©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 6

 

Le château de Calocastro

 

Mais la guerre vient de reprendre et c'est l'occasion pour le Povre Perdu de faire montre de son talent au combat et de son intelligence tactique et politique. Tous s'interrogent sur la lignée que cache son sobriquet et le roi se souvient opportunément de la vision qu'il eut jadis de feu son père lui prédisant la venue miraculeuse, à son secours contre son ennemi hongrois, d'un pauvre chevalier errant.

 

 

CXXXVI

(6281-6327)

La royne sen est alee
Sa fille en ait o li menee
Totes les atres en mena
A povre perdu mout pesa
Juscai la chambre o li vont
Tuit li chevelier qui i sont
Congie prangnent de la royne
Des dames et de la meschine
Li chevelier sen sont ale
Sipriane ait luis ferme
Le povre perdu apala
Li rois et lez lui lacyta
Et le prince dejoste lui
Lez e lez furent ambedui
Li palais fut grans et pleniers
Assez i ot de cheveliers
Li un estoient vavasor
Et chastelain tuit li plusor
Li atre duc et prince et conte
Li rois lor a mostre sa honte
Li rois lor contet de la guerre
Que li font li hongre en sa terre
Signor fet il li rois dongrie
Me fet guerre per felonie
Homaige me quiert et ma fille
Et por ce ma terre messille
Ancor nait pas .II. anz passez
Que jen fui malement menez
Trues me manda par ses drus
Mai malement fui deseus
Quant ju oi pertie ma gent
Si me manda defiement
Il avoit mout de gent mandee
Par force entrait en ma contree
Davant ne mavoit riens tolu
Que atant nen eust perdu
Cil avoit pris de mes chastiaus
Perdu(s) en ravoit de plus biaus
De mes cytez mavoit tolues
De beles an ravoit perdues
De riens ne mavoit sorjoie
Per les trues mait engignie
Un chastel ait basti mout fort
Sor moi que mout me fait grant tort
Li rois a grant tort le basti
A une lue pres de si

La reine s'en est allée ;
Elle a emmené sa fille avec elle,
Et toutes les autres dames.
Povre Perdu en est marri.
Les chevaliers accompagnent
Les dames jusqu'à leur chambre
Et prennent congé de la reine,
Des dames et de la princesse.
Les chevaliers s'en sont allés
Et Cyprienne a fermé l'huis.
Le roi appelle Povre Perdu
Et le fait asseoir près de lui,
Puis le prince, de l'autre côté :
Il les assoit de part et d'autre.
Le grand palais est bien rempli.
On y trouve des chevaliers,
Des vassaux et des châtelains,
Et autres ducs,
Princes et comtes,
À qui le roi décrit sa honte.
Il leur parle de la guerre
Que lui font les Hongrois, en sa terre.
" Seigneurs, fait-il, le roi de Hongrie
Me fait la guerre, par félonie.
Il veut mon hommage, et ma fille,
Et pour cela ravage ma terre.
Il y a deux ans à peine
Qu'il m'a trompé gravement.
Après avoir requis une trêve,
Et comme je ramenais mes gens,
Il a trahi sa parole
En m'agressant méchamment.
Il a envoyé ses troupes
Pour envahir mon pays.
Jusque là, il n'avait rien conquis
Sans en perdre tout autant.
Il avait pris de mes châteaux
Et en avait perdu de plus beaux.
Il avait pris de mes cités
Et en avait perdu d'aussi belles.
Il n'avait pas pris l'avantage
Jusqu'au moment de la trêve.
C'est alors qu'il a bâti sur ma terre
Une citadelle qui me fait grand tort.
Son château fort me menace,
Il se dresse à une lieue d'ici. "


 

CXXXVII

(6328-6351)

Quant li chastiaus fut bien fermez
Calocast[r]o fut apalez
Calo s[e]u est boens en grezois
Cast[r]o est chastiaus en fransois
Li rois li mist boen chastel nom
Calocast[r]o lapelet on
El chastel nen ait que despandre
Que seu quil puent del mien prendre
Hyvidians per signorie
Le tient de par le roi dongrie
Mout me fait grant mal de ma gent
Chascun jor les ossi(s)t et prent
Or endroit me dist une espie
Venus i est li rois dongrie
Mout i ait poc de compaignons
Ni a sodoiers mai barons
Ne sont chevelier plus de cent
Mai il mande por plus de gent
Sui compaignon sont tuit mout riche
Mout nos manasent et afichent
Quil nos vendront sai asaillir
Mai dous chastiaus wellent bastir
Signor sor moi mout men mervoil
A toz vos en demant consoil

" Quand il a achevé sa forteresse,
Il l'a appelée Calocastro
(Calo signifie bon en grec
Et castro château, en français).
Il l'appela le bon château,
Autrement dit Calocastro.
Il y installa une garnison,
Qui vit depuis de brigandage.
Hyvidian en a la seigneurie ;
Il la tient du roi de Hongrie.
Il me fait beaucoup de tort,
Capture et tue chaque jour mes gens.
Un espion vient de m'apprendre
Que le roi est venu de Hongrie,
Accompagné de quelques hommes,
—Pas de soudards, ni de barons,
Des chevaliers, pas plus de cent—
Mais il doit en venir encore.
Ses compagnons sont tous fort riches ;
Ils nous menacent et nous agressent
Et viendront bientôt jusqu'ici.
Ils veulent bâtir deux forteresses !
Seigneurs, la situation m'échappe,
Et je vous demande aide et conseil. "


 

CXXXVIII

(6352-6416)

Li povres perdus li respont
Por toz les atres qui i sont
Sire fet li povres perdus
Je sui novelement venus
Mout nos avez fait grant honor
Moi et le prince mon signor
Mai a vostre gent proier voil
Quil ne le tingnent a orgoil
Se ju ai davant els parle
Ne wel que men sachent malgre
Nos somes si venut a vos
Et cist rois est mout orguillous
Qui a sor vos chastel basti
Il est mout de male mersi
Or le faissomes saigement
Estons nos si tot coiement
Puels que li rois i est venus
Demain trametrait de ses drus
Si davant por la proie prendre
Et nos la li alons defandre
Ansois quil soient el chastel
Savront del chevelier novel
Se il a a signor mestier
Et cil darmes se seit aidier
Bien est que li povres perdus
Soit davant le roi menteus
Que bien sachet que a nul fuer
De lui amer non ait boen cuer
Sire voir se vos men creez
Se il mandet et vos mandez
Li saiges di(s)t qui est garnis
Quil nest mie mout tost honis
Se il ne veloit sai venir
A chastel lalons asaillir
Se a plain vient en acun leu
Nos resavons assez del geu
Sire certes a bien ferir
Poons le droit del tort pertir
Que guerre fut ele le chasce
Que la porsut ele se quasce
Que fellon laisset en sa terre
Cil ne sen fut toz jors ait guerre
Il nos cuidet si venir prendre
Lai le faissons de nos deffendre
Sor lui puet bien torner li dans
Que muels valt .I. jors que uns ans
A lenclore et a ferir
Poons le chastel retenir
As cols les poons esmaier
Et la terre faire veudier
Jai del felon navrait on bien
Fors cil que[l] tient vil come chien
Sire vostre vile gardez
Et trestoz vos amins mandez
Ensi com il doit si venir
Et vos laillies lai assaillir
Et se il estoit desconfis
Grans biens en seroit de vos dis
Et que millor consoil savrait
Cest vostre amis cel vos dirait
Li rois dist si a boen consoil
Ainz mais nen oi son paroil
Certes mout est de grant savoir
Jen ferai tot vostre voloir

