©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 7

 

Les aveux de la pucelle

 

L'amour se noue entre les jeunes gens mais ils ne peuvent s'en faire l'aveu, ni a fortiori en concevoir une issue heureuse, en raison de l'obscurité qui entoure la personnalité et les origines du chevalier. L'un et l'autre en tombent malades au point de désespérer leurs confidents qui craignent une issue fatale.

 

 

CLXIII

(7095-7134)

Quant ot depertit et done
Si antrerent en la cyte
Entriaus parloient dun et del
Tant quil vinse[n]t a lor ostel
Dessendu sont et desarme
Quant se sont un poc repose
Quacopedie son signor
Araisona per grant amor
Sire fet il ou avez mis
Seu que avez as armes pris
Fet il rendu lai et done
Dons avez vos mout bien ovre
Avez en vos riens retenu
Non voir mai donei et rendu
Sire fet il bien avez fet
Et en tel guisse com me plaist
Quacopedie le consoille
Et li princes mout se mervoille
A ses compaignons le dissoit
A consoil seu quil en oioit
Signor fet il mien essient
Cist vasas est de bone gent
Quacopedie voi mout saige
Consoil donet de grant parage
Prous et saiges larges les voi
Lor nons celent ne sai por coi
Cil men veloient dire voir
Je le vodroie mout savoir
Quacopedie est senez
De totes choses seit assez
Ses sires fet mout a proissier
El monde nait tel chevelier
Tel ne puet on trover ne querre
Nus hons ne puet soffrir sa guerre
Fols est que latant an bataille
Son nom demanderai sens faille
Ne(s) croi pas que il mescondie
Que il son droit nom ne me die
Demanderai li orendroit
Cil respondent grant bien seroit

Quand ils ont achevé le partage,
Ils pénètrent dans la cité,
Parlant entr'eux de chose et d'autre.
Ils rejoignent leur hôtel,
Puis ils descendent de leur monture,
Se désarment et reposent un peu.
Cacopédie s'approche de son seigneur
Et lui dit affectueusement :
" Où as-tu mis
Tout ton butin ?
– Je l'ai rendu ou distribué.
– Tu as bien fait !
As-tu rien gardé pour toi ?
– Non, j'ai tout donné et distribué !
– C'est bien, dit-il, tu as bien fait.
C'est la bonne façon d'agir. "
Le prince s'étonne vivement
Des conseils de Cacopédie.
Il confie à ses compagnons
Sa perplexité.
" Seigneurs, fait-il, il me semble
Que ce vassal est de bonne lignée.
Je le trouve bien avisé !
Ses conseils sont de grand parage.
Lui et son maître sont preux et sages.
Je suis sûr qu'ils cachent leur nom
Et j'aimerais bien savoir pourquoi,
Et connaître la vérité.
Cacopédie est déjà vieux ;
De toutes choses, il sait beaucoup.
Son seigneur est bien extraordinaire ;
Au monde, il n'y en a pas deux comme lui.
C'est un chevalier hors pair.
Aucun homme ne peut le battre ;
Fou est celui qui le provoque à la bataille.
Je dois vraiment savoir qui il est.
Je ne crois pas qu'il me refuse
De me dire son vrai nom.
Je vais le lui demander
En espérant qu'il me réponde. "


 

CLXIV

(7135-7178)

Rysus li princes lapala
En une chambre le mena
En cele chambre not atrui
Fors le povre perdu et lui
En un baix lit se sont assis
Li princes lait a raison mis
Doucement le mist a raison
Sire fet il per gueredon
Me dites seu que demander
Vos wel nel me devez celer
Et se je vos di vilenie
Si me pardonez ma folie
Que je vos aim de si fin cuer
Que ne me devez a nul fuer
De nes une riens escondire
Que sache demander ne dire
Li povres perdus li respont
Sire fet il en tot le mont
Nait riens que je por vos ne fasce
Se faire le puis que vos plaisse
De seu fet il vos sai ge gre
Or me dites la verite
Vostre droit nom et le lignaige
Dont vos fustes de quel paraige
Et le droit nom quacopedie
Sire ne le me seler mie
Ne me devez laissier faillir
Li povres perdus un so[s]pir
Fist mout grant puels dist sire voir
Quant vos mon nom volez savoir
De quel lignaige sui et dont
Vez si davant vos florimont
Selui que a port demandestes
Vos mavies mai non cuidestes
La dame de lile celee
Sire mavoit la mort donee
Et vos mavez rendu la vie
Et mes serjans quacopedie
Sire s[e]u est maistres floquars
El mont nen ait millor des ars
Si ma norrit tant ma ame
Grant messaise en ait endure
Il me norrit enfant petit
Or vos en ai ge le voir dit

Rysus, le prince, appelle Povre Perdu
Et le conduit dans une chambre.
Où ne se trouve
Personne d'autre qu'eux deux.
Ils s'assoient sur un lit bas
Et le prince s'adresse à son compagnon,
En prenant bien des précautions :
" Sire, dit-il, de grâce,
Répondez à ma demande,
Et ne me cachez rien.
Et si je vous dis vilenie,
Pardonnez à ma folie,
Car je vous aime de si fin cœur,
Que vous ne devez en aucun cas
Me refuser quoi que ce soit,
Dont je vous fasse la demande. "
Povre Perdu lui répond :
" Sire, il n'y a rien au monde
Que je ne fasse pour vous
Si je peux vous faire plaisir.
– Je vous en sais gré !
Or, dites-moi la vérité :
Votre vrai nom et votre lignage ?
Et de quel parage êtes-vous ?
Et le vrai nom de Cacopédie ?
Sire, ne me le cachez pas !
Ne me faites pas défaut ! "
Povre Perdu pousse un grand soupir,
Puis il dit : " Sire, vous avez raison
De vous interroger sur mon vrai nom,
Mon lignage et mon origine.
Vous avez devant vous Florimont,
Celui dont vous vous êtes enquis,
À notre rencontre, au port,
Vous l'aviez devant vous !
La dame de l'île Celée m'avait donné
La mort et vous m'avez rendu la vie !
Et mon sergent, Cacopédie,
Sire, est maître Floquart.
Il n'y a meilleur maître au monde.
Il m'a nourri, aimé et éduqué
Depuis mon enfance et il a supporté,
Pour ce faire, bien des épreuves.
Voilà toute la vérité. "


 

CLXV

(7179-7202)

Quant li princes vit florimont
Mout sospirait de cuer perfont
Des eus plorait mout tendrement
He las fet il com malement
Ai ovreit quant si povrement
Et si a tort et si vilment
Ai menei le millor del mont
De toz les cheveliers qui sont
Sertes fet il per le mien wel
Morroie davant vos de duel
Il vient vers lui et si lembrasce
Baisset li les eus et la fasce
Sire bien deusse savoir
Dedens mon cuer et persevoir
Quant esties si amiables
Sens orguel a toz acoentables
Se tot avies povre nom
Que nesties pas mavais hons
Sire prenez mon homenaige
Jel vos ferai de boen coraige
A lui se welt livrer et randre
Mai florimons ne le welt prendre
Ains avoit grant pitie de lui
Des eus ploroient ambedui

Tout en écoutant Florimont,
Le prince s'est mis à soupirer
Profondément et à pleurer tendrement.
" Hélas, fait-il, comme je fus maladroit
Quand si pauvrement,
À tort et vilainement,
J'ai recueilli le meilleur
De tous les chevaliers au monde.
Certes, dit-il, je vais en mourir
Devant vous de honte ! "
Il vient vers lui et lui embrasse
Les yeux et le visage.
" Sire, j'aurais bien dû deviner
Et savoir, au fond de mon cœur,
Qu'un homme aussi aimable,
Sans orgueil, et sympathique,
Quel que soit son pauvre nom,
Ne pouvait être n'importe qui.
Sire, prenez mon hommage.
Je vous le fais de bon cœur. "
Il veut se donner à lui,
Mais Florimont refuse son geste.
Il a grande pitié de lui.
Tous deux ont les yeux pleins de larmes.


 

CLXVI

(7203-7252)

Sire fet florimons merci
Moi avez vos mout bien servi
Car per vos ai ge tant donor
Si mavez gete de dolor
De mort mavez torne en vie
De povrete en signorie
Ne vos em puis gueredon rendre
De tot me poez vos bien vendre
Qui veist cel acoentement
Et lamor et le plorement
Que faissoient li dui signor
Ne se peust tenir de plor
Sire fet li princes bien sai
Que povrement servit vos ai
Or vos wel servir de boen cuer
De vos ne pertirai nul fuer
Tant com vodrez ester a roi
Ne puels navant mai dites moi
Se volez estre coneus
Fet il ne wel que soit seu
Mes nons ancor en cest pais
Tant cavrai plus perdut ou pris
Sore quamdiobras le roi
Li princes dist jel vos otroi
Jai ne men troverez failli
Sire fet il vostre merci
Quant ont fermei lor covenant
Si laisserent lor parlement
De la chambre sont fors issu
A lor compaignons sont venu
A prince dient li plusor
A consoil se il seit ancor
Nes une riens de son affaire
Signor fet il je nen sai gaire
Mai tant prout et saige le voi
Large et cortois foi que vos doi
Fortune nos fist grant honor
Quant nos amena tel signor
Mout doit avoir grant signorie
Qui demaingne si bele vie
Signor qui le porait servir
Si fasset del tot son plaisir
Et que riens savrait que li plaisse
Se faire le puet si le fasce
Mentres quil parlent dun et del
Li rois tramet a lor ostel
Et por le prince et por lui
Que a lui vignent ambedui
Et il i vont mout liement
Et lor compaignon asiment

" Sire, dit Florimont, merci !
Vous m'avez fort bien servi !
C'est grâce à vous que j'ai tant d'honneur.
Vous m'avez arraché à la tristesse
Et conduit de la mort vers la vie,
De pauvreté en seigneurie.
Je ne saurais trop vous en remercier.
Tout est à vous, gloire et butin ! "
Quiconque eût vu cette rencontre,
Et l'amour et les pleurs,
Que faisaient les deux seigneurs,
N'aurait pu retenir ses larmes.
" Sire, dit le prince, je sais combien
Pauvrement je vous ai servi !
Mais je veux maintenant vous servir,
De bon cœur et ne vous quitterai pas
Tant que vous resterez auprès du roi.
Mais, dites-moi si vous voulez bien
Qu'on connaisse votre vrai nom !
– Je ne veux pas que mon nom
Soit su pour l'instant dans ce pays.
Avant que je n'aie mené plus loin
La guerre contre le roi Camdiobras. "
Le prince lui dit : " Très bien !
Je respecterai votre souhait.
– Merci ! "
Sur cette promesse,
Ils mettent fin à leur échange,
Et sortent de la chambre,
Pour rejoindre leurs compagnons.
Certains sont curieux de savoir
Si le prince en sait plus,
Quant à l'affaire qui le préoccupe.
" Sires, leur dit-il, je n'en sais guère plus,
Mais je le vois si preux et sage,
Généreux et courtois, que, par ma foi,
Je remercie la Fortune de nous avoir
Pourvus d'un tel seigneur.
Il doit avoir grande seigneurie,
Pour mener une si belle vie.
Seigneurs, que celui qui peut le servir
Le fasse, de tout son coeur ;
Et s'il peut lui être agréable,
Qu'il n'hésite pas à le faire. "
Pendant qu'ils bavardent ainsi,
Un messager vient à leur hôtel,
Inviter le prince et Povre Perdu
À rejoindre le roi au palais.
Et ils se mettent en route, tout joyeux,
Ainsi que leurs compagnons.


