste, je n'ai peur de personne. "

 

LXI

(3077-3148)

Li uns des mesages respont
Com ais tu nom dist florimont
Dites que seu li a mande
Tu ais trop grant orguel pense
Or ais tu cuer de grant follaige
Ou seu te vient de vaselaige
Quant mon signor avrais veu
Mout priserait poc ta vertu
Se le treu ne volez rendre
Vers son cors le testuet deffendre
Se tenir te puet em baillie
Mout en avrais male pertie
Dist florimons de la bataille
Vairait on bien la definaille
Grans est et fors mai gu ai droit
Si est raisons que muelz men soit
Li messagier prangnent congie
Juscai la neif sen vont a pie
Tant ont nagie tant ont sigle
Que an puille sont arrive
Il ariverent en un plain
Entre sipon[t] et mon[t] gargain
De la neif issent si sen vont
Per le pui el chastel amont
Et quant garganeus les voit
Encontre vet et di(s)t que doit
Que vos aves tant demore
Avez mon treu aporte
Non voir por coi nen av[r]ons mie
Est mors li dus plains est de vie
Vuelt il riens faire contre moi
Oil voir sire dites coi
Un fil ait chevelier novel
Onques ne veistes tant bel
Il nait tel chevelier el mont
Et si lapelent florimont
Et dist quel treu navez droit
De seu vos mandet quan vos soit
De lai outre ou de sai mer
Le vos welt per son cors mostrer
Ou cors a cors ou gent a gent
Se venir puet seurement
Quil nen ait regart fors de toi
Dist garganeus je lotroi
Mai dites moi se s[e]u est flabe
Per foi cest chose veritable
Por ce le croi et si mest bel
Que tuit cil chevelier novel
Per orguel pansent estoutie
Que lor tornet a grant folie
Vuelt il ma terre conquester
Je li ferai boivre de mer
Sai conquerrait il mavais pris
Per foi cil estoient tel dix
Jes cuideroie toz loier
Et porter en la mer noier
Alez metez vos a retor
Et dites li qua nueme jor
Vignet seurs enmi sest plain
Entre sipont et mon[t] gargain
Fors de moi ni avrait regart
Que mals li vignet datre part
Et se de moi se puet deffandre
Toz homes puet assez atandre
De quanquil querrait li fas don
Sa un cop matant de baston
Et se il est mors ou vencus
Li dus serait ars ou pendus
Et la duchoisse edorie
En avrait puels male pertie
A mes garsons de ma cusine
Serait puis nuit et jor vesine
L'un des messagers lui répond :
" Comment t'appelles-tu ? – Florimont !
Dites-le à qui vous envoie !
– Tu fais preuve de beaucoup d'arrogance.
Soit tu manques de bon sens,
Soit tu es né de grand lignage.
Quand tu auras vu mon seigneur,
Ton courage te semblera bien léger !
Si vous ne payez pas la rançon,
Il te faudra alors l'affronter.
Il saura te mettre à raison
Et, crois-moi, tu vas souffrir. "
Florimont dit : " On verra bien
Quelle sera l'issue de la bataille.
Il est grand et fort mais j'ai le droit
Et la justice, pour moi. "
Les messagers prennent congé
Et rejoignent leur bateau.
Tant ont cinglé et navigué
Qu'ils sont arrivés en Pouille.
Ils abordent en une plaine,
Entre Siponte et Mont Gargan.
Ils quittent le bateau et gravissent
La montagne jusqu'au château.
Et quand Garganeus les voit,
Il vient à leur rencontre et dit :
" Pourquoi avez-vous tant tardé ?
Où est le butin ? Je ne le vois pas.
– Nous n'avons rien rapporté.
– Le duc est mort ? – Pas du tout !
– Il veut se battre contre moi ?
– C'est cela même. – Parlez !
– Il a un fils, chevalier tout nouveau,
Comme on n'en vit jamais d'aussi beau,
Ni de pareil au monde.
On l'appelle Florimont.
Il dit que vous n'avez pas le droit
De réclamer cette rançon.
Et il entend vous le montrer,
Ici ou là-bas en faire la preuve,
En combat singulier ou en bataille rangée.
Il viendra sans hésiter,
Car il n'a pas peur de vous. "
Garganeus dit : " J'entends bien
Ce que tu dis, ce n'est pas une fable ?
– Cela est tout à fait vrai !
– Je te crois et cela me plaît
De voir orgueil et déraison
Tourner la tête à ces jeunes chevaliers,
Et les porter à la folie.
Veut-il conquérir ma terre ?
Je lui ferai boire l'eau de la mer :
Sa conquête aura mauvais goût !
Par ma foi, même s'ils étaient dix,
Je les attraperais tous,
Et j'irais les noyer dans la mer.
Allez, retournez le voir,
Et dites-lui qu'il vienne,
Dans neuf jours, en cette plaine,
Entre Siponte et Mont Gargan.
À part moi, il n'a rien à craindre,
Aucun mal ne lui sera fait.
Et s'il est capable de se défendre de moi,
Il ne craint rien de tous les autres.
Je lui fais don de tout ce qu'il veut,
S'il réussit à me frapper.
Mais, s'il est mort ou vaincu,
Le duc sera brûlé ou pendu,
Et la duchesse Édorie
Aura un sort bien pire encore,
Car aux garçons de ma cuisine,
Je ferai don de sa compagnie. "

Nef marchande (hanséatique, XIIème)

 

LXII

(3149-3210)