 

Povre Perdu prend la parole
Pour tous ceux qui sont au conseil :
" Sire, dit le Povre Perdu,
Je suis nouvellement venu parmi vous.
Et vous me faites beaucoup d'honneur,
Ainsi qu'au prince, mon seigneur.
Je prie avant tout votre gent de croire
Que c'est sans orgueil
Que je parle devant vous :
Accordez-moi votre indulgence !
Nous sommes ici, vos hôtes.
Et ce roi est bien prétentieux,
Qui bâtit son château sur vos terres.
Il est vraiment de mauvaise foi !
Nous sommes tous là,
Sages et tranquilles,
Et voilà qu'il s'en vient vous provoquer
Et que demain il enverra ses sbires,
À la maraude et au butin !
Mais nous savons bien nous défendre.
Avant même d'arriver au château,
Ils auront compris que le chevalier,
Nouveau venu, connaît bien son métier,
Et qu'il sait se servir de ses armes.
Il est bon que le roi de Hongrie apprenne
Qui donc est le Povre Perdu,
Afin qu'il sache qu'en aucun cas
On n'aura à cœur de l'aimer !
Sire, vrai, croyez-moi,
S'il vous cherche, attaquez-le !
Le sage dit avec justesse que l'attaque
Est la meilleure de toutes les défenses !
Et s'il hésite à venir jusqu'ici,
Allons l'assaillir dans son château !
S'il arrive par la plaine,
Nous connaissons bien la parade.
Sire, c'est assurément en frappant fort
Que nous pourrons rétablir votre droit.
Qui fuit la guerre, elle le poursuit !
Qui la poursuit, elle se cache !
Qui découvre un félon sur sa terre,
Se doit de fuir ou de se battre.
Le roi espère nous capturer,
Obligeons-le à se défendre,
Et la chance pourrait bien tourner,
En un jour plutôt qu'en un an !
En le cernant, en l'assiégeant,
En l'obligeant à se battre,
Nous pourrons reprendre la place,
Et lui faire vider les lieux.
On n'a de bon félon
Que celui qu'on tient en laisse !
Sire, organisez la défense de la ville
Et envoyez, au plus tôt, vos amis
À sa rencontre.
Puis lancez-vous à l'attaque !
Et s'il prend une bonne déconfiture,
Cela ne peut pas vous faire de mal !
Aucun de vos amis ne saurait
Vous donner un meilleur conseil. "
Le roi dit : " C'est un bon conseil.
Je n'en ai jamais entendu d'aussi bon.
Il est certes bien avisé,
Et je ferai tout ce que vous dites."


 

CXXXIX

(6417-6432)

Quant ont lor consoil aferme
A roi ont congie demande
Li povres perdus prent congie
Et li rois li a mout proie
Quil preist de lui livreson
Et il et tuit sui compaignon
Et il respont nen prendrait mie
Livrer li doit li rois dongrie
A calocast[r]o irons prendre
Seu que devons issi despendre
Li chevelier sen sont ale
Le roi ont a deu comande
Li princes del roi phelipon
Prist congie et tuit li baron
Congie prangnent puels si sen vont
Tuit li chevelier quanqui sont

Quand le conseil est terminé,
Tous demandent congé au roi.
Le Povre Perdu prend congé
Et le roi le prie instamment
D'emporter quelques provisions,
Pour lui et tous ses compagnons.
Mais il répond qu'il n'en veut pas,
Qu'il en prendra au roi de Hongrie.
" Nous irons chercher à Calocastro
Ce que nous souhaitons dépenser ici. "
Les chevaliers se sont levés.
Ils recommandent le roi à Dieu.
Le prince prend congé du roi
Et tous les barons prennent également
Congé du roi et se retirent,
Ainsi que tous les chevaliers qui sont là.


 

CXL

(6433-6464)

Li povres perdus sen ala
Et damiains le convoia
Et tuit li atre chevelier
Le convoient mout volentiers
Li rois estoit mout ses amis
Mout lama ses ostes delfis
Il sont venu a son ostel
Si parlerent et dun et del
Li povres perdus a samie
Pensoit mout menoit bele vie
Il adouboit les damoisiaus
Mout fist de cheveliers noviaus
Et les armes et les destriers
Donoit as atres cheveliers
Et a ses dames del pais
Donoit et le vair et le gris
Selui mout boen grei en savoit
Que son avoir prendre veloit
Et delfis ses ostes li rant
Seu que il donet et despant
Tuit lamoient por sa largesse
Por son sens et por sa proesce
Dist li princes et li plusor
Que mout avoient boen signor
Mai de seu estoient merri
Que il ne savoient de fi
Quelx hons estoit de quel lignaige
Qui avoit tant riche coraige
Mai se il peussent savoir
Que se fust florimons de voir
Que il vosist son droit nom dire
De boen cuer fust apalez sire

Le Povre Perdu se retire
Et Damien l'accompagne ;
Et tous les autres chevaliers
Se pressent à leurs côtés.
Le roi l'a beaucoup apprécié,
Et Dauphin, son hôte, également.
Ils marchent ensemble jusqu'à l'hôtel
En parlant de chose et d'autre.
Povre Perdu, dès lors, pense souvent
À son amie, tout en menant fort belle vie.
Il adoube les damoiseaux
Et fait pléthore de chevaliers.
Il distribue aux combattants
Des armes et des destriers,
Et aux dames du pays,
Il donne le vair et le gris.
Tous lui savent bon gré
De sa générosité ;
Et Dauphin, son hôte, lui fournit
Tout ce dont il a besoin.
Tous l'aiment pour sa largesse,
Pour son bon sens et sa bravoure.
Le prince et ses compagnons
Disent qu'ils ont là un bon seigneur.
Mais ils se montrent tous marris
De ne pas savoir
D'où il est, ni de quel lignage
Peut provenir un si riche tempérament.
Si ses compagnons avaient pu savoir
Qu'il s'appelait Florimont,
S'il avait révélé son vrai nom,
On l'eût de bon cœur appelé sire !


 

CXLI

(6465-6508)

Camdiobras li rois dongrie
Ot en la vile une espie
Qui ot aiques lestre veu
Del roi et del povre perdu
Mai le consoil ne sot il pas
A son signor qamdiobras
A calocast[r]o sen ala
Li rois le vit si demanda
Ses cheveliers et ses barons
Et toz ses atres compaignons
Signor fet il venez veir
Mespie que je voi venir
Il i sont tuit venu de gre
Et li rois li a demande
Que mout veloit lestre savoir
Amins fet il or me di voir
De la gent a roi phelipon
Sont or gaires sui compaignon
Poront se il de moi deffendre
Sire bien vos cuident atendre
Qui les puet contre moi guerir
Vos le vairez bien a pertir
Uns cheveliers i est venus
Qui est nomeis povres perdus
Bien ait vissaige de baron
Prodome sont sui compaignon
Si est venus a roi aidier
Ne sont que .XIII. chevelier
A la cort estet belement
Son avoir i done et despent
Il a donei as cheveliers
A toz et armes et destriers
Mout ait damosiaus adobez
Cest en la ville mout amez
As dames donet a vestir
Mout se poengnet del roi servir
Bien est amez en la contree
Li rois la sa fille mostree
Por lui lont li atre veue
Se dient tuit quele est sa drue
Ne vos sai tot conter ne dire
Mai de la cort a roi est sire
Et de doner fet grant despence
Quant li rois lot forment i pence

