©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 


Chapitre 8

 

La ruse de Dauphin

 

Dauphin, la maître aubergiste, courtois et généreux, du Povre Perdu et de ses compagnons, invente, à l'initiative de Cyprienne, une ruse qui va permettre aux jeunes gens d'échapper à leur asthénie mortifère, en donnant enfin corps à leur élan amoureux...

 

 


 

CXCIII

(8391-8422)

La pucele pas nen oblie
Selui cui ele fut amie
Amors li ot el cuer plante
Un arbre florit et rame
Les racines sont de so[s]pir
Et tuit li rain sont de desir
La fuelle fut de pensement
Et la flor[s] fut de dous atent
Per les eus venoit la flor[s] fors
De larb[r]e qui estoit el cors
Quant li povres perdus veoit
La flour del rain le frut prenoit
Sens lui ni pooit avoir frut
Ne de joie ne de de(s)duit
La pucele por lui moroit
Sa maistresce bien le savoit
Que sens nule faille mor[r]ait
Se le povre perdu nen ait
Dist que ne la lairait morir
Se jai por riens la puet guerir
Oez quel enging a quesu
Cele puet le povre perdu
Li amoenrait ains quele mure
Se per enging le puet condure
A faire le(p)stuet sagement
Por le roi et por latre gent
Et por sa meire la royne
Cele savoit tel me(s)desine
La maistresce en seroit morte
Que la pucele bien comforte
Vient a son lit et se li di(s)t
Parleras a moi un petit

La pucelle pense sans cesse
À celui dont elle est l'amie,
Et qui a planté dans son cœur,
Un arbre qui bourgeonne et fleurit.
De ses racines montent les soupirs,
Qui nourrissent les branches de son désir,
Le feuillage de ses pensées,
Et les fleurs de sa patience.
Par ses yeux la fleur a jailli,
Hors de l'arbre qu'elle porte en son corps.
Seul le regard du Povre Perdu,
Peut maintenant en féconder la fleur.
Sans lui, il n'y aura pas de fruit,
Ni de joie, ni de plaisir.
La pucelle se meurt d'amour,
Et sa maîtresse a bien compris
Que cette fin est inéluctable,
Si elle n'a pas le Povre Perdu.
Elle décide alors de tout faire,
Pour empêcher une issue si triste !
Écoutez quel plan elle conçoit,
Pour lui amener le Povre Perdu,
Avant que la pucelle ne meure,
Et quelle ruse elle utilise, pour ce faire.
Elle doit agir avec prudence,
Aux yeux du roi et de la cour,
Et vis-à-vis de la reine.
Car si on découvre son projet,
La maîtresse sera bientôt morte.
Pour réconforter la pucelle,
Elle s'approche d'elle et lui dit :
" Parlons un peu, toutes les deux ! "


 

CXCIV

(8423-8488)

La pucele dist so[s]pirant
Maistresce ne puis tant ne quant
Parler a vos je wel morir
Se me fait seu que je desir
Et si morroie per mon wel
Je croi que je morrai de duel
Si voi ma mort tot a delivre
Un jor avant ne quier pas vivre
Dit sypriaigne grant damaige
Feroit ta mort quan leritaige
Nen ait plus doir fille ne fil
Les gens seraient en essil
Si vendraient destrainges terres
Les gens que nos feroient guerre
Mai or me di se tu seis rien(s)
Qui te peust faire nul bien(s)
Per coi tu peusses guerir
Non sens celui cui tant desir
Guerras se jel puis amener
Oil voir bien puis eschaper
Et se ju ai per toi damaige
Amor[s] vos guerrait qui est saige
Saige est amor[s] que si tafole
Voire mout me bat an sescole
Dou mal ma il assez aprise
Dirai li que dou bien me lisse
Des que taprist premierement
Sutil resgart et pencement
Ne savoies tu donc penser
Sens amors et bien esgarder
Oil voir mai li sien esgart
Ne sont tel ne de cele part
Dont son cil a cel[e] atre gen
Ne sont pas tel si pancement
Sens amors as mout esgarde
Voirs est mai amor[s] ma mostre
Un esgart que fut de dousor
Nus nel puet fere sens amor
Mout fut dous a coumansement
Mai or empiret durement
Di quel leison te fist apprendre
Maistre de so[s]pir et datendre
Et la tierce leison de coi
De recorder seu que je voi
Quant je me sui soule et je di
Se or tenoie mon ami
Entre mes bras jel baisseroie
Mout volentiers, se si lavoie
Puels quant je recor[t] sa proesce
Et sa biatei et sa largesce
Mout bel mest quant je le recort
Mai puels me redone la mort
Quant je ne puis consoil trover
Que il peust a moi parler
Mal ai le jor et pis la nuit
De dolor mocirai se cuit
Latre respont se poiset moi
Ju ai mout grant pitie de toi
En aventure de morir
Me wel metre por toi guerir
Mai plevir testuet et jurer
Se si le te puis amener
Que a toi ne ferait folie
Doutraige ne de vilonie
Se je de riens ten puis aidier
Fors dacoler et de baissier