Li messaige vont contreval
Trescai la nef vont a cheval
Il sen sont en la neif entre
Et li cheval sont retorne
Tant ont nagie et tant sigle
Que a duras sont arive
En la sale vienen[t] amont
Le duc truevent et florimont
Davant florimont sont venu
A home ne dient salu
Li uns davant florimont va[i]t
Et li atres em pies sesta(i]t
Dist florimons sire escoutez
Et li atres quantor estez
Florimont seis tu que mes sire(s)
Te mandet je le te wel dire
Entre mon[t] gargain et sipont
A nueme jor vai florimont
Se tu wels faire la bataille
Illuec la troverais sens faille
Ni avrais regart fors de lui
Que jai i aies mal datrui
Sa terre li quiers mout len poisse
Mais il te donrait une toisse
Ou de la meir ou de la terre
Mout ais emprise fole guerre
Quant tu a lui te wels combatre
Cil en trovoit tez .XXIIII.
Si les cuideroit il porter
Quatre et quatre dedens la mer
Florimont mout ais fier coraige
De folie ou de vaselaige
De grant folie tantremes
Quant tu mon signor escommes
Cors a cors de bataille a toi
El monde nait prince ne roi
Que riens li peust contrester
On ne puet pas son peir trover
Jel sai tu le vairas assez
Quant seras a cheval armez
Il te ferait mout grant me[s]chief
A toi se combatrait a pie
Que jai cheval ni amoenrait
Haberc ne he[l]me ni querrait
Seis que te dirai florimont
Il nait si boen cheval el mont
Cil estoit sus qui ne fust mors
Tant est mes sires grans et fors
Ne quiert mais baston et escut
Le baston jete per vertu
Et quant il welt plus droit en trait
Que nus a[r]belestiers ne fait
Li bastons est gros et quarrez
A porter nait uns hons assez
Grant folie fait que latant
Tu ais empris grant herdement
Quant tavrait vancut et mate
De ton peire rait il jure
Quil nen prendroit trois mile mars
Que il ne soit pendus ou ars
Ta meire serait ahontee
Et tote ta terre [a]folee
Les messagers s'éloignent alors
Et chevauchent jusqu'au bateau.
Puis ils montent sur l'embarcation
Et les chevaux s'en retournent.
Tant ont cinglé et navigué
Qu'ils sont arrivés enfin à Duras.
Ils grimpent alors jusqu'au château,
Où ils trouvent le duc et Florimont,
Devant qui ils se présentent,
Sans saluer personne.
L'un des hommes avance vers Florimont,
Tandis que l'autre reste à l'entrée.
" Sire, écoutez-moi !
Et vous tous qui êtes ici.
Florimont, apprends que mon seigneur
Te demande et me charge de te dire,
Qu'entre Mont Gargan et Siponte,
Il t'attendra, au neuvième jour.
Si tu veux faire la bataille,
Tu le trouveras sans faille.
Tu n'as rien à craindre des autres,
Qui ne te feront aucun mal.
Tu veux sa terre et ça l'agace,
Mais il te confiera volontiers une toise,
De mer ou de terre, pour ton repos.
Ton entreprise est bien folle,
De vouloir te battre avec lui.
Même s'il s'en trouvait 24 comme toi,
Il se chargerait bien de les noyer tous,
Quatre à quatre, dans la mer.
Florimont, tu as fier courage,
Par folie ou par héritage,
Mais tu t'engages dans une impasse,
Quand tu en viens à provoquer
Mon seigneur au corps à corps.
Il n'y a personne au monde
Qui puisse lui résister.
Rien ne l'égale.
Je le sais et tu le verras bientôt.
Quand tu te présenteras à lui,
En armes sur ton cheval.
Il te combattra à pied,
Car il n'a besoin ni de monture,
Ni de haubert, ni de heaume.
Sais-tu, Florimont, qu'il n'existe pas
De monture, au monde,
Capable de porter mon maître,
Tant il est grand, tant il est fort ?
Il n'a besoin de rien d'autre,
Que d'un écu et d'un bâton
Qu'il jette tout droit sur sa cible,
Mieux qu'aucun arbalétrier.
Le bâton est gros et carré,
Aucun homme ne peut le porter.
Il est fou celui qui le cherche.
Et tu es bien présomptueux.
Quand il t'aura vaincu et maté,
Il rançonnera ton père,
De trois mille marcs,
Sauf à le pendre ou le brûler.
Ta mère sera déshonorée
Et tout ton pays dévasté. "

 

LXII

(3149-3210)