Camdiobras, le roi de Hongrie,
Avait un espion dans la ville,
Qui eut connaissance de l'entrevue
Entre le roi et le Povre Perdu,
Sans en connaître le contenu.
L'espion se rendit à Calocastro
Pour informer son seigneur.
Le voyant venir, le roi convoqua
Ses chevaliers et ses barons
Et tous ses autres compagnons.
" Seigneurs, dit-il, venez voir
Mon espion qui arrive. "
Ils se sont vivement rassemblés,
Et le roi a demandé à son espion
De satisfaire sa curiosité :
" Ami, dit-il, qu'en est-il
De la gent du roi Philippe :
Sont-ils nombreux, ses compagnons ?
Pourront-ils se défendre ?
– Sire, ils vous attendent.
– Qui les protégera contre moi ?
– Vous le saurez bien assez tôt !
Un chevalier leur est venu
Qui a pour nom Povre Perdu.
Il a l'allure d'un baron,
Ses compagnons sont gentilshommes.
Il est venu aider le roi ;
Sa troupe ne compte que treize chevaliers.
Il se comporte à la cour en seigneur,
Et il dépense largement.
Il fournit aux chevaliers, et à tous ceux
Qui le veulent, des armes et des destriers.
Il adoube nombre damoiseaux ;
Il s'est rendu très populaire.
Aux dames, il donne des vêtements.
Il se dépense à servir le roi.
On l'aime bien dans la contrée.
Le roi lui a présenté sa fille
Ainsi qu'à tous ses compagnons.
On entend dire qu'ils sont amis.
Je ne saurais tout vous décrire,
Mais, de la cour du roi, il est sire !
Et il dépense sans compter. "
À ses paroles, le roi se met à réfléchir.


 

CXLII

(6509-6520)

Ce dist qamdiobras li rois
Se est aucuns vilains cortois
Mout avoit or de loing atrait
Lavoir dont il moengnet tel plait
Repantrait li quant lavrait mis
Povres sen irait del pais
Il fet le prout et fet que fols
Maldehais ait ores mes cols
Se je ja mais le roi pris gaires
Quant por avoir fet tel affaire
Que sa fille mostret a toz
Or voi ge bien quil est desoz

Le roi Camdiobras dit alors :
" Il s'agit d'un vilain de cour,
Qui doit à quelque heureux hasard,
La fortune qu'il gaspille ainsi.
Il se mordra les doigts, quand il devra,
Finalement, quitter le pays sans un sou,
D'avoir fait le preux et d'avoir fait le fou.
Quant au roi, malheur à lui,
Si jamais je le capture,
D'avoir manigancé telle affaire
Et d'avoir ainsi exhibé sa fille !
Je vois bien qu'il est aux abois ! "


 

CXLIII

(6521-6532)

Li rois dist a ses cheveliers
Li rois phelis est mout legiers
Quant il fait tel plait por avoir
La vostre part poez avoir
Alez demain la proie prendre
Je croi quil la vodrait deffendre
Cil vilains est chevalerous
Et se il vient la fors a vos
A toz vos pri ne lociez
Mai tot vif si le mamenez
Si li ferons conter sa vie
Se serait bone gaberie

Le roi de Hongrie dit à ses chevaliers :
" Le roi Philippe est bien léger
De mettre ainsi sa fille aux enchères !
Mais vous en aurez votre part !
Allez demain à la chasse au butin !
Je crois bien que notre homme
Voudra se battre. Ce vilain est
Chevaleresque et s'il vient
À votre rencontre, capturez-le !
Mais ne le tuez pas : amenez-le vivant.
Nous lui ferons raconter sa vie :
Ce sera bien bien divertissant. "


 

CXLIV

(6533-6560)

Li espie respont a roi
Sire je vos di en ma foi
Que cil qui le prendrait a plain
Ne le tendrait jai por vilain
Se il est a cheval armez
Un(s) chevelier(s) vaurrait assez
Li rois respont fui de si gars
Mavais lichieres et coars
Cuides tu que tel nom eust
Se cheveliers ne proudons fust
Li rois si la lessie a tant
Bien matin a souloil levant
Li escuier ont encellei
Li chevelier se sont armei
Ne furent pas tuit vavasor
Mai riche baron li plusor
Qui estoient a roi venu
Vers phelipople sont meu
Si [en] ont lor proie acullie
La cyte fut tote estormie
En la cytei avoit grant cri
Li povres perdus lait oi
A ses compaignons est alez
Signor(s) fet il car vos armez
Si irons la fors vers cel brut
Permi la cyte sarment tuit
Li princes dist et je lotroi
Mai nos navons ancor de coi

L'espion répond au roi :
" Sire, je dois vous dire, par ma foi,
Que celui qui voudra le battre,
Ne devra pas le prendre pour vilain !
Tout en armes, sur sa monture,
Il vaut n'importe quel chevalier. "
Le roi répond : " Va-t-en d'ici,
Voyou, malandrin et couard !
Crois-tu qu'on l'appellerait ainsi
S'il était chevalier ou gentilhomme ? "
Et le roi congédie son homme.
Le lendemain, au lever du soleil,
Les écuyers ont sellé les bêtes,
Les chevaliers se sont armés.
Il n'y a pas là que des vassaux
Mais également de riches barons,
Qui ont rejoint la cour du roi.
Ils se dirigent vers Philippople,
En se livrant au pillage.
À leur approche, la cité
Est parcourue d'un grand cri
Qui arrive aux oreilles de Povre Perdu.
Il s'élance vers ses compagnons :
" Seigneurs, fait-il, armons-nous !
Allons à la rencontre de ce vacarme ;
Par la cité, on crie : Aux armes ! "
Le prince dit : " Certes !
Mais nous n'en avons pas encore ! "


 

CXLV

(6561-6590)

Delfis fut a lostel venus
Ostes fait li povres perdus
Aportez nos les armeures
Bones et beles non occures
Si sarmeront cist chevelier
Delfi(1)s respont mout volentiers
Il les ait faites aporter
Li chevelier se vont armer
Sore dous tapis les ont traites
Cleires et fors et mout bien faites
Chascuns dels en ait une prise
Si cen est armez a sa guisse
Chauses i ot helmes burnis
Delfis ait les destriers eslis
Quant il se furent tuit arme
Et li destrier sont encelle
Et li espie et li escu
Lor sont aporte et rendu
Li escut sont dune quelor
Ne puet on lire le millor
Il estoient dune fasson
En chascun ot poent un lyeon
Hanstes ont roides fers tranchans
Li ostes fut prous et vaillans
Bien ait servis les cheveliers
Tant que il furent es estriers
Proudons fut delfis et li sire(s)
Assez (fut) plus que ne [vos] puis dire
Endroit doste ne de signor
Ne pui[s] ge savoir nul rnillor
Dauphin arrive alors à l'hôtel :
" Bel hôte, lui dit le Povre Perdu,
Apportez-nous donc des armures,
Des bonnes et belles, bien polies
Pour équiper nos chevaliers. "
Dauphin répond : " Je m'en occupe ! "
Et il les fait toutes livrer.
Les chevaliers s'approchent alors :
Elles sont posées sur deux tapis,
Brillantes, solides et bien forgées.
Chacun des hommes en revêt une
Et s'en équipe à sa façon :
Chausses et heaumes sont bien polis.
Dauphin a choisi les destriers.
Quand tous sont bien équipés,
Et que les montures sont sellées,
On apporte lances et écus,
Qui aussitôt leur sont tendus.
Les écus sont de belle couleur,
On ne saurait choisir meilleure,
Et décorés de telle façon
Que sur chacun se dresse un lion
[1] .
La hante est solide, le fer tranchant ;
L'hôte s'est montré preux et vaillant ;
Il a bien servi les chevaliers,
Jusqu'à ce qu'ils soient sur leurs étriers.
Dauphin a fait preuve de noblesse
Plus que je ne saurais le dire,
Comme hôte et comme seigneur,
On ne saurait trouver meilleur.