 

CLXVII

(7253-7274)

Quant il sont el palais venu
Li rois fist a povre perdu
Et a prince mout grant honor
Et si lor pria per amor
Quil soient o lui a digner
Nel veloit mies creanter
Li povres perdus quant li rois
Qui estoit saiges et cortois
Prist le prince et a soi lapele
Se li promist que la pucele
Poront apres digner veoir
Se o lui wellent remenoir
Je fet il vos moenrai o moi
Jai nus nirait fors que no[s] troi
A grant loissir porois parler
Li atre siront deporter
Vos irois veoir la royne
Les puceles et la meschine
Li princes respont je lotroi
Et por mon signor et por moi
Sire biaus est cist gueredons
Ne fait a ranfuser tez dons

Quand ils sont rendus au palais,
Le roi les reçoit,
Avec grand honneur.
Il les prie de lui faire l'amitié
De dîner avec lui.
Povre Perdu ne veut pas en croire
Ses oreilles quand il entend le roi,
Homme sage et courtois,
L'appeler, en compagnie du prince,
Pour leur confier son désir
De les conduire, après dîner,
Rendre visite à sa fille.
" Je vous accompagnerai.
Nous irons tous les trois.
Vous pourrez vous entretenir à loisir
Avec la reine, les demoiselles et ma fille,
Tandis que vos compagnons
Iront se distraire. "
Le prince répond : " Bien volontiers, sire !
Je vous remercie, pour mon seigneur
Et pour moi, de ce beau cadeau,
Qu'on ne saurait vous refuser ! "


 

CLXVIII

(7275-7306)

Or sont tuit assis a maingier
Et li prince et li sodoier
Le povre perdu mout ama
Li rois et forment lonora
Il pence que trovei avoit
Le povre que il atendoit
Por ce li portoit plus donor
Nel savoient pas li plusor
Por coi li rois tant volentiers
Se veloit de lui acoentier
Il comandet lewe doner
Si sont assis a digner
Li rois dejoste soi lasist
Et le prince delez lui mist
Les atres fist seoir ades
Pues lor ont aporte les mes
Bien furent servit a maingier
Chascuns servit de son mestier
Quant ont maingie si sont leve
Li un salerent deporter
Per le palais per plusors leus
Font deschas et de taubles geus
Li rois et li povres perdus
Et rysus li princes ses drus
En menait veoir la royne
Les puceles et la meschine
Sypriaigne luis deferma
Li rois premerains i entra
Li povres perdus joste lui
Et li princes fors que il dui
Et li rois ni est plus entrez
Nes uns hons et luis fut fermez

Tous se sont installés à table,
Le prince et ses compagnons.
Le roi se montre aimable envers Povre Perdu
Et lui rend honneur de façon appuyée.
Il pense avoir trouvé
Le pauvre qu'il attendait.
C'est pourquoi il lui porte
Plus d'attention qu'aux autres,
Qui eux ne comprennent pas le sens
Des grâces que le roi lui manifeste.
On commande d'apporter l'eau,
Et tous se mettent à table.
Le roi assoit Povre Perdu à son côté,
Et le prince de l'autre part.
Puis tout le monde s'assoit
Et on fait servir les plats.
Le service est assuré noblement,
Par chacun, selon sa fonction.
Quand on eut mangé, on se leva.
Les uns sont allés se distraire,
Dans le palais, en divers lieux,
Aux tables de jeux ou d'échecs.
Le roi conduisit alors Povre Perdu
Et Rysus, le prince, et quelques intimes
Rendre visite à la reine,
Aux suivantes et à la jeune fille.
Cyprienne ouvrit la porte ;
Le roi entra le premier,
Bientôt suivi de Povre Perdu
Et du prince. Personne d'autre
N'est entré dans la pièce
Dont l'huis fut refermé.


 

CLXIX

(7307-7330)

La chambre fut et riche et bele
La royne et la pucele
Se sont contre le roi levees
Et il les ait araisonees
Fille fet li rois veez si
Le povre perdu vostre ami
Menez le seoir avec vos
Nos parlerons si entre nos
Se li dites seu quil vos semble
A la pucele li cuers tramble
Forment lamoit jai ne vosist
Que nus hons fust que la veist
Que bien se peust seoler
Et de baissier et dacoler
Adonc ne fu(s)t ele pas coie
Desor une coute de soie
Qui estoit sor le marbre bis
Cest li povres perdus assis
Ele sasist dejoste lui
Mout sentramoient ambedui
Li uns de latre nel savait
Chascuns dels .II. mout sentramoit
Ou dencusser ou de faillir
Por ce se veloient covrir

La chambre était riche et belle.
La reine et la pucelle
Se sont levées à l'entrée du roi,
Et il s'est adressé à elles :
" Fille, fait le roi,
Voici votre ami, Povre Perdu.
Prenez-le avec vous,
Nous resterons ici entre nous.
Racontez-lui ce qu'il vous plaît. "
À la pucelle le cœur tremble,
Elle l'aime déjà mais ne veut pas
Que personne puisse deviner
Le désir qui l'a saisie,
De l'embrasser et de le baiser.
Elle ne perd pas son temps
Et fait dérouler un tapis de soie,
Sur la dalle de marbre bis.
Povre Perdu vient s'y asseoir,
Et elle-même à son côté.
Ils s'entr'aiment déjà tous deux,
Sans que l'un ne sache que l'autre
L'aime tout autant.
Ils ne le cachent ni ne l'avouent,
Mais l'un et l'autre le dissimulent.


 

CLXX

(7331-7346)

Li princes sist lez la royne
Et li rois lez une meschine
Et li povres perdus seoit
Lez seli que mout li plaissoit
Mai il la trove mout estrainge
A parler tot son penser chainge
Seu quele pensoit ne volt dire
Mai puels en ot et duel et ire
Ne mostra pas la flame fors
Del feu que li estoit el cors
Li feus damors est de parler
Et la flame est dun dous penser
Biatez et boens acoentemens
Et veoirs font le(s) feu(s) sovent
Doucement art em plusors leus
Sens flame durement li feus

Le prince s'assied près de la reine,
Et le roi près d'une demoiselle.
Povre Perdu s'est assis,
Près de celle qui lui plaît tant.
Mais il la trouve bien lointaine.
Quand elle parle, sa pensée change.
Elle ne dit pas ce qu'elle pense.
Il en éprouve telles douleur et tristesse,
Qu'il cache la flamme
Du feu qu'il a au corps.
Le feu d'amour est de paroles,
Et la flamme de douces pensées ;
Beauté, rencontres, émerveillement
Mettent le feu le plus souvent,
Qui brûle alors tout doucement,
En plusieurs lieux, discrètement.


 

CXXI

(7347-7366)

La pucele a cuer avoit
Le feu damors mai ne(l) savoit
La flame fors laissier aller
Mout se garda bien a parler
Puels en ot ele si grant duel
Quele fust morte per son wel
Puels en cuidait de duel morir
Quant ne li ot dit son plaisir
La pucele mot ne li sone
Li povres perdus laraisone
Dame fet li povres perdus
Je sui por vos servir venus
De mon pais en ceste terre
A roi wel aidier de sa guerre
Or ne argent ne li demant
Servir wel a vostre comant
Se vos retenir me volez
Le servisse me comandez
Que je remaigne a vos si
Je le vos requier per merci

La pucelle avait le feu d'amour au cœur,
Mais elle ne savait pas
En laisser jaillir la flamme.
Elle se garda bien de parler,
Mais elle éprouva ensuite un tel regret,
Qu'elle aurait voulu être morte.
Elle crut mourir de douleur
De ne pas lui avoir dit son émotion.
La pucelle ne dit rien,
Et seul le Povre Perdu parle :
" Dame, dit Povre Perdu,
Je suis venu, pour vous servir,
De mon pays en cette terre.
J'aide le roi à faire sa guerre,
Je ne veux ni or, ni argent,
Mais vous servir, seulement.
Si vous voulez me retenir,
Dites-moi que vous souhaitez
Que je demeure auprès de vous.
Je vous en supplie, par pitié ! "


 

CLXXII

(7367-7392)

Sire se respont la pucele
Que mout estoit cortoise et bele
Se vos iestes venus por moi
Les sodees avrez del roi
Sire preneis de son avoir
De moi ne pories riens avoir
Se a moi volies entendre
Tost pories faillir a prendre
Amins je sui povre meschine
Servez le roi et la royne
Dous avrez tost un riche don
De moi nav(e)ries gueredon
Amie fet il je vos quier
Mes ussaiges de sodoier
Savoir doit quant il welt servir
Se on le vodrait retenir
Je ne quier eil del remenoir
Amie que vostre voloir
Por vos et por vostre comant
Vodrai servir dor enavant
Tant me retenez per merci
Que je vos aie un an servi
Je le vos requier per franchisse
Se puels ne voles mon servisse
Congie prendrai tot per amor
Sirai servir atre signor

" Sire, répond la pucelle,
Qui mout était courtoise et belle,
Si vous êtes venu pour moi,
Vous recevrez votre solde du roi.
Prenez, sire, ce qu'il vous donne
Car de moi vous n'aurez rien,
Et si vous espérez autre chose,
Vous courez à votre échec.
Mon ami, je suis une pauvre fille.
Servez le roi et la reine,
D'eux vous aurez votre récompense,
De moi vous n'aurez aucun salaire.
– Ma mie, répond-il, je vous en prie,
Son métier apprend au soldat
À savoir, quand il veut servir,
Si on veut bien le retenir.
Je ne veux, pour rester, ma mie,
Que le signe de votre vouloir.
Pour vous, et à vos ordres,
Je souhaite servir dorénavant.
Gardez-moi au moins, par pitié,
Le temps de toute une saison.
Je me confie à vous en toute franchise ;
Si vous ne voulez pas de mon service,
Je prendrai congé de vous, sans rancune,
Et j'irai servir un autre seigneur. "


 

CLXXIII

(7393-7432)

Quant romadanaple lentent
Et lot parler si gentilment
A poengnes se tient que nel baisse
Si feist voir sen eust aisse
Mai quant aisse nen puet avoir
Fors de parler et de veoir
Em parlant sa main nue mist
Lez la soie et se li dist
Sire se ceroit lois novele
Se sodoiers avoit pucele
Se li rois en oioit parler
Mout tost men poroit encorper
Et vos en vendroit tost anuis
Je nel doi fere ne ne puis
Ne di pas que bel ne me soit
Se vos chalongies le droit
Mon peire a cel roi de hongrie
Seu ne vos contredi ge mie
La pucele dist sopirant
Nel contredi ne nel comant
Les mains se sont traites ansamble
Mai a chascun dels li cuers tramble
Amor[s] i met le feu kes tient
De lune main a latre vient
De lune main en latre met
Le feu et au cuer lor tramet
Per le bras vient per le cors monte
Amor[s] lor fet lessier lor conte
Il laisserent lor parlement
Mout sesgardoient doucement
En la chambre orent mout este
Mai a sous dous nait pas semble
Quil i aient este une hore
Car il vosissent bien ancore
Ester un jor et une nuit
Mai por ce ca roi nen anui(s)t
Prangnent congie de la royne
Des puceles de la meschine
De totes seles qui i sont
As atres cheveliers sen vont

Quand Romadanaple l'entend parler
Si gentiment, à peine se retient-elle
De se jeter dans ses bras.
Si elle l'avait fait, elle en eût été bien aise !
Mais comme elle n'avait d'autre liberté
Que de lui parler et de le regarder,
Elle posa sa main nue près de celle
Du Povre Perdu, tout en lui disant :
" Sire, ce serait un nouvel usage
Que les pucelles entretiennent des soldats.
Si le roi en entendait parler,
Il pourrait me le reprocher,
Et vous auriez bien des ennuis.
Je ne dois ni ne peux le faire.
Je ne dis pas qu'il me déplaise
Que vous mettiez en concurrence
Mon père et le roi de Hongrie.
Je ne vous en tiendrai pas grief. "
La pucelle poursuit en soupirant :
" Je ne peux ni refuser ni ordonner ! "
Leurs mains alors se sont nouées,
Et à chacun le cœur en tremble.
L'amour a mis le feu qui brûle.
Il glisse d'une main à l'autre ;
De l'une en l'autre main, il boute
Le feu qui monte le long du bras
Jusqu'au cœur puis envahit tout le corps.
L'amour les rend muets ;
Ils renoncent alors à parler,
Et s'entregardent tout doucement.
Il y a longtemps qu'ils sont ensemble
Mais ils ne voient pas le temps passer.
Ils sont là depuis une heure,
Ils aimeraient bien rester encore,
Ensemble, tout un jour, toute une nuit.
Mais pour ne pas gêner le roi,
Ils prennent congé de la reine,
Des pucelles et de la jeune fille,
De toutes les suivantes,
Et ils vont rejoindre leurs amis.


