©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 5

 

Romadanaple

 

La princesse s'ennuie dans les appartements du château de son père, malgré la compagnie affectueuse et attentive de sa maîtresse, Cyprienne. Elle prend feu pour le beau chevalier inconnu qui, à peine arrivé à la capitale, suscite l'enthousiasme de la population par ses démonstrations de largesse et se propose au service du roi, son père, avec pour seule exigence que la princesse lui accorde une entrevue.

 

 


CXII

(5625-5666)

Romadanaple la pucele
Ait oie ceste novele
Que uns cheveliers est venus
Qui est nomez povres perdus
En la ville en ait mout grant bruit
Et grant joie et grant de(s)duit
Quil faissoit miaus parler de soi
Que ne faissoient li dui roi
Sa maistresce que seu li dist
Le feu damors el cors li mist
Tot en ordre li a note
Seu que damiainz a conte
Et com il estoit amiables
Et de paroles acoentables
Sa maistresce seu li dissoit
Et la pucele se gissoit
La maistresce jesir sala
Et la damoisele pensa
En son cuer dist bien sai et voi
Que il est si venus por moi
Se il ait pris de vaselaige
En seu avrai ge grant damaige
Sa proesce me serait dans
Cil ne me voit davant trois anz
Mai se il avoit riche cuer
Il ne remaindroit a nul fuer
Se il davant ne me veoit
Et li veoirs que me vadroit
Jai a mon grei ne le vairoie
Puels que parler ni oseroie
Certes or ai ge dit que fole
Bien li puis mostrer sens parole
Cil me welt un poc esgarder
Et il soit saiges sens parler
Li mousterrai ge sutilment
Seu que je wel sens parlement
Il me repuet fere savoir
Sens parler aiques son voloir
Bien flebes hons fort chastel prent
Se cil cui est ne li deffent
Et se il est tez com on di(s)t
De lui me deffandrai petit

Romadanaple, la fille du roi,
A entendu dire la nouvelle
Qu'un chevalier vient d'arriver,
Qui est nommé Povre Perdu.
Dans la ville, on en fait grand bruit
Et grande joie et grand déduit.
On entend plus parler de lui
Que des deux rois qui sont présents !
Sa maîtresse, qui lui raconte la nouvelle,
Met le feu d'amour en son cœur.
Elle a noté exactement
Tout ce que Damien lui a dit,
Et combien le chevalier
Se montre pour tous aimable.
Tandis que sa maîtresse parle,
La pucelle se couche et s'étend,
Puis la maîtresse se retire
Et la demoiselle pense en son cœur :
" Je sais bien qu'il est là pour moi,
Qu'il est venu pour me voir.
S'il respecte son engagement,
Je ne manquerai pas d'en pâtir,
Et sa prouesse me sera lourde
De ne pas me voir avant trois ans !
Mais s'il a du tempérament,
Il refusera, sans aucun doute,
De se battre sans m'avoir vue !
Que me chaut de le regarder,
Si je ne peux en disposer, à mon gré ?
Car je n'oserai pas lui parler.
Mais, certes, je dis des bêtises
Car je puis bien lui parler sans mots,
S'il veut me prêter son regard,
Et qu'il se montre un peu malin.
Je saurai me montrer subtile,
Pour lui dire tout ce que je veux.
Et lui aussi saura me faire voir,
Sans parler, quel est son vouloir.
Même un faible peut prendre un château
Qu'on ne défend pas !
Et si cet homme est ce qu'on en dit,
Je ne me défendrai pas beaucoup. "


 

CXIII

(5667-5692

La pucele soudaignement
De son penser mout se repent
Fet ele dont est or venus
Cist pensers qui cest embatus
Dedens mon cuer jen ai mervelles
Entrez i est per les orel[l]es
Del chevelier quant le me dist
Ma maistresce que fole fist
Per foi ancor sui ge plus fole
Qui savroit or ceste parole
Que je de tel home parlesse
Ou que ju ameir le dignesse
Tenir men poroit en despit
Fols est que seu quil pance di(s)t
Jai nen avrait mamor per foi
Nus hons cil est plus bas de moi
Et de cest povre que me taint
Por moi en sont si venu maint
Et vendront plus vils en seroie
Se je toz amer les veloie
De folie me wel garder
Cest ne atre ne wel amer
Por amor ne feroie gaire
Jai tant ne seit lancier ne traire
Quele me fasce amer atrui
Mout ai poc de regar[t] de lui

La pucelle, soudain, se repent
Vivement de sa rêverie.
" D'où me vient cette pensée
Qui pénètre en mon cœur ?
Je m'en étonne bien !
Elle m'est entrée par l'oreille,
Quand m'a maîtresse, bien follement,
M'a parlé de ce chevalier.
Ma foi, je suis encore plus folle qu'elle !
Si quelqu'un pouvait deviner
Que je m'amourache ainsi
De cet homme inconnu,
Il pourrait bien m'en mépriser !
Bien fou qui avoue ses pensées.
Jamais, par ma foi, je n'aimerai
Aucun homme de bas parage.
" Et ce pauvre hère qui te bouleverse ?
– Bien d'autres sont venus pour moi,
Et il en viendra encore ! Je serais bien vile
Si je devais tous les aimer...
Je dois me garder de déraisonner
Car c'est bien celui-là que j'aime.
L'amour ne saurait m'obliger,
Ni par sa lance, ni par l'épée,
D'en aimer un autre ;
Je n'en ai aucune crainte. "


 

CXIV

(5693-5716)

La pucele dormir ne puet
Tote la nuis vellier lestuet
La nuit sen vet et si prant fin
Se fut en mai un bien matin
Li chevelier se sont leve
Et si se sont bien atorne
Li povres perdus se leva
Quant fut vestus si ce chasa
Quant il fut bien apparillies
Vestus et belement chasies
De son ostel sen issit hors
Riche cuer avoit et bel cors
Bien sembloit un riche baron
Gent cors ot et bele fasson
A grant poengne le conissoient
Cil que davant veu lavoient
A prince porta grant honor
Toz jors le tenoit por signor
Mout sacoentoit des cheveliers
Des vales et des escuiers
Por sa bonte chascuns faissoit
De son voloir seu quil pooit
Boens estoit frans cortois et larges
Gent parlans avenanz et saiges