 

CXLVI

(6591-6610)

Li povres perdus fut armez
Quant il fut a cheval montez
Sa baniere ont aportee
En une hante lont fermee
Dorfrois i avoit un lyeon
Et li dras fut de siglaton
Tuit furent a cheval(s) monte
Leodis li a demande
Quele ansangne crierons nous
Quant vodrons ralier a vos
Que vostre gent soit coneue
Il respont lansangne perdue
Quant li menbra de la pucele
Non fait il lansangne novele
Criez por ralier ma gent
Por lui le dist nus ne lantent
Leodis respont sire voir
Seste ansangne puet muels valoir
Mout valt muels noviaus que perdus
Et muels doit estre coneus

Quand le Povre Perdu est armé,
Il se dresse sur son cheval.
On lui apporte sa bannière,
Accrochée sur une lance.
On y voit un lion doré,
Dessiné sur le drap de soie.
Quand tous sont montés à cheval,
Léodis lui demande :
" Quelle enseigne crierons-nous,
Quand nous voudrons vous rallier,
Et faire connaître notre troupe ? "
Il répond : " L'enseigne perdue ",
Puis il pense à la pucelle :
" Non, ajoute-t-il, il faut crier
L'enseigne nouvelle ! "
Personne d'autre ne l'entend ;
Léodis répond : " Sire, c'est vrai,
Cette enseigne vaut mieux que l'autre !
Mieux vaut nouveau que perdu !
Et c'est bien celle qu'on doit entendre. "


 

CXLVII

(6611-6626)

Or sen issent li chevelier
Cil a povre perdu premier
Lansangne porta leodis
.C. cheveliers i ot eslis
Del roi sont perti li plusor
Del povre perdu font signor
Et por despence et por dons
Et por sols et por livresons
Cest chascuns diaus a lui rendus
Il les ait de grei reseus
Fors de la cyte en un plain
Ont le seneschal damiain
Atendu et ses cheveliers
Venu sont es corans destriers
Mout i ot grant chevelerie
Puels chevachent vers siaus dongrie

Les chevaliers font leur sortie ;
Ceux de Povre Perdu viennent en tête,
Léodis en porte l'enseigne.
Povre Perdu a rassemblé cent chevaliers
Dont plusieurs qui viennent du roi.
Gagnés par sa générosité,
Le salaire et la nourriture,
Ils ont choisi de faire de lui leur seigneur.
Povre Perdu accueille de bon gré
Tous ceux qui viennent à lui.
Une fois sortis de la ville,
Les chevaliers attendent, dans la plaine,
L'arrivée du sénéchal et de sa troupe.
Les autres arrivent à grande allure,
Montés sur leurs destriers, et, tous
Chevauchent alors vers ceux de Hongrie.


 

CXLVIII

(6627-6642)

Li chevelier quandiobras
Sen aloient le petit pas
La proie quil avoient prisse
Orent tote davant els misse
Hyvidia[i]ns les condussoit
Uns dus dongrie qui tenoit
Calocast[r]o de par le roi
Premerains josta a tornoi
Grant mal avoit fait el pais
Premier[s] josta premiers fut pris
Il nestoient pas tot venu
Por proie le povre perdu
Cuidoient penre a cel tornoi
Por fere le plaissir le roi
Atendant aloient ades
Tant que cil fussent aiques pres

Les chevaliers de Camdiobras
Cheminent, lentement,
Poussant devant eux les captifs
Et le butin de leur pillage.
Hyvidian est à leur tête,
Il est duc, et seigneur de Calocastro,
De par le roi de Hongrie.
Il sera le premier à jouter,
Lui qui a ravagé le pays ;
Il sera le premier en lice,
Et bientôt, le premier prisonnier !
Certains sont là avec l'espoir
De capturer le Povre Perdu,
Et de satisfaire ainsi le désir du roi.
Ils cheminent en attendant
De voir s'approcher l'adversaire.


 

CXLIX

(6643-6684)

Quant se furent entreveu
Le cri leverent et le hu
Dambe[s] pars avoit grant barnaige
Ne puet remenoir sans damaige
Li un vont les atres ferir
Lai oissies hanstes croissir
Et veissies maint chevelier
Les celes des chevals veudier
Et li povres perdus sescrie
Signor ne dotez siaus dongrie
Et por lamor de la pucele
Escrie sansangne novele
Puels esgardet permi un plain
Hors des rans vit hyvidiain
Et hyvidiains vit bien lui
Bien sentrevoient ambedui
Hyvidiains le cheval sor
Poent et brochet a lyeon dor
De lespie lenpaint en tel guisse
Que tote sanste frosse et brisse
Li povres perdus la feru
Amont el plus halt de lescu
Li escus ne li valt noiant
Outre passet le fer tranchant
Laberc li deront sor le cors
Li sans vermous en saillit hors
A terre labat de la cele
Puels crie lansangne novele
Quant sui home lont entendu
Si sont poignant a lui venu
Cil est levez mout sumelie
Trop fut navrez et merci crie
Terquit comanda le vasal
A leodis rent le cheval
Puels vet ferir un chevelier
Mort le trabuchait del destrier
Sor un atre sa lance brisse
La main ait a lespee misse
Cui fiert a cop tot le porfent
Le bras et le poing ot sanglent
Qui voit ses cols mout se[n] mervelle
Del sanc faissoit lerbe vermelle

Quand les troupes se rejoignent
Chacun pousse son cri de guerre.
De part et d'autre, il y a grand barnage
Ce qui promet un beau carnage.
Les uns se jettent sur les autres :
Entendez-vous le cliquetis des hantes
Et voyez-vous ces preux chevaliers
Vider la selle de leurs montures ?
Alors Povre Perdu s'écrie :
" Seigneurs, n'ayez pas peur de ceux
De Hongrie ! " Et pour l'amour
De la pucelle, il crie son enseigne nouvelle.
Puis il regarde parmi la plaine :
Hors des rangs, il voit Hyvidian,
Et Hyvidian l'aperçoit.
Ils se regardent tous les deux.
Hyvidian cravache sa bête
Et la jette vers le lion d'or.
Il le frappe de sa lance
Et lui froisse et brise la hante.
Povre Perdu a répondu
En le frappant au haut de l'écu.
Le bouclier ne résiste point,
Le fer tranchant le traverse
Puis rompt le haubert sur le corps
Dont le sang vermeil jaillit.
Hyvidian tombe au bas de sa selle,
Florimont crie l'enseigne nouvelle.
Quand ses hommes l'ont entendue,
Ils arrivent aussitôt.
L'autre se redresse ; il est humilié
Et blessé, il demande grâce !
Tarquin entraîne le vassal
Et Léodis le cheval.
Florimont charge un nouveau chevalier
Qui tombe mort de son destrier.
Et sur un autre, il brise sa lance,
Puis il saisit son épée.
Il l'achève en le pourfendant,
Il a le bras et le poing sanglants.
Tous s'étonnent de sa hardiesse ;
L'herbe est rouge d'autant de sang.