 

CLXXIV

(7433-7458)

Sypriane luis lor deserre
Or ait li povres perdus guerre
Plus male que cele dongrie
A grant poengne(s) part de samie
Li rois sen vet entre ses drus
Rysus et li povres perdus
Se sont avec iaus deporte
De maintes choses ont parle
Juent de taubles et deschas
Quant il fut vespres aiques bas
Li sodoier ont congie pris
Si sen vont a lostel delfis
Li povres perdus prent congie
Li chevelier lont convoie
A son ostel sen est alez
En la ville fut mout amez
Sovent tornioit por samie
Et si faissoit a roi dongrie
Grant anui(t) el muels de sa terre
Mout estoit cremus de sa guerre
Et delfis ot de ses prisons
Grant avoir et grant reanson
Or et argent assez en ot
Le povre perdu mout amot
Delfi(l)s amoit mout son servisse
Del tot le servoit a sa guisse

Quand Cyprienne ouvre la porte,
Povre Perdu ressent un déchirement
Plus douloureux qu'une blessure !
Il se sépare à grand'peine de son amie.
Le roi s'éloigne parmi les siens ;
Rysus et Povre Perdu
Lui tiennent compagnie ;
Ils se distraient en bavardant,
Puis se mêlent aux joueurs d'échecs.
Comme le soir tombe,
Les compagnons prennent congé,
Et ils rentrent à leur hôtel.
Le Povre Perdu prend congé,
Et les chevaliers l'accompagnent
Jusqu'à son hôtel.
Dans la ville, on l'aime bien ;
Il aime se battre, pour son amie,
Et il fait subir au roi de Hongrie
Beaucoup de revers sur le terrain :
On le respecte et on le craint.
Dauphin remplit ses magasins,
Et ses prisons de butin et de captifs.
Il amasse l'or et l'argent
Grâce aux exploits de son seigneur.
Il aime bien le Povre Perdu
Et le sert tout à sa guise.


 

CLXXV

(7459-7488)

Or fut mout li povres perdus
Ameis servis et menteus
Mout fut amez en la contree
Loing en aloit la renomee
Per son sens et per sa proesce
Per sa bonteit per sa largesce
Fut de tote la gent amez
Ses avoirs fut abandonez
Selui mout boen grei en savoit
Que son avoir prendre veloit
As dames donoit vestimens
Et as cheveliers garnemens
Si adouboit les damoisiaus
Mout fist de cheveliers noviaus
Ses maistres li ensignoit bien
Il le creoit de tote rien
Nestoit pas vilains de parler
Ne de tancier ne de jangler
Li chevelier et li borjois
Et la royne et li rois
Lamoient mout et la pucele
En tot le mont nen ot si bele
Plus fut ameiz ne vos puis dire
Bien fut de la cort a roi sire
Il demenoit mout bele vie
Si pensoit forment a samie
Ele repensoit mout a lui
Mout sentramoient ambedui
Nus dels dous dameir ne se faint
Chascuns en avoit le vis taint

C'est ainsi que le Povre Perdu
Fut aimé, célébré et servi.
On l'admirait dans le pays
—Et sa renommée passait les frontières—
Pour sa sagesse et sa prouesse,
Pour sa bonté et sa largesse ;
Il fut aimé de toute gent.
Il distribuait son butin
Ce dont lui savaient gré
Tous ceux qui en profitaient.
Aux dames, il offrait des vêtements,
Et aux chevaliers, des équipements.
Il adoubait les damoiseaux,
Et fit beaucoup de chevaliers nouveaux.
Son maître lui prodiguait ses conseils
Qu'il écoutait attentivement.
Il parlait comme un gentilhomme,
Evitait les injures et le bavardage.
Les chevaliers et les bourgeois,
La reine et le roi, tous l'aimaient
Et la pucelle aussi, qui était la plus belle
De toutes celles du monde entier.
Il fut aimé plus qu'on ne peut dire,
Et de la cour du roi, fut sire !
Il menait belle vie,
Et pensait beaucoup à son amie.
Et elle pensait beaucoup à lui.
Ils s'aimaient vivement tous les deux.
Ce n'était pas jeu, ni feintise,
Car leur visage en portait l'éclat.


 

CLXXVI

(7489-7586)

Un jour se gissoit la pucele
Mout pensoit a samor novele
Nuit ne jor gaires ne sejorne
Et lit se viret et retorne
Un cop a(n) dans et puels enverse
A cuer avoit amor diverse
A soi meisme(s) se complaint
Lasce fait ele que me taint
Li amor[s] a un home estrainge
Que tant sovent le cuer me chainge
Il est povres perdus nomez
Nus hons ne seit dont il est nez
De povre ne me puet chaloir
Cil est perdus nel quier avoir
Puels que je sui fille de roi
Ne doi ameir plus baix de moi
Mon cuer tendroie por legier
Se ne len peoie esloignier
Puels ke je lai em ma baiIIie
Per foi ne len porterait mie
Mes cuers ne me doit pas trair
Iseu que je nains doit hair
Ne me doit pas loer follaige
Or voi ge bien que mout sui saige
Por amor feroie petit
Quant la pucele ot iseu dit
Li alaigne et li cuers li faut
Forment sospire et si tressat
Fremist tramblet la quelor mue
Degetet soi et puels tressue
Desor son lit trois fois se pasme
A revenir forment se blasme
Ahi fet ele langue fole
Por coi ais dite tel parole
Ja mais ne doit estre mamie
La langue que dist tel folie
Et mout en doi hair la bouche
A coi si fole langue touche
Cel ne dist per acordement
Por chascun mal mot plus de cent
Se voi ge bien en mon coraige
Se il est de petit paraige
Povres de terre et davoir
Por ce doit grinor los avoir
Car a riche cuer et por pris
En est venus en cest pais
Por povretei nel doi laissier
Se de lui me puis acoentier
Es livres ai damors trove
Que riens ni pert per povrete
Et ma maistresce si me di(s)t
Que bone amor[s] pas nen e[s]li(s)t
Nest pas loiaus quant welt eslire
A ma maistresce loi dire
Ne halt ne baix povre ne riche
Nen e[s]li(s)t amor[s] qui ne triche
Por coi di ge dilection
Que bien vodroit garder raison
Et de cestui veritei dire
Ne poroit pas millor eslire
Fole seu dis tu quil te plaist
Ains i voi luevre et le fait
Ne plaist pas a toz tant se croi
Sertes je ne wel ne ne doi
Car a tel dame poroit plaire
Samor[s] ne li vadroit puels gaire
Je ne wel ne(s) ja deu ne plasce
Que atre feme bien li fasce
Ne maigmet pas que lameroit
Se por mon preu ne le faissoit
Seli qui lameroit por moi
Ameroie jen bone foi
Se li diroie mon voloir
Chascune le vodroit avoir
Ne men os croire en messaige
Se ce nestoit feme deaige
Jai le vi ge si davant moi
Que il me pria si de soi
Que je preisse son servize
Lasce je fui si entreprisse
Quant fumes issi ambedui
Que seu que pensoie de lui
Ne li peoie dire voir
Il le peoit assez savoir
Quant je li tendi ma main nue
Por ce mait plus amor[s] vancue
Car il nestoit de grant paraige
Ne mosoit dire son coraige
Car il cremoit a moi faillir
Je li deusse descovrir
Lamor et de lui et de moi
Quant il me prioit si de soi
Quel retenisse a sodoier
Il ne mosoit de plus proier
Certes mout men doi repentir
Se ja mais peoie venir
En si bone aisse com je fui
Certes je prieroie lui

La pucelle, un jour, se repose,
En songeant à son bel amour,
Elle se tourne et se retourne,
Sur son lit, sans cesse,
D'un côté et de l'autre.
En son cœur, son amour se déchire,
Elle se plaint à elle-même :
" Las, fait-elle, pourquoi l'amour
M'attache-t-il à un étranger
Qui sans répit bouleverse mon cœur ?
On le nomme le Povre Perdu,
Personne ne sait d'où il est né.
Mais que m'mporte sa pauvreté
S'il est perdu, je ne peux l'avoir !
Puisque je suis fille de roi,
Je ne dois pas aimer plus bas que moi.
On me tiendrait pour légère,
Si je ne savais pas l'éloigner,
Puisque j'en ai tout le pouvoir.
Ma foi, il ne saurait l'emporter.
Mon cœur ne doit pas me trahir :
Ce que je ne peux aimer, il doit le haïr,
Et non me pousser à la folie !
Mais je sais bien que je suis sage
Et que l'amour m'importe peu."
À cette pensée, la pucelle manque
De s'évanouir. Le souffle et le cœur
Lui font défaut. Elle soupire et tressaille
Frémit, tremble, pâlit,
Se convulse et transpire,
Dessus son lit trois fois se pâme.
En revenant à elle, elle se blâme :
" Aïe ! fait-elle, langue folle,
Pourquoi dis-tu cela ?
Jamais plus elle ne sera m'amie
La langue qui dit telle folie !
Et je dois bien haïr la bouche
Qui héberge une langue aussi folle,
Si elle ne veut, pour sa peine, dire,
Pour chaque mot, cent mots d'excuse !
Je sais bien, dans mon cœur,
Que, s'il est de petit parage,
Pauvre de terre et de biens,
Il n'en a que plus de mérite,
Car il est riche de son courage,
Et fait honneur à mon pays.
Sa pauvreté ne saurait justifier
Que je refuse de l'approcher.
J'ai lu dans les livres que la pauvreté
Ne saurait gâter l'amour.
Et ma maîtresse m'a toujours dit
Qu'on ne choisit pas qui on aime :
Il n'est pas loyal de choisir
—À ma maîtresse, je l'ai ouï dire—
Ni grand, ni petit, ni pauvre, ni riche.
On ne peut choisir sans tricher !
Mais pourquoi une telle question ?
Car, à bien être raisonnable
Et pour dire toute la vérité,
On ne saurait mieux choisir que lui !
Tu deviens folle parce qu'il te plaît
Et tu prends ton rêve pour réalité.
Mais il ne plaît pas à tous, tant s'en faut !
Certes ! Et je ne le souhaite pas,
Car il pourrait plaire à telle dame
Qui ne serait pas digne de son amour.
Je ne veux pas, à dieu ne plaise,
Qu'une autre femme s'intéresse à lui,
Mais qui osera l'aimer,
Si je n'en exprime pas le désir ?
Celle qui l'aimerait à ma place,
Pourrais-je l'aimer de bonne foi ?
Si j'en exprimais le désir,
Chacune voudrait s'en saisir.
Et je me méfierais de toutes,
Sauf peut-être des femmes âgées.
Je l'ai bien vu là devant moi ;
Il m'a prié instamment,
De le prendre à mon service.
Hélas, je fus tellement embarrassée,
Quand nous nous sommes trouvés seuls,
Que ce que je pensais de lui,
Je n'ai pas pu le lui dire.
Mais il a pu le deviner,
Quand je lui ai tendu ma main nue.
C'est alors que l'amour m'a vaincue !
Comme il n'est pas de grand parage,
Il n'osait pas me confier son cœur :
Il avait peur de me blesser.
J'aurais dû lui faire connaître
Le sentiment qui nous unissait,
Quand il m'a prié, ici même,
De le retenir à mon service.
Mon silence l'a découragé,
Et je dois bien m'en repentir.
Si par bonheur il advenait
Que se représente une telle occasion,
Je ne la laisserais pas s'enfuir. "