La pucelle lui répond en soupirant :
" Maîtresse, je n'ai plus la force
De parler : je vais mourir !
Je n'ai plus aucun autre désir,
Que celui de m'en aller.
Je vais, je crois, mourir de douleur.
La mort enfin va me délivrer,
Je ne veux pas vivre un jour de plus. "
Cyprienne lui dit : " Ce serait
Vraiment dommage que tu meures,
Car tes parents n'ont pas d'autre héritier.
Leurs gens en seraient désolés.
Et il viendrait de l'étranger
Des soldats pour nous faire la guerre.
Mais, dis-moi s'il n'y a pas quelque chose,
Qui puisse te faire du bien,
Par quoi tu puisses guérir ?
– Non, sans celui que je désire !
– Tu guériras, si je te l'amène ?
– Oui, bien sûr, je vivrai.
– Et si cela me crée des ennuis ?
– L'amour est sage, il saura te protéger.
– L'amour est sage qui t'a rendue folle ?
– Voire, il me traite à son école.
Il m'a d'abord appris la douleur,
Il est temps qu'il me fasse du bien !
– C'est lui qui, le premier, t'a appris
Les doux regards et pensées subtiles ?
Ne savais-tu donc pas penser, ni regarder,
Avant de rencontrer l'amour ?
– Si, mais les regards qu'il suscite
Sont incomparables à ceux
Qu'on échange à l'ordinaire.
– Et les pensées sont différentes,
Quand on regarde sans amour ?
– L'amour m'a fait découvrir
Un regard empreint de douceur,
Que seul peut donner celui qui aime.
Aimer fut doux au commencement,
Puis me fit mal, par la suite.
– Dis-moi quelle leçon il t'a apprise...
– Il m'a enseigné les soupirs,
Et la patience, et, en troisième lieu,
À bien me souvenir de ce que je vois,
Afin que, quand je me trouve seule,
Je puisse rêver de mon ami ;
Comme je saurais bien l'embrasser,
Si je l'avais entre mes bras !
Quand je me rappelle sa vaillance,
Et sa beauté et sa générosité,
Je suis heureuse de m'en souvenir !
Mais la mort est bientôt de retour,
Car je ne réussis pas à inventer,
Une façon de le rejoindre.
J'ai mal le jour, et pis la nuit,
Et je crois mourir de douleur. "
Cyprienne répond : " Tu me désoles,
Et j'ai grand'pitié de toi.
Au risque de ma propre vie
Je vais me porter à ton secours.
Je te promets, et je te jure,
Que si je peux te l'amener
—Sans qu'il fasse autre folie,
Ni outrage, ni vilenie,
Que de t'embrasser et de te baiser—,
Je le ferai de tout mon coeur. "


 

CXCV

(8489-8582)