 

CL

(6685-6702)

Uns dus dalemaigne fut nez
Gelfus ot nom bien fut armez
Et cist en un grant cheval dain
Vet ferir davant damiain
Un chevelier desor lescu
Tot li ait et frait et fendu
Laberc li desmaille et deront
Le fer li met el cuer perfont
Davant damiain labat mort
A seneschal em pesa fort
Per grant air poent le destrier
Vers le duc por celui vengier
Et li dus sen revet vers lui
Grant cols se vont doner andui
Outre lescut li mist un pie
Li seneschalx de son espie
A terre labat del destrier
Andui ierent boen chevelier

Un duc allemand, du nom de Guelfe,
Equipé d'une puissante armure,
Et monté sur un grand cheval daim,
Vient frapper, devant Damien,
Un chevalier sur son écu.
Il le fend et le déchire,
Puis rompt l'haubert et le démaille.
Il lui enfonce enfin le fer profond
Et l'abat mort à ses pieds.
Le sénéchal en est tout triste.
Il lance alors son cheval vers le duc
Pour venger son compagnon,
Et le duc se tourne vers lui.
Ils se frappent tous deux à grands coups,
Et Damien lui enfonce sa lance
Dans le corps, au travers de son bouclier.
Il l'abat de son destrier ;
Ce sont là deux bons chevaliers.


 

CLI

(6703-6716)

Li dus leva hastivement
Trait sespee delivrement
Bien se deffendoit o sespee
Quant sansangne ot escriee
Li chevelier de sa compaigne
Vienent corrant per la chanpaigne
Li uns li rent le cheval dain
Dui en vont ferir damiain
Por poc quil ne lont retenu
Quant li chevelier sont venu
Li dus fut montez a cheval
Si cest partis del seneschal
El cors estoit aiques navrez
Vers ses homes sen est alez

Le duc se relève en hâte,
Sort vivement son épée
Et se défend bravement.
Dès qu'il a crié son enseigne,
Les chevaliers de sa compagnie
Arrivent en courant à travers la prairie.
L'un lui ramène son cheval,
Deux autres prennent Damien à partie :
À peu qu'ils ne l'ont capturé !
À l'arrivée des chevaliers,
Le duc remonte sur son cheval,
Et il s'éloigne du sénéchal,
Car il est quelque peu blessé.
Il s'en retourne vers ses hommes.


 

CLII

(6717-6748)

Naros li coins de masemue
Ot bien ceste joste veue
Il sist sor un destrier liart
Le prince vit de latre part
Qui a cheval armeis estoit
Li uns poent vers latre tot droit
De plain e[s]lais se sont feru
Brissent les lances li escu
Sont frait et singles et poitra[l]
Ronpent ambedui per iga[l]
Andui cheirent el sablon
Tost se sont levei li baron
Grans cols se donent des espees
Lor ansangnes ont escriees
A la rescouse vienent tuit
Grant chaple i avoit et grant bruit
Li princes bien se deffendoit
De sespee grans cols feroit
Li povres perdus vet serchant
Les rans et ses gens comfortant
Une lance avoit recovree
Si est venus a la melee
Il esgarda un chevelier
Si len vit mener le destrier
A prince forment lem pesa
En lescut tel cop li dona
Que tot li ront laberc desmaille
Le fer li mist per la coraille
A terre lait mort abatu
Bien li a le cheval vendu
Les .II. destriers rendi noran
Li povres perdus vet avant

Naros, le comte de Macémue,
A observé tout le combat,
Du haut de son destrier liart.
Il voit le prince qui, juste en face,
L'observe, juché sur son cheval.
Ils s'élancent l'un vers l'autre,
Et se frappent en plein élan,
Brisent les lances et les écus,
Cassent les sangles du poitrail,
Qui se rompent des deux côtés.
Ils tombent tous deux sur le sable,
Et tous deux se relèvent,
Et se donnent des grands coups d'épée.
Ils crient leur enseigne :
On arrive à la rescousse.
Il y a soudain grande cohue et vacarme.
Le prince se défend bien,
Il frappe à grands coups d'épée.
Povre Perdu parcourt les rangs
Pour réconforter ses gens.
Il a ramassé une lance,
Et se jette dans la mêlée.
Il avise un chevalier,
Qu'il voit emmener le destrier
Qu'il a enlevé au prince.
Il lui donne un tel coup
Qu'il rompt son haubert, et le démaille,
Et lui rentre le fer dans l'estomac.
Il l'abat mort par terre.
Il lui a bien vendu le cheval !
Povre Perdu confie les deux montures
À Norant puis il retourne au combat.


 

CLIII

(6749-6758)

Li princes estoit retenus
Quant i vi(e)nt li povres perdus
Poignant est venus cele part
A bran dacier toz les depart
Qui voit ses cols forment le doute
Le prince trait fors de la route
Et norans son cheval li rant
Il i monte hastivement
Li princes en son cheval monte
Cil refirent monter le conte

Le prince vient d'être capturé,
Quand Povre Perdu le rejoint.
Florimont, d'un coup d'épée,
Le dérobe à son adversaire :
Il domine vraiment la mêlée !
Il pousse le prince, sur le côté,
Et Norans lui tend son cheval.
Le prince attrape sa monture,
Qu'il enfourche en toute hâte.
Puis ils remettent le comte en selle.


 

CLIV

(6759-6782)

Meleains li dus de bolgrie
Sat des rans per chevelerie
Vers thecier poent qui fut armez
Mai il cest datre part tornez
Thecier[s] avoit de lui regart
Si se tornait de latre part
Vers les escuiers est guenchis
Per poc quil nest del sans issis
Li povres perdus quant le voit
Thecier fet il iseu que doit
Que vos faites tel coardie
Je le dirai cacopedie
Fet leodis thecier per vos
Serons mavaissement rescous
Se vos fussies tez [por] joster
Come vos iestes por gaber
El mont neust tel chevelier
Leodis brochet le destrier
Un chevelier ait si feru
Que del cheval lait abatu
Bien lait navrei et cil se rent
Et le boen branc dacier li tent
Et leodis prist le cheval
Si len menait o le vasal

Mélain, le duc de Bulgarie,
Sort des rangs et, par défi de tournoi,
Il se dirige vers Thécier.
Mais l'autre fuit son regard,
Car il a peur de lui.
Il se tourne d'un autre côté,
Et il rejoint les écuyers.
À peu qu'il n'ait pris la fuite !
Le Povre Perdu, quand il le voit :
" Thécier, dit-il, que fais-tu ?
En voilà une couardise !
Je le dirai à Cacopédie ! "
Léodis dit : " Thécier, décidément,
On ne peut pas compter sur toi !
Si tu avais autant de talent
À te battre qu'à plaisanter,
Aucun chevalier ne saurait t'égaler ! "
Léodis éperonne son destrier.
Et il frappe un chevalier
Qu'il abat de sa monture.
L'autre est blessé et il se rend.
Il lui tend son épée
Et Léodis prend le cheval,
Puis il l'emmène avec le vassal.


