©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 4

 

La ballade du Povre Perdu

 

Dévoilé par son maître, Florimont se voit rappelé à ses devoirs familiaux par sa mère, peu amène (jalouse ?) à l'égard de la mésalliance, extra-conjugale, de son fils. Son secret trahi, la dame de l'Île Celée s'enfuit pour toujours et laisse Florimont sans voix, sans nom, sans avenir. Désormais vagabond, Florimont part à l'aventure dans les bagages de Rysus, prince calabrais, et de sa troupe de mercenaires improbables, à la recherche d'une bonne fortune. Ils traversent ainsi l'Albanie et la Bulgarie pour se retrouver à la cour du roi Philippe, le Macédonien —dont on a vu plus haut les préoccupations guerrières— et de sa fille Romadanaple, à marier...

 

 

LXXII

(3657-3746)

Quant garganeus fut vancus
Et ses estaiges comfondus
Floquars son escrit esgarda
De la vision li menbra
Que li dit li dus del singler
Dons sot il bien sens deviner
Que li lyeonsiaus avoit mort
Le singler que lor faissoit tort
Or ot fortune florimont
Mis en la roe tot amont
Bien ot delivre le pais
Mort et vencut ses anemis
Le moustre et garganeum
Guerre ne li faissoit nus hon(s)
Or fut florimons bien assis
Et bien amez per le pais
De pris et donor estoit sire
Mai fortune sa roe vire
Quant sor la roe la veu
Si len a mout tost abatu
Maudite soit hui sa fiance
Et sa roe que si balance
Florimons grant honor avoit
A samie mout entendoit
Mout sovent i aloit parler
Et ele len veloit mener
Floquars lait bien aperseu
Per nigromance [et] coneu
Que o li sen veloit aler
A la duchesce vet parler
Dame ce dist floquars per foi
Jai grant paor maistre de coi
Que mes sires ne soit perdus
Femes ont atres deseus
Je croi bien que il ait trovee
La pucele dille selee
Cele len puet mener o soi
Sertes nel vaires mais se croi
Ille selee est en la meir
A poengnes i puet on entrer
Que nen i vient per aventure
Mai del trover nen a on cure
Sens grant travail nen puet partir
Qui entrer i welt ne venir
Florimons lait lonc tens amee
Lanel li dona et lespee
Dame se il o li sen va[it]
Endroit vos si a mavais plait
Nos nen avrons mais son paroil
Dame car i metez consoil
Car vos li poez mout bien metre
Se vos en volez entremetre
Se nus hons sen entremetoit
Sens vos je cuit quil lossiroit
Maistres donc me dites coment
Jel vos dirai seleement
Quant il irait donez vos soing
Et si alez apres de loing
Si que florimons ne vos voie
Apres en alez tote coie
Se la damoisele vos voit
Tornez vos en a grant esploit
Puels lavrait a toz jors perdue
Sol que un poc vos ait veue
Florimons avrait grant dolor
Quant il perdrait li et samor
Muelz vient quil remaigne dolans
Quil soit a li perdus joianz
La dame dist maistres per foi
De seu prendrai ge bien conroi
Seu que vos dites serait fait
floquars a son hostel sen va[it]
Li maistres vient a florimont
Et de chevachier le semont
Sire dist floquars trop estez
En cest pais car en alez
A roi phelipon por aidier
Ses anemins a guerroier
Per foi mout en avrez grant los
Florimons non estoit si os
Car il amoit muelz de samie
Le de(s)dui[t] que chevelerie
Mais il ne finoit de penser
Por ce que il devoit aler
Maistres fet il poc ai dernois
Poc compaignons daler a roi
Per coverte seu respondoit
Mai floquars mout bien lentendoit
Li maistres le laissa a tant
Et florimons remeist pensant
Quand Garganeus fut vaincu,
Et son repaire démantelé,
Floquart consulta son livret
Où il relut le rêve du sanglier
Que le duc lui avait conté.
Il en comprit alors le sens,
Et que le lionceau venait de tuer
Le sanglier malfaisant.
La fortune pour Florimont
Fut alors à son zénith.
Il venait de délivrer son pays,
Et de vaincre ses ennemis,
Le monstre et Garganeus, le géant.
Plus personne ne lui cherchait noise,
Il était bien installé,
Et bien aimé par la contrée.
On l'admirait, on l'honorait.
Mais la fortune se fait changeante,
Et la roue tourne bientôt,
Pour abattre sa pauvre victime.
Malheur à qui fait confiance
À la roue qui ainsi balance !
Florimont était célébré,
Et jouissait de son amie
Qu'il allait souvent visiter.
Elle souhaitait pouvoir l'emmener
Et Floquart s'en aperçut.
Il apprit par nigromance
Qu'elle souhaitait partir avec lui.
Il se confia à la duchesse :
" Dame, dit Floquart, par ma foi,
J'ai bien peur... – Mais de quoi ?
– Que mon seigneur ne soit perdu
Car les femmes sont trompeuses !
Je crois bien qu'il a rencontré
La pucelle de l'île Celée.
Elle veut l'emmener avec elle
Et vous ne le verrez plus.
L'île Celée est sise en mer,
À peine peut-on y accoster
[1].
On n'y arrive que par hasard,
Car personne ne souhaite s'y rendre ;
Et il est bien difficile de la quitter,
Car tous les bateaux l'évitent.
Florimont en aime la belle,
Elle lui a donné son épée et son anneau.
Il pourrait bien partir avec elle,
Et ce serait bien triste pour vous,
Car c'est un homme sans pareil.
Dame, mettez-y bon ordre !
Vous seule pouvez l'influencer.
Si vous voulez vous entremettre
Car je crains qu'à tout autre
Il ne fasse un sort funeste.
– Maître, dites-moi comment faire ?
– Je le vous le confie en secret :
Surveillez-le quand il s'en va,
Et suivez-le alors de loin,
De telle façon qu'il ne vous voie pas.
Suivez-le discrètement,
Et, si la demoiselle vous voit,
Hâtez-vous de revenir !
Vous l'aurez pour toujours perdue,
Si jamais elle vous a entrevue !
Florimont sera malheureux
Quand il aura perdu son amour,
Mais le garder triste vaut mieux
Que le perdre joyeux. "
La dame dit : " Maître, par ma foi,
Je vais prendre soin
De bien faire ce que vous me dites. "
Floquart s'en retourne au logis
Où il trouve Florimont
Et l'invite à faire un tour à cheval.
" Sire, dit Floquart, vous manquez
D'exercice ; il est temps de partir
Auprès du roi Philippe pour l'aider
À combattre ses ennemis.
Par ma foi, vous y gagnerez la gloire. "
Florimont n'est pas chaud pour l'aventure
Car il préfère la compagnie de son amie
À celle des chevaliers.
Mais il demeure perplexe ;
Il ne sait pas ce qu'il doit faire.
" Maître, fait-il, je manque d'effets
Et de compagnons pour rejoindre le roi. "
Il répond ainsi de façon couverte,
Mais Floquart entend bien son propos !
Et le maître s'éloigne alors,
Tandis que Florimont reste pensif.

 

LXXIII

(3747-3802)

Florimons per matin leva
A samie parler ala
La damoisele latendoit
Por ce que mener len devoit
La duchoisse se fut levee
Coiement i vet a selee
EIe se leva bien per main
Tant vet et per boix et per plain
Que la damoisele la voit
Quand la duchoisse lapersoit
Mout hastivement sen retorne
La damoisele en devint morne
Quand florimons la vit penser
Riens ne li ossait demander
Ainz escoutet et mot ne sone
La damoisele laraisone
Florimont il respont amie
Non sui por coi tu mas traie
Non ai si ais et je coment
Veue sui apertement
Damoisele s[e]u est la some
Que je ne sai el mont nul home
Se il nos avoit agaitie
Que il ne le comparest chier
Florimont assez poc te doute
Cele qui mait veue tote
S[e]u est ta meire edorie
Endroit soi ne fist pas folie
Se orendroit si ne venist
A piece mais ne te veist
Florimons dist dame merci
Se ne me volez a ami
Menez men en vostre mason
Ou por serjant ou por garson
Ju ai grant bien de vos veoir
Se atre bien nen puis avoir
Florimont je tai mout amei
Si tai de mon avoir done
Je te donai la bone espee
Garganeus lait comparee
Et si te donai mon anel
Per foi florimont se mest bel
Trestot iseu que tai done
Te clain ge quite de boen gre
Sens mamor que ne puels avoir
Cele ne te puet remanoir
Je ne ten os mener o moi
Ne ne puis remenoir o toi
Tes cuers estoit de moi saisis
Et estoit de mamor floris
De cele flor avoies frut
Damor de joie [et] de de(s)duit
Qui a descoverte lamor
De ton cuer ait oste la flor
Puels que la flor[s] en est ostee
Li fruis ne puet avoir duree
Ce matin-là, Florimont se lève tôt
Pour rendre visite à son amie.
La demoiselle l'attend,
Car elle souhaite bien l'emmener.
La duchesse, elle aussi, se lève
De bonne heure, et elle s'engage
À suivre son fils, subrepticement,
Par la plaine et par les bois.
Mais la demoiselle l'aperçoit
Et la duchesse, quand elle la voit,
S'en retourne bien vite.
La demoiselle se renfrogne ;
Quand Florimont la voit songeuse,
Il n'ose pas l'interroger.
Il l'observe et se tient coi.
La demoiselle l'interpelle :
" Florimont ! – Ma mie ? répond-il.
– Je ne suis plus ta mie, tu m'as trahie !
– Mais non ! – Mais si ! – Comment ?
– Quelqu'un m'observe secrètement !
– Demoiselle, c'est impossible !
Car il n'y a personne au monde
Qui oserait nous épier,
Par peur d'avoir à le payer !
– Florimont, tu t'égares,
Car celle qui m'a aperçue,
C'est ta mère Édorie ...
Elle s'est montrée bien prudente
Et s'est enfuie aussitôt,
Afin que tu ne la voies pas. "
Florimont dit : " M'amie, pitié !
Même si tu ne veux plus de moi
Pour ami, emmène-moi dans ta maison,
Comme gardien ou serviteur.
J'ai tant besoin de te voir
Que je ne désire rien d'autre.
– Florimont, je t'ai beaucoup aimé
Et je t'ai donné ce que je possède.
Je t'ai donné la bonne épée
Et Garganeus en a connu le prix !
Je t'ai donné mon anneau,
Et, sans regret, toute ma confiance.
Je te laisse bien volontiers
Tout ce que je t'ai donné,
Sauf mon amour, que je reprends.
Il ne peut plus t'appartenir.
Je n'ose t'emmener avec moi,
Ni ne peux rester près de toi.
Ton cœur était rempli de moi
Et fleurissait de mon amour.
Tu en as savouré le fruit,
D'amour, de joie et de déduit.
Celle qui a découvert le voile,
De ton cœur a ravi la fleur :
Dès lors que la fleur est partie,
Tu ne peux plus goûter le fruit. "

 

LXXIV

(3803-3858)

Florimons dist vos dites voir
Bien puis conoistre et savoir
Que nes uns arbres son signor
Ne poroit frut doner sens flor
Puels que li arbres sa flor pert
De riens fors dombre ne le sert
Las bien est mes cuers aombrez
Se vos sens moi vos en alez
De clarte tornez en oscure
Je ne sai per quele aventure
Mort car me pran et que sejornes
Se mes cuers a tel ire torne
La damoisele li respont
Seis que te dirai florimont
Ceste dolor lai la ester
Vait en que je men wel aler
Je te baissai a comencier
A depertir te wel baissier
Mai li premiers cil fut damor
Florimont cist serait de plor
Mout volentiers je ten menesse
Ou remainsisse se josesse
Ancor venisse si a toi
Se peusse mentir ma foi
Mai il me covendrait morir
Le jor que la vodrai mentir
Se en cest pais remenoie
Jai avant dun mois ne vivroie
Et se ten veloie mener
Quant de si ne te poi embler
Ne vivroies pas longuement
Ains morroies soudaignement
Tant ne seroies grais ne fors
Qua nueme jor ne fusses mors
Por ce ne ten os je mener
Si remenoir ne retorner
Mout me poiset de nostre amor
Quant depart a si grant dolor
Quant me sovient de ta proesce
De ta bonteit de ta largesce
Toi resovient de ma biate
Et de seu que je tai ame
Assez poons avoir grant duel
Florimont certes per mon wel
Ne teusse je coneu
Perdue mais je tai perdu
De si ester nen ai plus aisse
A florimont vient si le baisse
Mout orent dolerous solas
Florimons cest entre ses bras
Plus de .XL. fois pasmez
Puels cest a la terre getez
La damoisele se pasma
Et quant revint si le baissa
Sens parler prent de lui congie
Quant lot acole et baissie
Florimont lui répond :
" Tu dis vrai, et je sais bien
Qu'aucun arbre ne peut donner
De fruit sans fleur.
Quand l'arbre se voit ôter sa fleur,
Il ne donne plus que de l'ombre.
Hélas ! Mon cœur sera bien sombre
Si désormais tu m'abandonnes :
La clarté se fera obscure,
Par je ne sais quelle aventure.
Mort ! viens donc me prendre
Si c'est là mon triste destin. "
La demoiselle lui répond :
" Écoute-moi, Florimont,
Laisse ta douleur tranquille.
Va-t-en, comme je m'en vais.
Je t'ai saisi à notre rencontre,
Laisse-moi te prendre à mon départ !
Notre premier baiser fut de joie et d'amour
Et le dernier sera baigné de pleurs.
Je t'emmènerais bien volontiers,
–Ou je resterais, si je l'osais,
Et je continuerais ainsi de te voir,
Si j'étais capable de trahir ma foi.
Mais il me faudra bien mourir
Le jour où je voudrai mentir.
Si je reste en ce pays,
Je serai morte avant un mois.
Et même si je pouvais t'emmener
Et si je réussissais à t'arracher d'ici,
Tu ne vivrais pas bien longtemps.
Tu mourrais soudainement,
Que tu le veuilles ou non,
Avant le neuvième jour.
Pour toutes ces raisons, je ne peux
Ni t'emmener, ni rester, ni revenir.
Il est bien dur de tant s'aimer
Quand se quitter fait aussi mal ;
Quand il me souvient de ta force,
De ta bonté, de ta largesse,
Quand tu évoques ma beauté
Et combien je t'ai aimé.
Il est bien dur de tant s'aimer !
S'il n'en avait tenu qu'à moi,
Je ne t'aurais pas rencontré.
Tu m'as perdue, je t'ai perdu.
De vivre ainsi je n'ai plus le goût. "
Elle s'approche de Florimont
Et le baise douloureusement.
Florimont se pâme entre ses bras
Plus de quarante fois,
Puis il se jette contre le sol.
La demoiselle s'évanouit,
Et, quand elle revient à elle,
Elle le baise et l'accole,
L'embrasse et puis s'en va.

 

LXXV

(3859-3940)

La damoisele tost sen va
Et de florimont se depart
A grant dolor sen est tornee
Et quant vint en lile selee
Por la dolor de son ami
Estet puels trois anz et demi
Mai a quart an prist neufas
Qui estoit nies qamdiobras
[Un fil en ot et quant fu nez
Netanabus fu apelez]
Rois fut tant sot denchantement
La meir faissoit meler a vent
Qui en lile veloit entrer
Por mal fere ne por rober
Les neiz faissoit plongier sovent
En la meir per enchantement
Mai florimons ot puels un fil
Phelipon quel mist a essil
Il i entrait soudaignement
Netanabus nen sot noient
Se li destrut tot son estaige
La terre [a]quist en heritaige
Car ses peires avoit amee
La dame de lile selee
Tot lavoir prist et le(n) condut
Quant ot le pais tot destruit
Et netanabus sen ala
En gresce del roi sacoenta
Alixandre son fil aprist
Que tans roiames puels conquist
Les gens en dissoient folie
Que oli[m]pias fut samie
Alixandres ses fils estoit
Mai cil mantoit qui le dissoit
Grant mensonge fut con le dist
Car alixandres puels losist
Mout di(s)t on de mal per le mont
Or retornons a florimont
Que gissoit pamez en laraigne
Damors avoit travail et paigne
La duchoisse avoit conte
Tot si com ele avoit ovre
Floquart et a duc mataqnas
Et as plus saiges de duras
Li maistres et li dus i vont
Lai ou il sevent florimont
Il sestoit jai levez em pies
Damors estoit mout travillies
Revenus fut jai de pamer
Noier se veloit en la mer
Li dus i vient et si le prent
Puels le chastie doucement
Tant li ont dit estre son grei
Len menerent en la cytei
Li dus en ses chambres demaingne
Len a menei a mout grant paigne
Un lit li ont apparillie
Si lont mout belement couchie
Dous jors i fut quil ne se mut
Quil ne mainga ains ne ne but
Bien faissoit semblant de morir
A tier[z] jor jetait un sopir
A nes un home mot ne sone
Floquars i vient que laraisone
Sire fet il coment estez
Toz nos avez descomfortez
Je ne cuidesse a nes un fuer
Que eussies si flebe cuer
Que jai por feme fust vencus
Que est vostre sens devenus
Tant avies cuer de barnaige
De proesce et de vaselaige
Que avies le mostre mort
Que nos avoit fet si grant tort
Vancut en chanp garganeum
Ains mais ne lenvai nus hon
Sire tot seu que vos vadroit
Se une feme vos vancoit
Cuer avies de baronie
Et tote la gent dalbanie
Avoit en vos mout grant fiance
Or sont tuit por vos em balance
Sire levez por vostre gent
De vostre mal sont tuit dolent