Li messaige vont contreval
Trescai la nef vont a cheval
Il sen sont en la neif entre
Et li cheval sont retorne
Tant ont nagie et tant sigle
Que a duras sont arive
En la sale vienen[t] amont
Le duc truevent et florimont
Davant florimont sont venu
A home ne dient salu
Li uns davant florimont va[i]t
Et li atres em pies sesta(i]t
Dist florimons sire escoutez
Et li atres quantor estez
Florimont seis tu que mes sire(s)
Te mandet je le te wel dire
Entre mon[t] gargain et sipont
A nueme jor vai florimont
Se tu wels faire la bataille
Illuec la troverais sens faille
Ni avrais regart fors de lui
Que jai i aies mal datrui
Sa terre li quiers mout len poisse
Mais il te donrait une toisse
Ou de la meir ou de la terre
Mout ais emprise fole guerre
Quant tu a lui te wels combatre
Cil en trovoit tez .XXIIII.
Si les cuideroit il porter
Quatre et quatre dedens la mer
Florimont mout ais fier coraige
De folie ou de vaselaige
De grant folie tantremes
Quant tu mon signor escommes
Cors a cors de bataille a toi
El monde nait prince ne roi
Que riens li peust contrester
On ne puet pas son peir trover
Jel sai tu le vairas assez
Quant seras a cheval armez
Il te ferait mout grant me[s]chief
A toi se combatrait a pie
Que jai cheval ni amoenrait
Haberc ne he[l]me ni querrait
Seis que te dirai florimont
Il nait si boen cheval el mont
Cil estoit sus qui ne fust mors
Tant est mes sires grans et fors
Ne quiert mais baston et escut
Le baston jete per vertu
Et quant il welt plus droit en trait
Que nus a[r]belestiers ne fait
Li bastons est gros et quarrez
A porter nait uns hons assez
Grant folie fait que latant
Tu ais empris grant herdement
Quant tavrait vancut et mate
De ton peire rait il jure
Quil nen prendroit trois mile mars
Que il ne soit pendus ou ars
Ta meire serait ahontee
Et tote ta terre [a]folee
Les messagers s'éloignent alors
Et chevauchent jusqu'au bateau.
Puis ils montent sur l'embarcation
Et les chevaux s'en retournent.
Tant ont cinglé et navigué
Qu'ils arrivent enfin à Duras.
Ils grimpent alors jusqu'au château,
Où ils trouvent le Duc et Florimont,
Devant qui ils se présentent,
Sans saluer personne.
L'un des hommes avance vers Florimont,
Tandis que l'autre reste à l'entrée.
" Sire, écoutez-moi !
Et vous tous qui êtes ici.
Florimont, apprends que mon seigneur
Te demande, et me charge de te dire,
Qu'entre Mont Gargan et Siponte,
Il t'attendra, au neuvième jour.
Si tu veux faire la bataille,
Tu le trouveras sans faille.
Tu n'as rien à craindre des autres,
Qui ne te feront aucun mal.
Tu veux sa terre et ça l'agace,
Mais il te confiera volontiers une toise,
De mer ou de terre, pour ton repos.
Ton entreprise est bien folle,
De vouloir te battre avec lui.
Même s'il s'en trouvait 24 comme toi,
Il se chargerait bien de les noyer tous,
Quatre à quatre, dans la mer.
Florimont, tu as fier courage,
Par folie ou par héritage,
Mais tu t'engages dans une impasse,
Quand tu en viens à provoquer
Mon seigneur au corps à corps.
Il n'y a personne au monde
Qui puisse lui résister.
Rien ne l'égale.
Je le sais et tu le verras bientôt.
Quand tu te présenteras à lui,
En armes sur ton cheval.
Il te combattra à pied,
Car il n'a besoin ni de monture,
Ni de haubert, ni de heaume.
Sais-tu, Florimont, qu'il n'existe pas
De monture, au monde,
Capable de porter mon maître,
Tant il est grand, tant il est fort ?
Il n'a besoin de rien d'autre,
Que d'un écu et d'un bâton
Qu'il jette tout droit sur sa cible,
Mieux qu'aucun arbalétrier.
Le bâton est gros et carré,
Aucun homme ne peut le porter.
Il est fou celui qui le cherche.
Et tu es bien présomptueux.
Quand il t'aura vaincu et maté,
Il rançonnera ton père,
De trois mille marcs,
Sauf à le pendre ou le brûler.
Ta mère sera déshonorée
Et tout ton pays dévasté. "

 

LXIII

(3211-3272)

Signor dist florimons per foi
Jai si norez anui per moi
Assez me poez manecier
Et dire mal et laidoier
Que jai per moi ne per atrui
Ni avrez honte ne anui
Mai dites moi vostre signor
Que je vendrai a nueme jor
A jor que il ait devisse
Me troverait el chanp arme
Se de lui ne me puis deffendre
Le treu mestovendrait rendre
Ju aim muelz a honor morir
Que a honte toz jors languir
Li messaige sen sont torne
Congie ni ont pas demande
Tot droit sont a lor neif venu
Nagent siglent per grant vertu
Tant ont nagie et tant sigle
Qua pie del mont sont arive
Il en ont belement a pie
Tot le mont contremont puie
Garganeus les voit venir
Encontre vet mout welt oir
Que florimons ait respondu
Si lor dist bien soies venu
Or me dites que fait li gars
Est il bien herdis ou coars
Sire font il bien est herdis
Onques del jor ne fut merris
Il ne samblet mies garson
Ains ait vissaige de baron
Uns atres en fust encombrez
Sa lui venist em champ armez
Garganeus dist et sa meire
Est sen foie ne(s) ses peire(s)
Ne(s) li atre gent del pais
Cil respondent nos est avis
Quil vos atendront bien sens faille
Tant que iert faite la bataille
Garganeus dist je lotroi
Il vendrait si parler a moi
Je nosirai pas le garson
Ainz le metrai en ma prison
Devant ses eus toz les ardrai
Et puels de lui me vengerai
Je men wel vengier en tel guisse
Et ferai de lui tel justisse
Que cil coront de moi parler
Ou soit en terre ou soit en mer
De moi guerroier quil se faignent
Et vers moi bataille nanpraignent
Or si me faites fere un rei
.c. toise[s] ait de lonc et (de) lei
Li espine soit aportee
Que troverois per la contree
Li dus premerains i soit mis
Et puels tuit cil de son pais
Toz vis soit ses fils escorchies
A tant men serai bien vengies
Cil font seu quil ait comande
Des espines firent un rei
" Seigneurs, dit Florimont, croyez bien
Que jamais je ne vous ferai de tort,
Quelles que soient vos menaces,
Vos injures, et autres billevesées.
Ni par moi, ni par personne,
Vous ne serez humiliés.
Dites bien à votre seigneur
Que je serai là dans neuf jours.
Selon son vœu, au jour fixé,
Je serai sur le champ de bataille.
S'il prend sur moi l'avantage,
Je lui paierai son tribut.
Je préfère mourir dans l'honneur,
Que languir encore dans la honte. "
Les messagers s'en sont allés,
Sans demander leur congé.
Ils ont rejoint leur bateau,
Puis tant ont cinglé et navigué
Qu'à la fin ils sont arrivés,
Au pied de la montagne.
Ils en ont vivement gravi la pente.
Garganeus les voit venir
Et vient à leur rencontre
Car il est curieux de connaître
La réponse de Florimont.
Il leur souhaite la bienvenue :
" Racontez-moi ce qu'a dit le gamin !
Est-il couard ou courageux ?
– Sire, répondent-ils, il est hardi !
Pas un pli sur son visage,
Qui n'est pas celui d'un garçon,
Mais bien le visage d'un baron.
Tout autre aurait manifesté sa crainte,
De se rendre au champ de bataille. "
Garganeus dit : " Et sa mère,
Et son père, ne songent-ils pas
À s'enfuir ? Et les gens du pays ? "
Ils répondent : " A notre avis,
Ils attendront, sans autre manière,
De voir l'issue de la bataille. "
Garganeus dit : " Très bien !
Qu'il vienne donc jusqu'à moi.
Je ne le tuerai pas,
Mais le mettrai dans ma prison.
Et je les brûlerai, tous, devant ses yeux.
Et puis, je me vengerai de lui.
Je m'en vengerai de telle façon,
Et lui rendrai telle justice,
Que tous ceux qui en entendront parler,
Que ce soit sur terre ou sur mer,
Renonceront à me faire la guerre,
Et à me livrer bataille.
Qu'on me construise donc un bûcher
De cent toises de long et autant de large ;
Qu'on aille ramasser des ronces
Et des épines, par la contrée.
On y jettera le duc,
Et tous ceux de son pays.
On écorchera vif son fils,
Afin que je sois bien vengé. "
On exécute alors son ordre,
De dresser un bûcher de ronces.