La pucele dist bone mestre
Je jurerai a ma main destre
Sore toz les deus en ma foi
Se vos si lamenez a moi
Que il jai avec moi ne fasce
Nule chose qui vos desplasce
Mai mes cuers est navrez el cors
Sa ses bras lestrangnoit dehors
Et am baissant tramet salaigne
Au cuer que por lui est em paigne
Gueris seroit et re[s]passez
Sachies de tant avroie assez
Plus ne demans de samistie
Tant que de vos avrai congie
Ni quier plus faire de delit
Mai seu hastez que mavez dit
Dist sypriaigne or tatant
Faire lestuet mout saigement
De bla[s]me se doit on garder
Tost i vient on per trop haster
Muels valt soffrir por joie avoir
Ne fait haster por plus doloir
Parler devons et concillier
Coment nos porons esploitier
Or mantant seiz que tu feras
Delfin loste demanderais
Que si vignet a toi parler
Sa seu le poiens atorner
Millor consoil avrais de lui
Que tu nen avroies datrui
Et dirai toi chose celee
Delfis ma longuement amee
Je ne li fi(l)s onques semblant
Que je lamesse tant ne quant
Mai por alegier ta dolor
Li mousterrai semblant damor
Davant toi le feras venir
Di li que tu wels a vestir
Et que tapor(s)t des riches dras
Di que taillier si les feras
Que soient les robes plus beles
Que tu donrais a tes puceles
Se delfis sen welt entremetre
A dras porter sai porait metre
Le povre perdu avec soi
Et amener si davant toi
Se il est povrement vestus
Niert jai per home coneus
Davant soi le ferait aler
DeIfi(l)s et toz les dras porter
Les dras apor(s)t desor son chief
Cil ait le faix ne li soit grief
Que gent gueredon en avra
Et quant delfis lamoenra sa
Por la robe dun escuier
Li fascet la soie chaingier
Sezoires porset en sa main
Li chevelier et li vilain
Cuideront quil soit dou mestier
Qui sachet et coudre et taillier
Et le fil et laguille por(s)t
De seu avrait plus grant confort
Dester lez toi plus longuement
Por percevance de la gent
Des dras ait bien covert le vis
Puels puet aler davant delfis
Lieve del lit et si tatorne
Et ne faire pas chiere morne
Tu ais le vissaige tot mat
Damors qui a toi se combat
La damoisele cest levee
Un poc estoit descouloree
Quelor[s] li vient un poc a vis
De joie com li ait promis
Sa maistresce per grant merci
Li pria de seu cait oi
Que maintenant sen antremete
Et hastivement i tramete
Sypriaigne un sien valet
Ait demandeit se li tramet
Et quant li ot dit son coraige
Cil sen vet tost et le messaige
Ait bien de[l]fin dit et conte
Li ostes nait pas demore
De sa mason ist a esploit
Vers le palais sen vet tot droit
Nes une riens ne le retient
Juscai luis de la chambre vient
Sypriaigne luis de[s]ferma
Tot en riant le salua
Et per la main nue le prent
Et si len moegnet belement
La main li estrant un petit
Et delfis de joie sen rit

La pucelle dit : " Brave maîtresse,
Je te jure, par main droite,
Sur tous les Dieux de ma foi,
Que, si tu me l'amènes,
Il ne me fera rien,
Qui te déplaise.
Mon âme est blessée, mais si de son bras
Il m'étreint le corps, et que, me baisant,
Il souffle son haleine vers mon cœur,
Qui pour lui est en peine,
Je serai certes guérie, sauve et saine.
Cela me sera bien suffisant,
Je ne veux rien d'autre que son amitié,
Si tu en es d'accord,
Ni ne souhaite aucune autre joie,
Mais hâte-toi, je t'en prie ! "
Cyprienne dit : " Patience !
Il nous faut agir prudemment,
Pour nous garder de tout reproche,
Qu'on provoque en allant trop vite.
Mieux vaut attendre un peu la joie,
Que de se hâter vers l'échec.
Il nous faut préparer l'affaire,
Pour en assurer la réussite.
Écoute bien ce que tu vas faire !
Tu demanderas que maître Dauphin
Vienne jusqu'à toi, pour lui parler.
Si on peut le convaincre de nous aider,
Nous aurons de lui une aide plus précieuse
Que de n'importe qui d'autre.
Je vais te confier un secret :
Dauphin m'a longuement fait la cour,
Et je n'ai jamais répondu
À ses avances.
Mais pour alléger ta douleur,
Je ferai semblant de l'aimer.
Tu l'inviteras à venir chez toi.
En lui disant que tu veux du tissu,
Et qu'il t'apporte de riches draps,
Pour que tu les fasses tailler,
Afin d'en faire de belles robes,
Pour tes demoiselles.
Si Dauphin accepte de s'entremettre,
Il pourra charger le Povre Perdu
De porter le tissu, en sa compagnie,
Et il l'amènera ainsi près de toi.
Si l'autre est pauvrement vêtu,
Personne ne le reconnaîtra.
On le fera passer devant Dauphin,
Et porter les draps,
Qu'il tiendra sur sa tête.
À celui qui porte la charge,
On ne peut refuser le salaire !
Dauphin lui demandera
De troquer son vêtement
Pour la robe d'un écuyer.
S'il porte en outre des ciseaux à la main,
Les chevaliers comme les vilains,
Penseront qu'il est du métier,
Qu'il sait coudre et tailler.
Comme il portera le fil et l'aiguille,
Il lui sera d'autant plus aisé
De rester longuement chez toi,
Sans que personne ne s'en étonne.
Le visage dissimulé par les draps,
Il marchera devant Dauphin.
Sors de ton lit et prépare-toi !
Et ne fais pas cette tête,
Tu as le visage encore tout triste,
De l'amour qui t'a fait souffrir. "
La demoiselle s'est levée.
Elle est pâle,
Mais la couleur lui revient,
À l'annonce de la joie promise.
Elle remercie sa maîtresse,
Et la prie vivement de s'occuper,
Au plus tôt, de son affaire,
Et de faire ce qu'elle a dit.
Cyprienne demande à un valet,
De se charger de la commission.
Dès qu'elle lui a expliqué l'affaire,
Le valet s'en va porter son message,
Et le remettre à Dauphin.
L'hôte ne tarde pas à se mettre en route,
Il s'en vient au plus vite,
De sa maison vers le palais,
Et, sans rencontrer d'obstacle,
Jusqu'à la porte de la chambre.
Cyprienne est là qui l'attend.
Tout en riant, elle le salue,
Le prend par la main,
Et l'attire gentiment,
En serrant un peu fort sa paume.
Dauphin en rit de joie.