La pucelle ne réussit pas
À dormir de toute la nuit.
La nuit s'en va, le jour se lève,
C'est un beau matin du mois de mai.
Les chevaliers se lèvent
Et s'habillent avec soin.
Povre Perdu se lève aussi.
Bientôt vêtu, il se chausse
Puis quand il est bien équipé,
Bellement vêtu et chaussé,
Il sort de l'hôtel.
Riche de tempérament et beau garçon,
Il ressemble fort à un baron.
Il a noble figure et belles façons.
C'est à peine si le reconnaissent
Ceux qui l'ont déjà rencontré.
Il manifeste son respect au prince,
Qu'il tient toujours pour son seigneur.
Il se montre aimable avec tous,
Chevaliers, valets, écuyers.
Chacun loue sa bonté et lui rend
Grâce, autant qu'il le peut.
Il est bon, courtois, franc et généreux
Beau parleur, avenant et sage.


 

CXV

(5717-5756)

Quacopedie son signor
Araisona per grant amor
Sire parlez un poc a moi
Volentiers fet il per ma foi
Il ni demanderent atrui
A une part sen vont andui
Quacopedie li dist sire
Escoutez seu que vos wel dire
Venus iestes en ceste terre
Por pris et por honor conquerre
Grans guerres ait en cest pais
Et li rois ait mout danemis
Ju ai bien apris de ses gens
Que li rois est aiques atains
Sire fet il or me creez
Quatre cheveliers trametez
A roi se li mandez salu
Et que a lui iestes venu
Perdre vos puet ou retenir
Se faire welt vostre plaissir
Tant li aiderez de sa guerre
Que il avrait em paix sa terre
Ou que il avrait mort ou pris
Le millor de ses anemis
Ne querez poent de son avoir
Mai orendroit volez veoir
Sa fille et vostre compaignon
Ne li requerez atre don
Sens seu ne remaindrois a lui
Ansois irois servir atrui
Il le tendrait a grant folie
Mai ne croi quil vos escondie
Qui welt son anemin blesier
Selui aimmet quel puet plaissier
Orendroit la vaireis ansois
Ne feries juscai un mois
Se sestoit que li rois seust
Que il perdre ne vos peust
Poc feroit de vostre voloir
Et vos ne vos poez movoir

Cacopédie l'aborde alors
Et lui dit avec amitié :
" Sire, j'aimerais vous parler.
Bien volontiers ! " répond l'autre.
Et tous deux se mettent à l'écart,
Dans un coin de la demeure.
Cacopédie prend la parole : " Sire,
Écoutez ce que j'ai à vous dire.
Vous êtes venu en ce pays,
Pour faire moisson d'honneur
Et de richesse, en participant à la guerre
Que mène le roi contre ses ennemis.
Or, sire, j'ai appris de ses gens
Que le roi est bien souffrant.
C'est pourquoi je vous invite
À envoyer quatre chevaliers
Le saluer de votre part et lui dire
Que vous lui proposez vos services,
Qu'il peut vous perdre ou vous retenir.
S'il veut bien satisfaire vos demandes,
Vous l'aiderez à mener sa guerre,
Et il aura sa terre en paix.
Il sera débarrassé
Du meilleur de ses ennemis !
Ne demandez point de salaire,
Mais dites-lui que vous et vos compagons
Souhaitez voir la fille du roi,
Que vous ne voulez rien d'autre,
Mais que si l'on vous le refuse,
Vous irez servir ailleurs.
Il va juger la demande folle,
Mais je ne crois pas qu'il refusera :
Qui veut se débarrasser de son ennemi
A du respect pour qui peut l'aider !
C'est ainsi que vous la verrez,
Avant même qu'un mois ne passe.
Car si le roi comprend
Qu'il risque de vous perdre,
Il satisfera votre désir,
Pour vous garder près de lui. "


 

CXVI

(5757-5780)

Sire voir vostre compaignon
Cuident remenoir em prison
Por vos et por vostre despance
Tuit sont morne chascuns an pance
Et se vos po(i)es del roi traire
Que il welle por vos tant faire
Toz les vair(i)es juer et rire
Puels series apalez sire
Se en un jor lor po(i)es randre
Seu quil doient trois anz atandre
Pus li princes vos ameroit
Et volentiers vos serviroit
Et trestuit li atre asiment
Si avroit bel acoentement
Honor[s] et prous vos seroit grans
Car il cuiden[t] ester trois anz
Avant quil la puissent veoir
Ne por argent ne por avoir
Vos nen serez jai escondis
Sire tarquis et leodis
Alos nodan i trametez
A prince primes em parlez
Et a ses atres compaignons
Sire s[e]u est drois et raison[s]

" À vrai dire, sire, vos compagnons
Ont bien peur de se retrouver en prison,
En raison de toutes vos dépenses.
Tous dépriment, chacun y pense,
Mais si vous réussissez à faire que le roi
Satisfasse votre volonté,
Vous les verrez soudain joyeux,
Et chacun vous appellera sire.
Si vous pouvez obtenir en un jour
Ce qu'ils sont censés attendre trois ans,
Vous aurez la faveur du prince
Qui vous servira volontiers,
Et de tous les autres également.
Vous aurez belle compagnie,
Honneur et prouesse garantis,
Car ils doivent rester trois ans.
Quoi qu'ils fassent pendant ce temps,
Avant de pouvoir l'admirer.
Soyez sûr, ils vous en sauront gré !
Vous enverrezTarquin et Léodis,
Alos et Nodan,
Après en avoir parlé au prince,
Et à ses autres compagnons.
Sire, c'est un conseil de bon sens ! "


 

CXVII

(5781-5806)