 

 

La demoiselle s'en va bientôt.
Elle se sépare de Florimont,
À grand peine, puis s'en retourne
Vers son royaume de l'île Celée.
Elle a gardé plus de trois ans,
Le deuil de son amour,
Puis elle a pris pour époux Neufas,
Un neveu de Camdiobras
[Dont elle a eu bientôt un fils
Qu'elle appella Nétanabus][2].
Il fut roi de l'île Celée,
Et, comme il savait de magie,
Il soulevait des tempêtes,
Et faisait sombrer les bateaux
Des brigands qui approchaient,
Pour détruire ou pour voler.
Florimont eut aussi un enfant,
Nommé Philippe, père d'Alexandre,
Qui chassa Nétanabus de son île,
En débarquant subrepticement.
Il ravagea tout le pays,
Puis il s'appropria la terre,
Car son père avait aimé
La dame de l'île Celée.
Il s'empara de toutes les richesses,
Après avoir détruit le pays,
Puis il força Netanabus à l'exil,
Et l'installa, en Grèce, à sa cour.
Il en fit le mentor de son fils, Alexandre,
Qui conquit tant de royaumes.
On entend certains prétendre
Qu'Olympias fut son amie
Et qu'Alexandre fut son fils.
Cette rumeur était mensonge,
Mais elle eut raison de Nétanabus
Car Alexandre le fit mourir.
On ment beaucoup de par le monde !
Or retournons à Florimont
Qui gisait pâmé sur le sable
Où il souffrait mille morts d'amour.
La duchesse, une fois rentrée,
A raconté toute l'affaire
À Floquart et à Mataquas,
Et aux vieux sages de Duras.
Le maître et le duc partent alors
À la recherche de Florimont.
Ce dernier vient de se relever
Mais, torturé par la passion,
À peine a-t-il repris conscience
Qu'il veut se jeter dans la mer.
Le duc arrive et l'empoigne
Puis il le gronde gentiment,
Le sermonne et le fait conduire,
Contre son gré, à la cité.
Le duc le fait installer, non sans peine,
Dans sa propre chambre
Où on lui a préparé un lit
Richement apprêté.
Il reste là deux jours sans bouger,
Sans manger, ni boire.
Il semble sur le point de mourir.
Le troisième jour il jette un soupir
Mais ne dit rien à personne.
Floquart s'approche et le raisonne :
" Sire, dit-il, que faites-vous ?
Vous nous avez tous rendus malades.
Je n'aurais jamais pu imaginer
Que votre cœur fût si faible,
Qu'il pût être vaincu par une femme !
Qu'est devenu votre raison ?
Vous aviez un vrai cœur de baron,
Fort de prouesse et de vasselage.
Vous avez vaincu le monstre,
Qui nous a fait si grand tort,
Et défait Garganeus, en combat singulier,
De telle sorte qu'il n'en reste rien.
Tout cela, sire, pour tomber
Sous la coupe d'une femme ?
Vous aviez cœur de baron
Et la confiance de toute l'Albanie.
Mais maintenant, vos hommes
Ne savent plus quoi penser.
Ils souffrent tous de vous voir ainsi ;
Pour votre gent, sire, levez-vous ! "

 

LXXVI

(3941-3994)

Maistres je le savoie assez
Que mes malz les a toz grevez
Jel sai assez se poiset moi
La duchesce fist le desroi
Dont ju ai perdu[e] mamie
Je croi que jen perdrai la vie
A cuer en ai mout grant dolor
Nen ai pas force contre amor
Car amor[s] fet de flebe fort
Et de fort flebe per son sort
Sor moi fet son tort et sa taille
Je ne puis soffrir sa bataille
Fere me covient son plaissir
Ou soit de vivre ou de rnorir
Floquars li dist s[e]u est folie
Se vos por ce perdez la vie
Feme devroit tel cuer avoir
Mai hons est de grinor pooir
Volez vos sembler narcisus
De folie ou piramus
Cist dui furent mort per amor
Laissies ester ceste dolor
Sire car amez atre part
Ains que aies de mort regart
Amor puet on changier briement
Biblis amoit trop folement
Son frere amoit a dessonor
Mai por itis chainga samor
Itis ama si fist que saige
Eneas remeist a cartaige
Dydo lama que fole fist
Il sen ala ele socist
A dydo ne remeist il mie
Ainz fut puels lavine samie
Sire metez en nonchaloir
Seu que vos ne poez avoir
Tel troverez per aventure
Que ne vos serait si oscure
Per cui serez muelz honorez
Et plus servis et muelz amez
Tant lait floqnars amoneste
Que il lait de son lit jete
Il cest vestus puels lont chacie
Ses mains lava puels ait maingie
Por quanque li maistres li die
Ne veloit oblier samie
Le jor ait mal et la nuit pis
En dormant li estoit avis
Que il la baissoit per amor(s)
Se li faissoit mains de dolor
En dormant estrangnoit ses bras
Ni trovoit gaires de solas
Sovent sospiroit en vellant
Por ce quil veoit en dormant
" Maître je sais assez combien
Mon malheur vous afflige.
Je le sais bien car il me pèse également.
La duchesse a commis la faute
Qui m'a fait perdre mon amie.
Je crois que j'en perdrai la vie.
J'en ai au cœur si grande peine
Que toute force m'a quitté,
Car l'amour donne force au faible,
Et au fort l'humilité.
Je suis devenu son otage
Et je subis sa cruauté,
Condamné, selon son plaisir,
À survivre ou à succomber. "
Floquart lui dit : " C'est une vraie folie
D'imaginer perdre la vie pour cela !
C'est le propre d'un cœur de femme !
Un homme doit se montrer plus fort.
Vous voulez donc imiter Narcisse,
Ou encore Pyramus[3],
Qui l'un et l'autre sont morts d'amour ?
Laissez donc de côté votre douleur,
Sire, et aimez ailleurs,
Sans attendre l'heure de la mort !
On peut bien changer son amour
Comme Byblis[4] qui, à son déshonneur,
Aima follement son frère
Puis changea son amour pour Itis.
Elle aima ailleurs, ce qui fut sage !
Quand Enée rejoignit Carthage,
Didon l'aima, à la folie :
Il la quitta, elle se tua !
Il la laissa à son malheur
Et prit Lavinia pour femme.
Sire, mettez en souffrance
Ce que vous ne pouvez avoir.
Vous trouverez, par aventure,
Une femme qui ne sera pas revêche,
Par qui vous serez honoré,
Et mieux servi et bien aimé. "
Floquart l'a tant admonesté
Que Florimont sort de son lit.
Il s'est vêtu puis s'est chaussé,
Lavé les mains puis il a mangé.
Mais quoi que lui dise son maître,
Il refuse d'oublier sa mie.
Il a mal le jour et pis la nuit.
En dormant, il lui vient l'impression
Qu'il l'embrasse et la baise d'amour.
Cela le fait souffrir :
Il serre ses bras sur son rêve
Mais il n'y trouve guère de plaisir.
Puis il soupire à son réveil,
Au souvenir de tous ses songes.

 

LXXVII

(3995-4052)

Florimons ait pertit de soi
Toz ses chevals et son hernoi
Trestot ait donei largement
As estrainges et a sa gent
Tant ait donei et despendu
Que il nen ait riens retenu
Des estrainges terres venoient
Cil que sa largesce savoient
Ne il ne finoit de doner
Tant com ses avoirs pot durer
Sa terre mist a grant povresce
Et ses homes per sa largesce
Il cest de povres dras vestus
Toz jors aloit de[s]cha[u]s et nus
Ne[s] ses chavous nen aplaignoit
Gaires a home ne parloit
Dedens son cuer avoit grant ire
Toz estoit livrez a martire
Quant on lapele florimont
A mout grant poengne lor respont
Signor fet il tort en avez
Quant vos florimont mapalez
De florimont nen i a mie
Il sen ala avec samie
Quant em sopirant la baissa
Mai por florimont sai laissa
Un chevelier povre perdu
Ne lavez vos donc coneu
Se sui ge li maleurez
Que povres perdus sui nomez
Qui atrement me nomeroit
De duel ossire me ferait
Sui amin avoient paor
Quil ne soceist de dolor
Et por ce quil ne li anui(s)t
Povre perdu lapelent tuit
Trois anz menait si dure vie
La terre fu mout apovrie
Les gens sen veloient foir
En(s) atres terres por guerir
Povre fut la gent et la terre
De mainte gent avoient guerre
Li dus poc de condut avoit
Floquars a grant dolor vivoit
Mout fut povres por son signor
Li dus estoit a dessonor
Car li amiralx de qartaige
I amenait tot son barnaige
Por florimont lor fist grant tort
Por son neveu quil li ot mort
Les chastiaus et les viles prist
Toz les arst et les desconfi[s]t
Tote la gent en mena prise
Quant ot fet del tot a sa guisse
Ne remeist a duc mataquas
Mai sol la force de duras
Per son fil ot grant povrete
Gaires nen ot conduit ne bleif
Florimont s'est départi
De ses chevaux, de ses harnais.
Il a tout distribué largement
Au tout venant, comme à ses amis.
Il a tant donné et dépensé
Qu'il ne lui est rien resté.
Les gens sont venus de toute part,
Attirés par sa générosité.
Et comme il ne cessait
De distribuer ses richesses,
Sa terre en est devenue pauvre
Et ses habitants démunis.
Il s'est vêtu comme un misérable,
Déchaussé et les pieds nus ;
Il portait ses cheveux hirsutes
Et ne parlait plus à personne.
En lui couvait une colère
Qui le livrait au martyre.
Quand on l'appellait Florimont,
Il daignait à peine répondre :
" Seigneurs, vous avez tort
De m'appeler Florimont.
Il n'y a plus de Florimont :
Il est parti, avec son amie,
Après l'avoir embrassée en soupirant.
Il n'y a plus désormais
Qu'un chevalier povre et perdu.
Ne le connaissez-vous pas ?
Je suis ce malheureux
Qui se nomme le Povre Perdu.
Celui qui désormais m'appellera autrement
Me fera mourir de douleur. "
Ses amis, inquiets, craignent
Qu'il ne se tue de désespoir,
Et, pour ne pas le contredire,
Ils l'appellent tous le Povre Perdu.
C'est ainsi qu'il a vécu trois années
Dans l'indigence et que le pays en fut
Bien appauvri. Les gens voulaient s'enfuir
En d'autres lieux pour se sauver,
Car c'était pour tous la misère ;
Et mainte gent leur faisait la guerre.
Les réserves étaient épuisées,
Et Floquart était démuni
Et pauvre, du fait de son seigneur.
À cela s'ajouta le déshonneur
Que fit subir au duc l'émir de Carthage
Qui rassembla tous ses gens
Pour se venger de Florimont
Qui avait tué son neveu.
Il s'empara des châteaux et des villes,
Les dévasta et les brûla.
Il emmena toute la population
Après l'avoir violentée.
Il ne resta plus au duc Mataquas
Que la place de Duras.
C'est ainsi que par son fils
Il connut la pauvreté et l'indigence.

 

LXXVIII

(4053-4084)

Un jor la duchesce edorie
Dist a duc sire de folie
Avommes creu nostre fil
Por ce nos ait mis a essil
Et toz nos a mi(n)s a povresse
Et per amor et per largesce
Por lui somes livrei a honte
Dist li dus dame seu que monte
Que vos dites a grant proesce
Ne puet hons venir sens largesce
Largesce moengnet son signor
A povrete puels a honor
Car argens nen est esmerez
Se per le feu nest trespassez
Per le feu valt il assez miaus
Or est mes fils en les forniaus
Li feus damors lafine fort
Mai ne lait pas mate a mort
Datre geu li vairois lascier
Son lignaige doit essaucier
Ancor avrons honor et aisse
Vient a la dame si la baisse
Dame fet il por deu merci
Soufrez ancor je vos afi
Ancor avrait grant signorie
Vos le vairois en vostre vie
Quant floquars voit lacordement
Del duc mout grant pitie len prent
Dame fet il laissies li dire
De tot seu vos dist voir mes sire(s)
Se fortune lait abatu
Ancor serait de grant vertu
Un jour la duchesse Édorie
Dit au duc : " Sire, nous avons trop
Fait confiance à notre fils,
Si bien qu'il nous a malmenés
Et réduits à la pauvreté.
Par l'effet de sa passion et de sa largesse
Ils nous a livrés à la honte ! "
Le duc répond : " Que dites-vous là ?
Personne ne peut accomplir d'exploit
Sans générosité de cœur.
La largesse conduit son seigneur
À la pauvreté, puis à l'honneur !
Car c'est à l'épreuve du feu
Que se révèle le vrai talent.
Par le feu il prend sa valeur :
Or mon fils est dans la fournaise !
Le feu d'amour l'affine fort,
Mais ne l'a pas frappé à mort.
Il se prendra à d'autres liens
Car il doit porter son lignage :
Notre avenir n'est pas sans honneur ! "
Il s'approche de la dame et l'embrasse :
" Dame, fait-il, par Dieu, merci !
Soyez patiente, je vous assure
Que nous verrons des jours meilleurs
Et la fin de nos malheurs. "
Quand Floquart entend la dispute,
Il est saisi de grand'pitié :
" Dame, fait-il, écoutez-le !
Ce que vous dit le duc est vrai ;
La fortune s'est détournée,
Mais elle saura encore vous sourire. "

 

LXXIX

(4085-4130)

La dame le laissa a tant
Li povres perdus vet pensant
De sa dolor et de samie
Por li menoit mout dure vie
Un soir est li povres perdus
Toz sous a son ostel venus
En un povre lit cest couchies
Povrement fut apparillies
Ainz ne dormit de tote nuit
Asseis i ot povre de(s)duit
En grant poengne fut por samor
Quant il vit la clarte del jor
Ha jors fet il que viens tu kerre
A povre perdu faire guerre
Quant tu li moustres ta clarte
Sertes s[e]u est estre mon gre
Puels que mes cuers est en oscure
De ta clarte nen ai ge cure
Amor et que tai ge forfet
Ne vois tu bien com il mestet
Por coi mamenbres tant sovent
La biate dont li cuers me fent
Fui toi de moi jai mais trai
Que je tavoie bien servi
Si mais en ton servisse mort
Fortune tu me ferais tort
Por coi me feis tu poier
En ta roe por trabuchier
Jai ne queisse sus seoir
En ta roe por tost cheoir
Je fui desus or sui desoz
El plus mal leu mais mis de toz
Fortune que quiers je me muer
Largesce que quiers en mon cuer
Mout tai et amee et segue
Mai tu mais trop tamor vendue
Tu me dis done je nai coi
Je sui toz sous vos iestes troi
Amour fortune et largesce
Donor mavez mis a povresce
El mont nen ait empereor
Qui peust vancre le menor
Ne vos puis foir ne atandre
Ne ne me puis vers vos deffendre
Vancut mavez quant mavez mort
Plus ne me poez faire tort
La duchesse alors se retire.
Povre Perdu s'en va pensant
À sa douleur et à son amie,
Qui lui vaut une vie si dure.
Un soir que le malheureux
Se trouve seul, chez lui,
Il s'étend sur son triste grabat,
Dénué de confort,
Et tarde à s'endormir.
Il ne trouve pas le repos
Car il souffre du mal d'amour.
Quand il voit la clarté du jour :
" Ah, jour ! fait-il, que me veux-tu ?
Tu fais la guerre au Povre Perdu
Quand tu lui montres ta clarté,
En dépit de sa volonté.
Puisque mon cœur n'est que ténèbres,
Je n'ai cure de ta lumière !
Amour, que t'ai-je fait de mal ?
Ne vois-tu pas dans quel état je suis ?
Pourquoi me rappeler si souvent
La beauté qui me fend le cœur ?
Éloigne-toi, tu m'as trahi.
Moi qui t'avais si bien servi.
Je suis mort à ton service !
Fortune tu me fais du mal :
Pourquoi me hisser si haut
Pour me précipiter ensuite ?
Pourquoi m'élever sur ta roue,
Si c'est pour me faire choir ?
Je fus en haut, je suis en bas :
Tu m'as mis au pire des endroits.
Fortune, que veux-tu ? Je me meurs.
Largesse, que me demandes-tu ?
Je t'ai aimée et bien servie,
Mais tu vends ton amour trop cher !
Tu me dis 'donne', je n'ai plus rien !
Je suis tout seul, vous êtes trois :
Amour, Fortune et Largesse !
J'étais fêté, me voici pauvre.
Il n'y a pas d'empereur au monde
Assez puissant pour vous vaincre.
Je ne peux fuir ni attendre,
Je ne puis de vous me défendre.
Vous m'avez vaincu et tué ;
C'en est fait de moi, désormais. "

 

LXXX

(4131-4230)