 

CXCVI

(8583-8640)

La pucele li fist honor
Plus por atrui que por samor
Coment namoit ele delfis
Oil per foi mais il mest vis
Que cel[e] amoit plus et veloit
Que grinor anui(t) li faissoit
Et tu cuers que iseu me dis
Pert dons son servize delfis
Coment ais tu seu coneu
Que lome qui mavrait batu
Porai plus amer que selui
Qui onques ne me fist anui
DeIfis fet mout bien son voloir
A la dame de son pooir
Ains anui ni dist de sa bouche
Et cil losi(s)t et ne la touche
Por kest ce dons di men le voir
Jel te dirai wels le savoir
TeIz soustient damors un grant faix
Sore son col que assez mais
Laigmet et plus une grant masce
Se tot le bles[c]et et le quasce
Que ne fait son millor ami
Nes le pere qui la norri
De seu dis aiques verite
Mai de seu que tai demande
Me di per quele entension
Porais mostrer permi raison
Que feme puisset atorner
Son cuer a celui aamer
Que bien li fait mal ne li di(s)t
Celui aigmet que bien loci(s)t
Seu wel que me fasses entendre
Mout bien ten savrai raison rendre
Or le me di si men respon[t]
Mout volentiers .II. amors sont
Li une qui est de nature
Si vient en tote criature
Et les petis oisiaus savaiges
Fait dous chanter per ses boucaiges
A cuer estait et au cuer vient
Entor le cuer toz jors se tient
A cuer estat a cuer se[s]pant
Quant welt fuers aler tant ne quant
Dun oil en atre sat et vole
La char taint et le vis afole
Puels redonet fresche quelor
En joie tornet sa dolor
Mais cil ne welt savoir son bien
Que de sa poengne ne seit rien
De la dolor fait plaissement
Por chascune ire de bien cent
Et a maintes gens fait amer
Celui qui vendrait doutre mer
Plus amerait sa compaignie
Que del peire qui lait norrie
Quant plus de poengne en averait
Et plus de fin cuer lameroit