 

CLXXVII

(7587-7626)

La pucele fut en dolor
Et en grant poengne por amor
Tote fut empalie et vaigne
Et sa maistresce sipriaigne
Li demandait ou ais tu pris
Le mal que si tait taint le vis
S[e]u est damors je le voi bien
Jai ne testuet covrir de rien
Se s[e]u est por le sodoier
Que por toi fut si avant ier
Je le sai bien si le me di
Mout ais ores quis povre ami
Nus hons ne seit qui est ne don[t]
Romadanaple li respont
Maistresce je nen sai noiant
Por coi le me metez davant
Del sodoier nen ai que faire
Dist sypriane a ton viaire
Te peirt assez tu lais tot mu
S[e]u est por le povre perdu
Tes mensonges retrai atrui
Sertes tu ais le mal por lui
Je le voi bien apertement
As so[s]pirs que tu fais sovent
Et a chaingier de ta quelor
Que non ais mal fors que damor
Que je sai assez de tel art
Di moi tot le mal sens regart
Et se je ten puis concillier
Je le ferai mout volentiers
En tel guisse que endroit moi
Ni aie damaige del roi
Car se tu ais damer coraige
Et de biate et de paraige
Sai ge bien que tu dois amer
Se de biate trueves ton peir
Ne dois ameir sens ton paroil
Se tu wels croire mon consoil
Que plus bais de roi ou de conte
Ne poroies ameir sens honte

La pucelle était malheureuse,
Elle avait grande peine d'amour.
Elle était toute pâle et faible
Et sa maîtresse Cyprienne
Lui demanda : " Où as-tu pris
Le mal qui te bouleverse ainsi le visage ?
C'est un mal d'amour, je le vois bien,
—Il ne sert à rien de le cacher !—
Que tu as attrapé du soldat
Qui est venu ici, avant-hier.
Je le sais bien, tu peux l'avouer !
Tu t'es amourachée du Povre Perdu
Dont personne ne sait d'où il vient. "
Romadanaple lui répondit :
" Je ne ne sais pas de quoi tu parles ;
Pourquoi fais-tu mention de ce soldat
Dont je n'ai que faire ? "
Cyprienne lui dit : " À ton visage
Qui rougit, on voit bien que tu es émue,
Par la faute du Povre Perdu !
Tes mensonges, garde-les pour d'autres !
Certes, tu as mal d'amour pour lui.
Je vois cela, bien clairement,
Aux soupirs que tu fais souvent,
Et au teint de ton visage.
Ce n'est rien d'autre qu'un mal d'amour,
J'en sais assez à ce sujet !
Dis-moi sans crainte ce qu'il en est,
Et si je peux te conseiller,
Je le ferai bien volontiers,
Tout en prenant garde
De ne pas importuner le roi ;
Car s'il te vient d'être amoureuse,
N'oublie jamais
Que ta beauté et ta naissance,
T'obligent de n'aimer que ton égal :
Tu ne saurais aimer que ton pair,
Fais confiance à mon conseil.
Moins qu'un roi ou qu'un comte,
Tu ne saurais aimer sans honte. "


 

CLXXVIII

(7627-7678)

Romadanaple dist por coi
Por ce que ties fille de roi
Et vet amor[s] selonc paraige
Oil cil ne vient per coraige
Desment se(s) cuers per fine amor
Oil fet ele li plusor
Et puet on contre amor guerir
Non voir les plus fors fait fleblir
Por coi fait a tante gent tort
Que ne doutet flebe ne fort
Puels quamor[s] tot le mont destraint
Est ce mervelle cil me vaint
Oil por coi estre dois saige
Et si dois avoir fier coraige
Ne dois ameir se ne seis cui
Ai ge manre force datrui
Jai avez vos lut en lactor
Que nus nait force contre amor
Seu tai ge lit veraiement
Mai se ameir wels saigement
Ne te dois pas tant abaissier
Damer un povre chevelier
Don ne poez honor avoir
Maistresse or poez savoir
Que plus douce est lewe novele
Dune petite fontenele
Por boivre contre chalor froide
Que nest une grant eawe roide
Dewe roide sont plusor mort
La fontenele ne fait tort
Ainz fait a mainte gent ahie
Sypriane respont amie
Tu paroles mout sutilment
Savoies atant dessiant
De fait com tu ais de parler
Bien peusses ton cuer choser
Damer un sodoier estrainge
De cui ta volentei ne chainge
Qui est povres perdus nomez
Et ne seit on dont il est nez
Sol por le nom le pue(l)s hair
Fait la pucele mai servir
Del nom voit on bien, qui lantant
Que il a grant honor apant
Il est nomez povres perdus
Cist nons est assez coneus
Car il est mout povres danui
Et sen ait assez moens datrui
Li povres est de signorie
Se devien[t] perdu lait samie
Cel lait perdut pas ne men plain
Se ju en puis avoir le grain

Romadanaple dit : " Pourquoi donc ?
– Parce que tu es fille de roi.
– Et l'amour tient compte de la lignée ?
– Oui, s'il est raisonnable.
– La fine amour ne dément pas ?
– Si, fait-elle, cela peut arriver.
– Et peut-on se protéger de l'amour ?
– Non, il fait plier même les plus forts.
– Pourquoi vient-il à bout de tant de gens
Qui ne craignent pourtant ni faible ni fort ?
Et si l'amour touche tout le monde,
Est-ce étonnant qu'il me saisisse ?
– Oui ! – Pourquoi ? – Tu dois faire
Preuve de sagesse et de courage.
Tu ne dois pas aimer n'importe qui.
– Suis-je différente des autres ?
Ne m'as-tu pas fait lire, chez les auteurs,
Que personne n'est maître de l'amour ?
– Je l'ai lu comme toi,
Mais si tu veux aimer, avec sagesse,
Tu ne dois pas t'abaisser
À aimer un pauvre chevalier
Qui ne saurait te faire honneur.
– Maîtresse, vous savez bien
Que l'eau fraîche d'une petite source
Est plus douce
Au palais assoiffé
Que ne l'est une grande eau vive.
On meurt souvent d'une eau trop vive,
Mais la fontaine, sans faire de bruit,
Porte secours à mainte gent. "
Cyprienne répond : " Ma mie,
Tu parles bien subtilement.
Si tu avais autant de sagesse
Que d'éloquence,
Tu pourrais bien dissuader ton cœur
D'aimer un soldat étranger,
Dont il s'est amouraché,
Et qu'on nomme le Povre Perdu,
Sans savoir d'où il nous vient.
Son nom seul devrait t'écarter de lui ! "
La pucelle répond :
" À bien entendre ce qu'il veut dire,
Son nom parle pour son honneur.
Il s'appelle Povre Perdu,
Et son nom est assez renommé
Pour que personne ne lui cherche noise
—Ce qui le protège de ses ennemis !
Il est pauvre de seigneurie,
Et, peut-être, a-t-il perdu sa mie ?
S'il l'a perdue je ne m'en plains pas
Car j'en veux bien le bénéfice. "


 

CLXXIX

(7679-7712)

Sypriaigne li dist amie
De respondre seis grant pertie
Ades amerais bien le voi
Le povre perdut per ma foi
Se devien[t] il ne tamerait
Ou ne welt ou rien [n]oserait
Assez tost i avroit damaige
Se li rois savoit ton coraige
Tel aigme que honor te fasce
Et que a roi ton peire plasce
Maistresce fet la damoisele
Vos dites estrainge novele
Puis je donc le voloir de moi
Laissier por le voloir le roi
Bien savez que ne puis mon cuer
Chaingier por latrui a nul fuer
Si uns rois mavoit enamee
Assez tost avroit obliee
Et ma biateit et ma noblesce
Tant panseroit a sa richesce
Laisseroit moi per son orguel
Le povre perdu ain et wel
Mes cuers ne puet pertir de lui
Cil ne maigmet jamerai lui
Dist sypriaigne je me las
De moi avrais tu tote pais
Ta folie ferais sens moi
Tu deusses amer un roi
Mai tu wels amer povrement
Povre home et de povre gent
Et se li reis le seit tes peire(s)
Ou se savoir le puet ta meire
Assez tost i avrais damaige
Se ne wels laissier cest coraige

Cyprienne lui dit :
" Tu as la langue bien pendue !
Je vois que tu continueras d'aimer
Le Povre Perdu, ma foi,
Sauf si lui ne s'y prête pas,
S'il hésite ou s'il n'ose pas.
L'orage viendra bien vite,
Si le roi apprend ton émoi.
Aime donc qui te fasse honneur
Et qui plaise à ton père, le roi !
– Maîtresse, fait la demoiselle,
Vous dites chose étrange !
Dois-je donc renoncer à mon désir
Pour satisfaire le roi ?
Vous savez bien que je ne puis
Changer mon cœur pour autrui.
Si un roi m'avait aimée,
Il aurait bien vite oublié
Ma beauté et ma noblesse,
Pour ne penser qu'à ses richesses,
Et aux plaisirs de son orgueil.
J'aime et je veux le Povre Perdu.
Mon cœur ne peut s'en séparer ;
S'il ne m'aime, je l'aimerai. "
Cyprienne dit : " Je suis lasse.
Je te laisse en paix.
Tu feras ta folie sans moi.
Tu aurais dû aimer un roi,
Mais tu veux aimer pauvrement,
Un homme pauvre, de pauvre race.
Et si le roi, ton père, l'apprend,
Ou si ta mère le découvre,
Il y aura bien des dégâts
—Si tu refuses de renier ton cœur. "


 

CLXXX

(7713-7728)

La pucele respont briement
Del damaige ne mespoent
Muels vodroie por lui morir
Que por atre toz jors guerir
Dor enavant serai samie
Ou je perdrai por lui la vie
Qui de soi laissier me conselle
Ma mort et mon duel aparelle
Sypriaigne respont je voi
Riens nen laisseries por moi
Vai toi reposer et dormir
Anuit mais et girai jesir
Apense toi si pren coraige
Tel que len te tignet por saige
Et a matin me di le voir
De ton cuer et de ton voloir

La pucelle répond aussitôt :
" Je n'ai pas peur de me battre.
J'aime mieux mourir pour lui
Que vivre pour un autre.
Dorénavant je serai sa mie,
Ou je perdrai la vie pour lui.
Qui de l'abandonner me conseille
Veut ma mort et prépare mon deuil. "
Cyprienne répond : " Je vois
Que tu ne me laisses pas le choix !
Va te reposer et dormir,
Cette nuit, et j'irai m'étendre.
Réfléchis, prends courage
Et médite ce qui te semble sage.
Au matin tu viendras me confier
Le choix de ton cœur et de ta volonté. "


 

CLXXXI

(7729-7786)

La damoisele se coucha
Sa maistresce jesir sala
La pucele tote la nuit
Ot assez poc de son de(s)duit
El lit se viret et retorne(t)
Plaint et sospiret poc sejorne(t)
A soi meisme(s) pence et di(s)t
Romadanaple por coi vit
Car se je mur nest pas mervelle
Quant mes cuers ma mort aparelle
Por celui o cui est alez
Est donc mes cuers de moi ostez
Non mai ge sui de parler ivre
Nus hons ne puet sens son cuer vivre
Le cuer ai ge mai le coraige
Ait cil qui mait donei la raige
Mout vodroie celui avoir
Qui de mon cuer ait le voloir
Et qui vit onques mais pertir
Coraige de cuer sens morir
Mes cuers doit faire mon servize
Et il mosit et me debrisse
Ne len doi ge bien encorper
Non mai amor qui fait penser
Amour[s] fet le penser del cuer
Aler vers celui dont se duelt
Onques mais damor nen oi cure
Mai or me requiert sa droiture
Quel droiture ait ele en moi
Ne sai, mai esgarder le doi
Que i pui[s] ge dons esgarder
Seu me devroit amor[s] mostrer
Puels quele chalonge son droit
Bien le moustre quele vodroit
Torner mon nom se mest avis
Que seu davant fust derrier mis
Et les soulabes dairiaignes
Fussent misses a premeraignes
Le ple le na le da derrier
Mesist davant a comensier
Qui droit le[s] savroit asembler
Plena damors poroit trover
Et qui le roma premerain
I vodroit conter dairiain
Se il trestorne letre a letre
De roma i puet amor metre
Qui bien ajoster le savrait
Plena damors i troverait
Un a i ait plus se mest vis
Por un so[s]pir i serait mis
Se ju ai nom plena damors
Mes cuers en ait plus de dolors
Et por amor est en grant paigne
Mes cuers di(s)t que damor sui plaigne
Et por ce me destraint si fort
Mon cuer bla[s]moie a grant tort
Se fait amor[s] qui me justisse
De moi ait bien vanjance prisse