 

CLV

(6783-6812)

Li estors fu bien maintenus
Et dambe[s] pars mout bien ferus
Assez i ot de jostes faites
Dabers fausez de hanstes fraites
Li povres perdus ne soblie
El poing tient lespee forbie
Les grinous pres[s]es vet serchant
Li hongre vont afleboiant
Li coens narcos dist meleain(s)
Avez coneu le vilain
Que li rois nos envoia prendre
Mout se seit bien de nos deffendre
S[e]u est cil a lyeon dore
Hyvidiains lait compare
Quil est el cors navrez et pris
Et .XX. des atres se mest vis
Or nest il pas povres perdus
Riche est de cuer et coneus
Icist nos moengne malement
Tuit li plusor en sont dolent
Quant le nomment povre perdu
Nait pas por ce moens de vertu
Ancor eust a roi mestier
Quil fust perdus un an entier
Or sont mors et pris sui baron
Car ne volt croire le garson
Car cil vosist croire sespie
Ne fust pas si grans la folie
Or somes si en grant peril
A latre fois le prendront il

Le combat se poursuit,
Soutenu des deux côtés.
Il y a beaucoup de joutes,
De hauberts faussés, de hantes déchirées.
Povre Perdu n'est pas en reste,
Il dresse son épée fourbie,
À la recherche des pires mêlées.
Les Hongrois reculent,
Le comte Narcos dit :
" Mélain, avez-vous reconnu le vilain
Que le roi aimerait capturer ?
Il se défend rudement bien,
Si c'est celui au lion doré.
Hyvidian en a pris la mesure
Qui s'est fait battre et capturer,
Comme vingt autres encore !
Ne l'appelle-t-on pas le Povre Perdu ?
Il est courageux et respecté.
Il nous maltraite sévèrement,
Beaucoup de nous ont subi sa loi.
Et si on l'appelle le Povre Perdu,
Ce n'est certes pas pour se moquer de lui.
À vrai dire, il serait bien utile au roi
Qu'il fût perdu toute une année !
Ses barons sont morts ou captifs,
Car le roi n'a pas su entendre
Ce que lui a dit son espion.
Et pourtant il disait vrai !
Et nous voici en grand danger ;
Une autre fois on l'écoutera ! "


 

CLVI

(6813-6850)

Meleains dist sire je voi
Que le pis avons del tornoi
Li cheveliers povres perdus
Nos ait toz mors et confondus
Car lor laissons quite la proie
Et si nos metons a la voie
Ains que soions del tot vencu
Ne mort ne pris ne retenu
Sire alons vers le chastel
Un poc laissons si de sembel
De toz les millors cheveliers
Qui ont les plus corrans destriers
Nos remaindrons avec els si
Tant quil aient le pont garni
Cil que doient aler premier
Que ne nos pussent engignier
Car se il vienent a un front
Me[s]lement o nos per le pont
Le chastel prendront et le roi
Dons i avrait plus de desroi
Li coens respont vos dites voir
S[e]u est consous de grant savoir
Il ralient lor gens ensemble
De tez i ait cui li cuers tramble
Li un remeistrent a sembel
Li atre vont vers le chastel
Quant li povres perdus se voit
Quil en vont ades a esploit
Il crie sansangne novele
Le seneschal voit si lapele
Sire fet il tuit sont vencu
Ades sen vont a grant vertu
De sai nos ont torne la proie
Et si se sont mis a la voie
Car poignies a siaus vers le pont
Girai as atres que si sont
Comenserai lai le tornoi
Dist damiains et je lotroi

Mélain dit : " Sire, je vois
Que l'engagement tourne au désastre.
Le chevalier Povre Perdu
Nous massacre et nous écrase.
Abandonnons notre butin
Et rentrons au plus vite,
Avant que nous ne soyons tous défaits,
Morts ou prisonniers.
Sire, retournons au château,
En laissant en arrière garde
Les meilleurs de nos chevaliers,
Qui ont des montures rapides.
Nous viendrons les rejoindre
Dès que le gros de la troupe
Aura pris position sur le pont.
Cela nous permettra d'éviter
Une mêlée devant le château,
Et que l'ennemi ne pénètre dans la place,
Pour s'emparer du roi.
Car ce serait une belle pagaille ! "
Le comte répond : " Tu as raison !
Ton conseil est de grande sagesse. "
Ils rassemblent alors leurs gens.
Il y en a dont le cœur tremble.
Les uns restent sur place,
Les autres se retirent vers le château.
Quand Povre Perdu se rend compte
De la manœuvre, il crie
Son enseigne nouvelle.
Il voit le sénéchal et l'appelle :
" Sire, fait-il, ils sont vaincus !
Ils s'enfuient à qui mieux mieux,
Et nous abandonnent leur butin.
Ils s'en vont à toute vitesse,
Rattrapez-les avant le pont.
Moi, je m'occupe des autres ;
Je passe à l'attaque !
Damien lui répond : " Ça va ! "


 

CLVII

(6851-6898)

Li seneschalx poent a sembel
Cil sen fuent vers le chastel
Ne peoient soffrir le faix
Vers le pont vont a grant e[s]lais
Tote li ont guerpit la plasce
Et li povres perdus les chasce
O ses compaignons fut venus
A chastel li povres perdus
Il ait un espie recovre
Fort et tranchant et asere
Meleain vit el chief del pont
Si le fiert en lescu amont
Que jus del boen destrier labat
Sore le pont le mist tot plat
Chascuns ait bien le sien feru
Tuit li plusor sont abatu
Quant damiains voit la vertu
Et les cols del povre perdu
Si dist por voir et sens mentir
Que nes uns hons nel puet soffrir
Voirs est se respont leodis
Il ne doit pas estre escondis
De veoir dames et puceles
Qui seit si bien veudier les seles
A pont fut grans li chapleis
Malement les ont desconfis
Mout i ait perdu(s) per folie
De cheveliers li rois dongrie
Li rois veoit bien del chastel
Les cols del sodoier novel
Ni veloit aler de plain[e] ire
Quant se sont lessie descomfire
Ne savoit pas ancor le voir
Del sodoier quil puet valoir
A pont fut mout la perde grans
A roi dongrie fut li dans
Et cil qui sen sont eschape
Ont per force le pont leve
Puels quil furent de latre part
Nen orent il de sous regart
Il sen montent el chastel sus
Nercos Meleains et Gelfus
Il ne semble pas que de plait
Soient venut que tuit sont frait
Lor escu li haberc fause
Et li hiame frait et quasse
El cors furent navrei tuit troi
Si sont venu davant le roi

Le sénéchal retourne à la bataille,
Tandis que les Hongrois, découragés,
Refluent vers la forteresse.
Ils courent au pont à toute allure.
Tous ont lâché prise,
Pourchassés par Povre Perdu,
Et ses compagnons,
Qui les harcèlent jusqu'au château.
Povre Perdu a récupéré une lance,
Forte, tranchante et acérée.
Il voit Mélain qui défend le pont ;
Il le frappe au haut de son écu.
L'autre tombe de sa monture,
Et s'étend de tout son long.
Chacun a bien frappé le sien ;
Ils en ont beaucoup abattus.
Quand Damien voit le résultat
De la prouesse du Povre Perdu,
Il dit : " Á vrai dire, et sans mentir,
Personne ne peut lui résister ! "
" C'est vrai, répond Léodis.
On aurait tort de lui refuser
De visiter dames et pucelles,
Car il vide fort bien les selles ! "
La bataille, au pont, fut grande,
Et l'ennemi fut déconfit.
Le roi de Hongrie a perdu
Bien des chevaliers, par sa folie !
Le roi voit bien, du haut du rempart,
Comment se bat le chevalier inconnu.
Mais de colère, il se retire
Quand il le voit déconfire sa troupe.
Il ne veut toujours pas reconnaître
La valeur de ce soudoyer.
Au pont la déroute est sévère,
Pour le roi de Hongrie.
Ceux qui réussissent à s'enfuir,
Soulèvent le pont derrière eux,
Dès qu'ils sont entrés dans la place.
Ils ne craignent plus les assaillants.
Narcos, Mélain et Guelfe
S'en montent vers la tour.
Ils ne semblent pas revenir
D'une partie de plaisir.
Écus faussés, hauberts tordus,
Heaumes cabossés,
Ils sont tous blessés dans leur chair,
Quand ils se présentent devant le roi.