Tandis com il se complaignoit
Del mal et del duel quil avoit
Floquars et li dus sont venu
A lostel a povre perdu
A pies se metent devant lui
De pitie plorent ambedui
Floquars le vit et morne et vain
Si le prist per la destre main
Dist li sire fors en venez
Bone vos seroit la clartez
La meir vairois et le pais
Plus sains en serois se mest vis
Floquars le prist estre son gre
Le menait hors de la cyte
Tuit troi sasi[e]ent soz un arbre
Dejoste un piler de marbre
Le pais virent et la mer
Et les neis venir et aler
Floquars ait premerains parle
Li dus le li a comande
Sire dites nos a coi monte
Por coi vos tenez a tel honte
Malement nos avez grevez
Se atre consoil nen prenez
De grant honor et de richesce
Nos avez vos mis em povresce
Mout nos per avez chier vendu
Le bien quavons de vos eu
Maistres fet li povres perdus
Mes mals est assez coneus
Ainz nus hons ne vit son paroil
Mai je lai per vostre consoil
Que le consillestes ma meire
De tant puis encorper mon peire
Que a chascun jor me dissoit
Que largesce messauceroit
Ains jor de doner ne fui las
Et largesce mait mis si bas
Que je nen ai or que despandre
Autrui que doner ne(s) que prendre
Mout ai despendu et done
Mes peires le ma comande
Ju ai fait son comandement
Floquars li respont doucement
Seu poez vos tres bien savoir
Que vostres peires dissoit voir
Cele largesce quil vos dist
Onques home ne desconfist
Seli navez vos pas eue
Mai une teile avez seue
El mont nait roi prince ne conte
Cui cele ne meist a honte
Et vos meisme ait ele mis
A povrete et le pais
Vostre peire le duc et moi
Nen avons condut ne hernoi
Por ce est si povre la terre
La gent doit aler son pain querre
Tot lor avoir avez eu
Pris et donei et despendu
El monde nait empereor
Qui ne peust en mains dun jor
Doner son avoir et sa terre
Poc valt largesce sens conquerre
De tel largesce nai ge cure
Que si tost vient et si poc dure
Tel largesse nest pas donor
Puels quele destruit son signor
Set largesses sont renomees
Ne sont pas totes queronees
Per lune est on donor sire(s)
Les .VII. largesses vos wel dire
Sire voir tel home i a
Qui est avers et lars sera
Quant fortune le welt poier
Si devient lars por quevoitier
Le leu que fortune li done
A largesce tant sabandone
Quil est eslus en halt astaige
Mai puels chainget il son coraige
De largesce ne sentremet
Qui la bien fait mal li promet
Seu meismes fait lo[i]seleires
A ses oisiaus est dous chanteires
Quant il les tient en sa prison
Bien lor vant sa douce chanson
De la premiere vos ai ditte
La seconde vos ai escrite
Tel i ait de ses riches gens
Qui est aveirs et si despent
Et prent largesce de crienbor
Ou danemi ou de signor
Qui[l] crient con ne li fasset guerre
Per coi soit gastee sa terre
Tant est lars com il ait regart
Que malz ne (li) ving[e] datre part
Mai puels quil puet estre seurs
Largesce le trueve mout dur
Nait pas despendu per honor
S[e]u est largesce de crienbor
Tandis que Florimont se plaint
De son mal et de sa douleur,
Floquart et le duc viennent
Lui rendre visite à son logis.
Ils s'installent à son chevet
Et tous deux pleurent de pitié.
Floquart, qui le voit morne et vain,
Le saisit par la main
Et lui dit : " Sire, levez-vous, sortez !
La lumière vous fera du bien.
Vous verrez la mer et la plaine ;
Cela devrait vous réconforter. "
Floquart l'entraîne, contre son gré,
Et l'emmène hors de la cité.
Tous trois s'assoient sous un arbre
Non loin d'un pilier de marbre.
Ils contemplent le pays et la mer,
Et les bateaux qui vont et viennent.
Floquart parle le premier,
Comme le duc l'en a prié :
" Sire, dites-nous ce que cela signifie !
Pourquoi une conduite aussi honteuse
Dont vous nous faites porter la charge ?
Si vous ne changez pas d'attitude,
Vous aurez détruit notre honneur,
Et ruiné vos bienfaiteurs.
Vous nous faites payer bien cher
Ce que vous nous avez donné !
– Maître, répond le Povre Perdu,
Mon mal certes est bien connu,
Même si personne ne l'a vécu.
C'est à vous que je le dois
—Au conseil que vous fîtes à ma mère—
Et à mon père également,
Qui chaque jour m'a enseigné
Que la largesse m'exaucerait.
Je n'ai jamais cessé de donner
Et ma largesse m'a mis si bas
Que je n'ai plus rien à dépenser,
À donner ni à recevoir.
J'ai beaucoup distribué,
Mon père me l'a commandé,
J'ai obéi à son ordre. "
Floquart lui répond, patiemment :
" Vous savez parfaitement
Que votre père avait raison.
La largesse dont il parlait
Ne fait de mal à personne.
Ce n'est pas celle dont vous usez,
Car celle que vous avez servie
Il n'est au monde prince ni comte
Qu'elle ne saurait mener à la honte.
Et elle vous a menés,
Vous et votre pays, à la pauvreté.
Votre père, le duc, et moi-même
N'avons plus de nourriture, ni d'équipage ;
Et le pays est devenu si pauvre
Que les gens en sont réduits à mendier.
Vous avez saisi leur avoir,
Tout pris, donné et dépensé.
Il n'y a riche roi au monde
Qui puisse ainsi tout dépenser,
Ses richesses, son avoir et sa terre.
Peu vaut largesse sans conquête.
De telle largesse, on n'en a cure !
Car elle s'étiole et dure bien peu.
Ce n'est pas une vertu honorable
Puisqu'elle humilie son seigneur.
Sept largesses sont renommées
Mais une seule est digne, à vrai dire,
De l'honneur d'être célébrée.
Je vais maintenant vous en parler.
Sire, il existe, à vrai dire, des hommes
Qui d'avares deviennent généreux,
Quand la fortune leur sourit.
Ils savent faire preuve de largesse,
Pour apprivoiser la Fortune,
Et se montrent si dispendieux
Qu'on les accueille en haut parage.
Puis ils changent leur attitude,
Dès qu'ils obtiennent ce qu'ils convoitent,
Et rendent le mal pour le bien.
C'est ainsi que fait l'oiseleur,
Qui par son chant attire les oiseaux,
Pour les tenir dans sa cage :
Il leur vend bien sa douce chanson !
Voilà donc, la première est dite,
Et, bientôt, voici la seconde !
Il y a des gens riches
Qui, quoiqu'avares, dépensent beaucoup
Et largement pour se protéger
Des ennemis ou du seigneur,
Dont la guerre pourrait gâter
Leur terre ou leurs propriétés.
Ils sont larges parce qu'ils ont peur
Des dégâts qu'ils pourraient subir,
Mais dès que la paix est revenue,
Ils renoncent à leur générosité.
Ce n'est pas là preuve d'honneur
Mais pur effet de leur méfiance.

 

LXXXI

(4231-4254)

Li rosignous fait asiment
Per ses box chante(n)t doucement
Nel fait pas tot por deporter
Mai por son nit quil welt garder
La seconde ravez oie
La tierce ne li semble mie
Telz i a de ses hals barons
Larges sont a lor compaignons
Son avoir a ses homes met
Des estrainges ne sentremet
Cil welt estoier son avoir
S[e]u est largesce de savoir
Muelz ne puet son avoir garder
Qui a sa gent le fet doner
Car cil metent por lor signor
Trestot son avoir et le lor
Se il sont riche grinor faix
Danemins et de guerre maix
Il pu[e]ent soffrir et atandre
Cil ont que doner et que prendre
Tel largesce nest pas folie
Mais non est de grant baronie
Ne puet estre de grant honor
Tote remaint a son signor
Le rossignol fait de même
Quand il chante au bois joliment.
Il ne le fait pas pour son plaisir
Mais bien pour protéger son nid.
Vous avez entendu la seconde,
La tierce ne lui ressemble pas.
Il y a de ces fiers barons
Qui sont larges avec leurs compagnons,
Et leur donnent sans compter,
À l'exclusion des étrangers !
Qui veut protéger sa richesse
Ne saurait s'y prendre mieux
Qu'en la distribuant à ses proches,
Ou en la confiant à ses gens.
Car ceux-ci ont le même intérêt
À la sauvegarder que lui-même.
S'ils sont riches, peu leur importe
Les ennemis et les combats ;
Ils peuvent souffrir et attendre,
Ils ont de quoi donner et prendre.
Telle largesse n'est pas folie
Mais elle n'est pas non plus baronnie.
Elle ne procure pas d'honneur
Car tout demeure à son seigneur. "

 

LXXXII

(4255-4274)

Li vilains refet atretel
A siaus quil tient en son ostel
Met sa viande et [la] despent
Nest pas largesse bien la vent
Sire voir la tierce savez
De la quarte oir redevez
Tel(z) i ait que largesce vent
Se di(s)t que lars est car despent
Une largesce ait cil emprise
Son avoir despent en tel guisse
Que bien seit en cui ou en coi
Por plus trere davoir a soi
Quant puet servir acun baron
Puels demande(r) le gueredon
Nest pas grant honor de despendre
Se gueredon de don welt prendre
S[e]u est largesce de fumier
Seu fet li vilains volentiers
Le fumier donet a la terre
Por plus de bleif quil welt conquerre
" Le vilain fait la même chose
Pour ceux qu'il a en sa maison :
Il partage la nourriture,
Non par largesse mais par raison.
Vous connaissez donc la troisième.
Voici maintenant la quatrième.
Il y en a qu'on dit généreux
Car ils dépensent largement,
Mais ils le font de telle façon
—Pour qui et quoi, en telle guise—
Qu'ils sont sûrs de recevoir enfin
Plus qu'ils n'ont donné.
Quand ils peuvent servir un baron,
Ils lui demandent une récompense.
Ce n'est pas glorieux de donner
Quand on attend la récompense !
C'est une largesse de fumier,
Comme disent les paysans
Qui le répandent à profusion,
Pour améliorer leur récolte. "

 

LXXXIII

(4275-4294)

De la quarte vos ai dit voir
La quinte devez bien savoir
Sire vos lavez tant segue
Que vostre gent est comfondue
Que plus welt doner et servir
Que sa rante ne puet soffrir
Et poc conquiert et si despant
Sa largesce vient a noiant
Tel i ait qui se fait cortois
Chevalier vilain ou borjois
Faint soi de mener bele vie
Ou por orguel ou por samie
Un an ou .II. ou trois est larges
Puels li fat avoirs ou coraiges
Quant il laisset seu ait perdu
Que il ait mis et despendu
Quant sa largesce devient coie
Le ver semblet que fait la soie
Bele oevre fet et por de(s)duit
Atrui fait prou(t) si com je cuit
" Je vous ai parlé de la quatrième,
J'en viens donc à la cinquième.
Vous l'avez, sire, tant pratiquée
Que votre gent s'en est lassée.
Celui qui donne et veut servir
Plus que sa rente ne peut souffrir,
Qui peu conquiert et trop dépense,
A bientôt gaspillé sa largesse.
Il y en a qui se font courtois,
Chevaliers, vilains ou bourgeois,
Et se mêlent de mener grande vie,
Ou par orgueil, ou pour leur amie.
Un an ou deux ou trois, on voit large,
Puis l'argent vient à manquer,
Et on cesse de dépenser,
Car on a tout perdu et gâché.
Et quand sa largesse s'est tue,
L'homme ressemble au ver à soie
Qui a tissé un bel ouvrage,
Pour le bonheur d'autrui ! "

 

LXXXIV

(4295-4312)

De la quinte avez oit
De la siste sire vos di
Tel i ait qui est lars por soi
De gent vestir de bel hernoi
De bial conduit endroit sa goule
S[e]u est une largesce soule
Sire non est mie donor
Tost trait a honte son signor
Telz est de hernois aaisies
Qui est donor toz despoillies
Te[l]z ait grant cors et grosce pansce
Qui est poc doutez de sa lance
Ceste racyne est dune visce
Qui atochet a avarisce
Li sagiers le fait asiment
Biaus rains et belles fuelles prent
Mai non ait cuer de tel valor
Quil porset fruit ne bele flor
" C'était la cinquième,
Voici la sixième !
Il y en a qui soignent l'apparence :
Beaux vêtements, riche équipage,
Nourriture saine, boisson choisie.
Ils sont larges pour eux-mêmes.
Mais cet usage manque de noblesse
Et conduit son maître à la honte.
On connaît de beaux équipages
Qui sont dépourvus de tout honneur,
Et de grands corps à grosse panse
Dont la lance est bien rouillée !
Cette façon d'être est vicieuse
Et ressemble à la ladrerie ;
Ou à l'élégance de la sauge
Qui brille par l'éclat
De son feuillage sans pour autant
Donner de fruit. "

 

LXXXV

(4313-4422)

Or vos ai la cyste contee
La septisme est queronee
De ceste dient li actor
Que s[e]u est la meire donor
Sire la septi[s]me largesce
Ne valt sens sens et sens proesce
Si com vos veez en la mer
Que neif ne valt sens governer
Se li governaus est perdus
Li maroniers est comfondus
La neif pessoiet et perille
Et largesce selui essille
Qui lait sens sens et sens proesce
Tost le met donor a povresce
Sens et proesce quiert sovent
Tot seu que largesce despent
Sire regardez le sarment
Coment permi larbre sestent
Se li arbres ne le soustient
Contre terre toz jors se tient
Et desor larbre son frut porte
Largesce gist a terre morte
Se a proesce ne se prent
Ne puet pas durer longuement
Proesce est uns arbres plantez
Sens le soustient et largetez
Quant largetez a li se prent
Prouesce la soustient forment
Quant li uns a latre se prent
Largetez vet ades davant
Honor de lun en latre trel[l]e
Et le frut de flor aparelle
Largesce portet bone flor
Dacoentement et de dousor
De la flor fait frut a sa guisse
Donor de don de bial servisse
Puels redoit proesce florir
La flor[s] ne puet del frut pertir
La flor[s] est de chevelerie
Li fruis doit mener bele vie
De maintenir riche coraige
Et de poier en halt estaige
Qui tel largesce welt avoir
Son signor met en grant pooir
Tel largesce met son signor
De povrete en grant honor
Li povres perdus escoutoit
Tot seu que floquars li dissoit
Bien lait en son cuer retenu
En meir garda si a veu
Une neif que vient a esploit
A plaigne voille vet tot droit
Bien voit qua port devoit venir
En la neif ot chevalx hignir
En son cuer forment li plaissoit
Des chevalx que hignir ooit
Li povres perdus fut soz larbre
Vit la neif qui vint de calabre
Grant joie en ot en son coraige
Rysus uns prinses dat paraige
Estoit sires de cele neif
Rois phelipons lavoit mande
Soi douzime a roi en aloit
Mout grant avoir o soi portoit
Trois anz i veloit remenoir
Por la damoisele veoir
Aidier li voloit de sa guerre
Por pris et por honor conquerre
Rysus estoit de halt parage
Et si tenoit per heritaige
Calabre et terre de labor
Nen i avoit atre signor
Il avoit mout grant richete
Sor le far fist une cyte
El niert ancor de gent pouplee
De ryso fut risse nomee
Li povres perdus vit en meir
La neif qui venoit ariver
A maistre dist tot son coraige
Se jeusse deniers ou gaige
Et icist fussent chevelier
Jes herbergesse volentiers
Mai por ce ne puet remenoir
Que je nen fasce mon pooir
Quant ses peires parler loi
De servir mout sen esjoi
Biaus fils fet il car i alez
Amenez les se vos poez
Se si les amoengnes a moi
Je ferai le conroi por toi
Dous bues avommes en laree
Ses maingerons a la pevree
Assez troverons vin et pain
Boen[s] lis lor ferons sor lestrain
Bien pu[e]ent estre aaissie
Et li cheval bien herbergie
Quant li povres perdus [l]antant
A son peire mersis an rant
Sire fet il et gi irai
Mout volentiers mai je ne sai
Cil vodront herbergier o moi
Quant me vairont a povre hernoi
Mai se li hernois est faillis
Mes cuers nes[t] pas donor flebis
Por quant lai irai tote voie
Ne wel que la corpe soit moie
Floquars li dist aIez i sire
Que je lai assez oit dire
Que on ne puet bien esploitier
Son afeire sens comensier
" J'en ai fini avec la sixième,
Célébrons enfin la septième.
Celle dont les auteurs disent
Qu'elle est la mère de tout honneur.
Sire, la septième largesse
Ne vaut rien sans prouesse et raison,
À l'instar du bateau en mer
Qu'on doit fermement diriger,
Et dont l'équipage s'affole
Si le gouvernail est cassé :
Car le bateau se brise et sombre !
De même la largesse égare-t-elle celui
Qui en use sans raison ni courage ;
Elle le conduit à la pauvreté.
Sagesse et prouesse sont nécessaires
Au bon usage de cette largesse.
Sire, regardez comment le sarment
Fait son chemin parmi les branches
—Car si l'arbre ne le soutient pas
Il reste pour toujours au sol !—
Et porte son fruit sur l'arbre.
Largesse gît stérile au sol,
Si la prouesse ne la porte,
Elle ne peut pas durer longtemps.
La prouesse est un arbre planté
Qui se nourrit de sagesse
Et que soutient la largeté,
Comme un tuteur, fermement.
Quand l'un se prend à l'autre
La largeté se développe ;
L'honneur de l'un s'appuie sur l'autre,
Et le fruit naît de la fleur.
La largesse donne de belles fleurs,
D'amitié et de douceur.
De la fleur, il naît un fruit,
D'honneur et de générosité.
Puis la prouesse doit fleurir à nouveau,
Car la fleur ne sort pas du fruit !
Si la fleur est de chevalerie,
Le fruit doit mener belle vie
Et, pour le prix de son courage,
S'élever en haute condition.
Telle largesse donne à qui la cultive
Grande seigneurie et grand pouvoir,
Et transforme sa condition
De pauvreté en grand honneur. "
Le Povre Perdu écoute
Tout ce que lui dit Floquart
Et le garde bien dans son cœur.
Comme il porte ses regards vers la mer,
Il aperçoit alors un bateau
Qui cingle, à pleine voile, vers la terre.
Il approche déjà du port ;
On y entend un cheval hennir.
Ce spectacle réjouit vivement
Le cœur meurtri du Povre Perdu.
Du pied de l'arbre où il se trouve,
Il voit la nef qui vient de Calabre
Et en éprouve grande joie au cœur.
Rysus, prince de haut parage,
Est le seigneur de ce bateau ;
Il se rend auprès du roi Philippe,
En compagnie de onze amis.
Son bateau est rempli de richesses,
Car il veut séjourner trois ans
Et rencontrer la fille du roi.
Il vient aider le roi à sa guerre,
Il en espère honneur et richesse.
Rysus est de haut parage,
Car il tient par héritage
Les terres de Calabre et de Libournie.
Il n'a pas de suzerain
Mais il jouit de grandes richesses.
Il a construit près de Messine
Une cité qu'il veut peupler
Et à laquelle il donnera son nom.
Povre Perdu regarde au large
Le bateau qui s'approche.
Il confie ses pensées à son maître :
" Si j'avais de l'argent
Et que débarquent des chevaliers,
Je les hébergerais volontiers,
Mais il n'en est pas question,
Car ce n'est pas en mon pouvoir. "
Quand son père l'entend parler
De recevoir des chevaliers, il se réjouit :
" Mon beau fils, fait-il, allez-y !
Invitez-les, si vous le pouvez.
Amenez-les jusque chez nous,
Nous leur ferons honneur.
Nous avons deux bœufs dans le pré
Que nous ferons cuire à la poivrée.
Nous trouverons du pain et du vin,
Et leur préparerons des lits sur la paille.
Ils en seront bien aise !
Et leurs chevaux seront soignés. "
Quand Povre Perdu entend cela,
Il remercie son père :
" Sire, fait-il, je les suivrais
Bien volontiers, mais je ne sais pas
S'ils voudront de moi,
Quand ils verront mon pauvre harnois.
Mais si mon équipage est pauvre,
Mon cœur lui est sans faiblesse.
Je vais de ce pas les rejoindre
Pour tenter ma chance. "
Floquart dit : " Allez-y, sire
Car j'ai souvent entendu dire
Qu'on ne peut certes rien réussir
Qu'on n'ait pas déjà entrepris ! "