 

LXIV

(3273-3330)

Florimons a duras estoit
Mai de tot seu riens ne savoit
Armes faissoit apparillier
Tez com li avoient mestier
Et fist le millor cheval querre
Con trovest en tote la terre
Et samie li a donei
Un comfenon mout bien ovre
De cheveliers et de serjans
Avoit il quis plus de .V.c.
Mener les vodrait cele part
Cest consoil ot il de fouquart
Il li avront mout grant mestier
Se cil le veloit engignier
Floquars ne volt remenoir mie
Ainz alait en la compaignie
Le soir davant le nueme jor
Ot a duras mout grant dolor
Quant florimons fist en la mer
Metre son hernaix et porter
En la neif fist entrer ses gens
Si i mist toz ses garnemens
Em plorant le baissa sa meire
Puis ait pris congie de son peire
Et de toz seus de la cyte
A tant sen antrait en la neif
Quant florimons en la neif entre
Totes les gens plorent soentre
Or sen vet florimons per mer
A ses homes prist a parler
Signor fet il a toz vos pri
Et por bontei et por merci
Se garganeus ait voloir
De moi trair et desevoir
Quant vos morez crier mansaigne
Chascuns de vos ses armes praigne
Secorrez moi hastivemont
Et si ne venez mies lent
Et se il vient el chanp toz sous
Que il ni ait mai que nos dous
Signor non ni alez vos mie
Que se seroit grant vilonie
Ancor en seroie blamez
Ou de traisson encorpez
Se ju i sui ne mors ne pris
Tost vos en tornez el pais
Faites la terre bien garnir
Quil vos irait lai asaillir
Et se ne vos poez deffandre
Toz vos ferait ardoir ou pandre
Tot ont florimont otroie
Seu quil lor a dit et proie
Tote nuit orent boen (h)ore
Quant virent del jor la clarte
Li maronier virent la terre
Qui a mainte gent faisoit guerre
Il ont bien coneu le mont
Et virent salpe et sipont
Florimont, qui est à Duras,
Ne sait pas ce qui se trame.
Il fait préparer ses armes,
Selon l'usage,
Et fait chercher le meilleur cheval,
Qui se puisse trouver.
Puis son amie lui a donné
Un gonfanon tout bien brodé.
Il a rassemblé plus de cinq cents
Chevaliers et sergents,
Pour les emmener avec lui,
Sur le conseil de Floquart.
Ils lui seront bien utiles,
Si l'autre cherche à le tromper.
Floquart veut être de la partie,
Et se joindre à la compagnie.
La veille de la rencontre,
Grande douleur parcourt la ville,
Quand Florimont fait charger,
Sur le bateau, son harnois
Et monter ses gens à bord,
Ainsi que les bêtes et l'équipage.
En pleurant, il baise sa mère,
Puis il prend congé de son père,
Et de tous ceux de la cité.
Enfin il monte sur le bateau.
Quand il se dresse sur le pont,
Toute la foule est en pleurs.
Le bateau met à la voile,
Et Florimont s'adresse à ses hommes :
" Messires, fait-il, je vous prie
D'être assez bons et généreux
Pour que, si Garganeus manifeste
L'intention de se jouer de moi,
À mon cri d'enseigne,
Chacun saisisse ses armes,
Et vienne à mon secours,
Sans tarder, au plus vite.
Mais s'il vient sur le champ tout seul,
De sorte que nous n'y serons que deux,
Restez à l'écart et n'accourez point,
Car ce serait grande vilenie,
Dont on vous blâmerait.
On vous accuserait de trahison.
Si jamais je suis tué, ou prisonnier,
Vous rentrerez tous au pays.
Fortifiez-y bien la terre,
Car il viendra vous assaillir.
Et si vous ne pouvez vous défendre,
Il vous fera brûler ou pendre. "
Tous ont approuvé les requêtes,
Que leur a faites Florimont.
Puis ils ont prié toute la nuit
Et, quand le jour s'est levé,
Les marins ont aperçu la terre,
Le redoutable repaire de guerre
Dont ils ont reconnu la montagne,
Et les villes de Salpé et Siponte.