 

CLVIII

(6899-6926)

Grant duel ot li rois quant les vit
Signor mout vos devez petit
Dist il et amer et prisier
Quant per un novel chevelier
Fustes vencu si malemeut
Per vos ai ge perdu ma gent
Le muelz de ma chevelerie
De toz les millors de hongrie
En maintes terres sont eu
Onques mais ne furent vencu
Por roi por prince ne por conte
De tant en ai ge grinor honte
Sire fait meleains merci
Li chevelier sont pres de ci
Et se vos i voles aller
A toz jors les poez trover
Bien vendront a vos tornoier
Si conistrois le sodoier
Quant serait pris et retenus
Et vos les avrois toz vancus
Puels devrois blamer les barons
Quant avrois pris ses compaignons
Et dist li rois jel vos otroi
Se il vient a moi en tornoi
A roi phelipon las ma terre
Se ja mais un jor me fet guerre
Li rois nel mist plus a raison
Desarmei se sont li baron

Le roi enrage de les voir ainsi.
" Seigneurs, dit-il, vous ne méritez pas,
Qu'on vous aime et qu'on vous félicite,
Quand vous vous faites ainsi maltraiter
Par un gamin de chevalier !
Par votre faute, j'ai perdu ma gent,
Et la crème de ma chevalerie :
Les meilleurs chevaliers de Hongrie
Qui se sont battus partout,
Sans jamais être vaincus,
Par aucun roi, prince ni comte :
Messires, vous me faites honte !
– Sire, fait Mélain, merci,
Nos adversaires sont encore tout près,
Et si vous voulez y aller,
Vous ne manquerez pas de les trouver,
Ils ne refuseront pas de se battre !
Vous pourrez ainsi faire connaissance
Avec le chevalier. Quand vous l'aurez fait
Prisonnier et que vous aurez vaincu
Tous ses compagnons,
Vous pourrez alors blâmer vos barons ! "
Le roi répond : " Assurément !
S'il vient à moi, en tournoi,
Et qu'il réussit à me résister,
Je laisse ma terre au roi Philippe ! "
Puis le roi s'est tu,
Et les barons se sont retirés.


 

CLIX

(6927-6972)

Li povres perdus fut a pont
Et tuit si compaignon i sont
Le seneschal ait demande
Et il i vint de mout boen gre
Sire fet il cil vos est bel
Asegier poons le chastel
Si mandez por secours a roi
Cil dedens sont tuit en effroi
Et legierement seront pris
Biaus sire fet il biaus amis
Orendroit ne puet ce pas estre
Car je vos conterai tot lestre
Le voir men ait dit une espie
Que grant gent lor viengnent dongrie
Alons nos en tot belement
Vers la cyte a nostre gent
Les pris en moengnent et la proie
Et si se sont mis a la voie
Mout en moengnent de bel hernois
Del chastel les vit bien li rois
Quant furent pres de la cyte
Joste la voie enmi le pre
Sen est entrez entre ses drus
Por veoir li povres perdus
Les cheveliers quil orent pris
Et furent .XV. ce mest vis
Il les fist el preit aseoir
Por ce quil les volt toz veoir
Quant il ot veus les prisons
Si parla a ses compaignons
A prince dist priveement
Sire fet il merci vos rent
Et del grant bien et de lonor
Que vos me faites per amor
Et a trestoz vos compaignons
Nos avons si .XV. prisons
Li seneschalx en rait assez
Sire se vos le comandez
Je les vodroie a loste rendre
Se por son avoir les welt prendre
Je vos doi tenir por signor
Si le vos requier per amor
Et se vos les volez avoir
Jem ferai tot vostre voloir
Quil serait paies richement
Je nen ai poent de pensement.

Povre Perdu rejoint le pont,
Entouré de ses compagnons.
Il fait appeler le sénéchal
Qui s'approche, tout guilleret.
" Sire, fait-il, si vous le voulez
Nous pouvons investir le château.
Demandez de l'aide au roi.
Nos ennemis sont apeurés,
Ils seront faciles à vaincre.
– Beau sire, dit l'autre, bel ami,
Ce n'est pas possible, pour l'instant.
Car, pour tout vous dire,
J'ai appris par un espion
Que des secours arrivent de Hongrie.
Rentrons simplement chez nous.
Emmenons-y nos prisonniers. "
Et ils se sont mis en route,
Après avoir rassemblé
Les captifs et le butin.
De son château, le roi les voit revenir.
Comme ils approchent de la ville,
Sur le chemin, dans la plaine,
Le Povre Perdu se mêle,
À ses compagnons, pour contempler
Les chevaliers qu'ils ont capturés.
Il y en a quinze, si je ne m'abuse.
Il les fait asseoir sur le pré,
Pour pouvoir bien les observer.
Et quand il les a bien regardés,
Il s'adresse à ses compagnons.
Il dit tout d'abord au prince :
" Sire, je vous rends grâce
De la faveur et de l'honneur
Que vous m'avez faits, par amitié,
Ainsi qu'à tous vos compagnons.
Nous avons ici quinze prisonniers,
Le sénéchal en a autant.
Sire, si vous en êtes d'accord,
Je voudrais les confier à notre hôte,
Pour qu'il en fasse son salaire.
Je vous tiens pour mon seigneur,
Et vous en prie comme d'une faveur.
Mais si vous préférez les garder,
J'acquiescerai à votre vouloir,
Car je n'ai aucun doute
Qu'il sera payé richement. "


 

CLX

(6973-6994)

Li princes fut gentis et ber
Et veloit le mout honorer
Sire fet il et je lotroi
Et tot lavoir et tot lernoi
Que nos avons poez despandre
Et les prisons doner ou randre
Del tot faites a vostre guisse
Sertes ne pert pas son servisse
Sire cil qui le met en vos
Belement mavez hui rescous
Quant me rendistes mon destrier
Per foi il mavoit grant mestier
Et je grans mersis vos en rens
Mai sire de seu me repens
Que je ne vos ai plus servi
Vos mavez de prison gueri
Faites delfin loste venir
Et si faites vostre plaissir
Et tuit li atre compaignon
Ne li dient de riens que non
Li povres perdus lor en rent
Greiz et mersis mout bonement

Le prince se montre noble et courtois,
Car il souhaite lui faire honneur :
" Sire, fait-il, je vous accorde
Que vous pouvez disposer
Des dépouilles et des harnais
Et de tous les prisonniers.
Faites-en à votre guise !
On ne risque pas de perdre sa cause
Quand on met sa confiance en vous !
Vous m'avez bellement aidé,
En me rendant mon destrier.
Ma foi, il m'était bien utile !
Et je vous en suis fort reconnaissant.
Mon seul regret, sire, est de ne pas
Vous avoir été plus utile.
Car vous m'avez épargné la capture !
Faites venir notre hôte Dauphin
Et réglez l'affaire avec lui à votre guise. "
Et tous les autres compagnons
Lui accordent la même confiance.
Povre Perdu leur en rend gré
Et les remercie, vivement.