 

LXXXVI

(4423-4460)

Au port fut venue la neif
Toz les chevalx ont fors getez
Les somiers et tot le hernois
En ont fors jetie el gravoi
Li prinses et sui compaignon
En saillirent fors el sablon
Joste la mer ens el gravier
Se de(s)duient li chevelier
Li povres perdus les veoit
En son cuer forment li plaissoit
De lor de(s)duit avoit envie
De la joie son duel oblie
Vers les cheveliers est meus
Sens souliers povrement vestus
A port sen vet a quel que paingne
Loing des atres enmi laraigne
Un damoisel vit quan sa main
Menoit un cheval sor basain
Li povres perdus le salue
Puels demandet dont est venue
Cele neif et quel gent se sont
Et dont vienent et ou il vont
Li damo[i]siaus ait respondu
Quant son salu li a rendu
Amins icist chevelier sont
A un riche prince del mont
Rysus ait nom en atre terre
Sen irait por honor conquerre
Mes sires est de grant parage
Calabre tient per heritaige
A roi phelipon welt aler
Dont vos avez oit parler
A phelipople por aidier
Li roi dongrie a guerroier
Ju oi mon signor conter
Quil i veloit trois anz ester
Despandre i welt de son avoir
Por la fille le roi veoir
Le bateau est entré au port
Et il a bientôt débarqué
Chevaux, mules et tout l'équipage,
Sur le sable et le gravier.
Le prince et ses compagnons
Quittent le bâtiment
Et rejoignent la grève,
Pour se dégourdir les jambes.
Povre Perdu se réjouit
De les voir ainsi se détendre.
Il se réjouit de les rejoindre
Et en oublie alors son malheur.
Il se dirige vers eux,
Les pieds nus, pauvrement vêtu,
Et gagne le port, non sans mal.
Au devant de la troupe,
Il voit s'avancer un damoiseau
Qui conduit un cheval bai.
Povre Perdu le salue,
Puis lui demande d'où viennent
Le bateau et ses passagers :
D'où ils viennent et où ils vont.
Le damoiseau lui répond,
En lui rendant son salut :
" Ami, ces chevaliers sont
Compagnons d'un riche prince
Du nom de Rysus. Ils s'en vont
En autre terre se battre pour l'honneur.
Mon sire est de grand parage :
Il tient la Calabre par héritage.
Et va rejoindre le roi Philippe,
Dont vous avez entendu parler,
Pour lui apporter son aide,
Et combattre le roi de Hongrie.
Je l'ai entendu dire
Qu'il voulait y rester trois ans,
Et consacrer toutes ses richesses
À rencontrer la fille du roi. "

 

LXXXVII

(4461-4530)

Amins dist li povres perdus
Tes sires est entre ses drus
Je nel conois mostre le moi
Et cil li a mostre a doi
Sire veez sel chevelier
Qui welt monter en cel destrier
Cest mes sires car i alez
Se de son avoir li querez
Il vos en donrait volentiers
Que je croi quil vos ait mestier
Demain doit fere grant jornee
Chevachier welt a lavespree
Amins fait li povres perdus
Ne sui por son avoir venus
Se toz sui de povre pooir
Muelz ain samor que son avoir
Li povres perdus salua
Le damoisel puels sen ala
Lai ou les cheveliers veoit
Davant le prince vet tot droit
Li princes entre ses gens fu
Sesgarda le povre perdu
Le vis avoit descolore
Amor[s] lavoit descoulore
Les chevols avoit sors et blons
Le regar[t] fier come lyeons
Les eus ot vairs et gros le pis
Ne fut trop grans ne trop petis
Rysus pensoit en son coraige
Que il estoit de franc lignaige
Li prinses lait a raison mis
Dites moi fet il biaus amis
Ieste[s] vos de ceste contree
Que si forment est desertee
Keix hons iestes de quel mestier
Fustes vos fils a chevelier
Seu vos conjur que plus amez
Se onques fustes adobez
Quant li povres perdus antant
Del prince le conjuremant
De samie cest porpensez
Sire fet il de seu sui nez
Je ne sai riens datre mestier
Fils sui dun povre chevelier
Di vos per le conjurement
Quadoubez fui ge voirement
Et se volez savoir mon nom
Povre perdu mapelet on
Icil que welt doner viande
Le povre chevelier demande
Sire fet il iceste terre
Ait el lonc tans estei en guerre
Que je ni voi gaire de gent
Mout sont povre mien essient
Sire fet li povre perdus
Cist pais est mout comfondus
Car un mostre ot issi jai dis
Que fist maint mal en cest pais
Chascun jor un home veloit
De livreson mout nosioit
Et sen fist tot le muelz foir
En atre terre por guerir
Cil qui eschaperent de lui
Em poengne remeistrent datrui
Garganeus per son pooir
Chascun an prenoit lor avoir
Lavoir prenoit et le condut
Les homes ait mors et destrus
Foit sen sont en atre(s) terre(s)
Li plusor sont alei pain kerre
" Ami, dit alors le Povre Perdu,
Ton seigneur est au milieu de ses amis ;
Je ne le connais pas, montre-le moi ! "
Et l'autre a tendu le doigt :
" Sire, voyez ce chevalier
Qui monte le destrier.
C'est mon seigneur, allez le voir,
Si vous voulez son aide.
Il vous fera volontiers des présents,
Et je crois que vous en avez besoin !
Il doit faire demain une longue étape,
Et veut se mettre en route au plus tôt.
– Ami, dit le Povre Perdu,
Je ne veux pas de ses présents,
Même si je ne suis qu'un pauvre hère.
Je préfère son amitié à son argent. "
Povre Perdu salue
Le damoiseau puis s'approche
Des chevaliers et s'avance,
Tout droit vers le prince.
Ce dernier dévisage le Povre Perdu
Qui s'approche de lui.
Il remarque la pâleur de son visage,
Que l'amour a anémié,
Les cheveux, blonds châtain,
Le regard fier, comme d'un lion,
Les yeux noisette, le torse puissant,
Ni trop grand, ni petit.
Rysus se dit à lui-même
Qu'il doit être de grand lignage.
Le prince s'adresse au Povre Perdu :
" Dites-moi, fait-il, bel ami,
Êtes-vous de cette contrée
Qui semble fortement désertée ?
Qui êtes-vous, qui servez-vous ?
Êtes-vous fils d'un chevalier ?
Dites-moi, je vous en conjure,
Si vous fûtes adoubé ? "
Quand le Povre Perdu entend
La prière du prince,
Il se souvient de son amie :
" Sire, fait-il, je suis chevalier
Et ne sais pas d'autre métier.
Je suis le fils d'un pauvre chevalier ;
Je vous le dis en vérité,
Je fus bel et bien adoubé ;
Et si vous voulez savoir mon nom,
On m'appelle le Povre Perdu. "
L'autre qui souhaite lui venir en aide
L'interroge :
" Sire, fait-il, cette terre
A-t-elle été longtemps en guerre,
Qu'on n'y voie que si peu de gens,
Qui sont bien pauvres, au demeurant ?
– Sire, répond le Povre Perdu,
Ce pays a été bouleversé,
Car un monstre y a vécu jadis.
Il maltraitait ses habitants
Et exigeait qu'on lui livre chaque jour
Un homme, en tribut, pour le manger.
Et beaucoup ont pris la fuite
En autre terre pour se sauver !
Quant à ceux qui lui ont échappé,
Ils ont dû subir un autre fléau,
Un tyran nommé Garganeus
Qui chaque an prenait leur richesse,
Confisquait toutes leurs récoltes,
Et massacrait la population.
Beaucoup se sont enfuis ailleurs
Pour y quémander leur pain. "

 

LXXXVIII

(4531-4606)

Li gentis princes li respont
Que ont il fet de florimont
Que le fier moustre lor ossist
De garganeum le chief prist
Per tot le mont en ait grant los
En terre nen est hons si os
Que mal ost faire en cest pais
Tant com il soit ne sains ne vis
Se jel veisse ne trovesse
Mout volentiers mi acoentesse
Biaus sire se vos le savez
Vostre merci car mi menez
Mout en vadroie muelz se croi
Cil estoit acoenties de moi
Sire fait li povres perdus
Trois anz ait quil ne fut veus
La pucele dile selee
Avait mout longuement amee
Il sen alait avec samie
Ceste terre en est empirie
Chevelier sergent ne borjois
Nait ses peires que .XXIII.
Et cil vivent a grant me[s]chief
Li prinses en ait grant pitie
Quant vit de povres dras vestu(i)
Le chevelier povre perdu
Son avoir li veloit doner
Et robe li fist aporter
Sire fet li povres perdus
Ne sui pas por avoir venus
Mai se bien faire me volez
Une atre chose me donez
Fet li prinses don dites coi
Avrai le ju oil per foi
Se doner le puis sens damaige
Que ju aie de mon voiaige
Dist li povres perdus biaus sire
Seu que demans vos doi ge dire
Ne deprisies ma povrete
De seu que mavez creante
Je vos requier en nom de foi
Anuit mais remenez o moi
Et vos et vostre compaignon
Je ne vos demans atre don
Et por jesir et por maingier
Je vos ferai bien aaissier
Li princes respont ne puet estre
Car je vos conterai tot lestre
A roi phelipon doi aler
Si i doi lonc tens sejorner
Ains .XV. jors i doi venir
Se ju a roi ne wel mentir
Ne li poroie dire voir
Se si veloie remenoir
Quant li povres perdus se voit
Que li princes ne remaindroit
Sire fet il bien sai et voi
Que ester ne velez o moi
Puels que remenoir ne volez
De dous choses lune prenez
Mai davant me ferois antandre
Se je part se vos vodrois prandre
Rysus por ce quil ne pensest
Que de quevoitie le lassest
Pertez fet il segurement
Ju i prendrai veraiement
Bien poez pertir sens regar[t]
Sire fet il et je vos part
Ou avecques moi remenez
Ou a la cort trois anz estez
A moi et vostre compaignon
Et por sols et por livreson
Que jai viande ne hernois
Ne prendrois dome fors de moi
Ou si remenez a sejor
Or prenez fet il le millor

Le gentil prince lui répond :
" Mais qu'ont-ils fait de Florimont ?
Qui tua le monstre farouche
Et trancha la tête de Garganeus ?
La geste en est si célèbre qu'on ne peut
Imaginer quiconque d'assez téméraire
Pour oser faire du mal en ce pays,
Si Florimont est encore en vie !
Si je pouvais le rencontrer,
J'aimerais bien faire sa connaissance.
Si vous savez, beau sire, où le trouver,
Emmenez-moi jusqu'à lui !
Ce serait un grand honneur, pour moi,
De pouvoir l'approcher.
– Sire, répond le Povre Perdu,
Il y a trois ans qu'on ne l'a vu.
La pucelle de l'île Celée,
Qu'il a longuement aimée,
L'a emmené avec elle.
Cette terre souffre de son absence.
Il ne reste plus à son père que vingt-trois
Chevaliers, sergents et bourgeois,
Qui tous vivent dans l'indigence. "
Le prince a pitié du Povre Perdu
Qu'il voit si pauvrement vêtu.
Il veut lui offrir
De quoi se vêtir et lui fait
Apporter des vêtements.
" Sire, dit le Povre Perdu,
Je ne suis pas venu pour cela,
Mais si vous voulez m'aider
Vous pouvez le faire autrement. "
Le prince dit : " Et comment donc ?
– Jurez-vous de me l'accorder ?
– Si je peux satisfaire votre demande,
Sans mettre en péril mon voyage. "
Le Povre Perdu lui dit : " Beau sire,
Je vais vous dire ce que je veux.
Ne méprisez pas ma pauvreté
Et faites-moi confiance.
Je vous demande, par ma foi,
De loger cette nuit chez moi,
Vous et vos compagnons.
Je ne vous demande rien d'autre.
Vous pourrez tranquillement
Vous reposer et vous restaurer. "
Le prince répond : " C'est impossible,
Car je dois vous confier
Que je me rends auprès du roi Philippe,
Chez qui je dois séjourner.
Je lui ai fait la promesse
Que j'y serais avant quinze jours.
Sauf à trahir mon engagement,
Je ne peux donc rester chez vous. "
Quand Povre Perdu comprend
Que le prince ne restera pas :
" Sire, dit-il, je vois que vous refusez
De venir vous restaurer chez moi.
Puisqu'il en est ainsi, acceptez du moins
La proposition que je vais vous faire.
Mais écoutez bien, d'abord,
Les termes de mon marché ! "
Rysus, convaincu de la bonne foi
De son interlocuteur, lui dit :
" Exposez-moi votre intention
Et j'en accepte d'avance les termes.
Vous pouvez parier sans crainte.
– Sire, fait-il, voici mon marché :
Soit vous restez loger cette nuit chez moi,
Soit vous vous engagez, vous et vos amis,
À ne recevoir, pendant les trois ans à venir,
Ni solde, ni équipement,
Ni nourriture, ni hernois
De personne d'autre que de moi :
À vous de choisir
Ce que vous préférez ! "


 

LXXXIX

(4607-4704)