 

LXV

(3331-3388)

Florimons a dit a sa gent
Signor estez tot coiement
Ne wel pas que soies seu
En lewe ne de loing veu
Cil ont fet son comandement
Ne(s) vit nus hons apertement
Que en la meir ait cheveliers
Mai florimont et maroniers
Li maronier nagerent fort
La neif amoengnent droit a port
Floquars le boen cheval ait trait
Et florimons apres sen vait
Ses armes traient de la mer
Et floquars le corrut armer
Quant florimons fut bien armez
Et ses chevalx fut atornez
Garganeus avoit veue
La neif si lot bien coneue
Il comandait a ses serjans
Quaportessent ses garnemens
Il fait son escut aporter
Et son baston fait demander
Ses serjans apalait a soi
Signor fait il alez a moi
Ancui vairez mout grant mervelle
Meler le lyeon a loelle
Garganeus en vient atant
Et florimons son cheval prant
El cheval monta main a main
Quant vit garganeu[m] a plain
Grans mervelles ot quant le vit
Florimons en son cuer et dist
Ainz mais ne vi home si fier
A mont nen av[r]oit chevelier
Se cist iere a cheval armez
Per cui il fust mors ne matez
Cil eust cheval a sa guisse
Fiere bataille eusse emprisse
Assez tost li mes(s)avendra
Por ce que poc me prissera
Mainte fois petite coignie
Abat de langne grant charrie
Et de seu rai ge grant comfort
Que ju ai droit et il ait tort
De seu me poiset il assez
Quil est a pie et desarmez
Ancor me seroit davant mis
Se desarmei lavoie ossis
Il nest pas bel a chevelier
Armei a desarmei touchier
Se sor soi deffendant nel fait
Maintes gens li tienent a lait
Premerains nel wel asailllir
Se del baston me welt ferir
Ses cols ne pui[s] ge pas atandre
Foir men estuet ou deffandre
Bien ait de force contre atrui
Tant com jai force contre lui
Florimont dit à ses gens :
" Seigneurs, restez cois ;
Je ne veux pas qu'on puisse
Vous apercevoir depuis la rive. "
Tous obéissent à ses ordres,
De sorte qu'on ne peut déceler
L'arrivée des chevaliers,
Qui accompagnent l'équipage.
Les marins ont souqué ferme
Et, bientôt, on accoste au port.
Floquart fait débarquer le destrier
De Florimont qui le reçoit.
Puis il veille à décharger les armes,
Et se hâte de l'équiper.
Tandis que Florimont s'apprête,
Et qu'on harnache son cheval,
Garganeus observe, de loin,
L'arrivée du bateau.
Puis il commande à ses sergents,
D'apporter son équipement.
Il saisit son bouclier,
Et il demande son bâton ;
Puis il fait venir ses hommes :
" Seigneurs, dit-il, approchez-vous !
Vous allez voir grande merveille,
L'accouplement du lion et du veau ! "
Garganeus s'avance alors,
Et Florimont saute
Sur sa monture.
Quand il voit Garganeus,
Dressé devant lui, Florimont s'étonne ;
Il se dit en lui-même :
" Je n'ai jamais vu d'homme aussi fier !
Il n'y a chevalier au monde
Que celui-ci ne pourrait écraser,
S'il était monté sur un cheval
Qui soit à sa taille.
La bataille sera farouche !
Mais je gagnerai l'affaire,
Car il va me sous-estimer !
'Mainte fois petite cognée
Met à bas toute une futaie' !
Et ce qui me réconforte,
C'est que j'ai le droit pour moi !
Il me pèse déjà assez,
De le voir se battre à pied et désarmé.
On pourrait me reprocher
De l'avoir tué sans défense.
Il est honteux, pour un chevalier,
De frapper un homme désarmé,
Sinon à son corps défendant :
On ne manque de lui en faire reproche !
Je ne veux pas attaquer le premier.
S'il me frappe de son bâton,
Je devrai bien lui répondre,
Il me faudra fuir ou frapper.
Il est fort, sans aucun doute,
Mais je me défends bien, moi aussi. "

 

LXVI

(3389-3418)

Garganeus del pie del mont
Ait veut el chanp florimont
A sa gent dist si matendez
Un sol pas avant ne venez
Se vos veez que il masaille
Ne venez pas vers la bataille
Cil me vodroit mout laidoier
Qui maideroit dun chevelier
Je le tendroie a poc de pris
Se navoie vancus tez dis
Ne wel mies quil soit ossis
Quant iert vencus si serait pris
Davant lui iert sa gent ossisse
Et puels ferai de lui jostisse
Tot avrai lavoir dalbanie
La duchoisse soit vostre amie
Puels que lavrois bien a pooir
Si en ferois vostre voloir
Garganeus part de sa gent
Vers florimont vet que latent
Florimons dist quant il le vit
Parleras a moi un petit
Garganeus dist volentiers
Cuides me(s) tu le chanp laissier
Ou se tu ten wels repentir
Je ne ten lairai pas foir
Florimons dist non je per foi
A pie et desarmei te voi
Ancor me seroit reprove
Se tavoie mort desarme
Garganeus, du pied de la colline,
A vu Florimont progresser dans le champ.
Il dit à ses gens : " Attendez-moi ici,
N'avancez pas plus.
Même si vous voyez qu'il m'assaille,
N'accourez pas à la bataille.
Car on me reprocherait
L'aide que vous m'apporteriez.
Je ferais aisément mon affaire,
D'une dizaine d'hommes comme lui.
Je ne veux pas le tuer,
Mais bien le faire prisonnier,
Pour massacrer ses gens sous ses yeux.
Puis je me débarrasserai de lui,
Et je possèderai toute l'Albanie.
Je vous confierai la duchesse :
Elle sera à votre merci !
Vous en userez à votre aise. "
Garganeus quitte ses gens,
Et se dirige vers Florimont.
Florimont, qui l'attend, lui dit :
" J'ai quelque chose à te dire... "
Garganeus répond : " Je t'écoute !
Veux-tu m'annoncer que tu renonces ?
Aurais-tu quelque regret ?
Crois bien que je ne te laisserai pas fuir ! "
Florimont dit : " Certes, non !
Mais je te vois à pied et désarmé.
On va me faire des reproches,
Si je te tue dans cet état. "

 

LXVII

(3419-3458)