Li consous est venus a fin
Davant tierce aiques matin
Ait parle li povres perdus
Et a prince et a ses drus
Si lor a conte mo(u)t a mo(u)t
Seu que il devoit faire to(u)t
A prince dist sire per foi
Je vos doi amer et vos moi
Et si me devez concillier
Je vos doi valoir et aidier
Quatre chevelier prout et saige
Porteront a roi mon messaige
Leodis alos et nodans
Tarqui li seneschalx vaillans
Sire se vos le comandez
Li princes dist jel wel assez
Endroit de moi le vos otroi
Thecier[s] sen rioit endroit soi
Li princes dist je wel assez
Tot iseu que faire volez
Ne vos doi ge pas escondire
Puels que de nos toz iestes sire
Tuit vos doient de grei servir
Chascuns fasset vostre plaissir
Alez i signor jel vos pri
Et il respont vostre merci

La rencontre va se terminer,
C'est la troisième heure de la matinée.
Povre Perdu a longuement parlé,
Au prince et à ses compagnons,
Pour leur expliquer, point par point,
Tout ce qu'ils devaient faire.
Il dit au prince : " Sire, par ma foi,
Nous devons nous aider l'un l'autre,
Et vous devez me donner conseil ;
Et je vous dois mon assistance.
Quatre chevaliers, preux et sages,
Porteront au roi mon message :
Léodis, Alos et Nodans
Et Tarquin, le vaillant sénéchal,
Sire, si vous le commandez. "
Le prince dit : " Je le veux bien,
Quant à moi, j'y consens. "
Thécier rit dans son coin.
Le prince ajoute : " Je me range
À votre avis. Je ne veux pas
Vous contredire. Puisque vous êtes
Notre seigneur, nous devons,
De bon gré, vous servir,
Et chacun doit faire votre plaisir.
Allez-y, messires, je vous en prie ! "
Et l'autre répond : " Grand merci ! "


 

CXVIII

(5807-5838)

Li chevelier furent mout saige
Il lor a dit tot son coraige
Per foi sire dist leodis
Li messaiges serait bien dis
Davant le roi a grant honor
Tarquis lor dist alons signor
Theciers lor dist sa roi alez
Il vos tendrait por fols provez
Se devien[t] quil vos ferait lait
Se de sa fille tenez plait
Quacopedie li dist sire
Vos dites seu que devez dire
Ne mesprenez riens de parole
Ceste fut bien de vostre escole
Theciers si lait a tant lessie
Cil furent bien apparillie
Prout et cortois et saige sont
Tot droit vers le palais sen vont
El palais sont venu tot droit
Damiainz de bien loing les voit
Contre les cheveliers ala
Toz ensemble les salua
Puels lor dist ou devez aller
Tarquis li dist sire parler
Devons a roi por mon signor
Damia[i]nz respont per amor
Donc vos wel ge mener a lui
Jai mar demanderez atrui
Se de riens le volez preier
Je le vos ferai otroier
Tarquis respont vostre merci
Sire fet il je vos em pri

Les chevaliers se sont montrés attentifs,
À l'exposé de Povre Perdu.
" Ma foi, sire, dit Léodis,
Le message sera bien transmis
Auprès du roi, à grand honneur. "
Tarquin leur dit : " Allons-y, seigneurs ! "
Thécier leur dit : " Si vous allez voir le roi
Il vous prendra pour des fous.
Il se pourrait même qu'il se fâche
En entendant votre requête. "
Cacopédie lui répond : " Sire,
On vous reconnaît tout de suite,
Vous n'en manquez pas une !
C'est bien ce qu'on attendait de vous ! "
Thécier alors a fermé sa bouche.
Et les messagers se sont apprêtés ;
Ils sont preux, courtois et sages
Et se rendent tout droit au palais ;
Au palais, ils s'en viennent tout droit.
Damien qui les voit de loin
S'approche alors, à leur rencontre,
Et les salue tous ensemble.
Puis il leur dit : " Où allez-vous ? "
Tarquin répond : " Sire, nous devons
Parler au roi, de la part de notre seigneur. "
Damien répond : " Soyez les bienvenus !
Je vais vous conduire jusqu'à lui :
Vous serez toujours les bienvenus,
Si vous avez quelque requête.
Je vous la ferai obtenir. "
Tarquin répond : " Merci à vous !
Sire, dit l'autre, je vous en prie ! "


 

CXIX

(5839-5868)

El palais sont venu a tant
Si troverent le roi parlant
Iluec estoit entre sa gent
Et si tenoit un parlement
Li messaige vienen[t] avant
Vestu estoient dun semblant
De soie et dune quelor
Li rois lor dist avant signor
Leodis li rent le salu
Bien de par le povre perdu
Et puels li dist sire entendez
Vostre merci si mescoutez
Mes sires li povres perdus
Est si a vostre cort venus
Et por servir et por aidier
Vostre anemin a guerroier
Aiderait vos de vostre guerre
Ne ne vos quiert avoir ne terre
Servirait vos a grant honor
Se li faites un poc damor
Di(s)t que de vos nen irait mais
Tant que de selui avrez paix
Que vostre terre vos essillet
Mai or welt veoir vostre fille
Et il et tuit sui compaignon
Ne vos demandent atre don
Et se ce ne faites por lui
Per moi vos mandet que atrui
Vuelt aller aidier et servir
Or nos dites vostre plaissir

Enfin ils sont entrés au palais,
Où ils ont trouvé le roi,
Engagé dans une conversation
Avec ses gens.
Les messagers s'avancent,
Elégants dans leurs beaux habits
De soie rutilante.
Le roi leur dit : " Approchez donc ! "
Léodis lui rend son salut,
De la part de Povre Perdu.
Puis il lui dit : " Sire, écoutez
Notre requête, de la part
De mon seigneur le Povre Perdu.
Il est venu à votre cour,
Pour vous servir et vous aider,
À guerroyer contre vos ennemis.
Il vous aidera à faire la guerre
Mais ne veut pas de votre terre.
Il vous servira, à grand honneur,
Si vous lui faites une faveur.
Il dit qu'il ne vous abandonnera pas
Tant qu'on n'en aura pas fini,
Avec celui qui vous gâte votre pays.
Mais il veut voir votre fille ;
Lui et tous ses compagnons
Ne vous demandent rien d'autre ;
Mais si vous refusez sa requête,
Il vous fait savoir, d'avance,
Qu'il s'en ira servir ailleurs.
Or, dites-nous ce que vous en pensez. "