Le prinses ait un poc pense
Le chevelier ait regarde
Et conoist bien a son vissaige
Que il avoit riche coraige
Li princes pensoit saigement
Si voi ge bien apertement
Que il est mout povres davoir
Mais il ait et sens et savoir
Son covenant mestuet atendre
Il ait pertit et je doi prendre
Je li comandai a pertir
Son covenant li doi tenir
Se ce fust uns fols sa folie
Tornesse bien a gaberie
Si devien[t] il est date gent
Si me querrait son covenant
Li princes fut enmi la plasce
Mai del prendre ne seit quil fasce
Del prendre fut mout entrepris
Li chevelier de son pais
Et por joie et por de(s)duit
A une voix escrient tuit
Sire faissons de lui signor
Mout nos tendrait a grant honor
Se il puet mener son tresor
Les pailes et largent et lor
A phelipople et sa gent
Tenir nos i puet belement
Se le wellent tuit li borjois
Et li chevelier et li rois
Tant li ont dit kestre son gre
Li ont promis et creante
Ou il me soit travas ou dans
O vos serai a roi trois ans
Se vos essoignier mi poez
Sire fet il jen ai assez
Or penserons de lesploitier
Entre[l]s dient li chevelier
Mout nos ferait bien honorer
Se o nos len peons mener
Li princes fut bien asassez
Or et argent avoit assez
Et biaus chevalx et bial hernois
Onze cheveliers ot o soi
Il les avoit toz fais eslire
Les nons vos doi conter et dire
Alos nodans moneacus
Jeur fleons emenous
Elpions theciers et notans
Tarquins uns senechalx vaillans
Li onzimes fut leodis
Se fut uns cheveliers petis
Mai el mont millor nen avoit
Quant a cheval armez estoit
Cist se sont donei et rendu
Per gabois a povre perdu
Del servir li font covenant
Il nest pas fols tres bien les prant
Entriaus sen rient de gabois
Rysus li princes fut cortois
Le chevelier ait apale
Sire trop avons demore
Chevachier devons lavespree
Car demain ferons grant jornee
Alez vos fait il atorner
Ni poons gaires demorer
Prenez congie de vostre gent
Et si venez hastivement
Sire fet li povres perdus
Mes hernois serait tost venus
Je serai mout bien a hernoi
Se puis avoir un palefroi
Li povres perdus tost sen torne
Mais il ne fist pas chiere morne
A son peire sen vient tot droit
Li dus ot joie quant le voit
Biaus fils fet il avant venez
Ou sont cil cui vos amenez
Sire ne vendront pas o moi
S[e]u est rysus que vet a roi
Si ma done mout riche don
Car il prendrait ma livreson
Trois anz que il i doit ester
Li doi et s[o]ignier et livrer
Quant lot li peires si le baisse
Biaus fils fet il honor et aisse
Avrais tu ancor et tes peire(s)
Per toi et ta gent et ta meire
Peires fet il quel la ferai
Que hernois ne argent nen ai
Sire je nai poent de hernoi
Fils si menez mon palefroi
Maigres est il nest mie biaus
Mai assez est fors et isniaus
Et si vos porait bien porter
Li duc li a fet enceler
Ainz quil montest baissa son peire
Em plorant le baissa sa meire
Le prince se met à réfléchir
En observant le chevalier,
Et il devine à son visage
Que c'est un homme de cœur.
Le prince est perspicace :
" Je vois bien, certes,
Qu'il n'est pas riche ;
Mais il a du bon sens, il est éduqué.
Il m'a proposé un marché ;
Il a parié, je dois répondre.
J'ai accepté d'entrer dans son jeu,
Je dois maintenant m'y tenir.
S'il est fou, sa folie bientôt
Tournera à la bouffonnerie.
Mais s'il est de bonne naissance,
Il exigera que je m'exécute !"
Le prince est au milieu du gué
Et ne sait quel parti prendre ;
Il hésite dans son choix.
Les chevaliers de sa suite,
Qui se réjouissent de l'aventure,
S'écrient tous ensemble :
" Sire, confions-lui notre équipage,
Cela nous portera bonheur !
S'il gère bien son affaire,
La soie, l'argent et l'or,
Et accompagne bien sa gent,
Il nous sera d'un grand secours,
Auprès de tous les bourgeois
Et des chevaliers, et du roi. "
Ils ont tant seriné le prince
Qu'il s'est plié, malgré lui, à leur souhait.
" Quels qu'en soient le coût et la peine,
Je resterai auprès de vous, trois ans,
Si vous en avez les moyens.
– Sire, répond le prince, j'ai ce qu'il faut
Pour subvenir à la chose. "
Les chevaliers se disent entre eux :
" Ce sera tout à notre honneur
De l'avoir à nos côtés. "
Le prince avait bel équipage,
De beaux chevaux, de beaux harnais
Et ne manquait ni d'or ni d'argent.
Il avait soigneusement choisi
Onze fringants chevaliers,
Dont je dois vous confier les noms :
Alos, Nodans, Monaecus
Jeoir, Fléon, Emenous
Elpions, Thécier, Notans,
Et Tarquin, le vaillant sénéchal.
Le onzième se nommait Léodis,
Il était de petite taille mais il n'y avait pas
De meilleur chevalier
Dressé en armes, sur son destrier.
Chacun voulut, par jeu,
Faire allégeance au Povre Perdu
Et lui promettre de le servir.
Personne n'était dupe du procédé
Mais chacun s'amusa du jeu.
Rysus le prince se montra courtois,
Et, s'adressant à son nouveau chevalier :
" Sire, dit-il, nous avons trop attendu ;
Nous devons maintenant chevaucher
Car nous ferons demain une longue étape.
Allez vous préparer,
Nous ne pouvons plus tarder.
Prenez congé de vos gens
Et revenez-nous vite.
– Sire, répond Povre Perdu,
Mon bagage sera vite prêt,
Car je serai bien assez pourvu,
Si je puis avoir un palefroi. "
Povre Perdu s'en va bien vite
Partager la bonne nouvelle.
Il s'en va tout droit vers son père.
Le duc se réjouit de le voir :
" Beau fils, fait-il, approche-toi ;
Où sont ceux que tu nous amènes ?
– Sire, ils n'ont pas le loisir de venir
Car Rysus se rend chez le roi.
Il m'a fait un riche cadeau,
En m'acceptant dans sa compagnie,
Pour les trois ans qu'il doit rester
Au service du monarque. "
À ces paroles, son père l'embrasse :
" Beau fils, fait-il, l'avenir te sourit
Et la grâce honore ton père et ta gent
Et remplit d'aise ta mère.
– Père, fait-il, comment vais-je faire
Car je n'ai ni harnais, ni argent ?
Sire, je n'ai point d'équipage !
– Qu'on aille chercher mon palefroi !
Il est maigre et vilain,
Mais assez fort et rapide,
Et il saura bien te porter. "
Le duc a fait seller la bête.
Povre perdu, avant de monter,
Embrasse son père et sa mère en pleurant.

 

XC

(4705-4750)

Floquart avoit tot escoute
Seu que ses sires ait conte
Menbra li de la vission
Tost sen ala en sa mason
Si esgarda en son escrit
Seu que li dus li avoit dit
Trovait del chetif lyeoncel
Qui navait que los et la pel
Et a grant veltre sen aloit
Et puels del levrier sacoentoit
Or sot floquars de verite
Que li lyeonsiaus ot trove
Et le ve[l]tre et les levriers
Floquars se vet apparillier
Et di(s)t co son signor irait
Per povrete nel laisserait
A son signor sen vet tot droit
Quant li povres perdus le voit
Maistres fet il irez o moi
Floquars respont oil per foi
Maistres fet li povres perdus
Alons bien soies vos venus
Del cheval avrois la moitie
Floquars respont girai a pie
En maintes terres sui estus
Ne vodroie estre coneus
Mon nom wel celer a la gent
Car ju irai si povrement
Si wel que vos mon nom celez
Quacopedie mapalez
Quacopedie en grezois
Di(s)t mavais garsons en fransois
Adonques avrai compaignon
Selonc la povrete avrons
Petit dernois et povres nons
Et il si afiert bien raison
Assez peons les nons chaingier
Se fortune nos welt aidier
Sire dites as cheveliers
Que garsons fui puels escuiers
Datre mestier gaires ne sai
Mai servi et norri vos ai
Et o vos itant me moenrez
Que atre millor troverez
Li povres perdus li otroie
Et il est entrez en la voie
Floquart écoute attentivement
Les propos de son seigneur :
Ils lui rappellent quelque chose !
Il rejoint vite sa maison
Et regarde, dans son livret, le récit du rêve
Que le duc lui a raconté.
Il y trouve le lion malingre,
Qui n'a que les os et la peau
Et s'acoquine avec une meute
De chiens de chasse, des lévriers.
Floquart comprend alors
Que le lionceau vient de trouver
Sa meute de lévriers.
Il décide de s'équiper,
Pour accompagner son seigneur,
Qu'il ne veut pas laisser partir seul.
Il s'approche vivement de lui
Et le Povre Perdu lui dit :
" Maître, venez-vous avec moi ? "
Floquart répond : " Oui, bien sûr !
– Maître, dit alors le Povre Perdu,
Soyez donc le bienvenu !
Vous aurez la moitié du cheval. "
Floquart répond : " J'irai à pied.
J'ai déjà beaucoup voyagé,
Et je ne veux pas être reconnu ;
Je préfère rester anonyme,
C'est pourquoi, j'irai pauvrement.
Je veux qu'on cache mon nom :
Tu m'appelleras Cacopédie."
—Cela signifie la même chose en grec
Que mauvais garçon en français—
" Nous serons donc compagnons,
Pauvres d'effets,
Pauvres de noms.
Et si cela est nécessaire,
Ou si la fortune nous sourit,
Il sera toujours temps de changer de noms.
Sire, vous direz aux chevaliers
Que je suis votre valet et votre écuyer,
Que je n'ai pas d'autre métier
Que de vous servir,
Et que vous me garderez
Tant que vous n'aurez pas trouvé mieux. "
Povre Perdu acquiesce
Et il se met en route.

 

XCI

(4751-4768)

Floqnars ait pris de toz congie
Et si cen est alez a pie
Floquart sen est avant alez
Li povres perdus fut montez
Si ot sainte la bone espee
Seli not il pas obliee
En son doi ot son boen anel
Quant il li vit mout li fu bel
Puels ait pris son boen oignement
A congie de tote sa gent
Sen est pertis grant duel en font
Tuit cil qui en la ville sont
Floquars sen vet a pie davant
Viels fut et si ala trotant
Les genz ploroient de pitie
Quant le virent troter a pie
Por lamistie de son signor
Sen aloit a grant dessonor
Floquart a pris congé de tous
Et il s'en est allé, à pied ;
Floquart est parti devant.
Povre Perdu est monté sur son cheval,
Il a ceint sa bonne épée,
Sans oublier de mettre, à son doigt,
Le bel anneau qu'on lui a confié.
Il le contemple, attendri,
Puis il serre son onguent ;
Il prend congé et il s'en va.
Tous, dans la ville, sont tristes
De le voir partir.
Floquart a pris de l'avance ;
Il trottine comme un vieil homme,
Et les gens pleurent de pitié,
À le voir aller ainsi, à pied,
Par amitié pour son seigneur,
Au prix d'un grand déshonneur.

 

XCII

(4769-4818)

Rysus ot dit et comande
Que tot le condut et le bleif
Fust toz donez a cele gent
A duc en fist faire present
Tant ala li povres perdus
Quil a les cheveliers veus
Il sen donoient aiques soing
Assez le conurent de loing
Et quant il lor fut aiques pres
Theciers uns cheveliers engres
De parler estoit mout fornis
Mai nestoit pas des plus herdis
Dist li sire venez avant
Ou avez vos pris cel enfant
Devez vos plait tenir a nos
Que tel home menez o vos
Biaus sire ou fut trovez cil gars
Mout est lichieres li viellars
Que vet trotant por le condut
Plus nen avrait il jai ce cuit
Se dist tarqui[n]s li seneschalx
Que mout fut prodons et loiaus
Theciers vos faites vilonie
Quant vos li dites tel folie
Sire gardes vostre richesce
Ne le gabeis por sa povresce
Quacopedie li a dit
Se mal me dites ne despit
A moi vos poez acorder
Sol vos me li[v]rez a digner
I1 nest pas tors de chevelier
Se de garson ne descuier
Di(s)t mal sire jel vos perdon
A maingier wel le gueredon
Car girai tant o mon signor
Que il puisse trover millor
Per poc que li povres perdus
Ne sest durement irascus
Por thesier quel fist corresier
Si mist la main a branc dacier
Quacopedie belement
Dist nest pas leus de vengement
Menbret vos que dire vos suel
Que povres hons quant prent orguel
Ne puet venir a grant honor
Car orguels destruit son signor
Per humelite por largesce
Puet on bien venir a hatesce
Que bien et mal ne puet soffrir
Ne puet a grant honor venir
Rysus a donné l'ordre
Que les réserves de nourriture
Et de blé soient distribuées,
Et qu'on en fasse présent au duc.
Povre Perdu arrive bientôt
En vue des chevaliers
Qui scrutent de loin
Les signes de son retour.
Comme il arrive à leur hauteur,
Il voit Thécier, chevalier bavard,
Plus moqueur que hardi combattant,
S'adresser à lui en ces termes :
" Sire, approchez donc !
Où avez-vous trouvé ce gamin ?
Vous nous faites trop d'honneur
À nous joindre un tel acolyte !
Beau sire, d'où le sortez-vous ?
Il est coquet, le vieillard
Qui va trottant pour sa pitance :
Il n'en a plus pour bien longtemps ! "
Tarquin le sénéchal, homme sage
Et loyal, prend alors la parole :
" Thécier, tu te comportes en rustre,
Quand tu dis telle folie.
Garde pour toi ta richesse
Et respecte sa pauvreté. "
Cacopédie quant à lui répond :
" Si vous me traitez sans respect,
Cela signifie sans doute
Que vous seul êtes respectable.
Les propos du garçon d'écurie
Ne blessent pas le chevalier :
C'est pourquoi je vous pardonne.
J'ai besoin de me nourrir,
Et c'est ainsi que je suis mon maître,
En attendant qu'il trouve mieux. "
À peu que le Povre Perdu
Ne se fût gravement fâché,
Et ne mît la main à l'épée
Pour corriger le malotru !
Cacopédie lui dit bellement :
" Ce n'est pas ici le lieu de se battre,
Rappelez-vous ce que je vous dis :
Un pauvre homme qui s'enorgueillit
Le fait au détriment de son honneur,
Car l'orgueil détruit son seigneur.
C'est par humilité et par largesse
Qu'on accède à la grandeur ;
Mais qui ne peut souffrir l'adversité
Ne saurait être respecté. "

 

XCIII

(4819-4872)

Li povres perdus se[u] laissa
Rysus li princes comanda
As cheveliers et a sa gent
Que nes uns hons vilaignement
Nen i parou(s)t ne ne lor die
Mal ne anui ne vilonie
Assez puet on sens anui dire
Parler juer gaber et rire
Cele nuit se sont herbergie
A une ville de marchie
Qui a duc meleain estoit
De de(s)duit assez i avoit
Tote nuit se sont repose
Quant virent del jor la clarte
Si font les cbevalx enseler
Et font toz les somiers troser
Quant furent tuit achaminez
Et ils sont es chevalx montez
Quacopedie sen ala
Et de ler[r]er mout se pena
Tant estoit de viellesce las
Ne pooit aler que le pas
Rysus li prince en ot pitie
Un bel palefroi a baillie
Son signor au povre perdu
Quacopedie ait rendu
Le sien et se li fist monter
Or porait mais asseis aler
Or fut il mout bien atornez
Et ses sires mout bien amez
A toz servoit mout humlement
Ne parloit pas vilaignement
A prince savoit bien servir
A chascun disoit son plaissir
Et que li dissoit vilonie
Il ne respondoit pas folie
Il estoit a toz amiables
De paroles mout acoentables
Gent respondoit et escouter
Savoit et doucement parler
Apris avoit a bone escole
Nestoit pas de dure parole
Per la fierte de son coraige
Ot empris mout grant vaselaige
Mis se fut en grant aventure
Onques nes une criature
Sens mort ne se mist en grinor
Or iert assez a grant honor
Cuidoit trois anz a cort servir
Et siaus et mais assez tenir
Et si en veloit a chief trere
Et en son cuer nel prisoit gaire
Quant estoit a cheval armez
Mout estoit cremus et doutez
Povre Perdu abandonne la querelle.
Tandis que Rysus, le prince, commande
À ses chevaliers et à sa gent
De se comporter noblement,
Et de renoncer à dire ou faire
Désormais aucune vilenie :
" On peut assez, sans blesser personne,
Rire, jouer et plaisanter ! "
Cette nuit-là, ils font étape
En une ville de marché,
Qui appartient au duc Mélain.
Il y a là de quoi se détendre.
Toute la nuit, ils se sont reposés,
Et quand vient la lumière du jour,
Ils font seller les chevaux
Et charger les baudets.
Puis ils se mettent en chemin,
Chacun sur sa monture.
Cacopédie se met lui aussi en route,
Non sans peine,
Tant il est fatigué, d'être vieux.
Il ne peut aller bien vite.
Et Rysus, le prince, en éprouve de la pitié.
Il confie alors un beau palefroi
À Povre Perdu qui, lui-même,
Cède sa bête à son maître,
Afin qu'il puisse la monter.
C'est ainsi que Cacopédie
Put poursuivre son voyage à l'aise,
Et il en sut gré à son maître.
C'était un serviteur modeste
Qui ne parlait pas vilainement.
Il savait servir le prince
Et faire plaisir à chacun,
Et si on lui cherchait querelle,
Il gardait la tête froide.
Il se montrait à tous aimable,
Parlait avec amitié,
Savait écouter et répondre,
Et doucement argumenter.
Il avait appris à bonne école,
Et ne se montrait pas arrogant.
Par sa noblesse et son courage,
Il aurait pu connaître un autre destin,
S'il l'avait cherché, d'aventure.
Mais il avait choisi, à vrai dire,
Le chemin le plus obscur.
C'était certes un homme d'honneur,
Qui s'engageait ainsi à servir,
Pour trois ans, à la cour du roi.
Il voulait mener sa charge à son terme,
Même si le cœur n'y était plus.
Quand on le voyait, dressé sur sa bête,
On ne pouvait que l'admirer.