La maîtresse lui fait honneur,
Plus par calcul que par amour.
Elle n'aime donc pas Dauphin ?
Si, sans doute, mais elle veut surtout
Porter secours à sa maîtresse,
Et la délivrer de sa peine.
" Et toi, mon cœur, qu'en dis-tu ?
Est-ce que Dauphin en est trompé ?
Comment comprends-tu cela ?
Pourrais-tu aimer mieux
L'homme qui t'a trompé
Que celui qui jamais ne t'a fait de mal ?
Dauphin se met tout entier,
Au service de la dame,
Tout en respectant scrupuleusement
Son secret et sa personne.
Pourquoi donc ? Dis-le moi !
– Je te le dirai, si tu veux !
Il en est qui se chargent
D'un lourd fardeau d'amour,
Car ils aiment trop, et plus encore,
Au point que leur amour les blesse,
Plus que ne peut le faire le meilleur
Des amis, ni même leur père nourricier.
– Ce que tu dis n'est pas faux,
Mais réponds à ma question,
Et essaie de m'expliquer,
Et de me donner la raison,
Pour laquelle une femme s'engage,
À faire semblant d'aimer,
Quelqu'un qui l'aime et la respecte ?
Doit-on aimer qui bien nous trompe ?
Je veux que tu me le dises !
– Je saurai bien te l'expliquer.
– Dis-le moi donc ! Réponds !
– Volontiers : il y a deux amours !
L'un qui s'attache à la nature,
Et monte en toute créature.
Il fait chanter les petits oiseaux,
Dans les bocages.
Il naît du cœur, il y demeure ;
Il a sa place auprès du cœur ;
Au cœur, il brûle, il en rayonne,
Et quand il veut, il batifole ;
D'un œil à l'autre, il saute et vole,
Rougissant le teint, affolant le visage ;
Puis il suscite une fraîche couleur,
Et change toute douleur en joie.
Mais il ne connaît pas sa chance,
Car il ignore le chagrin.
De la douleur il fait une grâce,
Et transforme la peine en joie.
À mainte gent il fait aimer,
Même celui qui vient d'outre mer
[1],
Et préférer sa compagnie,
À celle du père qui l'a nourrie !
Et même si elle doit en souffrir
Elle l'aimera encore plus fort... "


 

CXCVII

(8641-8682)

Atre amor i ait mensongiere
Riens ne tient a ceste premiere
Quant a fil et a peire ment
Et puels a tote latre gent
Grie[f] vairais frere ne seror
Entrels ne mete tel amor
Quant li uns ait mout a despandre
Et li atres non ait que prendre
Quevoit[i]e que plus que feus art
Lor amistie ront et depart
Tot por verite le te di
Jai naverais si boen ami
Se avoirs te fat a ta vie
Que puels wellet ta compaignie
Ne(s) que il jai fascet semblant
Quil tait ameit ne tant ne quant
De teile amor se mest avis
Aigmet la pucele delfis
Se il tornet en nonpooir
Tost le rnetrait en nonchaloir
Celui qui fist a cuer la plaie
Aigmet dune atre amor veraie
S[e]u est li amor[s] de nature
Qui vient en mainte criature
Que de latre nen ont que faire
Mai de celi qua cuer repaire
Luns est au cuer latre a la bouche
En la langue est puels a cuer to[u]che
Li une en est au cuer dedens
Et la langue [est] entre les dens
Li atre qui est mensongiere
Permi le siecle vet corsiere
Assez puet on parler en vain
Telz di(s)t a home je vos aim
Bien est la langue del cuer loing
Cil ait de son avoir besoing
Les .II. amors tai devisees
Per foi mout les mas bien rnoustrees
Assez mais del tot respondu
Delfis qui en la chambre fu
Quist la pucele a vestir
Et ce li dist tot son plaissir

" Il est une autre amour, mensongère,
Etrangère à la première,
Car elle ment au fils et au père,
Et puis à tous les autres gens ;
Elle ne saurait nourrir, non plus,
Une relation entre frère et sœur.
Si l'un est comblé de richesse,
Et que l'autre n'a rien à perdre,
Et convoite plus que feu ne brûle,
Elle peut briser leur amitié.
Pour te dire toute la vérité,
Si tu as un ami de ce genre,
Et que l'argent te manque un jour,
Il quittera ta compagnie,
Et cessera de prétendre
Qu'il t'aime, le moins du monde.
C'est ce genre d'amour, à mon avis,
Que portait la maîtresse à Dauphin :
S'il ne devait pas réussir son affaire,
Il lui serait bientôt indifférent.
L'amour qui s'empare du cœur
Est d'une tout autre qualité :
C'est l'amour selon la nature.
Il vient en maintes créatures
Qui de l'autre n'ont que faire,
Car elles aiment selon leur cœur.
L'un est au cœur, l'autre à la bouche ;
L'un est dans la langue,
L'autre est dans le cœur,
Et la langue est entre les dents !
Celui des deux qui est mensonge,
Aime à courir parmi le monde
Où la parole est souvent vaine.
L'un dit à l'autre : " Je vous aime "
Mais sa langue est bien loin du cœur,
Pour peu qu'il ait besoin qu'on l'aide.
Je t'ai parlé des deux amours.
– Par ma foi, tu me les as bien montrés,
Tu m'as bien répondu ! "
Dauphin est entré dans la chambre ;
Il aide la pucelle à se vêtir,
Et se met à sa disposition.