Garganeus dist florimont
Puels serais rois de tot le mont
Quan[t] tu en chanp mavras vancu
Ne conois mie ma vertu
Por noiant ais pitie de moi
Que jai navrai merci de toi
Davant tes eus ardrai ta gent
Puels tosirai a mal torment
Jai merci de toi nen avrai
Dist florimons assez le sai
Tu me puels assez laidoier
Asaillir ne te wel premier
Car desarmez ies et a pie
Garganeus dist per mon chief
Se un cop del baston matans
Je ten laisserai puels .II. cens
En lescut ferir sore moi
Dist florimons et je lotroi
Garganeus dist je tenvi
Le baston et si te deffi
Florimons lait bien entendu
Si cest covers de son escu
Le baston li a envoie
Li boens chevalx hasa le chief
Li cols li vient enmi le front
Les os li pessoie et comfont
Fors em fait saillir la servele
Florimont abat de la cele
Li chies del baston la feru
Tot li a froissie son escu
Per poc quil ne lait mort gete
Un poc lait navre el couste
Li chevals jut a terre mors
Et florimons fut aiques fors
Del cop fut un poc effreez
Il cest toz drois em pies levez
Garganeus dit florimont
Or seis tu bien quel mi cop sont
Ou se jai gaires de vertu
Je croi bien que ta lais sentu
Garganeus dit : " Florimont,
Tu serais maître du monde entier
Si tu réussissais à me vaincre !
Tu ne connais pas ma force !
Surtout, n'aies pas pitié de moi !
Car je n'aurai pas pitié de toi.
Devant tes yeux je brûlerai tes proches
Puis je te torturerai, à petit feu.
Je n'aurai pas pitié de toi. "
Florimont dit : " Je sais bien
Que tes pensées sont laides,
Mais je ne veux pas t'attaquer le premier,
Car tu es désarmé, et à pied. "
Garganeus dit : " Si tu réussis,
À me toucher d'un seul coup de ton bâton,
Je t'en laisserai frapper deux cents,
Sur mon écu, sans répondre ! "
Florimont dit : " Pari tenu ! "
Garganeus dit : " Je te frappe
De mon épieu et ainsi je te défie ! "
Florimont a bien entendu,
Il se couvre de son écu.
L'autre jette son épieu ;
Le brave cheval se cabre
Et reçoit le coup entre les yeux
Les os plient et se brisent
Et la cervelle jaillit du front.
Florimont est jeté hors de sa selle.
Le bout du bâton l'a touché
Et lui a faussé son écu :
À peu qu'il ne l'ait tué !
Il est blessé au côté.
Le cheval gît mort à terre.
Florimont est bien secoué,
Et le coup l'a effrayé.
Mais il s'est vite redressé.
Garganeus dit à Florimont :
" Tu connais maintenant ma force
Ou doutes-tu encore de mes talents ?
Il me semble que tu as compris ? "

 

LXVIII

(3459-3488)

Florimons dit li mals feus tarde
Fols est que de toi ne se garde
Florimons ait traite lespee
Sa lance ait ens el chanp getee
Garganeus de loing lapele
Vai et car oste talemele
Florimont seis que te wel dire
Ne te wel pas ancor ossire
Ainz ten porterai voirement
Si te tendrai ton covenent
En mon escut poras ferir
.C. cols ou mil tot a loissir
Florimons esgarda sespee
Que samie li ot donee
Et il savoit mout descremie
Garganeus fist grant folie
Florimont veloit prendre a[s] bras
Mais il se gardet de ses las
A une part vire lescu
Florimons vit le couste nu
De 1espee li a done
Tel cop desore le couste
Les os li tranchait et la pel
Del ventre peirent li bouel
Sor le genoil hurta a los
Les ners li copa el plus gros
Et le jaret et le braon
Garganeus chiet el sablon
Florimons li a dit sens faille
Seis come lalemele taille
Florimont dit : " Que l'enfer te dévore !
Malheur à qui de toi ne se garde ! "
Florimont saisit son épée,
Et jette sa lance à terre.
Garganeus de loin l'interpelle :
" Pense bien à retirer le fourreau !
Et surtout n'oublie pas
Que je ne veux pas te tuer tout de suite.
Je veux me saisir de ta personne.
Je tiendrai ma promesse :
Tu pourras frapper mon écu,
Cent ou mille fois, tout à loisir. "
Florimont regarde l'épée,
Que son amie lui a donnée.
Il sait bien comment on s'en sert !
Garganeus commet alors une imprudence :
Il veut saisir Florimont par le bras,
Et, pour ce faire, il découvre sa poitrine,
Et il écarte son bouclier.
Florimont voit le flanc offert :
Il frappe, de l'épée,
Tel coup, sur le côté,
Qu'il lui tranche les os et la chair.
Du ventre sortent les boyaux.
Puis il frappe sur la rotule,
Et lui coupe le nerf dans le gras,
Et le jarret et la cuisse.
Garganeus tombe dans le sable,
Et Florimont de commenter :
" Tu vois comme le fourreau tranche ? "

 

LXIX

(3489-3534)