La demoiselle s'est couchée,
Et sa maîtresse va s'étendre.
La pucelle de toute la nuit
Ne prend que peu de repos.
Elle se tourne et se retourne,
Dans son lit, gémit et soupire.
Elle se dit à elle-même :
" Romadanaple, pourquoi vivre encore ?
Il ne serait pas étonnant que je meure,
Puisque mon cœur déjà s'abandonne,
À celui qu'il a rejoint.
Mon cœur ne m'a-t-il pas déjà quittée ?
Non, je suis ivre de mes paroles,
Personne ne peut vivre sans son cœur !
J'ai gardé mon cœur, mais j'ai confié
Ma passion à celui qui y a mis le feu.
Je voudrais bien le posséder,
Celui qui est maître de mon âme.
Comment supporter d'être privé
De son âme et ne pas mourir ?
Mon cœur devrait bien m'obéir
Mais il me tue et me dépouille.
Est-ce bien sa faute pourtant ?
C'est l'amour qui nourrit mes pensées.
L'amour nourrit la pensée du coeur
Et le conduit vers qui lui manque.
Mais que m'importe désormais ?
Il me fait part de ses exigences.
Quel droit a-t-il donc sur moi ?
Je ne sais pas, mais je dois prendre garde.
À quoi donc ?
L'amour devrait me le faire savoir
Puisqu'il revendique ses droits.
Il semble qu'il voudrait bien
Tourner mon nom à sa façon :
Que les sons du devant se retrouvent
Derrière et les syllabes ultimes
Se présentent en premier.
Le ple, le na, le da se trouveraient ainsi
Au début de mon nom ;
Et celui qui saurait comprendre
Pourrait y lire Plena d'amor.
En déplaçant le premier roma
Pour l'accrocher à la fin,
Après en avoir inversé les lettres,
On fait de roma amor.
C'est ainsi qu'en ajustant le tout
On découvre plena d'amor.
Il reste un a, me semble-t-il,
Qu'on gardera, pour un soupir !
Si je m'appelle plena d'amor,
Mon cœur n'en a que plus de douleur,
Car, d'amour, il est bien en peine.
Mon cœur me dit pleine d'amour,
C'est pourquoi il m'étreint si fort.
C'est à tort que je le blâme,
Car c'est l'amour qui est le maître
Et qui se venge ainsi de moi ! "


 

CLXXXII

(7787-7826)

La pucele tote la nuit
Mist en penser tot son de(s)duit
Une hore plaint et puels sopire
Un poc se gist et puels se vire
De dormir navoit gaires cure
Et quant se dort per aventure
En dormant mout se delitoit
Quavis li ert quele baissoit
Son amin le povre perdu
Si estrangnoit per grant vertu
Contre son cuer andous les bras
A ranvellier poc de soulas
I trovoit mout (n)avoit grant duel
Adonc fust morte per son wel
Trente fois baissa sa main nue
Por tant que il lavait tenue
A cel baissement se pasma
Laube aparut si ajorna
Et sa maistresce cest levee
Vestue cest et atornee
Si vient a lit de la pucele
Dormez fet ele damoisele
Quant sypriaigne laraisone
La pucele mot ne li sone
Bien conoist quele fut pasmee
Sypriaigne sen est tornee
Mout tost sen vet a la royne
Se li contet de la meschine
Quele cuidoit quele fust morte
La royne sen desconforte
Onques ne demanda por coi
Mai sus levait o grant effroi
Un mantel vair a son col mist
Ains plus de vestimens ni quist
Ne plus ne demandait novele
Tot droit sen vet a la pucele
Davant son lit sagenoilla
Sor le pis sa main li posa
Tramblet et si tressat et sue
Ancor nestoit pas revenue

La pucelle, toute la nuit, s'agite,
Excitée par ses rêveries.
Une heure se plaint et puis soupire,
Un peu se gît et puis se tourne.
Elle n'a cure de dormir ;
Et quand elle s'assoupit, par aventure,
Elle jouit tout, en dormant,
De la joie qu'elle éprouve à baiser
Le visage de son ami, le Povre Perdu.
Elle l'embrasse, de toutes ses forces,
Contre son cœur, de ses deux bras.
Mais le réveil la trouve lasse,
Et si bien recrue de douleur,
Qu'elle en serait volontiers morte.
Trente fois elle baise sa main,
En souvenir qu'il l'a serrée.
À ce baiser elle s'évanouit.
L'aube apparaît, le jour s'en vient,
Et la maîtresse se lève.
Elle s'habille et se prépare,
Puis s'approche du lit de la pucelle.
" Dormez-vous, dit-elle, demoiselle ? "
Mais aux propos de Cyprienne,
La pucelle ne répond mot.
Quand Cyprienne comprend
Que sa maîtresse est inconsciente,
Elle se rend auprès de la reine
Pour lui conter ce qui arrive :
Que la pucelle semble morte.
La reine s'inquiète,
Et, sans chercher à en savoir plus,
Elle se lève à grand effroi,
Jette sur ses épaules un col de fourrure,
Et, sans autre vêtement,
Sans demander d'autre explication,
Elle se précipite vers sa fille.
Et s'agenouille devant son lit.
Elle pose sa main sur sa poitrine :
Elle la voit trembler, tressaillir
Et transpirer, sans autrement se réveiller.


 

CLXXXIII

(7827-7918)

La royne li dist amie
Et ne me conissies vos mie
Ovrez les oels se vos poez
Et cil vos plaist a moi parlez
En son cuer lantant la pucele
Por ce quele amie lapele
Si cuidait que fust ses amis
Si tornait devers li son vis
La royne lait esgardee
Si la vit mout descouloree
Et a chaingier de la quelor
Seit non ait mal fors que damor(s)
Fille fet ele quel mal ais
Ne sai si seis car sentu lais
Sentu lai ge tot vraiement
Donc seis tu bien serteignement
Se tu lais dedens ou defors
Dame je lai per tot le cors
Mout me fait grant dolor per tot
La royne li dist je dout
Que damor naies mal estrainge
Que ton cuer et ta quelor chainge
Des loure que tu os veu
Le sodoier que seans fu
Ainz puels ne te vi un jor saigne
Dame ne sui pas por ce vaigne
Fet la royne je le voi
Vos maplaidies ne sai de coi
Naigment pas tuit cil que mal ont
Trop en avroit per tot le mont
Des malades ait cent i(s)tans
Per le monde que des amans
Fet la royne tu dis voir
Mai qui te voit bien puet savoir
Que tu nen ais atre dolor
Se tu aigmes un vavasor
Qui aide a roi de sa guerre
Povre davoir et datre terre
Mout en avrais ma[l] grei del roi
Et de tes parans et de moi
Car se tes peires le vosist
Li rois dongrie te preist
Ne dois abaissier ton lignaige
A home de petit paraige
Per foi se seit li rois dongrie
Qua tel home soies amie
Tot ton lignaige avrais honi
Dame, selon[c] amor merci
Je ne di mie(s) que je lain
Ne de samor pas ne me vain
Mai contre seu que vos o[i] dire
Vos di quamor[s] ne doit eslire
Cuidies vos dons quamor[s] regar(s)t
Selui quele fiert de son dart
Se il est de petit paraige
Ou se il est de grant lignaige
Amors nait mie(s) de seu cure
Mout gardet poc sens et mesure
Assez ait de rois per le mont
Et de prinses que mavais sont
Plus ains boen povre sens richesce
Que mavais baron per sautesce
Dame nel di mie(s) por moi
Ne wel ameir ne ne sai coi
Mai en ses livres que on li(s)t
Ai veu mainte fois escrit
Que amor[s] niert jai bien servie
Que dambe[s] pars ait signorie
Mai quant li uns dous sumelie
Li atres sert et sasouplie
Car li uns sert plus doucement
Quant lautres fet le plaissement
De joie sont andui signor
Et joie vient de lor amor
De halt de baix si com moi samble
Que bone amor aient ansamble
Car se li doi fuissent dun grant
En la main ne vasissent tant
Ne les peust on acorder
A seu que on vosist ovrer
Qui met richesce en richete
Per foi amor[s] ne len seit gre
Quant toutes les ewes del mont
Vienent en meir quel bien i font
Quant eles sont en meir venues
Si sont ameires et perdues
Telz cent mil en i sont alees
Qui en cent leus sont desirees
Por ce nest pas la meir[s] plus fors
Donc nest il dons pechies et tors
Cil qui met richesce en richesce
Il ne fait honor ne proesce

La reine lui dit : " M'amie,
Vous ne me reconnaissez pas ?
Ouvrez les yeux,
Et parlez-moi ! "
En son cœur, la pucelle l'entend.
Et comme on l'appelle ma mie
Elle croit que c'est son ami qui lui parle.
Elle se retourne alors.
La reine la regarde et la voit toute pâle.
À son expression, elle devine
Quelle est la source de son mal.
" Fille, dit-elle, de quoi souffres-tu ?
– Je ne sais pas. – Si, tu le sais !
– Je me sens vraiment mal.
– Tu dois savoir si ce mal
Te vient du dedans ou du dehors.
– Dame, je le sens par tout le corps.
Je souffre de partout. "
La reine dit : " Je vois bien
Que tu es la victime d'un mal étrange,
À la couleur de ton visage,
Et à la nature de ton humeur !
C'est sans doute l'effet de la visite
Du soldat que nous avons reçu :
Tu en as perdu la santé !
– Dame, je ne suis pas à ce point frivole. "
La reine dit : " Je sais ce que je vois !
– Vous insinuez je ne sais quoi,
Tous ceux qui souffrent n'aiment pas !
Il y en aurait trop de par le monde !
Il y a bien cent fois plus de malades
Que d'amants sur terre ! "
La reine dit : " Tu as sans doute raison,
Mais, à te voir, on peut dire sans crainte
Que tu n'as pas d'autre douleur
Que l'amour d'un vavasseur,
Un soldat qui aide le roi à sa guerre,
Pauvre d'avoir et pauvre de terre.
Tu en auras mauvais gré du roi,
De tes parents et de moi.
Car si ton père l'avait voulu,
Tu serais la femme du roi de Hongrie.
Tu ne dois pas trahir ton lignage,
Pour un homme de petit parage.
Si le roi de Hongrie apprend
Que tu te déclasses ainsi,
Il en méprisera ton lignage.
– Dame, par amour, par pitié !
Je ne dis pas que je l'aime
Ni ne me vante de son amour,
Mais, contre ce que vous dites,
J'affirme que l'amour ne se choisit pas.
Croyez-vous que l'amour se demande,
Quand il frappe de son dard,
Si sa victime est de petit parage,
Ou si elle est de grand lignage ?
Amour n'a cure de tout cela,
Il manque de sens et de mesure.
Il y a tant de rois dans le monde,
Et de princes qui sont mauvais,
Que je préfère un homme, pauvre et bon,
À un mauvais baron ou à un triste sire.
Et je ne dis pas cela pour moi,
Parce que j'aimerais je ne sais qui !
Mais dans les livres qu'on me fait lire,
J'ai vu écrit, mainte fois,
Que l'amour en est mieux servi,
Si chaque part a seigneurie,
Mais que si l'un doit se faire petit,
L'autre le sert et s'assouplit.
Car l'un se montre d'autant plus aimable
Que l'autre accepte de partager.
Ils sont seigneurs de leur bonheur,
Et de la joie de leur amour.
Grands ou petits, peu leur importe,
Car ils partagent l'amour ensemble.
Si les doigts étaient tous grands
On ne saurait trop quoi en faire ;
On ne pourrait les mettre d'accord,
Pour œuvrer de façon efficace.
Qui met richesse en richeté,
L'amour, ma foi, ne lui en sait gré.
Quand toutes les eaux du monde
Se rejoignent dans la mer,
Quel bien y font-elles ?
Elles en deviennent amères et imbuvables.
Cent mille rivières s'y sont perdues,
Qu'on espérait en d'autres lieux.
La mer en est-elle plus profonde !
Est-ce pécher d'être généreux ?
Celui qui ajoute la richesse à la richesse
Ne fait honneur ni prouesse. "