 

CXCVIII

(8683-8704)

La pucele demande dras
Delfis respont isnel le pas
Dame puels que vos le volez
Per foi vos en avrois assez
La damoisele len mercie
Sypriaigne qui fut samie
Ait pris de[l]fi(l)s per la main destre
Dune part le mena son estre
Li ait tot en ordre conte
Delfis lait mout bien escoute
A une part en un recoi
Ait meneit delfis avec soi
Prime[s] le baisset et acole
Et puels li mostre la parole
De[l] povre perdu li mostroit
Que la pucele tant amoit
Que ele ne pooit durer
Se il ne vient a li parler
Puels dist se de moi avez cure
Metez vos en en aventure
Et sen faites vostre pooir
Je referai vostre voloir

À la pucelle qui lui demande,
De lui apporter des tissus,
Dauphin répond : " Si vous en voulez,
Par ma foi, j'en apporterai. "
La demoiselle l'en remercie.
Cyprienne, qui est son amie,
Prend Dauphin par la main droite,
Et l'emmène dans un coin,
Pour lui raconter son affaire.
Dauphin l'écoute attentivement.
Elle l'entraîne sur le côté,
Dans un recoin avec elle,
Puis elle le baise et l'embrasse,
Et enfin elle s'adresse à lui.
Elle lui explique que la pucelle
Aime tant le Povre Perdu,
Qu'elle ne peut plus attendre ;
Elle souhaite qu'il vienne lui parler.
Puis elle lui dit : " Si tu t'intéresses à moi,
Engage-toi dans cette aventure !
Consacre-nous toute ton énergie,
Et pour ma part, je serai à toi. "


 

CXCIX

(8705-8720)

Quant delfis lot forment i pance
Grant joie fist de la promace
Delfis avoit joie et paor
Mout cremoit le roi son signor
Amor[s] li dona herdement
Per le gueredon quil atant
Amor[s] fet le coart herdi
Home fier de bone merci
Et as aveirs done largesce
A home recreant proesce
Amor[s] ne doute nule rien
Sovent fait mal sovent fait bien
Seu fait amor[s] qui ne repose
Delfi fet comensier tel chose
Dont il jai ne sentremeist
Se por amor ne le feist

Dauphin réfléchit à ce qu'il entend,
Et se réjouit de cette promesse.
Il balance entre joie et peur,
Car il craint le roi, son seigneur,
Mais l'amour lui donne hardiesse,
Pour le salaire qu'il en attend.
Amour rend le couard hardi,
Et l'homme fier modeste.
Aux avares, il donne largesse,
Au poltron, il offre la vaillance.
Amour jamais n'a peur de rien,
Souvent fait mal, souvent fait bien :
En toute chose, il nous bouleverse.
C'est ainsi que l'amour conduisit Dauphin
À s'engager dans une aventure
Qu'il n'aurait pas choisie sinon.


 

CC

(8721-8784)