Garganeus dist florimont
Millor de toi nen ait el mont
Maudite soit hui cele espee
Et cele qui la tait donee
Atre fois lavoie veue
Or lai malement coneue
Florimont vien parler a moi
Dist florimons et je lotroi
Je te wel doner mon avoir
De ma terre te ferai hoir
Per fiance te wel baissier
Dist florimont nen ai mestier
Poc mais valu poc tai servi
De petit devons estre ami
Grant folie fet cil qui croit
Selui cui il croire ne doit
Bien sai de coi me wels servir
Se tu me peoies tenir
Si me feroies aaisier
Que mais riens ne mavroit mestier
Mentres quil parlent dun et deil
Garganeus vers son tinel
Permi le sablon se traioit
Mai florimons bien lapersoit
Vuels tu fet il ton tinel prendre
Mon covenant me dois atendre
Et dous .c. cols ferir lassier
Uns en est mais na puis mestier
Assez men puels estre guerans
Je voi que tu es toz senglans
Ju ai de toi mout grant pite
Que je tai ci del cop greve
Les atres te wel perdoner
Se tu te wels vencus clamer
Garganeus dist per ma foi
Jai cist mos nen istra de moi
Muelz wel assez perdre la vie
Que jai die itel coardie
Florimons dist je nen puis mais
Don ne puels tu avoir ma paix
Ne jai de toi ne pertirai
Tant que mort ou vancu tavrai
Disoie le que il est lait
De combatre sain a contrait
Mai ni ait gaires de me[s]chief
Car je sui navrez et a pie
Garganeus dit : " Florimont,
Il n'y a personne au monde qui te surpasse.
Maudite soit cette épée,
Et celle qui te l'a donnée !
Je l'ai déjà rencontrée,
Pour mon malheur !
Approche-toi Florimont ! "
Florimont dit : " Me voici !
– Je vais te donner tout ce que je possède :
Tu hériteras de ma terre.
Approche, que je t'embrasse ! "
Florimont dit : " Ce n'est pas nécessaire.
Tu m'as peu estimé, je t'ai peu servi !
Restons donc compagnons de peu !
Il est bien fou celui qui donne sa confiance,
À qui n'en est pas digne.
Je sais bien ce que sont tes projets :
Si tu peux m'attraper,
Tu me feras telle faveur,
Que je n'aurai plus besoin de rien. "
Tandis qu'ils échangent ces propos,
Garganeus se traîne sur le sable,
Vers son épieu.
Mais Florimont l'a bien vu faire !
" Veux-tu, dit-il, prendre ton bâton ?
As-tu oublié ta promesse
De me laisser frapper deux cents coups ?
Un seul suffira désormais :
Tu peux me faire confiance !
Je vois que tu es tout sanglant,
J'ai pitié de toi,
De t'avoir frappé si durement !
On peut encore te pardonner,
Si tu veux bien t'avouer vaincu. "
Garganeus dit : " Par ma foi,
Jamais ce mot ne sortira de ma bouche !
Je préfère perdre la vie
Que de dire telle couardise. "
Florimont dit : " Cela suffit !
Si tu ne veux pas de ma pitié,
Je ne te laisserai plus en paix
Avant que tu ne sois mort ou vaincu.
On dit qu'il est méprisable,
De se battre avec un blessé,
Mais entre nous il n'y a pas de différence,
Car moi aussi je suis blessé. "

 

LXX

(3535-3606)

Florimons fut gentis et ber
Wels te(s) tu fet il reposer
Garganeus dist oil voir
Mout sui navrez per nonsavoir
Per mon orguel sui afolez
Bien men peusse estre gardez
Seis que te dirai florimont
Mout ai de parans per le mont
Ma mort te serait requesue
Ancor te serait chier vendue
Je sui assez de grant lignaige
Nies a lamiral de cartaige
Et si sui fils a sa ceror
Sor meir la prirent robeor
Li amiras la trametoit
A un roi que la li queroit
De libie en aloit en crete
Et de cartaige a mielete
Garons mes peires la conquist
Sai lamenait et si la prist
En celi fui ge enjandrez
Le jor morut que je fui nez
Or mamoit mes oncles forment
Que je le servoie sovent
Dist florimons a cest besoing
Croi ge que tu[i] parent sont loing
Or rencomensons nostre geu
Tant que luns ait quite le leu
Garganeus le tinel prent
Florimons le fiert durement
Demi le bras otot le poing
En fist voler el chanp bien loing
Garganeus mout fort sescrie
A ses homes requiert ahie
Quant florimons vit les serjans
Que prenoient lor garnemans
Garganee florimons di(s)t
Tu ais de foi assez petit
Tuit tui covenant sont de flabe
Ta parole nest mie estable
Nen puis mais dist garganeus
Car je voi mon sanc cheir jus
De moi si mas tolu le poing
Et qui di(s)t voir a tel besoing
Muelz wel por eschaper mentir
Que por dire voir a morir
Dist florimons per ta folie
Et per orguel perdras la vie
A premier cop que toi feru
Se teusses clame vencu
Per moi ne fussez adesez
Se vancus teusses clame[z]
Ancor de rechief le te di
Se vancus ies savrais merci
Ies tu vencus jai nel querrai
Vuels tu merci jai nel querrai
Florimons dist ne puels guerir
Merci ne quiers bien dois morir
Je voi que tes gens sont engres
Et si sont jai de moi mout pres
Se je gaires les wel atandre
Lor maltalent me voront vendre
Garganee mes peres di(s)t
Que le treu te contredi(s)t
Et la duchoisse edorie
Et tote la gent dalbanie
Te contremandent lor amor
Mais ne te wellent a signor
Tu ais faillit a ton cuidier
De tel servisse tel luier
Florimons le fiert come ber
Le chief en fist en chanp voler
Florimont se fait aimable :
" Veux-tu, dit-il, te reposer ? "
Garganeus dit : " Oui, c'est vrai,
Je suis bien blessé, par maladresse ;
Par mon orgueil, je suis trahi.
J'aurais bien dû me méfier !
Écoute ce que je vais te dire :
J'ai beaucoup de parents, par le monde,
Qui te reprocheront ma mort.
Ils te la feront payer cher.
Je suis d'assez grand lignage,
Neveu de l'émir de Carthage ;
Je suis le fils de sa sœur.
Des pirates la prirent en otage
Alors que l'émir l'envoyait
Auprès d'un roi qui voulait l'épouser.
Lors de son périple, de Libye en Crète,
De Carthage à Milet,
Garon, mon père, s'en empara ;
Il l'amena ici et il la prit ;
Et il m'a engendré.
Il est mort le jour de ma naissance.
Mon oncle alors m'a recueilli
Et j'ai servi dans sa maison. "
Florimont dit : " Je crois bien
Que désormais tes parents sont loin !
Revenons à notre affaire,
L'un de nous doit quitter la place ! "
Garganeus prend sa massue.
Florimont le frappe durement,
Et lui coupe le poignet,
Qu'il fait voler dans le champ, bien loin.
Garganeus se met à hurler.
Il appelle ses hommes, à l'aide.
Quand Florimont voit les sergents
Qui saisissent leurs armes, il dit :
" On ne peut décidément,
En aucun cas te faire confiance ;
Toutes tes promesses sont des fables,
Ta parole n'est pas fiable.
– Je n'en puis mais, dit Garganeus,
Car je vois mon sang couler.
Tu m'as coupé le poignet !
Le dicton prône avec sagesse :
'Mieux vaut pour échapper mentir,
Que mourir pour avoir dit la vérité !' "
Florimont dit : " Par ta folie,
Et ton orgueil, tu perds ta vie.
Au premier coup que j'ai frappé,
Si tu t'étais avoué vaincu,
J'aurais cessé de t'assaillir.
Si tu reconnais ta défaite,
Je te le propose derechef :
Tu auras ma merci.
Es-tu vaincu ? – Jamais !
– Veux-tu ma merci ? – Jamais ! "
Florimont dit : " Tu ne peux guérir,
Tu ne veux pas de ma pitié, tu dois mourir.
Je vois que tes gens s'agitent,
Et qu'ils se rapprochent de nous ;
Je ne souhaite pas les attendre,
Ces marchands de fourberie !
Garganeus ! Mon père te fait savoir
Qu'il dénonce toute allégeance,
Et ma mère, la duchesse Édorie,
Et toute la gent d'Albanie,
Te font part de leur désamour.
Ils ne te veulent plus pour seigneur,
Tu as failli à ton serment :
Le service tient sa récompense. "
Florimont le frappe, en baron,
Et lui fait voler la tête à travers le champ.