 

XCIV

(4873-4976)

Rysus chevachoit et sa gent
Et si naloient mies lent
Permi le val delbu passerent
Et un sol soir i sejornerent
Il ont le val delbu passe
Em bouguerie sont entre
Lai troverent bestes savaiges
Les vals perfons et les boscaiges
Tant chevacherent per vertu
Que a lescouple sont venu
Li escouples est em bolgrie
Cytez est de grant signorie
Em bolgrie nen ot millor
Trois jors i furent a sejor
Quant i orent un jor este
Li povres perdus ait parle
Signor ensi com je vos di[s]
Li povres perdus ot empris
Sol a sol escheriement
A son maistre un parlement
A lescouple fut em bolgrie
Si parla a Cakopedie
Maistres fet li povres perdus
Je sui en cest pais venus
Ni ai amin fors vos et moi
Por fol sui tenus bien le voi
Se ma folie sens avoir
Peoie torner en savoir
Agrinor los seroit tenu
De siaus qui mont povre veu
Cist chevelier sont tuit a moi
A la cort phelipon le roi
Por viandes et por livrer
Et por vestir et por doner
Aler vos i covient premier
Faites lostel apparillier
A prince oi ersoir dire
Que de toz les atres est sire
Que il sejorneroit ancour
Anuit et demain tote jor
A prince kerez a vestir
Il ne vos lairait pas faillir
Et despance li demandez
Ancor est bien loing la cytez
Bien i puet avoir a droiture
.VII. grans jornees derreure
Vos en moenrez mon palefroi
Lanel porterez de mon doi
Biaus maistres lanel porterez
La piere valt avoir assez
Nes uns hons ne la puet veoir
Que ne fasset vostre voloir
Maistres cil que lanel vaira
De son pooir vos servira
Or pansez de lever matin
Et si vos metez a chemin
Quant a philipople vendrois
Querez le plus aissiet borjois
Dites que li povres perdus
Li mandet amor[s] et salus
Et que je li donrai davoir
Mais que il nen poroit avoir
Et se il nos welt herbergier
Faites lostel apparillier
Le pain et le vin et le bleif
Que troverez en la cyte
Et la char faites achater
Que puisse largement doner
Li ostes prangnet la vitaille
Et vos le metez tot en taille
.XIII. robes nos faites faire
Et darmes i ait .XIII. paire
Armeure nen soit a dire
Et les destriers faites eslire
Toz les riches dras del pais
La soie le vair et le gris
Faites achater asiment
Je le paierai richement
Savoir faites as cheveliers
A[s] damoisiaus as sodoiers
Cheveliers qui navrait hernois
Savoir en welt vignet a moi
Damoisiaus qui armes vodrait
Cil vient a moi il les avrait
Cil i ait povre chevelier
Qui nen ait armes ne destrier
Cheval armes et palefroi
Avrait cil welt venir a moi
Davoir conquerra ju assez
Se jestoie a cheval armez
Et peusse venir en leu
Je savroie mout de tel jeu
Se peoie les rens cerchier
Plus cuideroie gueaignier
En un jor que en .c. despandre
Se je me puis as armes prandre
Maistres pansez de lesploitier
Que je ne vos sai plus coitier
Quacopedie li dist sire
Muelz le ferai que ne puis dire
Bien ont empris lor aparoil
A tant sont pertit del consoil
Et quacopedie vet droit
A prince lai ou il le voit
Rysus chevauchait allègrement,
Et entraînait toute la troupe.
Ils remontèrent le val d'Elbu,
Où ils firent étape, une nuit,
Puis ils franchirent le col
Pour entrer, le lendemain, en Bulgarie.
Ils trouvèrent là des bêtes sauvages,
Des vallées profondes et des forêts.
Ils ont tant et si bien chevauché
Qu'ils sont arrivés à Skopje,
Une ville sise en Bulgarie
[5].
C'est une grande métropole,
La plus grande de Bulgarie.
Ils y ont séjourné trois jours.
Au deuxième jour de leur étape,
Povre Perdu a pris la décision
De se confier à son maître.
Pour ce faire, il l'a pris à part,
Seul à seul, discrètement,
Et lui a soumis ses réflexions.
C'est à Skopje, en Bulgarie,
Qu'il a parlé à Cacopédie.
" Maître, lui a dit le Povre Perdu,
Me voici arrivé en ce pays
Où je n'ai pas d'autre ami que toi.
On me croit fou, je le vois bien,
Mais ma folie ne sera pas vaine,
Si je la tourne à mon avantage.
Et j'en serai d'autant plus estimé,
De ceux qui m'auront connu pauvre :
Tous ces chevaliers sont à moi !
Il convient que tu prennes les devants
Et que tu te rendes à la cour du roi Philippe
Pour y préparer notre arrivée,
Et organiser notre installation,
Gîte, costumes et provisions.
J'ai entendu, hier soir, le prince dire,
À la troupe qu'il commande,
Qu'il séjournerait ici, encore cette nuit,
Et demain, toute la journée.
Va le voir et demande-lui
Qu'il te donne de quoi t'habiller
Et un viatique pour le voyage.
La cité est encore loin ;
Il se peut bien qu'il faille encore
Sept grands jours de voyage.
Tu prendras mon palefroi
Et l'anneau que je porte à mon doigt.
Mon bon maître, tu porteras cet anneau !
La pierre en est assez précieuse,
Car aucun homme ne peut la voir
Sans se soumettre à son pouvoir.
Maître, celui qui regardera l'anneau
Sera soumis à ta volonté !
Lève-toi demain à l'aube
Et mets-toi en chemin.
Quand tu arriveras à Philippople
Rends-toi chez le plus riche des marchands
Et dis-lui que le Povre Perdu
Lui envoie son amitié et son salut,
Et qu'il le comblera de présents,
Plus qu'il n'en peut souhaiter,
S'il veut bien nous héberger.
Occupe-toi de préparer l'hôtel,
Et d'y serrer pain, vin et blé,
Que tu trouveras en la cité ;
Et de la viande, en quantité suffisante,
Pour assurer le ravitaillement.
Que l'aubergiste se charge de tout
Et prenne bonne note de ses dépenses.
Qu'il nous commande treize robes,
Et qu'on nous forge
Autant d'armures ;
Et qu'on choisisse les destriers.
Qu'il achète également
De riches étoffes,
De soie, de vair et de gris ;
Je le paierai richement.
Qu'on fasse savoir aux chevaliers,
Aux damoiseaux et soudoyers,
Qui ont besoin qu'on les équipe,
Qu'ils viennent à moi pour le harnois ;
Aux damoiseaux qui veulent des armes,
Qu'ils viennent à moi, ils en auront !
Et si un pauvre chevalier
Manque d'armure ou de monture,
Cheval, armes ou palefroi,
Qu'il vienne à moi, il en aura !
On aura tôt fait de s'enrichir,
Quand on sera, tous, bien équipés,
Et, dès que je serai sur place,
Je saurai m'occuper de l'affaire ;
Je saurai trouver les hommes
Et les armes et je gagnerai
Plus en un jour
Que je ne peux dépenser en cent.
Maître, faites pour le mieux !
Je ne sais pas quoi vous dire d'autre. "
Cacopédie répond : " Sire,
Je ferai mieux que je ne puis dire. "
Après avoir mis au point leur projet,
Ils se sont quittés et Cacopédie
S'est mis tout aussitôt
À la recherche du prince.


 

XCV

(4977-5012)

Li princes li dist or avant
Que vos fat sire je demant
A despence et a vestir
Sire cil vos vient a plaissir
Mes sires men welt envoier
Davant losteil apparillier
Soul que ju aie vestiment
Lostel querrai et bel et gent
Si le ferai si atorner
Bien vos i porois sejorner
Et ester a la cort le roi
Thecier[s] respont cil a de coi
Quacopedie li dist sire
Que me vodrez vos de seu dire
Demain me metrai a la voie
Adonc ne fut pas la cort coie
Tuit rient de la gaberie
De la voie quacopedie
De son signor que tel affaire
Cuidet sens avoir a chief trere
Li princes dist quacopedie
La robe avrez vos sens faillie
Et wel que soit et bone et grans
Thecier[s] respont se ceroit dans
De cest viellart cil est vestus
Car escuiers est devenus
Sire ce dist quacopedie
Mout ai grant poengne de ma vie
Grans biens men reporoit venir
Sire vos dites vo plaissir
Voire fet thecier[s] que de grant
Voit on eschaper tel anfant
Entre vos et vostre signor
Nos cuidies metre a grant honor
Sire ce dist quacopedie
Jel vodroie qui que le die
Le prince lui dit : " Approche !
Que veux-tu ? – Sire, j'ai besoin
D'habits et d'un pécule,
Si tel est votre bon plaisir,
Car mon seigneur me demande
De partir préparer l'hôtel.
Il me manque un vêtement
Pour aller quérir un logis, bel et bon,
Et le faire préparer de telle façon
Que vous vous y trouviez bien,
Pour votre séjour auprès du roi. "
Thécier s'écrie : " S'il a de quoi ! "
Cacopédie lui répond : " Sire,
Que voulez-vous dire ?
Je me mets, demain, en chemin. "
Toute la compagnie s'esclaffe,
Et se moque par plaisanterie,
Du chemin que Cacopédie
Emprunte à la place de son seigneur,
Qui n'en a pas les moyens !
Le prince dit : " Cacopédie, vous aurez
La robe sans faille,
Et je veux qu'elle soit bonne et ample. "
Thécier répond : " Ce serait dommage
De vêtir ce vieillard,
Comme s'il était un écuyer.
– Sire, dit Cacopédie,
J'ai connu bien des revers dans ma vie
Mais la Fortune pourrait tourner,
Ne vous en déplaise !
– Vrai, dit Thécier, les enfants
Sont appelés à grandir !
Entre vous et votre seigneur
Nous chevauchons à grand honneur !
– J'en fais le voeu, dit Cacopédie,
Qui que ce soit qui le dise ! "

 

XCVI

(5013-5084)

Quacopedie fut vestus
A son signor en est venus
Andui sen vont a lor ostel
Et parolent et dun et del
En lor lit sen vont reposer
Poc ont dormit et mout pense
Tant ont dormit que il ajorne
Et quacopedie satorne
La cele mist el palefroi
Et le boen anel en son doi
Quant il ot tot apparillie
Si prist a son signor congie
Quant ot pris congie si sen vait
A son ostel tot sol le lait
Tant ait chevachie et erre
Qua philipople la cyte
Est en moens de .VII. jors venus
Avant que il fust dessendus
Enmi sa voie encontra
Un jovencel cel salua
Et puels quant il lot salue
Belement li a demande
Amins sez me(s) tu dire voir
Li keus est plus riches davoir
De toz ses borjois que si sont
Amins li damo[i]siaus respont
Tuit cil que vos enqui veez
Sont riche davoir ont assez
Mai il en i ait un borjois
Poc est vilains mout est cortois
Delfis ait nom mout est privez
Del roi si ait avoir assez
Li rois laimgmet mout et le croit
Et quant il welt sa fille voit
Si li achatet et li prent
Seu que ele done et despent
Nus hons que soit en cest pais
Ne la puet veoir mai delfis
Vez le lai sor cel palefroi
Cil le li a mostre a doi
Quacopedie salua
Le damoisel et puels ala
Vers delfi il vient contre lui
Quant ansamble furent andui
Li uns ait latre salue
Et delfis li a demande
Biaus sire fet il don venez
Qui vet o vos quel part alez
Sire ce dist quacopedie
De lescouple mui em Bolgrie
Escuiers sui a un baron
Qui sen vient a roi phelipon
Si li welt aidier de sa guerre
Trois ans welt ester en sa terre
Et lui servir mout bonement
Il et tote la soie gent
Feront a roi tot son plaissir
Se il les i welt et retenir
De sa guerre li aideront
Et bonement le serviront
Ne sont que .XIII. chevelier
Se vos les volez herbergier
Mes sires sachies est prodon
De lui avrez gent gueredon
Plus vos donrait que nen avez
De mains fet il avrai assez
Forment se mervilla delfis
De seu que cil li ot promis
A premier cop tel gueredon
Ne li di(s)t mot ne ne respont
Une piece cest porpensez
Puels est ses vis vers lui tornez
Une fois habillé, Cacopédie
Est retourné près de son seigneur
Et tous deux ont rejoint leur campement,
En bavardant de chose et d'autre.
Puis ils se sont couchés
Et, occupés de leurs pensées,
Ils ont dormi jusqu'au matin.
Cacopédie s'est alors préparé,
Il a sellé son cheval,
Puis il a glissé la bague à son doigt.
Et quand il se trouve enfin prêt,
Il prend congé de son seigneur.
Puis il s'en va,
Le laissant seul à son étape.
Il a tant chevauché
Qu'en moins de sept jours
Il est arrivé à Philippople.
À l'entrée de la cité,
Il a croisé, sur son chemin,
Un jouvenceau qu'il a salué,
Et, après ses salutations,
Il lui a demandé gentiment :
" Ami, pourrais-tu me dire
Qui est dans cette ville
Le plus riche de tous les bourgeois ?
– Ami, lui répond le damoiseau,
Tous ceux qui vivent ici
Sont assez riches et bien pourvus.
Il y en a un cependant
Qui est plus courtois que vilain,
Proche du roi et bien cossu,
Et qui se nomme Dauphin
[6].
Le roi l'estime et lui fait confiance
Au point qu'il laisse sa fille le recevoir,
Pour lui confier ses achats,
Emplettes et autres présents.
Personne d'autre que lui, en ville,
Ne peut s'approcher d'elle.
Le voilà justement qui passe,
Monté sur son palefroi. "
Cacopédie remercie le jeune homme
Et s'approche du bourgeois.
Quand il arrive à son côté
Il lui adresse son salut,
Et l'autre lui rend son geste.
Puis Dauphin lui demande :
" Beau sire, d'où venez-vous,
Où allez-vous et en quelle compagnie ?
– Sire, répondit Cacopédie, j'arrive
De Skopje, en Bulgarie.
Je suis l'écuyer d'un baron
Qui se rend auprès du roi Philippe,
Pour l'aider à mener sa guerre ;
Il désire le servir trois ans,
En sa terre, fidèlement.
Lui et sa troupe souhaitent
Se mettre au service du roi,
S'il veut bien les accueillir.
Ils l'aideront dans ses combats,
Et le serviront loyalement.
Ce sont treize gentils chevaliers
Voulez-vous bien les héberger ?
Mon seigneur est un gentilhomme,
Il saura vous dédommager,
En vous donnant plus que vous n'avez,
Et plus que vous ne dépenserez. "
Dauphin s'étonne vivement
De se voir promettre ainsi,
Sans autre manière, une telle récompense.
Il ne dit rien, ni ne répond,
Mais réfléchit un bon moment,
Puis il se tourne vers Cacopédie.


 

XCVII

(5085-5152)

Delfis lait forment esgarde
Car mout ait richement parle
En son doi vit le boen anel
Sire fait delfis mout mest bel
Et sachies bien veraiement
Que je vos di outreement
Se il welt o moi herbergier
De quanque il avrait mestier
Et por lui et por sa manie
Li ferai venir a devise
A lui et a ses cheveliers
De quanque lor serait mestier[s]
Ferai ge bien tot son voloir
Car ju en ai bien le pooir
Et por sa manie et por lui
Li ferai avoir sens anui
Plus que il ne voront despandre
Car ju ai bien lavoir ou prendre
Quanquil avrait en ceste ville
Averait a sa comandie
Quacopedie li dist sire
Vostre merci or vos doi dire
Seu que mes sires ma voe
Et dit et fet et comande
Seu que il vos mandet per moi
Delfis respont et je lotroi
Dites et je lescouterai
Et a mon pooir le ferai
Que jai ni metrai contredit
Cil li respont vostre mercit
Or mescoutez, et je dirai
A mon pooir nen mentirai
Tot en ordre li a conte
Ensi com il li ot mande
Sire fet il mes sires mande
A toi et priet et comande(t)
Que tu li fasses acheter
De quanque tu porais trover
En ceste vile ne la hors
Com por le sien meismes cors
Darmeures de vestemens
Darmes de boens chevalx corrans
Quanque vos en porois trover
Ne le laissies jai por dener
Et faites acheter asi
Que ne le metez en obli
Les biaus dras le vair et le gris
Tot seu fist acheter delfis
Et puels porter en sa mason
Ou il avoit grant guerisson
Puels achetait tot le conduit
Per la cyteit dissoient tuit
Chevelier borjois et baron
Escuier dames et garson
Entriaus en ont grant parlement
Li uns di(s)t a latre sovent
Quil ains maiz ne vissent baron
Quantrepresist tel mansion
Ne queust fet en une vile
De son venir tele estormie
Il fist savoir as cheveliers
As damoisiaus as escuiers
Que ne prangnent avoir datrui
Ne livreson fors que de lui
Que il lor en donrait assez
Et volentiers et de boen grez
Tote la gent mout sen mervelle
Li uns a latre le consoille

Dauphin observe son vis-à-vis,
Dont il apprécie la faconde,
Puis il contemple l'anneau à son doigt.
" Sire, dit-il, vous êtes bien aimable
Et soyez sûr, en vérité,
Que je vous parle sans détour.
Votre seigneur est le bienvenu chez moi,
Et je suis disposé à lui fournir
Tout ce dont lui et sa compagnie
Auront besoin.
Je mettrai à leur disposition
Tout ce qui peut leur être utile,
Et je me plierai à leur volonté,
Dans la mesure de mes moyens.
Pour satisfaire ses désirs.
Et ceux de sa compagnie,
Je lui ferai avoir, sans difficulté,
Quelle que soit sa demande,
Tout ce qu'ils pourront souhaiter,
Et qui se trouve en cette ville. "
Cacopédie lui répond :
" Merci à vous ! Je dois vous confier
Maintenant tout ce que mon seigneur
M'a commandé de vous dire
De préparer à son intention. "
Dauphin répond : " Je vous écoute,
Et je vous entends et je ferai
Tout ce qui est en mon pouvoir,
San aucune réserve. "
L'autre lui dit : " Merci à vous !
Écoutez donc ce que je vais vous dire,
Sans rien cacher, ni oublier. "
Il lui répète alors, en bon ordre,
Tout ce qu'on lui a commandé.
" Sire, dit-il, mon seigneur te demande,
Te prie et te commande,
Que tu lui fasses acheter,
Tout ce que tu pourras trouver,
En cette ville et alentour,
Comme il le ferait lui-même,
D'armures et de vêtements,
D'armes et de destriers,
Autant que tu en trouveras,
Sans réserve pour le prix,
Et que tu n'oublies pas non plus,
De faire acheter également,
De belles étoffes, de vair et gris. "
Dauphin procéda aux achats,
Et fit tout porter en sa demeure,
Où il avait de grands entrepôts.
Puis il fit provision de nourriture.
La nouvelle en parcourut la ville
Et chevaliers, bourgeois et barons ;
Écuyers, dames et garçons,
En parlèrent entre eux d'abondance.
La ville bruit de la nouvelle,
Car on n'avait jamais vu de baron
Engager une telle dépense,
Ni que l'entrée d'aucun seigneur
Soulevât tant d'animation.
Cacopédie fit savoir aux chevaliers,
Aux damoiseaux, aux écuyers,
Qu'ils se gardent de louer leur service
A quiconque d'autre que lui,
Qu'on les paierait bien largement,
Volontiers et de bon gré.
Toute la ville s'est mise à bourdonner
De rumeurs et de conciliabules.