 

CXX

(5869-5880)

Quant il rois antant la parole
Dedens son cuer la tient a fole
As siens respont mout me mervoil
Que li a doneit tel consoil
Ne vi mais si riche baron
Que mosest demander tel don
Ne que onques tant me servist
Que davant trois anz la veist
Se trois anz welt si remenoir
Bien porait ma fille veoir
Mai en grant folie santant
Se davant en quiert covenant

Quand le roi entend ce propos,
Il lui semble bien peu raisonnable.
Il dit aux siens : " Vrai, je m'étonne
Qu'on puisse ainsi me parler.
Je n'ai jamais vu aucun riche baron,
Oser formuler une telle exigence,
Ni aucun chevalier espérer
Voir ma fille avant trois ans passés.
Si votre seigneur me sert trois ans,
Il pourra certes voir ma fille,
Mais il est bien fou s'il s'attend
À me voir devancer ma promesse ! "


 

CXXI

(5881-5890)

Sire se li dist leodis
Jai per vos ne soit escondis
Mes sires est de grant pooir
Et se vos faites son voloir
Quant serait a cheval armez
Toz li pais en iert dotez
Prodome sont sui compaignon
Mout i ait un riche baron
Prenez consoil de vostre gent
Se li respondez saigement

" Sire, lui répond Léodis,
Ne méprisez pas sa proposition.
Mon seigneur n'est pas sans pouvoir,
Et, si vous accédez à son désir,
Quand il sera à votre service,
Tout le pays en profitera.
Ses compagnons sont gentilshommes
On y trouve même un baron.
Prenez conseil de votre gent
Afin de lui répondre sagement. "


 

CXXII

(5891-5922)

Cil laisserent parler le roi
A une part vont ester coi
Damiain li rois demanda
Quil fut saiges si laparla
Ais tu oit seu que me mande
Li povres perdus que demande
Oil fet il et tu quan dis
Ne lo quil an soit escondis
Et si vos dirai bien por coi
Vos guerroies a un fier roi
Assez tost irait a sa cort
Se vos volez que de si tor(s)t
Muelz ne li poez vos aidier
Se sels li volez envoier
Sire bien peirt a son vissaige
Que il ait bien riche coraige
Se vostre fille voit sens faille
Il serait plus fiers em bataille
Et tuit sui compaignon plus fier
Je croi quil sont boen chevelier
Se vostre fille desconfit
Le roi dongrie de(s) son lit
Et sens honte et sens damaige
Ne feries vos donc folaige
Se per li sen estoit alez
Li rois respont cest veritez
Et je le me pensoie ersoir
Quil vodroit ma fille veoir
Por tel riens don me sovenoit
Faites le venir orendroit
Ferai ge tel chose por lui
Que ne fis onques por atrui

Puis ils laissent la parole au roi
Et se retirent sur le côté.
Le roi s'adresse alors à Damien
Dont il apprécie la sagesse :
" As-tu bien entendu ce que
Le Povre Perdu me fait savoir ?
Oui, dit l'autre. Et qu'en dis-tu ?
Qu'il ne faut pas le repousser,
Et je vais vous dire pourquoi :
Le roi de Hongrie est redoutable,
Et il pourrait bien accueillir le Povre Perdu
Si vous le rejetez et l'obligez à partir.
Vous aideriez bien votre ennemi
En lui envoyant toute la bande !
Sire, il est clair, à son visage,
Que c'est un homme de cœur.
Si vous lui présentez votre fille,
Il en concevra fierté au combat,
De même que tous ses compagnons.
Je crois qu'ils sont bons chevaliers.
S'il réussit à écarter le roi de Hongrie
Du lit de votre fille,
Sans honte et sans dommage,
Ne serait-il pas regrettable
De le laisser s'en aller ? "
Le roi répond : " C'est bien vrai.
Et j'y songeais justement hier soir
En me remémorant un rêve,
Que m'évoque toute cette histoire.
Qu'on aille le chercher,
Car je ferai pour lui ce que je n'ai fait
Pour personne d'autre.


 

CXXIII

(5923-5940)

Li rois les messaiges demande
Et si lor di(s)t et lor comande
A lostel fait il en alez
Et vostre signor mamenez
Or ains me trovestes mout dur
Bien len poez faire segur
Que je ferai vostre voloir
Vignet la pucele veoir
Et tuit sui chevelier o lui
Mai tres bien vos gardez datrui
Jai endroit vairez la pucele
Onques ne veistes tant bele
Et dites moi vostre signor
Que je wel que il ait samor
Je wel que ele soit samie
Sens honte et sens vilonie
Et je reserai ses amis
Bien soit venus en cest pais

Le roi fait approcher les messagers
Et il leur dit et leur commande :
" Retournez à votre hôtel
Pour y rejoindre votre seigneur.
J'ai mal réagi, tout à l'heure,
Mais vous pouvez désormais lui dire
Que je ferai tout son vouloir :
Il pourra voir ma fille,
En compagnie de ses chevaliers.
Mais gardez cela pour vous !
Vous allez rencontrer la pucelle
Jamais vous n'en vîtes d'aussi belle.
Et dites bien à votre seigneur
Que je veux qu'il ait son amour,
Et que je veux qu'elle soit son amie,
Sans honte et sans vilenie.
Je lui donne mon amitié
Qu'il soit le bienvenu en mon pays ! "


 

CXXIV

(5941-5960)

Leodis respont per amor(s)
Grant mersis de par mon signor
De par les atres asiment
Leodis grant mersis len rent
A lostel tornent li messaige
Chascuns fut lies en son coraige
Nes uns diaus ne fist chiere morne
Damia[i]ns avec iaus retorne
Il sont a lor ostel venu
Si truevent le povre perdu
Defors a plain li chevelier
Estoient por esbanoier
Theciers les voit coiement rit
Signor fet il juscai petit
Orez des messages gabois
Je vos di por voir que li rois
Lor ait fet grant paor se cuit
Vez damiain qui les condui(s)t
Je ne cuit que nus de ses tor(s)t
Por tel messaige hui mais a cort