 

CLXXXIV

(7919-7974)

Bien ait escoute la royne
Seu que li a dit la meschine
La royne tres bien savoit
Que del povre perdu dissoit
Fille fait ele il mest avis
Quen petit doure avez empris
A sodoier vos entendez
Or sai ge bien que vos lamez
Nus ne puet parler si damors
Qui nen ait sentit les dolors
Ainz mais ne men deis le disme
Or men ais contei la solfi[s]me
Nos navons plus anfant ne hoir
Et se tu wels sestu[i] avoir
Je ne croi qua ton peire plasce
Ne que tel mariage fasce
Laisse cest cuer si pren millor
Dame nen ai pas mal damor
Seu voi ge bien apertement
A ta quelor qui te desment
Dame nont mie(s) mal damor
Tuit cil qui ont flebe quelor
Vuels me(s) tu de seu de[s]mentir
Tu ne te[n] pue(l)s vers moi covrir
Dame del mal que jai me duel
Je ne le quier ne ne le wel
Et cudes me(s) tu fere acroire
De mensonge parole voire
Dame per foi, a mon voloir
En sav(e)ries vos muelz le voir
Or sai ge bien que tu me dis
Mout est mavais tes escondis
Tu vodroies que je seusse
Le povre perdut quo toi fusse
Sol a sol seanz en un lit
Tu priseroies puels petit
Qui quan deust morir ou vivre
Tu ais le cuer damor tot ivre
Ancor le deusses celer
Dame qui poroit feu porter
En son sain que il ne sen arde
Trop seroie de bele garde
Se le mal qui me fait morir
Peoie celer ne covrir
Je ne di pas que soit damor
Per tot le cors sent la dolor
Onques a amor ne fis tort
Ai li ge donc son peire mort
Quele ensi me feist languir
Fille bien moustrent tui so[s]pir
Que li mals que tu ais eu
Est tot por le povre perdu
Quant la pucele lot parler
Li cuers li fat quant lot nomer
Per un petit ke ne fut morte
Mai sa maistresce la comforte

La reine écoute attentivement,
Ce que lui raconte sa fille.
La reine sait parfaitement
Qu'on lui parle du Povre Perdu.
" Ma fille, dit-elle, je découvre
Que tu as beaucoup appris,
En peu d'heures, par la grâce d'un soldat.
J'en conclus que tu l'aimes.
Personne ne parle ainsi d'amour
Sans en connaître les douleurs.
Ne m'en dis pas plus !
Je connais d'avance tous tes sophismes.
Ton père et moi n'avons pas d'autre enfant
Que toi, pour héritier, et si tu persistes
Dans ton choix, je ne crois pas
Qu'un tel mariage lui fasse plaisir.
Laisse ce parti, prends-en un meilleur !
– Madame, je ne souffre pas d'amour.
– Je vois bien tout le contraire,
À la couleur de ton visage.
– Madame, la pâleur du visage n'est pas
Toujours signe d'un mal d'amour.
– Veux-tu prétendre que j'ai tort ?
Tu ne peux te dissimuler à mon regard.
– Dame, je souffre d'un mal
Que je ne souhaite ni ne veux.
– Et tu voudrais me faire prendre
Un tel mensonge pour parole vraie ?
– Dame, faites-moi confiance
Et vous saurez la vérité.
– Je sais bien ce que tu veux dire.
Tes faux-semblants sont inutiles.
La vérité est que tu souhaites
Tenir le Povre Perdu près de toi,
Seul à seule, sur un lit.
Peu t'importerait alors
Qui en dût mourir ou vivre.
Tu as le cœur d'amour tout ivre,
Quoique tu veuilles le cacher.
– Madame, qui donc peut porter le feu,
Dans son sein, sans qu'il le brûle ?
Ce serait bien trop beau,
Si je pouvais tenir caché
Le mal qui me fait mourir.
Je ne sais pas si c'est d'amour
Que mon cœur souffre mille morts.
Il n'a rien à me reprocher.
Aurais-je donc tué son père
Pour qu'il me fasse ainsi souffrir ?
– Ma fille, tes soupirs me montrent assez
Que le mal que tu portes,
Tu le tiens du Povre Perdu. "
Quand la pucelle entend prononcer
Son nom, le cœur lui manque :
À peu qu'elle n'en tombe morte !
Mais sa maîtresse la réconforte.


 

CLXXXV

(7975-8046)

La royne sen vet a tant
La pucele remeist plorant
La pucele avoit grant dolor
Li povres perdus en samor
Se delitoit mout el penser
Un jor sen aloit deporter
Et ses ostes dejoste lui
Sol a sol furent ambedui
Delfis vit que forment pensoit
Mout doucement li demandoit
Sire de coi iestes pensis
Or et argent et vair et gris
Vos puis assez doner et randre
Mout poez doner et despandre
Un an et un mois se mest vis
Avez estei en cest pais
Lonc tens vos ai veu penser
Vos ne me devez riens celer
Car je sui toz pres de servisze
A faire tot a vostre guisse
Et de lavoir et de lostel
Ostes fait il je pens tot eil
Sire donc me dites de coi
Ne le vos os dire per foi
Car mes cuers le me contredi(s)t
Que a grant messaisse moci(s)t
Por un cop qui me fut ferus
Delfi(l)s en fut toz esperdus
Sire qui vos osait touchier
Telz que mout mait fait esmaier
Me fist et le cop et la plaie
Et la dolor por ce mesmaie
Car je ne puis avoir sante
Fors per celui que mait navre
Delfi(l)s respont cest grant mervelle
Dome que tel cop apparelle
Dont jai nus hons ne guerira
Se cil nel sanne quel fiera
Per foi sire ce mest avis
Que se cil est vostre anemis
Que vos navrait je ne cuit mie
Que il welle tant vostre vie
Que jai me(s)decine vos fasce
Ostes fait il jai deu ne plasce
Que ja mais soit mes mals sannez
Mai per celui dont sui navrez
Qui fist le cop cel doit sanner
Que je ne puis gaires durer
Delfi(l)s respont de la dolor
Vos peirt assez a la quelor
Sire per grant amor vos pri
Et le vos requier por merci
Le leu me mostrez de la plaie
Dont la dolor[s] si vos esmaie
Totes choses me devez dire
Li povres perdus mout so[s]pire
Ostes fet il nest pas overte
Soresannee est et coverte
Est sa defors leanz a cuer
Me fait la dolor don je muer
Entor le cuer sent la destresce
Que per tot latre cors me blesce
Li ostes aloit jai pensant
Que ne fut pas a maltalant
Li cols dont il se sent ferus
DeIfi(l)s et li povres perdus
Ont assez parlei dun et deil
Puels sen tornerent a lostel
Et tuit li atre chevelier
Ierent aleit esbanoier
Li ostez fut et biaus et grans
Delfi(l)s remeist o ses sergens

La reine se retire alors,
Laissant sa fille en larmes,
Éperdue de douleur.
Le Povre Perdu, quant à lui,
Rêve d'amour, tout éveillé !
Un jour qu'il est allé se distraire,
Avec son hôte à ses côtés,
Ils se retrouvent tous les deux seuls ;
Et Dauphin, le voyant plongé
Dans ses pensées, lui demande gentiment :
" Sire, de quoi êtes-vous préoccupé ?
Je suis à votre service et mets à votre
Disposition or et argent, et vair et gris,
Que vous pouvez distribuer à votre guise.
Il y a, si je compte bien, un an et un mois
Que vous êtes dans ce pays.
Je vous observe, plongé dans vos pensées.
Vous ne devez rien me cacher,
Car je suis tout à votre service,
Prêt à faire tout ce que vous souhaitez,
De mes richesses et de mon hôtel.
– Cher hôte, dit l'autre, je suis ailleurs...
– Sire, à quoi pensez-vous donc ?
– Je n'ose te le dire, ma foi,
Car mon cœur se déchire,
Me torture et m'assassine ;
On m'a frappé et je me meurs. "
Dauphin en est tout éperdu.
" Sire, qui a bien pu oser vous toucher ?
– Celui qui m'a ainsi blessé,
M'a porté un tel coup qu'il a ouvert en moi
Une plaie dont la douleur et la blessure
Ne peuvent plus être guéries,
Sauf par celui qui m'a frappé. "
L'autre répond : " C'est là grande merveille
De recevoir une blessure,
Dont on ne peut guérir
Que par celui qui l'a portée !
Ma foi, sire, il m'est avis
Que si celui qui vous a blessé
Est votre ennemi, il y a peu de chance
Qu'il tienne tant à votre vie
Qu'il accepte de vous soigner...
– Brave hôte, à Dieu ne plaise
Que jamais mon mal ne guérisse,
Sinon par celui qui m'a blessé !
Qui m'a frappé doit me soigner !
À vrai dire, je suis à bout. "
Dauphin répond : " On voit bien,
À votre visage, combien vous souffrez !
Sire, je vous prie et vous demande
Instamment de me montrer
Où se trouve la plaie,
Dont la douleur vous afflige ainsi.
Vous devez tout me confier. "
Le Povre Perdu soupire :
" Hélas, dit-il, la plaie n'est pas ouverte.
C'est un abcès qui prolifère.
– Montrez-le moi ! – C'est dans mon cœur
Qu'est la douleur dont je me meurs.
La détresse m'étreint la poitrine,
Et envahit mon corps tout entier. "
L'hôte, tout en cheminant,
Se dit en lui-même qu'un tel coup
Ne peut avoir été involontaire !
Les deux hommes poursuivent leur route
Tout en bavardant de chose et d'autre.
Puis ils s'en reviennent à l'hôtel,
Où ils rejoignent les autres chevaliers,
Qui sont de retour du bain.
C'était un bel et grand hôtel
Que l'hôte Dauphin leur louait.