Delfis li a bien creante
Quil en ferait sa volente
Il en ferait tot son plaissir
Cil en devoit por ce morir
Quant sypriaigne sot de voir
Quil en ferait tot son pooir
Ele li dist or vos hastez
Et hastivement lamenez
Vestir le faites povrement
Por persevance de la gent
Quant lavrez bien apparillie
Les dras li metez sor le chief
Quanmi le vis ne soit veus
Ne per atre home coneus
Davant vos le faites aler
An ses mains li faites porter
Unes sezoires bien tranchans
Adonc serait bien aparans
Que vos le menez por taillier
Et que il sachet del mestier
Delfis li a bien otroie
Quil le ferait por samistie
Quant il orent assez parle
Se fut en mai un jor deste
Davant tierce aiques matin
Lor parlemens est trais a fin
Delfis prist congie si ce lieve
A la pucele forment grieve
De seu que tant ait demore
Mai delfis nen ait pas semble
Quil i eust estei une hore
Le congie prent plus ne demore
De la chambre sen est issus
A son ostel sen est venus
A son ostel sen vet tot droit
Li povres perdus latendoit
Toz sous estoit ni ot que lui
Quant ansamble furent andui
Ostes fait il per verite
Dites moi ou avez este
Il respont sire per ma foi
Je fui a la fille le roi
Jai endroit men covient torner
Ma dame welt a vos parler
Je li doi porter a vestir
O moi vos covendrait venir
La robe porter davant moi
Si vairez la fille le roi
Vestir vos estuet povrement
Et chaingier vostre garnement
Sire por deu car vos hastez
Ostes por deu se vos gabez
Je non per foi ains vos di voir
Orendroit la poreis veoir
Ostes fet il vostre merci
Donc mav(e)ries vos bien servi
Se deus me laissoit tant durer
Que[l] vos puisse gueredoner
Mout le feroie volentiers
Delfis le fait apparillier
Et per le consoil de son oste
Delfis ses garnemens li oste
Si prist la robe a un garson
Que delfis ot en sa mason

Dauphin promet à Cyprienne,
Qu'il satisfera ses désirs
Et se pliera à sa volonté,
Même s'il doit en mourir.
Quand elle est bien convaincue
Qu'il fera tout son possible,
Elle lui dit : " Hâte-toi
D'aller chercher ton maître.
Habille-le de pauvre vêtement,
Afin qu'on ne puisse pas le reconnaître.
Quand il sera prêt,
Pose-lui le ballot de tissus sur la tête,
Pour cacher une partie de son visage,
Et dissimuler ses traits.
Fais-le marcher devant toi.
Tu lui mettras, dans les mains,
Une paire de ciseaux tranchants,
Afin que chacun pense
Qu'il se rend à son travail,
Et qu'il en connaît le métier. "
Dauphin lui promet qu'il fera tout cela,
Par amitié pour elle.
Dès qu'ils ont fini de parler,
Et que l'échange est achevé,
Dauphin se lève et prend congé
—C'était en mai, un jour d'été,
Le matin, à la troisième heure !
Il semble alors à la jeune fille
Que l'entrevue a été bien longue.
Mais à Dauphin il ne semble pas
Qu'il soit resté plus d'une heure.
Il se retire et, sans tarder,
Quitte le palais,
Pour retourner à son hôtel.
Il se dirige tout droit vers l'hôtel
Où Povre Perdu l'attend.
L'autre est tout seul,
Et comme il s'approche de lui :
" Hôte, dit-il, en vérité,
Veux-tu me dire où tu étais ? "
Il répond : " Sire, par ma foi,
J'étais auprès de la fille du roi.
J'en reviens tout juste.
La demoiselle veut vous parler.
Je dois lui porter des étoffes,
Vous pouvez venir avec moi,
Porter les tissus devant moi,
Et vous verrez la fille du roi.
Vous devez vous vêtir simplement,
Et changer votre équipement.
Sire, pour Dieu, hâtez-vous !
– Par Dieu, mon hôte, vous gabez ?
– Mais non, ma foi, je vous dis vrai :
De ce pas, vous allez la voir.
– Hôte, dit l'autre, votre merci !
Vous m'aurez donc bien servi.
Si Dieu me donne le loisir,
De vous prouver ma gratitude,
Je le ferai bien volontiers. "
Dauphin l'invite à se préparer,
Et, suivant le conseil de son hôte,
L'autre change son équipement,
Et enfile la tunique d'un garçon,
Que Dauphin a dans sa maison.