Leodis répond courtoisement :
" Grand merci, de par mon seigneur,
De par les autres, également. "
Après avoir salué le roi,
Les messagers s'en retournent à l'hôtel.
Ils sont ravis et font chère lie,
Pas un seul ne fait triste mine.
Damien les accompagne
Jusqu'à leur hôtel,
Où ils retrouvent le Povre Perdu.
Les chevaliers sont dans la prairie
Où ils s'ébattent pour se détendre.
Thécier ricane dans son coin :
" Seigneurs, fait-il, je vois d'ici
Qu'on va bien rire !
Je suis prêt à parier que le roi
Leur a fait grande peur, ma foi.
Regardez, Damien les conduit.
Je ne crois pas que plus jamais
Aucun d'eux ne retourne à la cour ! "


 

CXXV

(5961-5993)

Fleons respont grant tort avez
Sire que toz jors les gabez
Ancores nen est coneus
Li mals, que vos en soit venus
Chascun jor li dites folie
Se vos nameis sa compaignie
Preneis osteil vostres soit quites
Jai plus folie ne li dites
Li chevelier que sont a plain
Vont tuit encontre damiain
Li povres perdus lor demande
Li rois mes sires que me mande
Terquis respont se mest avis
Que il welt estre vostre amis
Vuet me il de riens escondire
Ainz dist que de tot soies sire
Porai la pucele veoir
Sire la terre et lavoir
Et sa fille vos abandone
Theciers lescoute mot ne sone
De seu quil ot ait grant mervelle
Ains tel nen ot ne sa parelle
Li chevelier en [f]ont grant brut
Et grant joie et grant de(s)duit
A povre perdu font honor
Or le tienent tuit a signor
Telz que davant lavoit gabe
Le tenoit or en grant chierte
Chascuns di(s)t assez doit despandre
Le premier jor nos fait seu randre
Dont deviens ester trois anz
Se il despant nest mie danz
Bien doit faire dons et servisse(s)
Signor avons a nostre guise

Fléon répond : " Vous avez tort, sire,
De vous moquer de lui sans cesse.
Le mal n'est pas encore connu
Que vous vous réjouissez déjà.
À chaque jour sa calomnie !
Si vous n'aimez pas sa compagnie,
Prenez un autre logis !
Et sinon, cessez de vous plaindre. "
Les chevaliers qui sont dans le pré
Vont à l'encontre de Damien.
Povre Perdu interroge les messagers :
" Que me mande le roi, messires ? "
Tarquin répond : " Ce m'est avis
Qu'il veut être votre ami.
Il ne me refuse rien ?
Il dit que tout vous sera accordé !
Je pourrai donc voir la pucelle ?
Sire, vous aurez sa fille, sa terre
Et toutes ses richesses ! "
Thécier écoute, sans mot dire,
Et s'étonne de ce qu'il entend,
Qui dépasse son imagination.
Les chevaliers en font grand bruit,
Grande joie et grand déduit.
Ils font honneur à Povre Perdu
Qu'ils élisent, tous, pour seigneur.
Ceux qui jadis se moquaient de lui
Désormais le tiennent en honneur.
Chacun dit : " Ses dépenses sont justifiées,
Puisqu'il nous procure en un jour,
Ce que nous aurions dû attendre trois ans.
Ce qu'il dépense n'est pas perdu !
On peut sans hésiter se mettre à son service
C'est un seigneur à notre guise ! "


 

CXXVI

(5994-6028)

Damia[i]ns a povre perdu
Ait dit sire sont tuit venu
Vostre compaignon car alez
A mon signor trop demorez
La plus bele qui soit el mont
Vairez de seles qui i sont
Onques el mont nen ot tant bele
Sire com est ceste pucele
Quant vairez le poil blont et sor
Vos direz quil est de fin or
El mont nait si riche poentor
Qui seust ditier sa quelor
Nature i mist per grant consoil
Sutilment el blanc le vermoil
Les dens serrez les eus rians
Ne trop petite ne trop grans
Ne trop blanche ne trop vermelle
Ains el mont ne fut sa parelle
Bien faite bouche por baissier
Et le cors por bien embrassier
Les sorsis ait bruns et petis
Come que les avroit escris
Por sa bonte por son savoir
Est gueris qui la puet veoir
Vis est quil soit em paradix
Quant il sen part se li est vis
Que en enfer soit plongies toz
Qui voit son cors et ot ses mos
Tant di(s)t a chascun son plaissir
Grant poengne li est dou pertir
Per mervelle la fist nature
Onques si bele criature
Ne fut mais a siecle trovee
Por quele fust de meire nee

Damien dit à Povre Perdu :
" Sire, vos compagnons sont tous là.
Il est temps de se rendre au palais
Rejoindre mon seigneur, sans plus tarder.
Vous allez contempler
La plus belle femme qui soit au monde,
Il n'y en a jamais eu d'aussi belle,
Sire, comme l'est cette pucelle.
Quand vous verrez ses cheveux blonds,
Vous penserez qu'ils sont d'or fin.
Il n'existe aucun peintre au monde
Qui puisse en rendre la nuance délicate.
Nature y mêle, par fin jugement,
Subtilement, blanc et vermeil.
Ses dents sont fines, ses yeux rieurs,
Elle n'est petite, ni trop grande,
La peau diaphane, sans pâleur.
Jamais au monde, on ne connut
Si belle bouche pour baiser,
Ni si beau corps pour embrasser.
Elle a de fins sourcils bruns,
Délicatement dessinés.
Par sa bonté, par son savoir,
Elle réconforte ceux qui l'approchent.
On est près d'elle au paradis ;
Quand on la quitte,
On croit plonger en enfer.
À la voir et à l'entendre,
On éprouve tel bonheur
Qu'on a peine à s'en séparer.
C'est une merveille de la nature,
Et d'aussi belle créature,
On ne saurait certes jamais,
En trouver aucune autre, sur terre. "