 

CLXXXVI

(8047-8136)

Li povres perdus sen entrait
En sa chambre si ce couchait
En un lit mout forment se plaint
He las fet il a moi que taint
A ameir jai fille de roi
Amor tu ais grant tort de moi
Tu mavoies en mon pais
Assez longuement tenuit pris
Por la dame dile celee
Ma poengne mas renovelee
Estre te cuidoie eschapeis
Maveissement mi sui gardez
Tu tans em plusors leus tes las
Et por coi mas pris sens solas
Se tu me tiens sens compaignon
Morir mestuet en ta prison
Morir por coi de ceste mort
Ai ge les corpes et le tort
Jen ai les corpes et por coi
Ne doi amer fille de roi
Est donc por ce la corpe moie
Se amor[s] fait sor moi sa proie
Et fet mon voloir et mon cuer
Aler vers celi dont ge muer
Cele savoit que je lamesse
Ou que je parler en osesse
Se devien[t] mal grei men savroit
Et moi por coi pechie[s] seroit
A amor en saiche mal grei
Qui mait le coraige donei
Cele por ce me welt hair
Que la wel amer et servir
Il seroit grans pechies se cuit
Fols est que son amin destruit
Cele me heit je lamerai
Et toz ses parans servirai
Le plus vil tendrai por signor
Ne me puet oster de samor
Et puels voi bien quil est folie
Que trop est de grant signorie
Et li rois la fait si garder
Que cele me dignoit amer
Nen avroit gaires de pooir
De faire riens de mon voloir
Si avroit car tuit li plusor
Sont fol de garder contre amor
Car amor[s] seit dengin et dart
Et de tot seu que len depart
Fait per grant amor asembler
Nus ne puet contre amor garder
Que dous amans garder vodroit
De grant folie panseroit
Quant on muelz les cudet garder
Et li voloirs et li panser
Partent des cuers si sen vont droit
Si que nus hons nes apersoit
Le penser ne puet len tenir
Quant luns puet a latre avenir
Li uns pensers latre consoille
Amor[s] i vient kes aparoille
Lenging per coi sont deseu
Cil quis ont garde et tenu
Garder ne valt plus contre amor
Que fait glasce contre chalor
Voirs est mai tot seu que me valt
Que se je mur celi nen chalt
Dont je parous se poiset moi
Et plus por ce que je la voi
Seu dont mes cuers plaint et so[s]pire
Me tot amor que nel puis dire
Coment le porait donc savoir
Assez le puet apersevoir
A dous regar[t] a lacoentier
Et a seu que mout volentiers
Serai toz jors en son servize
Je ne cuit pas quan nule guisse
Cele maingmet que sens demant
Ne me moustrest un tel semblant
Cele fust de petit paraige
Bien li deisse mon coraige
Mai ele est de tel signorie
Qua moi nataint de tele amie
Cele meismes ne si done
Mai por amor qui me sermone
Ne wel oir son escondit
Muels ain a vivre en boen respit
Toz jors wel servir et atandre
Et a li mestuet del tot randre
En son servize wel morir
Ne por atre nen quier pertir

Povre Perdu entre dans sa chambre
Où il s'étend sur son lit,
Puis il se met à gémir :
" Hélas, fait-il, pourquoi doit-il m'arriver,
À moi, d'aimer la fille d'un roi ?
Amour, tu te moques bien de moi.
Déjà, en mon pays, tu m'as longtemps
Tenu prisonnier de mon sentiment,
Pour la dame de l'île Celée.
Et tu renouvelles maintenant ma peine,
Alors que je croyais t'avoir échappé.
Je me suis bien mal protégé !
Tu tends tes lacs en plusieurs lieux,
Et tu te moques bien de moi.
Si tu me tiens sans compagnie,
Je dois mourir en ta prison.
Mourir, pourquoi ? De cette mort
Suis-je donc responsable ?
J'en suis coupable mais pourquoi ?
Parce que j'aime la fille du roi !
Est-ce bien de ma faute
Si l'amour a fait de moi sa proie ?
Et s'il entraîne tout mon cœur
À la rejoindre, car je me meurs !
Si elle savait que je l'aime,
Ou si j'osais lui en parler,
Peut-être m'en ferait-elle reproche ?
Et pourquoi donc, serait-ce péché ?
Devrais-je en accabler l'amour
Qui m'en a donné le goût ?
Si elle en venait à me haïr,
Parce que je veux l'aimer et la servir,
Ce serait grand péché je crois !
Bien fou celui qui détruit qui l'aime.
Si elle me hait, je l'aimerai,
Et je servirai tous ses parents,
Même le plus vil sera mon seigneur.
Je ne peux me délivrer de son amour,
Mais je vois bien que c'est folie,
Car elle est de trop grande seigneurie ;
Et le roi la protège si bien
Que, même si elle daignait m'aimer,
Je n'aurais guère le pouvoir
De faire rien de mon vouloir.
Mais si ! Car personne ne peut
Se protéger contre l'amour.
L'amour connaît l'art et la manière
De rapprocher ceux qu'on sépare,
Et de réunir ceux qui s'aiment.
Nul ne peut s'opposer à l'amour.
Qui croit pouvoir séparer deux amants,
Fait preuve de grande folie.
Alors même qu'on les surveille,
Leur vouloir et leur penser
Partent du cœur et se rejoignent,
Si bien que personne ne les voit.
On ne peut les empêcher de penser,
Et quand ils se rejoignent enfin,
Ils se confient leurs pensées,
Et l'amour bientôt fomente la ruse,
Par laquelle ils vont tromper,
Ceux qui ont cru les surveiller.
On ne peut résister à l'amour
Pas plus que la glace à la chaleur.
C'est vrai, mais à quoi bon ?
Car si je meurs, peu lui chaut
Tous ces discours ! Il m'en pèse
D'autant plus que je peux la voir,
Et qu'à mon désespoir,
Je ne peux lui avouer mon amour.
Comment pourrait-elle le savoir ?
Elle a bien dû s'en apercevoir,
Au doux regard que je lui donnai
Et aux promesses que je lui fis
De la servir toute ma vie.
Je ne crois pas qu'en aucun cas,
Si elle m'aime, elle me le montre,
Sans que je le lui demande.
Si elle était de petit parage ,
Je lui ouvrirais bien mon cœur.
Mais elle est de si grande seigneurie
Que je ne saurais l'atteindre,
Si elle-même ne se donne.
Même si l'amour me raisonne,
Je ne veux pas entendre son conseil ;
J'aime mieux vivre dans l'espérance,
La servir sans cesse et attendre,
Et me donner tout entier à elle ;
À son service, je veux mourir,
Et pour rien ne m'en séparer. "


 

CLXXXVII

(8137-8164)

Mentres que li povres perdus
Se plaint delfis i est venus
Sire fet il car vos levez
Vos iestes sa fors demandez
Li princes et li sodoier
Sont jai venut desbanoier
Biaus ostes fet il je me muer
Ou avez mal entor le cuer
Ferai vos un mie venir
Ostes ne me poroit guerir
Fors uns sous cui javoir ne puis
Si avrois sire se jel truis
Per foi jai tant ne serait loing
Quil ni vignet por cest besoing
Ostes fait il vostre merci
Trop est riches je sai de fi
Que jai ni vendroit por avoir
Delfis prist a apersevoir
Que damor avoit le malaige
Sire fet il vostre coraige
Me dites si nel me celez
Ou fut pris cil mals que avez
Dites le moi seurement
Et si ne doutez de noient
Li povres perdus mout so[s]pire
Ostes fet il ne le puis dire
Ne(s) jai ne le savrez per foi
Se vos ne laprenez sens moi

Tandis que le Povre Perdu
Se lamente, Dauphin s'approche de lui :
" Sire, fait-il, levez-vous,
On vous demande dehors.
Le prince et ses compagnons
Sont revenus du bain.
– Bel hôte, répond-il, je me meurs.
– Vous avez mal au cœur ?
Je vais vous chercher un médecin.
– Aucun médecin ne pourra me guérir,
Sauf un seul que je ne puis avoir.
– Je l'aurai, si je le trouve.
Par ma foi, il ne saurait être si loin
Qu'il ne réponde à ma demande.
– Mon hôte, dit-il, merci à vous,
Mais il est trop riche, je le sais bien,
Pour venir jusqu'à moi. "
Dauphin finit par deviner
De quoi souffre le Povre Perdu.
" Sire, fait-il, confiez-moi
Sans hésiter la vérité :
D'où tenez-vous le mal que vous avez ?
Dites-le moi sûrement,
Sans autre crainte. "
Le Povre Perdu soupire :
" Hôte, dit-il, je ne puis vous le dire.
Vous ne le saurez jamais, ma foi,
Si vous ne l'apprenez d'un autre que moi. "


 

CLXXXVIII

(8165-8190)

Delfis fut saiges et antant
Que il amoit si hatement
Per coi ne losoit descovrir
Sire fet delfis sens mentir
Sai que el palais fut ferus
Li cols dont li mals est venus
Ou en la chambre la royne
Le vos ait doneit la meschine
Ne fut de baston ne despee
Amor[s] vos donait la coulee
Dont avez la dolor el cors
Mai la plaie nen peirt dehors
Et se vos amez en tel guisse
Mout avez fole amor emprisse
De tel mal ne mos je vanter
Que jen saiche consoil doner
Jai conseil nen avrez per moi
El monde nait si riche roi
Se cuidoit avoir teil amie
Quassez tost nen perdist la vie
Sire chaingies vostre coraige
Tost i av(e)ries grant damaige
Romadanaple est mout bele
Laissies lamour de la pucele
Per foi se li rois le savoit
A grant anui vos torneroit

Dauphin comprend alors
Que Povre Perdu aime si haut
Qu'il n'ose pas l'avouer.
" Sire, fait-il, sans mentir,
Je sais que c'est au palais que fut
Frappé le coup dont le mal vous est venu,
Dans l'appartement de la reine,
Où la jeune fille vous l'a donné,
Ni de bâton, ni d'une épée !
C'est d'amour que vous fûtes frappé !
Vous ressentez sa douleur au corps,
Mais la plaie n'en est pas visible.
Et cette passion vous engage,
Dans une bien folle entreprise.
Sur un tel mal, je n'oserais me vanter
De savoir donner conseil.
Je ne vous donnerai pas de conseil.
Il n'y a au monde si riche roi
Qui puisse prétendre à une telle amie,
Sans risquer d'y laisser la vie.
Sire, renoncez à vos sentiments,
Sauf à vous exposer à un grand dommage.
Romadanaple est certes très belle,
Mais renoncez à la pucelle.
Par ma foi, si le roi le savait,
De grands ennuis vous adviendraient. "


 

CLXXXIX

(8191-8252)

Li povres perdus lot nomer
Li cuers li fat quant lot parler
Mout so[s]pirait perfondement
El lit se viret et sestant
Et delfi(l)s mout sen descomforte
Muels vosist que ele fust morte
I)elfi(l)s cuida que il fust mors
E las fet il pechies et tors
Mest avenus ne sai por coi
Sire por deu parlez a moi
Girai por vos a vostre amie
Si me perdonez ma folie
Sire por deu parlez a moi
Jai ne remaindrait por le roi
Ne por poegne ne por damaige
Que ne fasce vostre messaige
Envers la fille mon signor
Et per vos et por vostre amor
Mai cil vos plaist de si levez
Et a ses atres en alez
Je le vos requier por merci
Quant li povres perdus loi
Dedens son cuer bien entendoit
Seu que de samie dissoit
Por samie dont il parla
Ovrit les eus si lesgarda
Plaint et so[s]piret durement
Et di(s)t biaus oste a vos me rent
Ne puis vivre sens vostre ahie
Vos savez ma mort et ma vie
Biaus ostes or pansez de moi
Sire jan pancerai se croi
Por vos en ferai mon pooir
Mai se li rois le puet savoir
Li uns ne puet latre guerir
Andous nos estovrait morir
Ou moi tot sol en ferait lait
Li rois se il seit que tel plait
Vuelle de sa fille mener
Que nes uns hons losest amer
Ostes vos avez boen guerant
Sire cui amor que sa gent
Garde sovent de perillier
Quant on les cuidet damagier
Sire si ait mout bele garde
Mals feus et male flame marde
Se ne sont fol tuit li amant
Datrui ne lor chalt tant ne quant
Se on(s) ait por iaus duel et ire
Sol chascuns ait seu quil desire
Que bien aigmet seu cuidet faire
Quatres ne poroit a chief traire
Sire por vos nel di ge mie
Girai ades a vostre amie
Mout men vodroie sens damaige
Pertir a guisse dome saige
Que mals ne bien[s] ne men venist
Et li povres perdus li dist
Je vos creant en nom de foi
Que jai mal ni avrez sens moi
Tant com garder vos em porai
Sire dist delfi(l)s bien le sai