 

XCVIII

(5153-5178)

Quant delfis ot apparillie
Tot seu que il li ot ditie
Les armeures le condut
Et tot seu que il lor estut
De vair de gris datornemens
Telz com covient si faite gens
Quacopedie en mena
En son ostel si demanda
Amins fet il dites moi voir
Bien est raisons jel doi savoir
Coment vos iestes apalez
Quacopedie sui nomez
Biaus sire en cel nostre pais
Adonc le regarda delfis
Et vostres sires com ait nom
Povre perdu lapelet on
Delfis respont he deus ahie
Qui vit ainz mais tel compaignie
Coment prist or a compaignon
Povres perdus mavaix garson
Se vostres sires est perdus
Dont sui ge mors et comfondus
Et cil est povres asiment
Donor mavez mis a noient
Que de perdus est il assez
Et de povres et desgarez

Quant Dauphin eut rassemblé
Tout ce qui lui était commandé,
Les armures et les provisions,
Et tous les beaux vêtements,
De vair, de gris et autres étoffes,
Qui conviennent à de nobles gens,
Il emmena Cacopédie
En son hôtel et lui demanda :
" Ami, il faut que vous me disiez
À vrai dire, car je dois le savoir,
Comment vous vous appelez.
– On m'appelle Cacopédie,
Beau sire, en mon pays. "
Alors Dauphin le regarde et lui dit :
" Et votre seigneur, quel est son nom ?
– On l'appelle le Povre Perdu. "
Dauphin s'exclame alors : " Aïe, par Dieu !
Qui vit jamais tel attelage,
Qui rassemble, en une même compagnie,
Povre Perdu et Mauvais Garçon ?
Si votre maître s'est égaré,
Moi je suis mort et enterré !
Et si, de plus, il est fauché,
Je vais me trouver sur la paille !
Des perdus, il n'en manque pas,
Ni des pauvres ou des égarés ! "


 

XCIX

(5179-5234)

Sire ce dist quacopedie
Demain vairois sa compaignie
Les bels chevalx et le hernois
Que mes sires moengnet o soi
Prodome sont sui compaignon
Ne sont pas vilain ne garson
As homes peirt keus est li sire(s)
Ne vos puis pas sa bonte dire
Delfis respont quacopedie
Por ce ne le vos di ge mie
Que se devien[t] prodons puet estre
Mai je ne sai ancor son estre
Et de seu ai ge aiques droit
Se povres et perdus estoit
Tout seu que ju ai por lui pris
Avroie perdu ce mest vis
Selonc son nom prist compaignon
De povrete mavaix garson
Quacopedie li respont
Sire maintes povretez sont
De coi on puet assez guerir
Nest pas perdus que doit venir
Sire ne creez a nul fuer
Que nus hons qui a riche cuer
Cil torne a anui na povresce
Ne puet remenoir en tristesce
Mai ses cuers petit en abaisse
Biens le fuit povrete ne laisse
Qui de lui servir sentremet
Tot ait perdut seu quil i met

" Sire, dit Cacopédie,
Vous verrez demain la compagnie,
Les beaux chevaux et les beaux harnais,
Qui escortent mon seigneur.
Ses compagnons sont gentilhommes,
Et non vilains, ni valets.
Si on reconnaît l'homme à ses proches,
Vous en saurez la qualité ! "
Dauphin répond : " Cacopédie,
Je ne veux pas me prononcer
Sur la qualité de ton maître,
Car je ne le connais pas.
Mais j'ai cependant quelque droit,
S'il est bien pauvre et perdu,
De m'interroger sur mon avenir,
Vu tout ce que je lui fournis !
D'autant plus qu'il a pour compagnon
Un soi-disant mauvais garçon ! "
Cacopédie lui répond :
" Sire, il y a mainte pauvreté
Dont il arrive qu'on guérisse.
Mon maître n'est pas perdu sans retour,
N'en doutez pas, soyez en sûr.
Aucun homme généreux,
Même s'il connaît des difficultés,
Ne souffre jamais longtemps :
Son courage diminue sa peine.
La richesse le fuit, la pauvreté l'accable;
Qui se met à son service
Renonce à tout ce qu'il lui donne ! "


 

C

(5209-5234)

Mout fut prous et cortois delfis
Quacopedie, biaus amis
Sertes vos niestes pas vilains
De vostre nom ne sui sertains
Il ne peirt pas a la raison
Quaies nom de mavais garson
Nait gaires que cist nons fut pris
Ou sai ou en vostre pais
Li nons ne puet celer le voir
Li parlers mostre le savoir
La parole le nom desment
Car vos parlez si sutilement
Bien sai que atre nom avez
Se por povrete le selez
Sire por deu dites le moi
Car je vos di en bone foi
Que jai nen i avrez damaige
Se me dites vostre coraige
Se vos avez povre signor
Ostel avrez a grant honor
Et se il nen ait que despandre
Tant li vodrai livrer et randre
Quil porait mout doner et metre
Se darmes se seit entremetre
Ou il me serait tot rendu
Ou ju avrai trestot perdu

Dauphin se montra preux et courtois :
" Cacopédie, mon bel ami,
Tu n'es certes pas sans noblesse.
Et je m'interroge sur ton nom,
Car il échappe à la raison
Que tu aies nom de mauvais garçon.
Tu as choisi ce nom depuis peu,
Je ne sais pour quelle raison.
Mais le nom ne peut cacher
Ce que révèle la parole,
Et ton éloquence dit assez,
Car tu parles bien subtilement,
Que ton nom est un sobriquet
Qui masque l'autre, par pauvreté.
Sire, par Dieu, dis-le moi,
Et je t'assure, par ma foi,
Que tu n'auras pas à regretter
De me confier ainsi ton secret.
Si ton seigneur est vraiment pauvre,
Je vous ouvrirai ma maison,
Et lui confierai toute ma richesse,
Qu'il en fasse ce que bon lui semble,
Qu'il en use comme il l'entend.
Et s'il a quelque talent à manier l'épée,
Je serai bien vite remboursé,
Ou alors j'aurai tout perdu. "


 

CI

(5235-5262)

Quacopedie li dist sire
Seu que ne sai ne vos puis dire
Ne puis dire seu que ne sai
Messaiges sui et dit vos ai
Tot iseu que mait comande
Mes sires et quil ait mande
Quant delfis vit quacopedie
De son estre ne dira mie
Si le laissa del tot em paix
Sire fet il des anuit mais
Laissons ester le parlement
Mout avrez boen ostel et gent
Toz iestes lais de chevachier
Lavez vos mains alons maingier
Delfi(l)s le fist mout bien servir
Quant ont maingie si vont dormir
Li ostes fist apparillier
Le pale[f]roi et herbergier
Tote nuit se sont repose
Delfi(l)s ait dormit et pence
La nuit sen vet li jors repaire
A matin quant li abe esclaire
Delfi(l)s se vesti et chassa
Quacopedie apala
Delfis fut prodons et vaillans
Si comandait a ses serjans
Losteil mout bien apparillier
Puels fist atorner a maingier

Cacopédie lui répond : " Sire,
Je ne puis vous dire
Ce que je ne sais pas.
Je suis messager et je vous ai confié
Tout ce que m'a commandé
De vous dire mon seigneur. "
Quand Dauphin comprend que Cacopédie
N'en dira pas plus,
Il le laisse en paix.
" Sire, dit-il, brisons là,
Pour l'instant, notre échange.
Vous avez besoin de vous reposer ;
Vous devez être las de chevaucher.
Lavez vos mains, allons manger. "
Dauphin le fit servir copieusement,
Puis chacun s'en alla dormir.
L'hôte fit soigner la monture
Et lui ouvrit son écurie.
Ce fut une nuit de repos
Qui permit à Dauphin de réfléchir.
La nuit s'en va, le jour revient.
Au matin, quand le jour se lève,
Dauphin s'habille et se chausse,
Puis il appelle Cacopédie.
Il se montre noble et généreux,
Car il commande à ses serviteurs
De bien préparer l'hôtel ;
Puis il fait servir à manger.


 

CII

(5263-5286)

Rysus chevachoit a esploit
Mai de tot seu riens ne savoit
Seu que faissoit quacopedie
Cuidoit torner a gaberie
Ne cuidoit pas que sens eust
Ne que il sens avoir peust
De si atorner son affaire
Ancor nel conesoit il gaire
En la ville grant bruit avoit
Del povre perdu qui venoit
Endroit nonne a lavespree
Fut tote la gent fors alee
Li damoisel li chevelier
Li borjois et li escuier
Contre le povre perdu vont
Tuit cil qui en la ville sont
Les dames et les damoiseles
Les borjoises et les puceles
Montent as murs de la cyte
Permi les chans ont esgarde
Des cheveliers se donent soing
Si les ont veus de bien loing
En la ville en orent grant bruit
Et grant joie et grant de(s)duit

Rysus chevauchait à grande allure,
Sans se douter des tractations
Auxquelles se livrait Cacopédie.
Il était convaincu que l'affaire
Tournerait à la farce,
Que cela n'avait aucun sens
De vouloir s'y prendre ainsi ;
Au demeurant, il ne le connaissait pas encore.
Dans la ville, on faisait grand bruit
De l'arrivée du Povre Perdu,
Qu'on attendait à la vesprée.
Tout le monde sortit à sa rencontre,
Les demoiselles, les chevaliers,
Les bourgeois et les écuyers.
Tous allèrent au devant de lui.
Toute la population,
—Les dames et les demoiselles,
Les bourgeoises et les pucelles—
Monte aux remparts de la cité,
Pour surprendre, parmi les champs.
L'arrivée des chevaliers.
Dès qu'on les aperçoit au loin,
La nouvelle se répand dans la ville,
Et suscite réjouissance et allégresse.


 

CIII

(5287-5328)

Delfi(l)s ait dit quacopedie
Je croi quil serait vilonie
Se ne vois vers vostre signor
Il le tendrait a dessonor
Montez en vostre palefroi
Et ju ou mien venez o moi
Andui sont a cheval monte
Quant furent fors de. la cyte
Delfis ait veus les somiers
Les garsons et les escuiers
Et apres les cheveliers voit
Si sen est alez lai tot droit
Ce li dist li ostes delfis
Quacopedie biaus amis
Or vos wel et proier et dire
Mostrez moi keix est vostres sire(s)
Quacopedie li respont
Vez le lai en cel premier front
Assez puet estre coneus
Il nest mie tres bien vestus
Vez le el premier chief devant
Il vet a ses princes parlant
Delfis le voit sen ait mervelle
Quacopedic le conselle
Dites vos voir ou vos gabez
Que cil est sires apalez
Qui est vestus de povres dras
Et chevachet le ronsin las
De cestui sai ge bien et voi
Poc ait de dras et de hernois
Avoir puet il grant signorie
Sire fet soi quacopedie
Cil avoit tot lavoir del mont
Et toz les chevalx qui i sont
Qui en ait mestier si le prent
Soit estrainges ou de sa gent
Delfis forment sen mervilla
Lui et les atres salua
Et le prince rait salue
A tant vienen[t] en la cyte
Quant sont en la cyte venu
A joie furent reseu

Dauphin dit : " Cacopédie,
Je crois qu'il serait malséant
De ne pas aller vers votre seigneur.
Il le prendrait à déshonneur.
Montez sur votre palefroi,
Moi sur le mien et allons ensemble
À sa rencontre. "
Quand ils furent hors de la cité,
Dauphin vit s'avancer le cortège des mulets,
Des garçons et des écuyers.
Et puis il vit les chevaliers
Vers qui il se dirigea tout droit.
Il dit alors à son compagnon :
" Cacopédie, mon bel ami,
Je veux te prier de me dire
Et de me montrer qui est ton sire. "
Cacopédie lui répond :
" Regarde là-bas, tout devant,
Il est facile à reconnaître,
Car il n'est pas richement vêtu.
Il avance en tête de la troupe
Et s'entretient avec le prince. "
Dauphin le voit et s'en étonne.
Il interroge Cacopédie :
" Est-ce que tu parles sérieusement,
Quand tu appelles ton seigneur,
Cet homme vêtu de pauvres habits
Qui chevauche une vieille rosse ?
Si c'est bien celui que je vois,
Son équipage est bien modeste,
Pour quelqu'un de grande seigneurie.
– Sire, répond Cacopédie,
Même s'il avait tout l'or du monde,
Et tous les chevaux qui s'y trouvent,
Il ne ferait qu'en disposer
Selon leur utilité. "
Dauphin s'étonne d'un tel équipage.
Il salue Povre Perdu et ses compagnons,
Et le prince également.
Ils s'avancent alors tous ensemble
Pour faire leur entrée dans la cité
Où ils sont accueillis dans la joie.


 

CIV

(5329-5356)

Li princes faissoit ostel prendre
O delfi ne veloit dessendre
Quant le vit li povres perdus
Durement cen est irascus
A prince en est venus tot droit
En la presce ou il estoit
Belement lait a raison mis
Sire je ving de mon pais
O vos si quier le covenant
Que me feistes loiamant
Se ju avoie riens mespris
Puels que je mui de mon pais
En vostre cort en ferai droit
A vostre conesance soit
Se de se me volez boissier
En vostre cort faites jugier
Sire se ju ai droit ou tort
Nen avez chevelier si fort
Se de mon voir dit me desment
Que je ne moustre loiament
Cors a cors as armes mon droit
Vignet avant que que il soit
Delfis oit le chevelier
Son droit belement desraignier
En son cuer li plaist et si pance
Que il li liverrait despance
Et se li ferait son voloir
Tant com il avrait le pooir

Le prince demanda qu'on lui trouve
Un hôtel et refusa de s'installer
Chez Dauphin. À cette nouvelle,
Povre Perdu se mit vivement en colère.
Il se rendit auprès du prince,
Et, au milieu de ses amis,
Il l'admonesta sévèrement :
" Sire, dit-il, j'ai quitté mon pays,
Suivant les termes de la promesse
Que vous m'avez faite, loyalement.
Si je vous ai manqué, depuis
Que nous faisons route ensemble,
Je suis prêt à vous en rendre compte,
Devant votre cour.
Si vous avez quelque reproche
À me faire, je suis prêt à être jugé
Et à défendre mon bon droit.
S'il existe un chevalier
Assez audacieux pour me démentir,
Je suis prêt à le rencontrer,
Au corps à corps, les armes à la main :
Qu'il s'avance, qui que ce soit ! "
Dauphin écoute le chevalier
Qui défend bellement sa cause.
Il se réjouit et même il pense
Prendre sur lui toute la dépense,
Et se mettre tout à son service,
Autant qu'il peut le satisfaire.