 

CXXVII

(6029-6048)

Quant Damia[i]ns lor ot conte
De la pucele la bonte
Vers le palais sen vont a tant
Li povres perdus vet davant
Le prince moegnet joste soi
Et damia[i]n cil furent troi
Li atre sont derrier venu
Mout parlent del povre perdu
Et dient que par son savoir
Ait grant honor et grant (s)avoir
Fortune lait mis a honor
Et de nos toz lait fait signor
Ancor le vodrait muels puier
Ne le welt pas ancor laissier
Li chevelier vienent parlant
Et li rois phelis antretant
A la pucele vet parler
La chambre fait bien atorner
Mout i avoit datres puceles
Et de cortoises et de beles

Quand Damien leur eut décrit
Quelle créature était la pucelle,
Ils sont allés vers le palais.
Povre Perdu s'en va devant
Le prince marche à ses côtés
Et Damien également.
Les autres arrivent à leur suite.
Ils parlent de Povre Perdu
Et disent que par son talent
Il suscite honneur et richesse.
" La Fortune lui fait honneur
Et de nous elle en fait le seigneur.
Mais son destin est devant lui ;
Il n'a pas fini de grandir ! "
Les chevaliers marchent en devisant
Et, pendant ce temps là,
Le roi Philippe va voir sa fille
Et demande qu'on prépare le salon
Où se rerouvent les demoiselles,
Qui toutes sont courtoises et belles.


 

CXXVIII

(6049-6062)

La cbambre fut richement painte
De dras de soie fut porsainte
Bele ce dist li rois per foi
Por vos veoir remaint o moi
Uns cheveliers qui est venus
Qui est nomez povres perdus
Mout est cortois li sodoiers
Soi tresime de cheveliers
Vuelt a moi por vos remenoir
Jai orendroit vos welt veoir
Sa vos parolet belement
Li respondez et doucement
Sire fet ele jai folie
Norait per moi ne vilonie

La pièce est joliment décorée
Et tapissée de draps de soie.
" Ma belle, dit le roi, par ma foi,
Un chevalier est venu à moi
Qui demande à vous rencontrer :
Il se nomme le Povre Perdu.
C'est un chevalier, fort courtois,
Qui, flanqué de douze compagnons,
Vient se mettre à mon service.
Il veut vous voir sans délai !
Quand il s'adressera à vous,
Répondez-lui aimablement.
Sire, fait-elle, il ne peut sortir
De ma bouche parole folle, ni vilaine. "


 

CXXIX

(6063-6083)

El palaix est li rois tornez
De cheveliers i ot assez
De plusors choses entriaus dient
Li un gabent li altre rient
Si i avoit per plusors leus
Et deschas et de taubles geus
Li chevelier vienen[t] a tant
Et damiains aloit davant
Le povre perdu mout amoit
Des cheveliers mout sacoentoit
Es les vos el palais venus
Le roi truevent entre ses drus
Il le saluent belement
Et toz les atres asiment
Et li rois les ait saluez
Dist lor signor avant venez
Li rois les comanda seoir
Le povre perdu welt veoir
Et damiains les ait assis
Le povre perdu avoit mis
Si pres del roi car estoit sires
Tot li puet consillier et dire
Le prince asist dejoste lui
Delez le roi furent andui

Le roi retourne à son palais
Où se tiennent les chevaliers,
Qui discutent entre eux vivement ;
Les uns gabent, les autres rient,
D'autres jouent, autour des tables,
Aux échecs et autres jeux.
C'est alors que Damien arrive
En compagnie du Povre Perdu,
Et de sa troupe de chevaliers
Qui lui manifestent leur amitié.
Tous se rejoignent alors au palais,
Ils saluent le roi et ses proches,
Avec beaucoup de courtoisie,
Et tous les autres également.
Et le roi leur a rendu leur salut :
" Seigneurs, dit-il, approchez-vous ! "
Le roi demande qu'on s'asseye,
Il veut voir le Povre Perdu.
Et Damien fait asseoir
Povre Perdu auprès du roi
—Car lui aussi est seigneur
Et peut lui prodiguer ses conseils.
Le prince s'assied également
De l'autre côté du roi.


 

CXXX

(6084-6112)

A povre perdu dist li rois
Tant iestes saiges et cortois
Vasas ne vos wel escondire
De ma cort wel que soies sire
Muels que tuit mi atre baron
Mai vos et vostre compaignon
Vos dignerez ancui o moi
Et si vos dirai bien por coi
Vos me doies fere lamor
Et je vos doi porter honor
De ma terre de mon avoir
Poez faire vostre voloir
Je vos monsterrai la pucele
Ja mais ne vairez asi bele
Et porez veoir la royne
Qui est meire a la meschine
Ma fille ferai si maingier
Por vos dont me wel acoentier
Fors de chambre ne mainga mais
Por vos maingerait el palais
Quant serons a maingier assis
Si la vairez enmi le vis
Tuit li chevelier que si sont
Por lamor de vos la vairont
Mai a lostel contremandez
Que maingiers ni soit atornez

Le roi dit à Povre Perdu :
" Vassal, tu es sage et courtois,
Je ne veux pas t'éconduire ;
Je veux que tu sois seigneur de ma cour,
Plus que tous mes autres barons.
Toi et tes compagnons,
Vous dînerez aujourd'hui à ma table
Et je vais vous dire pourquoi :
Vous me devez votre amitié,
Et moi je dois vous faire l'honneur
De ma terre et de mes richesses.
Je satisferai vos désirs,
Je vous montrerai la pucelle.
Jamais vous n'en verrez de plus belle.
Et vous pourrez rencontrer la reine,
Qui est la mère de ma fille.
Ma fille dînera avec nous,
Pour vous être aimable.
Elle n'a jamais mangé hors de sa chambre.
Pour vous, elle dînera au palais.
Quand nous serons assis à table
Vous pourrez la contempler à votre aise,
Et tous vos compagnons
Pourront également la voir.
Je vous invite à décommander
Le souper de votre hôtel. "