Quand Povre Perdu entend le nom
De son amie, le cœur lui manque.
Il soupire profondément,
Et s'étend sur son lit.
Et Dauphin se lamente :
Mieux vaudrait certes qu'elle fût morte !
Dauphin a peur que son seigneur ne meure.
" Hélas ! fait-il, malheur et peine
Soudain m'adviennent, je ne sais pourquoi.
Sire, par Dieu, parlez-moi !
J'irai pour vous voir votre amie
Si vous me pardonnez ma folie.
Sire, par Dieu, parlez-moi !
Je vous assure que,
Quoi qu'il m'en coûte,
Je serai votre messager,
Envers la fille de mon seigneur,
Pour vous servir et par amitié.
Mais, je vous en prie, levez-vous,
Et allez rejoindre les autres.
Je vous le demande par pitié. "
Quand le Povre Perdu l'entend,
Il comprend bien
Qu'on lui parle de son amie.
À son nom, il ouvre les yeux,
Et regarde Dauphin,
Puis il gémit, soupire longuement,
Et dit : " Bel hôte, je me rends à vous,
Je ne peux vivre sans votre aide.
Vous avez dans vos mains ma mort
Et ma vie, bel hôte, ne l'oubliez pas !
– Sire, j'y penserai, soyez-en sûr,
Pour vous je ferai tout mon possible.
Mais si le roi découvre notre manège,
Ni vous, ni moi n'y pourrons rien :
Nous serons morts tous les deux...
—Ou moi tout seul !—
Si jamais le roi apprend
De quelle attention sa fille est l'objet,
Et qu'un homme ose l'aimer !
– Mon hôte, vous avez un défenseur...
– Qui donc ? – L'amour ! qui, dit-on,
Protège ses gens de tout péril
Quand ils sont en danger.
– Sire, certes, c'est une bonne garde !
Mais que le feu de l'enfer me brûle
Si les amants ne sont pas tous fous !
Bien peu leur chaut, ne tant ne quant,
Qu'on ait pour eux douleur ou colère,
Car ils ont chacun tout ce qu'ils désirent.
Quand on est amoureux, on est sûr
Qu'on peut tout réussir.
Sire, je ne dis pas cela pour vous...
J'irai rendre visite à votre amie.
Je ne voudrais certes pas avoir
À me séparer d'un homme aussi sage,
Quoi qu'il m'advienne. "
Et le Povre Perdu répond :
" Je vous promets bien, par ma foi,
Que jamais vous n'aurez rien à souffrir
De ce dont je peux vous protéger.
– Sire, dit Dauphin, je le sais bien ! "


 

CXC

(8253-8264)

Ent(r)ant quil parlait a delfis
Quacopedie avoit apris
De son signor quel mal avait
A lit en est venus tot droit
Delfi(l)s li fist mout bel semblant
Quacopedie or avant
Davant son signor est asis
Li povres perdus et delfis
Li ont tot en ordre conte
De tot son mal la verite
Or ne sot nus hons mai il troi
Lamor de la fille le roi

Alors que se déroule cet échange
Cacopédie vient à apprendre
Que son seigneur est souffrant.
Il s'approche vivement du lit
Où Dauphin l'accueille aimablement :
" Cacopédie, avance-toi ! "
L'autre s'assoit alors devant son seigneur,
Puis le Povre Perdu et Dauphin
Lui racontent toute l'histoire et lui disent
L'origine de la mésaventure.
Personne d'autre qu'eux trois
Ne sait l'affaire de la fille du roi.


 

CXCI

(8265-8348)

Sire ce dist cacopedie
Vos nen poez avoir ahie
De ceste amor mai per de[l]fi(l)s
Qui est mout privez se mest vis
Et del roi et de la royne
Quant il welt si voit la meschine
Mai sire de si vos levez
Et a ses atres en alez
Si vos contenez belement
Par percevance de la gent
Car se li faus losengeor
Apersevoient vostre amor
Ou vielles femes cui aaiges
Ait tolut damor le[s] coraiges
Tost vos poroient encorper
Puels que leires ne puet embler
Jai datre lairon ne vodroit
Que feist riens de son esploit
Se sa part nen pooit avoir
Vos le poez mout bien savoir
Que les vielles et losengier
Font en amor maint encombrier
Puels ke feme pert sa biate
Par viellesce ou per ahe
Que nus ne la requiert damor
En son cuer ait si grant dolor
Que tote jor welt encusser
Jone feme que welt amer
Non pas totes mai les plusors
Sacordent as encuseors
Et por ce vos devez garder
Destre mornes ou de penser
Car poc est de bien sens envie
Et poc de sens sens felonie
Sire ne faites pas semblant
De lamor dont alez pensant
Tost en series deseus
Per foi fait li povres perdus
Quacopedie biaus amis
Mes cuers est si loies et pris
Je nel puis lessier a nul fuer
Que de la prison de mon cuer
Ne fasce le jor maint so[s]pir
Je ne puis contre amor guerir
Quele me seut per tot le mont
Quacopedie li respont
Sire povres hons fet folie
Puels quil antant a teile amie
Cil ne seit celer et covrir
Son cuer tant quil puisse venir
En leu con sachet son coraige
Ou per lui ou per son messaige
Et puels con seit son boen voloir
Covrir se doit per tel savoir
Que jai li faus devineor
Nen apersoivent lor amor
Quant une petite chandoile
Art contre vent que bien la soile
Et que la moustret contre vent
Ne puet pas durer longuement
Ne fine amor[s] ne puet durer
Qui ne la seit del vent garder
Amors est la chandoile ardans
Et des losengiers vient li vans
A chascun sat fors per la bouche
Quant amor a descovert touche
Davant larouset puels losi(s)t
Ou a mout grant messaise vit
Joie cele[e] valt se cuit
Mai que anuis se sevent tuit
Sire fait li ostes delfi(l)s
Quacopedie ce mest vis
Est mout saiges riche consoil
Vos ait donei mout me mervoil
Ou ait tel sapience prise
Mout ait de sens et de franchisse
Sire por deu de si levez
Et a ses atres en aIez
Et ne faites mie(s) semblant
De lamor dont aleis pensant
Se on savoit vostre coraige
Ju i avroie tost damaige
Asi com dist cacopedie
Tost poroit torner a folie

" Sire, dit Cacopédie,
Personne ne peut vous aider,
Dans cette affaire, sinon Dauphin,
Qui est bien proche, ce me semble,
Et du roi et de la reine ;
Il voit leur fille quand il veut.
Mais, sire, levez-vous maintenant,
Et rejoignez les autres !
Faites belle contenance,
Devant les gens,
Car si les mauvaises langues
—Ou les vieilles femmes à qui l'âge
A retiré l'amour du cœur—
S'aperçoivent de vos sentiments,
Elles pourraient bien médire de vous.
Le larron qui ne peut plus voler
Ne supporte pas de voir personne,
Exercer son ancien métier,
Sans en partager le butin !
Vous savez, sans aucun doute,
Que les vieilles femmes, et les jaloux,
Font en amour bien des ravages.
Quand une femme perd sa beauté,
Sous les effets de la vieillesse,
Et que nul ne la regarde plus,
Elle ressent, en son cœur, une telle douleur
Qu'elle en vient aisément à dénigrer
La jeune femme qui jouit d'aimer.
C'est ainsi que beaucoup de vieilles
Nourrissent la médisance.
Et c'est pourquoi vous devez vous garder
De vous montrer distrait ou songeur,
Car le bonheur suscite l'envie,
Et la confiance est bientôt trahie.
Sire, ne laissez pas voir
La passion qui vous occupe.
Vous en seriez bien malheureux.
– Ma foi, dit le Povre Perdu,
Cacopédie, mon bel ami,
Mon cœur est désormais prisonnier,
Et je ne peux empêcher
Que ne sorte de sa prison
Chaque jour maint soupir.
Je ne puis guérir d'amour,
Car il me poursuit en tous lieux. "
Cacopédie lui répond :
" Sire, il est bien malavisé
Celui qui écoute les sirènes,
Et ne sait masquer ni dissimuler,
Son cœur, tant qu'il n'a pas réussi
À avouer à son amour sa flamme,
Ou à lui faire parvenir un message.
Et dès que son sentiment est connu,
Il doit le tenir caché,
Afin que jamais aucune mauvaise langue
Ne s'empare de son amour.
Quand une petite chandelle
Se bat contre le vent,
Il faut la cacher et la protéger,
Sinon elle ne peut pas durer longtemps.
La fine amour non plus ne dure pas,
Si on ne la protège pas du vent.
L'amour est une chandelle ardente
Que les jaloux veulent souffler,
Par le vent qui sort de leur bouche,
Et surprend l'amour dévoilé ;
Il l'enveloppe alors et l'éteint,
Ou il le laisse charbonner.
Il vaut mieux cacher sa joie
Que risquer autant d'ennuis.
– Sire, fait Dauphin, Cacopédie
Parle de bon sens
Et vous donne riche conseil.
Je me demande d'où il tient
Une telle sagesse :
Il a du sens et de la franchise !
Sire, par Dieu, levez-vous,
Et rejoignez les autres.
Et surtout ne laissez pas voir
Le sentiment qui vous occupe.
Si on découvrait vos pensées,
Votre situation deviendrait difficile,
Et, comme le dit Cacopédie,
Tout tournerait à la folie ! "


 

CXCII

(8349-8390)

Tant li ont dit contre son gre
Len ont a cheveliers mene
O les cheveliers se deporte
Quacopedie le comforte
Et delfis de la damoisele
Li contoit mainte fois novele
Salus len aportoit sovent
Ensi se plaignoient forment
Car ne se peoient veoir
Ne faire riens de lor voloir
Il samoient de tele amor
Onques nus hons ne vit grinor
Toz jors avoient un panser
Ne se faignoient pas damer
En lor amor nen ot faintisse
Il samoient en itel guisse
Que por parler de losengier
Ne peoit lor amor[s] chaingier
De plus nen avoient pooir
Fors del panser et del voloir
Et quant li uns de latre sot
Per verite que bien lamot
Adonc faissoient doucement
Les plains et les so[s]pirs sovent
Et de[l]fi(l)s que fut prous et saiges
Fut de lun a latre mes[s]aiges
Et portoit coiement salus
Or est mout li povres perdus
En la terre a grant signorie
De boen pris et de bele vie
Si se savoit mout bien covrir
Ains por aler ne por venir
Ne por parler ne por loier
Ne por riens con seust proier
Que riens peust apersevoir
De son cuer ne de son voloir
Lor amor[s] fut mout bien gardee
Et loiament entreselee
Tot sens damaige et sens honte
Si com listore le reconte
Que ains langue de losengier
Ne fist puels lor amor chaingier

Tout en le sermonnant ainsi,
Ils le conduisent, malgré lui,
Vers la compagnie des chevaliers.
Cacopédie le réconforte,
Et Dauphin se fait le messager
De la demoiselle dont il apporte
Désormais salut et nouvelles.
Les deux amants se plaignent souvent
De ne pouvoir se rencontrer,
Ni de rien faire de leur vouloir.
Ils s'aiment de tel amour
Qu'on n'en vit jamais de plus grand.
Chaque jour, ils pensent l'un à l'autre
Et leur amour est sans feintise,
Car ils ne déguisent pas leur sentiment.
Ils s'aiment de telle façon
Qu'aucune mauvaise langue
Ne peut leur faire de mal.
Ils ne peuvent hélas rien faire d'autre
Que de rêver et d'espérer.
Dès qu'ils sont sûrs, l'un et l'autre,
De voir leur amour partagé,
Ils échangent doucement
Plaintes et soupirs bien souvent.
Et Dauphin, qui est preux et sage,
Se fait le messager des deux,
Et transmet discrètement leurs saluts.
C'est ainsi que Povre Perdu
Mène une vie belle et heureuse,
En terre de grande seigneurie,
Et qu'il prend toutes les précautions,
Dans ses déplacements,
Comme dans ses propos
—Quoi qu'on lui demande—,
Pour cacher à tout le monde,
Le secret de son cœur.
Leur amour fut fort bien gardé,
Et loyalement préservé,
Sans dommage et sans honte,
Ainsi que l'histoire le raconte,
Si bien qu'aucune mauvaise langue
Ne put faire de tort à leur amour.


Chapitre 8

La ruse de Dauphin