 

CV

(5357-5450)

Li princes fut enmi la plaice
Entrepris est ne seit que faice
Ses homes trait a une pairt
Mout se repent mai se fut tairt
De seu quil fist le covenant
Quil li requiert davant la gent
A ses homes parloit soueif
Signor jel vos dis a la neif
Je le conui bien a vissaige
Bien achaterons son folaige
Vos ne creistes ma parole
Assez est fols cui fols afole
Je ne li doi ma foi mentir
Son covenant mestuet tenir
Tant com ju avrai a despandre
Et puels porai atre ostel prendre
Entrepris sui et esgarez
Signor quel consoil me donez
Theciers respont nel creez mie
Mai toz sous fascet sa folie
Bien est fols qui a fol satent
Et se vos metez folement
Vostre avoir se cerait des dans
Vos devez si estre trois ans
A thecier respont leodis
Se fut uns cheveliers petis
Thecier dehait vostre parole
Onques ne fut de bone escole
Fors de parler et de gabois
Ains mavais hons ne fut cortois
Ne loiaus envers son signor
Mout li dites or grant amor
Quant vos tel consoil li donez
Mes sires ait avoir assez
Se por avoir fait mavais plait
Ne chose que li tor(s)t a lait
Coment vendroit a cort de roi
Se il avoit mentit sa foi
Cil en queroit un chevelier
Et vodries len vos chalongier
Encontre lui que il ait tort
Je vos voi assez grant et fort
A povre perdu maintenez
Le droit mon signor que savez
Maintenir devez sa droiture
Thecier[s] respont je nen ai cure
Mai vos montez trop la folie
Jel disoie per gaberie
Leodis a prince parla
Le povre perdu mout ama
Sire fet il se men creez
Son convenant le li tendrez
Certes il ne welt pas antandre
Del tot a vostre avoir despandre
Sire jai lavez vos veu
Sens avoir povrement vestu
Ainz tant nel peustes proier
Ne de paroles losengier
Que de vos preist vestiment
Sire tenez li covenent
Querroit le vos davant le roi
Li princes respont je lotroi
Por lamor de vos leodis
Niert ja mais per moi escondis
Li princes a dit mal dehait
Que plus en welt entrer em plait
Mai tot li soit abandonez
Seu que nos avons aporte
Et cil fait trop grant mansion
Je remaindrai si em prisson
Et vos irois en nostre terre
Or et argent et deniers querre
A lui serai a coi [qu]il tor(s)t
Tot soit siens lonor[s] de la cort
Ne puet hons avoir sens folie
Donor le pris de signorie
Ceste folie serait grans
Que la despance de trois anz
Metrons en .VII. jors ou en dix
Or nos gar(s)t deus de faire pis
Assez doit on de tot aprendre
Alons a son ostel dessendre
Gardez quil ni ait escuier
Ne damoisel ne chevelier
Que riens li oset contredire
De quanque nos avons soit sire
Li chevelier sont dessendu
A lostel del povre perdu
Lor maingiers fut apparillies
Li povres perdus fut mout lies
Et a prince grans mersis rent
Quant il li tient son covenent.
Or fut li prinses herbergies
Li ostez fut biaus et aissies

Le prince est pris entre deux feux ;
Il ne sait quel parti prendre.
Il se retire avec ses hommes
Regrettant, mais un peu tard,
La promesse qu'il a faite
Et qu'on vient de lui rappeler.
Il se confie à ses hommes :
" Je vous avais bien prévenus,
Car je l'ai vu à son visage,
Que nous paierions cher sa drôlerie !
Vous ne m'avez pas cru :
Bien fou celui qu'un fou affole !
Je ne dois pas trahir ma foi,
Mais m'en tenir à ma promesse,
Quel que soit le prix à payer ;
Eh bien, dois-je prendre un autre hôtel ?
J'hésite et je suis perdu,
Seigneurs, conseillez-moi ! "
Thécier répond : " Ne croyez pas
Qu'il soit fou ! Bien fou
Celui qui prend l'autre pour fou !
Et si vous vous engagez follement,
Vous y perdrez votre fortune,
Car vous devez demeurer ici trois ans. "
À Thécier répond Léodis,
Le chevalier de petite taille :
" Thécier, tu n'es qu'un sinistre hâbleur
Qui ne sut jamais rien faire d'autre
Que de gaber et de bavasser !
Jamais voyou ne fut courtois
Ni loyal envers son seigneur !
Quelle belle preuve d'amour
Que le conseil que tu lui donnes !
Mon seigneur est bien assez riche
Pour supporter quelque revers,
Ou corriger quelque faux pas.
Mais comment prendre place à la cour,
Si on ne tient pas ses promesses ?
S'il faut vraiment qu'un chevalier
S'engage en cette dispute,
Pour faire la preuve que l'autre a tort,
Je te vois assez grand et fort
Pour défendre, contre Povre Perdu,
Le bon droit de notre seigneur.
C'est à toi de prendre sa défense ! "
Thécier répond : " Je n'en ai cure ;
Tu pousses le bouchon trop loin,
Je voulais seulement plaisanter. "
Léodis s'adresse alors au prince,
Car il aime bien le Povre Perdu :
" Sire, fait-il, si vous m'en croyez,
Respectez votre promesse.
Il n'est pas dans son intention
De dépenser tout votre avoir.
Sire, l'avez-vous bien regardé ?
Il est si misérable et mal fagoté
Qu'on ne saurait rien lui demander,
Ni lui faire aucune requête,
Sans lui fournir déjà un vêtement !
Sire, tenez votre promesse,
Et rendons-nous auprès du roi ! "
Le prince répond : " J'y consens !
Pour l'amour de toi, Léodis,
Je le garderai à mes côtés. "
Le prince ajoute : " Malheur
À qui voudrait reprendre la querelle !
Qu'on lui confie désormais
Toutes nos provisions,
Et s'il en fait mauvais usage,
Je resterai ici, en otage,
Tandis que vous rentrerez au pays,
Pour y chercher or et deniers.
Je suis à lui quoi qu'il m'en coûte ;
Je lui confie mon honneur, à la cour.
On ne peut prétendre sans quelque folie
À l'honneur d'être seigneur.
Le prix de cette folie
Est de dépenser en dix jours
Ce qu'on a prévu pour trois ans.
Dieu nous garde de connaître pire :
Tout est bon pour apprendre !
Allons descendre à son hôtel,
Et prenez garde qu'aucun écuyer,
Damoiseau ni chevalier,
N'ose en rien désormais le contredire.
Qu'il soit le maître de nos richesses ! "
Les chevaliers sont descendus
À l'hôtel du Povre Perdu
Où ils ont pu se restaurer.
Povre Perdu en est ravi,
Et il rend grâce au prince,
D'avoir honoré sa promesse.
Le prince fut fort bien hébergé
Car le logis était confortable.


 

CVI

(5451-5494

Li rois i tramist damyain
Por ce quil le feist sertain
Quil li seust conter et dire
Qui est des cheveliers li sire(s)
Et por presenter son servisse
Tot ensi com li rois devisse
Les vet li seneschalx veoir
Dous cheveliers menait o soi
A lor ostel vienent tuit troi
Lai ou il les virent seoir
A lostel del povre perdu
Sont li troi chevelier venu
Li seneschalx avant ala
Toz les cheveliers salua
Cil furent cortois son salu
Li a chascuns per soi rendu
Puels salerent seoir tuit troi
Li princes les assist lez soi
Le seneschal fit grant honor
Et damiainz per son signor
Amor et bien lor presenta
Et puels a prince demanda
Li keix estoit dels toz li sire(s)
Rysus pensait ne sot que dire
Et quant il ot un poc pence
Sire fet il per verite
A cel signor que vos veez
Que povrement est atornez
On le nome povre perdu
A lui somes nos dessendu
Ne vos puis pas tot dire lestre
Bien sai que a lui devons estre
Damyains dist per cortesie
Girai a lui ne vos poist mie
Ne ne le tenez a orguel
Li princes dist sire jel wel
Tot ensi com vos le volez
Damyains est a lui alez
Et se li presenta per soi
Bien et honor de par le roi
Et li povres perdus li rent
Greis et mersis mout doucement
Quant orent parle ambedui
Damiains prist congie de lui

Le roi chargea Damien
De se rendre auprès des nouveaux venus
Pour les mettre au courant du service.
Il lui dit de s'informer pour savoir
Qui était le seigneur de la bande.
Le sénéchal leur rendit visite,
Suivant les ordres du roi,
En compagnie de deux chevaliers.
Tous trois se sont dirigés
Vers l'endroit où ils se trouvaient.
Les trois chevaliers se sont rendus
À l'hôtel du Povre Perdu.
Le sénéchal s'avance en premier
Et salue tous les chevaliers
Qui répondent, chacun,
Courtoisement à son salut.
Puis le prince les invite à s'asseoir,
Tous les trois à ses côtés.
Le sénéchal leur fait les honneurs
De son maître et il leur présente
Ses amicales salutations.
Puis il demande au prince :
" Qui est le seigneur de votre groupe ? "
Rysus ne sait pas quoi répondre.
Après avoir réfléchi quelque temps :
" Sire, fait-il, en vérité,
C'est le seigneur dont vous voyez
Qu'il est pauvrement vêtu :
On le nomme le Povre Perdu.
Nous sommes descendus à ses frais.
Je ne peux pas vous en dire plus,
Sinon que nous sommes ses obligés. "
Damien répond courtoisement :
" J'irai vers lui, s'il ne vous en déplaît ;
N'en faites pas une question de fierté. "
Le prince dit : " Sire, faites
Ce qui vous semble bon. "
Damien s'est avancé vers le Povre Perdu
Et il lui présente ses respects,
De sa part et de la part du roi.
Povre Perdu lui rend ses salutations,
Gré et merci, bien courtoisement.
Quand leur échange s'est achevé
Damien a pris congé de lui.


 

CVII

(5495-5534)

Quant li maingiers fut aprestez
Li ostes dist signor lavez
A lostel estoient venu
Por veoir le povre perdu
Li damoisel li chevelier
Sergent borjois et escuier
A lostel avoit mout grant bruit
Et de joie et de de(s)duit
Tuit sont retenut a maingier
Et font le seneschal proier
Quil remainsist por deporter
A povre perdut a souper
Li seneschalx fist lor voloir
Quant ot lavei si vont seoir
Delfis ne fist pas chiere morne
Les taubles et les mes atorne
Quant a dois furent tuit assis
Les taubles fist metre delfis
Et quant les taubles sont assisses
Si ont les napes desus misses
Li sergent ne sont pas vilain(s)
Le vin aportent et le pain
Puels aportent les atres mes
Sor la tauble sont mout espes
Ainz del maingier ne fut a dire
Mes con peust trover ne dire
Quant orent assez maingie tuit
Delfis fist aporter le fruit
Quant orent maingie et beu
A lostel del povre perdu
Li escuier vont herbergier
Las estoient li chevelier
De la nuit estoit mout ale
Quant orent maingie et soupe
Li seneschalx ait pris congie
Lor lit furent apparillie
Tuit cil que de la ville sont
Prangnent congie et si sen vont
Li chevelier sen vont dormir
Es lis reposer et gesir

Quand le repas est apprêté,
On se livre aux ablutions.
Toute une foule occupe l'hôtel,
Pour contempler le Povre Perdu :
Des damoiseaux, des chevaliers,
Sergents, bourgeois et écuyers.
L'ambiance est à la fête,
À la joie et au déduit.
Tous se voient invités au repas,
Et on demande au sénéchal
De bien vouloir se joindre également,
Au souper du Povre Perdu.
Le sénéchal accepte l'invitation,
Et tous bientôt s'installent.
Dauphin est ravi de l'aubaine,
Et il ne se fait pas prier,
Pour faire dresser les tables.
Dès que tous sont assis,
Et que les tables sont dressées,
On y tend les nappes.
Les sergents s'affairent alors
Pour apporter le pain et le vin.
Puis ils servent les autres mets.
La table est largement pourvue
De nombreux plats, riches et variés.
Il n'y a rien à en redire.
Quand tous ont bien mangé,
Dauphin fait apporter les fruits.
Quand ils ont tous bien mangé et bu,
À l'hôtel du Povre Perdu,
Les écuyers vont se coucher,
Les chevaliers sont fatigués,
Car la nuit est bien avancée,
Quand se termine le souper.
Le sénéchal rentre au palais.
Les lits bientôt sont apprêtés
Et ceux qui viennent de la ville
Prennent congé et se retirent.
Les chevaliers s'en vont dormir,
Et s'étendre sur leur lit.


 

CVIII

(5535-5554)

Li povres perdus apala
Son oste se li demanda
Biaus ostes sont les robes faites
Oil volez que soient traites
De soie sont dune quelor
On ne puet lire la millor
Li ostes les li aporta
Li povres perdus comanda
Quant ot conte la m(e)ision
Que les aient si compaignon
Biaus ostes vos le[s] lor portez
Et celes que il ont prenez
Et sen faites vostre voloir
Vos les devez mout bien avoir
Li ostes fist isnelement
De grei tot son comandement
Quant thecier[s] les vestimens vit
A prince ait coiement dit
Sens pechie les poez vestir
Chier vos seront a depertir

Pauvre Perdu appelle son hôte
Et lui demande : " Bel hôte,
Les tuniques sont-elles prêtes ?
– Oui, voulez-vous qu'on les apporte ?
Elles sont de toute beauté,
De soie teinte, chamarrée ! "
L'hôte les fait livrer
Et Povre Perdu commande,
Après avoir compté la dépense,
Qu'on les donne à ses compagnons.
" Bel ami, dit-il, portez-leur celles-ci,
Et emportez les autres.
Vous en ferez ce que vous voudrez.
Elles sont certes bien à vous ! "
L'hôte exécute promptement
Et de bon gré son commandement.
Quand Thécier voit les vêtements,
Il dit, benoîtement, au prince :
" Sans conteste, vous pouvez les porter !
Car vous les payez au prix fort ! "


 

CVIX

(5555-5588)

Or furent les robes rendues
Li chevelier les ont vestues
Delfis li ostes prent les lor
Quacopedie son signor
Fait de lewe bele chaufer
Baigner le fet bien et laver
Ses pies lava et puels son chief
Son lit li ont apparillie
Reposer salait et dormir
Delfis li portait a vestir
Tote nuit se sont repose
Li seneschalx ait tot conte
A roi seu que il a veu
A lostel del povre perdu
Sire fet il oez mervelle
Onques noistes la parelle
De cele que je vos wel dire
Povres perdus ait nom li sire
Qui o delfi est herbergies
Gentis est et bien afaities
Povres est il de vestimens
Mai il moengne mout bele[s] gens
Prodome sont sui compaignon
Si i ait un riche baron
Lor sires nes[t] pas bien vestus
Mai il nest mies esperdus
Re[s]pondre seit et escouter
Si nest pas vilains de parler
Frans est et dous et amiables
Et sor totes gens acoentables
Cil fust vestus a son vissaige
Semblet que il soit de paraige
Cil estoit a cheval armez
Je cuit quil seroit mout dotez

Quand ils ont reçu leurs robes,
Les chevaliers les ont essayées,
Et Dauphin a emporté les anciennes.
Cacopédie fait chauffer de l'eau,
Pour préparer un bain à son seigneur
Qui se lave abondamment,
De la tête aux pieds.
Puis on lui prépare son lit
Où il se va reposer et dormir.
Dauphin lui porte sa chemise ;
Et, toute la nuit, ils se reposent.
Le sénéchal, de son côté,
A raconté au roi tout ce qu'il a vu,
À l'hôtel du Povre Perdu.
" Sire, dit-il, ouvrez bien vos oreilles !
Vous n'avez jamais entendu
Nouvelle aussi étonnante !
Le seigneur que Dauphin héberge
A pour nom le Povre Perdu.
Il est gentil et bien éduqué.
Il est pauvre d'apparence,
Mais sa compagnie est noble,
Et ses gens sont courtois.
Il y a parmi eux un riche baron.
Le seigneur n'est pas bien vêtu,
Mais il n'en est pas éperdu.
Il sait répondre et écouter.
Il n'est pas vilain de parler,
Il est franc, doux et aimable,
Et, pour tout dire, fort fréquentable.
Si ses habits lui ressemblaient,
On le croirait de grand parage,
Et monté sur un destrier
Il doit être bien redoutable. "


 

CX

(5589-5614)

Le rois lait tres bien escoute
Ne di(s)t pas seu quil a pence
Dun songe cot jai dis veu
Pensoit et del povre perdu
Mout pensoit dune avision
Quil vit en icele saison
Quant li manda li rois dongrie
Defiement per felonie
Icele nuit avis li fu
Quil avoit son peire veu
Que sespee en son poing tenoit
Et mout fierement li dissoit
Tu doies re[s]pondre as messaiges
Garde que soit fiers tes coraiges
Et que ne fasses mavaix plait
Ne chose qui te tor(s)t a lait
Uns povres hons vendrait a toi
Qui as armes prendrait le roi
En ta cort le te rendrait pris
Cil iert sires de ton pais
Tot ce li dist puels sen ala
Li rois de cest songe pensa
Dedens son cuer pensait forment
Que cest li povres quil atent
Ne croit que ancor soit venus
Car cist ait nom povres perdus

Le roi écoute attentivement,
Sans montrer ses sentiments.
L'évocation du Povre Perdu
Lui rappelle un songe
Qu'il a eu jadis,
En cette époque
Où le roi de Hongrie
L'a défié, par félonie.
Cette nuit là, pendant son rêve,
Il avait vu surgir son père,
Qui brandissait l'épée au poing,
Et lui disait fièrement :
" Tu dois répondre aux messagers !
Prends garde de ne pas être trop fier
Et de ne leur faire un mauvais cas,
Ou quelque chose qui te porte tort !
Un pauvre homme viendra à toi
Qui fera prisonnier ton ennemi,
Et le livrera, à ta cour ;
Cet homme sera seigneur de ton pays. "
Puis la vision s'est évanouie.
Le roi pense à ce songe,
En son cœur, il se demande
Si c'est bien là le pauvre qu'il attend.
Mais il doute que ce soit lui,
Car on l'appelle le Povre Perdu.


 

CXI

(5615-5624)

Li rois en son cuer vet pensant
Quil nen ferait atre semblant
Ne a home nen parlerait
Se s[e]u est il bien le savrait
Selonc quel vairait esploitier
Se vodrait de lui acoentier
Li rois sen vet a tant jesir
Por le penser pert le dormir
Mout ait del chevelier pence
Que damiains li a conte

Le roi déambule en réfléchissant
Qu'un autre ne saurait faire semblant,
Ni se confier à personne.
Si c'est bien lui, on le saura,
Car il devra se manifester,
Et cherchera à l'approcher !
Le roi va se coucher mais il ne réussit pas
À trouver le sommeil,
Il pense toujours au chevalier
Dont Damien lui a parlé.


 

 

 

 

Notes :

1. Il y a là une référence explicite —et convenue—à l'île d'Avalon, refuge du roi Arthur et royaume de la fée Morgane, chers à la chanson de geste bretonne (voir bibliographie, infra.).

2. Les vers entre crochets (3866 a et b) sont absents du manuscrit F.

3. Pyramus et Thesbe , héros des Métamorphoses d'Ovide, ont servi également de modèles à Roméo et Juliette.

4. Byblis aime son frère Caunos, bientôt enlevé par une centauresse, ibidem.

5. Skopje se trouve aujourd'hui en Macédoine.

6. Dauphin, c'est le prénom, ou le surnom, que porte dès 1110, le futur Guigues IV d'Albon du Viennois (voir préface).

 


Chapitre 5

Romadanaple