 

CXXXI

(6113-6134)

Li povres perdu[s] dist a roi
Sire jel creant endroit moi
Et por mes atres compaignons
Ne fait a ranfuser tez dons
Grans mersis por moi vos en rent
Et por les atres asiment
En la sale avoit grant bruit
Et grant joie et grant de(s)duit
Car li rois faissoit tele honor
A povre perdu per amor
Se fut drois quil faissoit mervelles
Ainz nus hons ne vit les parelles
Sens avoir avoit grant richesce
Et de fin cuer et de proesce
Onques avoir datrui ne prist
Se a ses armes nel conquist
Car prous fut et saige et cortois
Se li fist teil honor li rois
Por lui furent tuit honore
Li estrainges et li prive
De grant poengne et de dolor
Fut jai poies en grant honor

Povre Perdu dit alors au roi :
" Sire, je vous assure, quant à moi,
Et au nom de mes compagnons,
Que nous ne saurions refuser
Un si beau cadeau.
Je vous en remercie vivement. "
Les convives dans la salle
Se réjouissent bruyamment
De voir le roi faire tels honneur
Et amitié à Povre Perdu.
À juste titre, car il fait merveille ;
On n'en vit jamais de pareil !
Sans patrimoine, il est pourtant riche,
De son courage et de sa prouesse.
Il ne s'empare jamais du bien d'autrui,
Sans l'avoir conquis au combat,
Car il est preux, sage et courtois.
Le roi lui fait grand honneur
En rassemblant pour lui dans sa cour,
Tout le ban et tout l'arrière ban.
Devant tous, c'est la récompense
De la peine et de la douleur.


 

CXXXII

(6135-6174)

Li keu ont le maingier haste
A seneschal ont comande
Que bien sen savoit entremetre
Que il feist les taubles metre
Sel jor furent li chevelier
Et maseor et penetier
De char et de vin et de pain
Servirent sens fil de vilain
Car se vilains i fust veus
Le jor fu[s]t mors et confondus
Il comandet lewe doner
Avant que il aillent laver
Le povre perdu prist li rois
Et de seu fist mout que cortois
Le prince apalait o soi
Signor fet il alons tuit troi
Ma fille et ma feme querre
Il vient a luis si le deserre
Et quant la chambre fut overte
Dedens fut et cleire et aperte
Li amor[s] de lile selee
Fut perdue a cele entree
Contre le roi vet la meschine
Les puceles et la royne
Dames i avoit et puceles
Et de cortoisses et de beles
Mai lor biate mout poc valoit
Que la fille le roi veoit
Tant les sormontoit de biate
Com li soulous fait de clarte
Et les estoiles et la lune
Sa biate toloit a chascune
Tote biate estoit occure
Contre si bele criature
Si com la lune se desment
Quant li soulous ses rais estent
Quele nait pooir de clarte
Ensi perdoient lor biate
Seles qui furent joste li
Cil en estoient esbahi

Le repas fut bientôt prêt
Et l'on fit savoir au sénéchal,
Qui avait l'œil sur toute chose,
Qu'on pouvait dresser les tréteaux.
Ce jour-là, le service
Fut assuré par les chevaliers
À l'exclusion de tout valet.
Ils apportèrent pain, vin et viande
Sans quérir l'aide d'aucun vilain
Car la fête en eût été gâchée.
On commande d'apporter l'eau
Pour procéder aux ablutions.
Le roi entraîne Povre Perdu à part
En un geste de courtoisie.
Il appelle également le prince :
" Seigneurs, dit-il, allons tous trois
Chercher ma fille et ma femme. "
Il les conduit jusqu'à la chambre
Dont il fait desserrer l'huis.
Et quand la porte s'est ouverte,
Et que la lumière a jailli,
Comme s'avance la jeune fille,
S'éteint l'amour de l'île Celée.
Il y a là dames et pucelles,
Suivantes et damoiselles,
Toutes courtoises et toutes belles.
Mais leur beauté est peu de chose
À qui voit la fille du roi,
Tant sa beauté les surpasse.
De même que la clarté du soleil
Efface la lumière des étoiles et de la lune,
De même sa beauté obscurcit la leur.
Toute beauté devient obscure
Devant si belle créature.
Tout comme la lune au ciel disparaît,
Dès que le soleil darde ses rayons,
Et qu'elle en perd sa lumière,
Ainsi les femmes qui l'accompagnent
Voient-elles leur beauté s'effacer,
Devant l'éclat de sa lumière.


 

CXXXIII

(6175-6220)

Li rois la prent et si lacole
Et mout belement laparole
Fille fet il cist chevelier
Sont a moi por vos sodoier
Davant vos veloient veoir
Que il vosissent remenoir
Fille sest li povres perdus
Et cist est li prinses ses drus
Cist sont por vos remez a moi
Sire fet ele je lotroi
La pucele mout doucement
Non pas de droit mai sutilment
Esgardoit le povre perdu
Mout per li plot quant lot veu
Fille fait li rois el palais
Ou vos ne maingestes ains mais
Vos en vendrois o nos maingier
Si vos vairont cil chevelier
Por les estrainges vos vairont
Tuit cil qui a maingier seront
Ele respont mout doucement
Sire a vostre comandement
La royne estoit mout bele
Sens sa fille la damoisele
Ne pooit on en nule terre
Pas plus bele trover ne querre
Se dist li rois a la royne
Dame menez en la meschine
Et les puceles avec vos
El palais maingerais o nos
Ele respont mout volentiers
Davant sen vont li chevelier
Li rois sen est tornez a tant
La royne fist son comant
Quant li povres perdus sen torne
Del depertir fist chiere morne
Forment pensoit a la pucele
Car onques mais ne vit si bele
Ele repensoit mout a lui
Un penser avoient andui
Li uns de latre nel savoit
Mai amor[s] qui sentremetoit
De faire lun a latre amer
Andous les faissoit mout penser
Sutilment et per grant mervelle
De lun cuer a latre sentraille