 

CLXI

(6995-7056)

Tuit li borjois de la cyte
Estoient hors a plain ale
Et por veoir les cheveliers
Mout les veoient volentiers
Et delfis i estoit venus
Quant le vit li povres perdus
Ostes fet il avant venez
Et seu que nos avons prenez
Venez un poc parler a moi
Il respont sire je lotroi
Ses ostes vet parler a lui
Li princes i fut et il dui
Li povres perdus dit de[l]fis
Biaus ostes nos avons si pris
De[l] hernois et de[s] cheveliers
Alez veoir les prisoniers
Car je vos doi avoir assez
Por tant com vodrois les prenez
Et orendroit et en avant
Ferai del tot vostre creant
Delfis vers les prisons ala
Bien les conut ses esgarda
Veus les avoit en hongrie
Quant aloit en mercheandi(ss)e
Prodome furent li plusor
Nestoient pas tuit vavasor
Quant ot les prisons esgardez
A povre perdu est alez
Ostes fet li povres perdus
Avez vos les prisons veus
Oil fet il que vos en semble
Volez les prendre toz ensemble
Sire fet il je nen quier tant
Se faire volez mon creant
De moens en avrai ju assez
Les .VII. cheveliers me donez
Se faire en volez mon voloir
Sire li uns me puet valoir
Plus que vos ne me devez rendre
Je wel de vos tant por ce prendre
Sire cil vos vient a plaissir
Que muelz vos en puisse servir
Hyvidiain selui dongrie
Sire celui ne quier je mie
Se vos men creez per amor
Le rendrez a roi mon signor
Sen ravrait sa gent quil a prisse
Il le fait del tot a sa guisse
Ostes fet il je vos otrois
Les .VII. cheveliers et lernois
Vos ferai del tot delivrer
Sol que on le puisse trover
Delfis a signor merci rent
Que son signor fet tel present
Il cest pertis ses cheveliers
En menait et les prisoniers
Et grant pertie del hernois
Hyvidiain tramist a roi
Li povres perdus car le prist
Si manda quil ne loseist
Ne lait nel tenist por avoir
Li rois en fist tot son voloir

Tous les bourgeois de la cité
Sont sortis dans la prairie
Pour voir les chevaliers ;
Ils sont curieux de les observer.
Et Dauphin est venu également.
Quand Povre Perdu l'aperçoit :
" Mon hôte, fait-il, avancez-vous
Et venez vous servir !
Il faut que nous parlions...
L'autre répond : " J'arrive ! "
Dauphin s'approche de Povre Perdu,
Et du prince, pour leur parler.
Povre Perdu lui dit : " Dauphin,
Bel hôte, nous avons des prisonniers,
Des chevaliers et leur équipement.
Allez voir les prisonniers,
Car je vous dois beaucoup d'argent.
À vous de vous rembourser !
Faites votre choix
Et je confirmerai votre décision. "
Dauphin alla vers les captifs ;
Il les observa et en reconnut
Certains qu'il avait déjà vus,
En Hongrie, lors de ses voyages.
Plusieurs étaient nobles ;
Ils n'étaient pas tous vassaux du roi.
Quand il les eut bien regardés,
Il retourna vers le Povre Perdu.
" Mon hôte, lui dit l'autre,
Avez-vous vu les prisonniers ?
– Oui, fait-il. – Et que vous en semble ?
Voulez-vous tous les prendre ?
– Sire, je n'en veux pas autant.
Croyez-moi, pour me rembourser,
Il en suffit de beaucoup moins.
Mais donnez-moi sept chevaliers,
Si vous le voulez bien !
Un seul, à vrai dire, pourrait me rapporter
Plus que tout ce que vous me devez.
Mais si je veux en prendre autant,
C'est pour pouvoir ainsi continuer
À vous servir, selon votre plaisir.
Hyvidian, celui de Hongrie,
Je ne le veux pas.
Si vous voulez bien me faire une faveur,
Donnez-le au roi, mon seigneur.
Il l'échangera contre ses gens. "
Povre Perdu acquiesce :
" Hôte, fait-il, je suis d'accord
Je vous confie les sept chevaliers
Et tout l'équipement
Qui leur appartient. "
Dauphin remercie son seigneur
De lui faire tel présent.
Il se retire,
Emmenant ses chevaliers,
Et une partie du harnachement.
Povre Perdu, quant à lui, fait conduire
Hyvidian au roi.
Il lui fait savoir qu'il n'en veut pas
Pour butin et il le prie de le garder en vie.
Le roi accepte sa requête.


 

CLXII

(7057-7094)

Quant li borjois orent veu
Delfin et le povre perdu
Que del tot faissoit a sa guisse
Chascuns dist bien met son servisse
Qui puet a tel home servir
Mout fet bien del tot son plaissir
Li povres perdus ot rendu
A loste seu quil ot volu
Seu que remeist veloit doner
Mai a prince en alait parler
Et a toz les siens compaignons
Lor a demandeit per lor nons
Quant i furent tuit si lor dist
Lafaire ensi com il lemprist
Signor fet il les prisoniers
Qui sont remeis as cheveliers
Estrainges doner les vodroie
Se de vos congie en avoie
Jeu wel fera vostre plaissir
Del doner ou del retenir
Mai hons qui vient datre pais
Ne puet avoir en cort amis
Se il ne donet ou despent
En don ait bel acoentement
Grant honor done largetez
Or men dites seu que volez
Se li dient sui compaignon
Per foi sire selonc raison
Devez fere vostre voloir
Et des prisons et de lavoir
Sire fet li princes per foi
Si com vos plaist et je lotroi
Jai congie ne men demandez
Que nos avons avoir assez
Sire fet il vostre merci
Li povres perdus deperti
Et lernois et les prisoniers
Entre les atres cheveliers

Quand les bourgeois ont vu
Comment Povre Perdu
Remerciait Dauphin de ses services,
Ils se sont exclamé : " Bien avisé
Qui se met au service d'un tel homme
Et satisfait toutes ses exigences ! "
Quand Povre Perdu eut remis à son hôte
La part du butin qu'il voulait,
Il s'adressa au prince,
Et à ses autres compagnons,
Avant de disposer du reste.
Il les appela, chacun par son nom.
Quand ils furent tous présents,
Il leur dit l'affaire, comme il la voyait :
" Seigneurs, dit-il, j'aimerais
Remettre les prisonniers restants
Aux chevaliers étrangers,
Si vous en êtes d'accord.
Je m'en tiendrai à votre plaisir,
De qui donner ou retenir.
Mais celui qui vient d'un autre pays,
Ne peut avoir d'amis en cour,
S'il ne donne ou distribue.
En donnant il se fait des amis ;
La largesse procure grand honneur.
Dites-moi ce que vous en pensez. "
Ses compagnons lui répondent :
" Ma foi, sire, l'usage veut
Que vous disposiez selon votre désir,
Et des prisonniers et du butin.
– Sire, ajoute le prince, par ma foi,
Je m'accorderai à vos désirs,
Sans autre exigence,
Car nous sommes bien assez riches.
– Merci à vous, dit le Povre Perdu
Qui partage alors les harnais,
Et les prisonniers,
Entre les autres chevaliers.


 

  Note 1 : Un motif héraldique somme toute assez banal qui, dans le domaine francoprovençal évoque naturellement (par-delà la famille de Beaujeu) les comtes de Lyon.  

 


Chapitre 7

Les aveux de la pucelle