 

LXXI

(3607-3656)

Florimons fut seurs de guerre
Sa lance prist que gist a terre
La teste prent a port sen vet
Et cil escrient mar fut fet
Florimons sen vet vers le port
Et cil escrient a la mort
Et florimons ait escriee
Lansangne de lile selee
Sui home saillent de la neif
Et vienen[t] el chanp tut arme
Iluec fut la bataille grans
Florimons fist bien ses talans
Il les ait toz em chanp vencus
Et pris et mors et retenus
Florimons el chastel ala
Gaires de gent nen i trova
Desgarnit le trova cel prist
Trestot lestaige descomfit
Mout i trova dor et dargent
Si le dona tot a sa gent
Florimons en ala tot droit
Lai ou il les prisons savoit
Il delivra toz les chetis
Que il trova per le pais.
Les homes garganeu mist
Ardoir el feu que por lui fist
Quant il furent ars et defait
Florimons a sa neif sen va[it]
Quant ot bien le chastel destrut
Sen fist porter tot le condut
Tant ont nagie et tant sigle
Que a duras sont arive
Bien furent de loing coneu
A grant joie sont reseu
A la porte pandent la teste
Icel jor fist chascuns grant feste
Que dans garganeus fut mors
Que mout lor avoit fait grans tors
De lui est li puis sornomez
Et mon[t] gargains est apalez
Uns borjois ot terres el mont
Gargains et fut neiz de sipont
De mon[t] gargain le nom avoit
Por les terres quil en tenoit
En un torel quil ot seu
Li demostra deus tel vertu
Que un mostier i fist sor terre
Plus bel ne vos estuet il querre
Sains michies i est aores
Or est il leus de gent pouplez
La bataille est inévitable.
Florimont ramasse sa lance,
Et prend la tête du géant.
Les hommes s'écrient : " Malheur ! "
Florimont s'en va vers le port.
Les hommes s'écrient : " À mort ! "
Et Florimont lance, à tue-tête,
Le cri de guerre de l'ile Celée.
Les chevaliers alors sortent du bateau,
Et débarquent tout armés.
Ce fut une grande bataille,
Où Florimont fit feu de tout bois.
Il a vaincu ses ennemis, écrasés
Et capturés : ils sont morts ou prisonniers.
Puis il se rend jusqu'au château
Où il ne rencontre pas grand monde.
Il s'empare du lieu déserté,
Et détruit tout le bâtiment.
Il y trouve or et argent
Qu'il distribue à ses gens.
Puis il se dirige, ensuite,
Là où se trouvent les prisons,
D'où il délivre les captifs,
À travers tout le pays.
Il fait monter les hommes de Garganeus
Sur le bûcher, préparé pour lui.
Quand tous furent réduits en cendres,
Florimont rejoignit le bateau,
Où il fit charger les réserves
Du château qu'il avait détruit.
Tant ont siglé et navigué
Qu'ils sont arrivés en vue de Duras.
On les aperçoit de loin
Et ils sont reçus dans la joie.
On accroche, à la porte, la tête du géant,
Et, ce jour-là, chacun fait la fête.
Maître Garganeus est mort,
Qui leur avait fait tant de tort !
C'est de lui que vient le nom
Qui fut donné à la montagne.
Un bourgeois, natif de Siponte,
En rassembla alors les terres
Et prit pour lui le nom de Gargan,
Pour en être le propriétaire.
Le comportement insolite,
D'un taureau de son cheptel,
L'incita à bâtir un monastère
[2] :
Vous n'en trouverez pas de plus beau.
Saint Michel y est célébré
,
Et la campagne est bien peuplée
.

 

 

Notes :

1. Voir supra, chapitre 2, note 2.

2. " Un jour, un riche propriétaire de Siponte faisait paître ses troupeaux sur le Monte Gargano. Tout à coup, son plus beau taureau disparaît. Après de longues recherches, il le retrouve agenouillé près de l'ouverture d'une grotte... " L'ange et l'homme, Henry Corbin, in "Les Cahiers de l'Hermétisme", Albin Michel, 1978.

 

 

 

 


Chapitre 4

La Ballade du Povre Perdu