Le roi s'avance et puis l'embrasse
Et il lui parle bellement :
" Fille, fait-il, ces chevaliers
Sont venus à nous pour servir.
Et ils souhaitaient vous rencontrer,
Pour le prix de leur office.
Fille, voici le Povre Perdu,
Son ami, le prince et leurs compagnons.
Ils ont demandé à vous voir.
Sire, fait-elle, j'y consens ! "
La pucelle tout doucement,
Non pas tout droit mais subtilement,
Regardait le Povre Perdu.
Il lui plut bien quand elle l'a vu.
" Fille, dit le roi, venez au palais
Où vous n'avez encore jamais dîné.
Vous partagerez notre repas,
En compagnie de ces chevaliers,
Qui pourront ainsi vous admirer,
De même que tous les autres convives. "
Elle répond bien gentiment :
" Sire, je suis votre servante. "
La reine aussi était très belle.
Excepté sa fille, la demoiselle,
On ne pouvait trouver au monde
Femme aussi belle.
Le roi dit à la reine :
" Dame, veuillez mener notre fille,
Et ses demoiselles avec vous,
Au palais où nous mangerons. "
Elle répond : " Bien volontiers, sire ! "
Les chevaliers alors s'en retournent
Bientôt suivis par le roi,
Tandis que la reine s'affaire.
Le Povre Perdu, alors qu'il s'éloigne,
Est bien triste de s'en aller.
Il pense encore à la pucelle
Car jamais il n'en vit d'aussi belle.
Elle pense également à lui.
Ils partagent la même pensée,
L'un de l'autre sans le savoir,
Car l'amour s'est entremis,
Pour les faire s'entr'aimer.
Il les inspire tous les deux,
Subtilement, et par merveille,
Du cœur de l'un au sein de l'autre.


 

CXXXIV

(6221-6233)

La royne cest atornee
Puels sen est el palais entree
Dejoste soi sa fille maingne
Ains si bele ne fut elaingne
Mout i ot dames et puceles
Et de cortoisses et de beles
Quant venue fut la meschine
Toz li palais en enlumine
Lewe prangnent li chevelier
Ni ot sergent ne escuier
Et quant la royne ot lave
As puceles en ont done
Et puels lava li rois ades
Et tuit li chevelier apres

La reine s'est préparée,
Puis elle pénètre dans le palais :
Elle a sa fille à son côté,
Pas même Hélène ne fut si belle !
Puis viennent les dames et les pucelles,
Toutes courtoises et toutes belles.
Quand la jeune fille apparaît
Tout le palais s'illumine.
Les chevaliers vont chercher l'eau,
À la place des écuyers,
Et quand la reine s'est lavé les mains,
Ils s'approchent des pucelles.
Puis le roi s'avance
Suivi de tous les chevaliers.


 

CXXXV

(6234-6281)

El chief del palais tot amont
Se fut desor a dairien front
Ot la royne en son demaingne
Une tauble de dames plaigne
Une atre tauble i ot mout bele
Mai cele fut a la pucele
Ses damoiseles sont o li
Et sa maistresce les servit
Li sodoier sont a senestre
Et la tauble del roi a destre
Li rois les i fist aseoir
Por ce que bien puissent veoir
Et les dames et la royne
Les puceles et la meschine
Il font les taubles atorner
Et les napes desus poser
Puels metent le vin et le pain
Et per le comant damiain
Aportent les mes belement
Qui vienent espes et sovent
Assez i avoit venisson
Sers grues jantes et poons
Onques muelz cort ne fut servie
Li povres perdus voit samie
Dores en atres lesgardoit
Non pas de droit quil nen osoit
Por persevance de la gent
La pucele mout bien lantent
Bien conoist quil ait grant savoir
Andui avoient un voloir
Mai quant ele regardoit lui
Et il se tornoit sor atrui
Cele cuidoit que fust orguels
Quant atre part tornoit ses oels
Il ont andui mout poc maingie
De panser se sont delitie
Il vosissent bien del maingier
Que il durest un jor entier
Qnant ont maingie se sont leve
Et li rois phelis ait parle
Dame fet il a la royne
Menez en hui mais le meschine
Et en vos chambres en alez
Les damoiseles en menez
Nos parlerons si datre afaire
A povre perdu ne plot gaire
A povre perdu ne plot mie
Quant il en vit mener samie

Au cœur du palais, tout en haut
De la salle du banquet,
Se trouve l'espace de la reine :
Une table de dames pleine,
Puis une autre tout aussi belle,
Qui est celle de la pucelle.
Ses demoiselles sont auprès d'elle,
Et sa maîtresse fait le service.
Les soudoyers du prince sont sur la gauche,
Et la table du roi, à droite.
Le roi les a installés en cet endroit,
Pour qu'ils puissent bien voir,
Et les dames et la reine,
Et les pucelles et la jeune fille.
On fait dresser les tables
Et tendre les nappes.
Puis on apporte le pain et le vin
Et, sur ordre de Damien,
On présente les mets, bellement,
Qui reviennent, copieux et fréquents.
Il y eut assez de venaison,
De belles grues et de poissons.
Jamais cour ne fut mieux servie.
Povre Perdu regarde sa mie
De temps à autre, il l'observe,
Non pas de face car il ne l'ose,
De peur qu'on ne le remarque.
La pucelle a tout compris ;
Elle devine qu'il est malin.
Tous deux se cherchent,
Mais, quand elle le regarde,
Il détourne les yeux.
Elle pense qu'il se détourne,
Par fierté.
Ils ont tous deux peu mangé,
Ils se sont nourris de regards.
Ils auraient bien aimé que le repas
Dure un jour entier.
Quand le repas fut fini, on s'est levé
Et le roi a pris la parole :
" Dame, dit-il à la reine,
Emmenez votre fille,
Et retirez-vous dans vos chambres,
Emmenez les demoiselles.
Nous avons à parler maintenant. "
Cela ne plut guère à Povre Perdu ;
À Povre Perdu, cela ne plut mie,
Quand il vit emmener sa mie.


Chapitre 6

Le château de Calocastro