 

CCI

(8785-8818)

Li iostes ait isnel le pas
Aportez de mout riches dras
Si les li mist sore le chief
Quant il lot bien apparillie
Le chief del drap li fait delfis
Aval pandre davant le vis
Et unes grans sezoires prist
En la main destre le[s] li mist
Et le fil et laguille pant
Davant lui a son vestiment
Quacopedie en apala
Seleement li comanda
Se nus hons son signor queroit
A toz die que il dormoit
Et quil nel lairait esvellier
Tant que nos doiens repairier
Quacopedie dist per foi
Je le ferai bien endroit moi
Sai vos garderai bien danui
Delfis sen vet et davant lui
Sen aloit li povres perdus
Ne puet pas estre coneus
A la porte del palais vienent
Ens sont entre lor voie tienent
Une aventure truevent fort
Dont il furent seur de mort
Quant il orent un poc ale
Et il ont le roi encontre
Davant lor vient enmi le[s] vis
Li rois dist ou iras delfis
Ou wels atot ses dras aler
Sire voir je les fas porter
A vostre fille la pucele
Qui doit fere robe novele

L'hôte ordonne, sur le champ,
Qu'on lui apporte de riches draps.
Puis il les installe
Sur la tête de Povre Perdu,
Tout en laissant pendre
Un bout de l'étoffe devant son visage.
Il prend alors des ciseaux,
Qu'il lui met dans la main,
Puis il accroche le fil et l'aiguille,
Devant lui à son vêtement.
Enfin, il appelle Cacopédie,
Et lui commande, secrètement,
Que si quelqu'un cherche son seigneur,
On lui fasse dire qu'il s'est endormi,
Et qu'on ne le dérange pas,
Jusqu'à ce qu'ils soient revenus.
Cacopédie répond : " Par ma foi,
Je m'en chargerai moi-même,
Pour vous éviter tout ennui. "
Dauphin se met alors en route,
Précédé de Povre Perdu,
Que personne ne saurait reconnaître.
Ils arrivent à la porte du palais,
Qu'ils franchissent suivant leur plan,
Et trouvent bientôt une aventure,
Où ils auraient pu perdre la vie !
En traversant le palais,
Ils rencontrent en effet le roi,
Qui se présente devant eux
Et leur dit : " Où vas-tu, Dauphin ?
Pour qui sont ces draps ?
– Sire, en vérité, je les fais porter
À votre fille, la pucelle,
Qui doit en faire une robe nouvelle. "


 

CCII

(8819-8850)

Li rois ait esgarde a jor
Le drap qui ot bone qnelor
Si dist vilains met jus ses dras
Une robe men osteras
A ma fille latre portez
Del remenant avrait assez
Paor ot li povres perdus
Del roi quil nen fust coneus
Semblant faissoit de de[s]cbargier
Si ne li eust pas mestier
Ne fut pas esperdus delfis
Sire fet il je vos plevis
Que a losteil ait tel quelor
Que mout est plus fresche et millor
Ne men chalt fet il de cest wel
Sire fait delfis jai de luel
Ne vairez si boen com je lai
Ancui le vos aporterai
Et se cest volies depessier
Vos feries jai correcier
Vostre fille que tant faudroit
De sa robe quen osteroit
Li rois a grant poegne le laisse
Delfis sen vet ne si apaisse
Andui sen vont grant aleure
Eschapei sont per aventure
Mai fortune sa roe vire
Qui lor apparelle grant ire
Per le palais sen sont ale
En une vote sont entre
Tres davant luis dune cuisine
Ont encontree la royne

Le roi regarde, à la lumière,
L'étoffe qui a belle couleur.
Et il dit : " Vilain, pose ces draps,
Qu'on m'en taille un coupon !
Tu porteras le reste à ma fille,
Ce lui sera bien suffisant. "
Povre Perdu a bien peur,
Que le roi ne le reconnaisse ;
Il fait semblant de décharger le ballot,
Tandis que Dauphin, qui ne perd pas
Son sang froid, répond sans se troubler :
" Sire, je vous assure que j'ai chez moi
D'autres étoffes bien plus riches,
Et de meilleure qualité.
– Peu m'importe ! Je veux celle-là !
– Sire, dit Dauphin, faites moi confiance !
Vous en aurez de bien plus belles.
Je vous les apporterai tantôt.
Si vous demandez qu'on vous taille,
Un morceau de ce tissu,
Vous risquez de fâcher votre fille,
De ce qu'on lui gâche sa robe. "
Le roi renonce, quoi qu'il en ait,
Et Dauphin part, peu rassuré,
Avec sa troupe, à grande allure.
Ils ont été servis par la chance,
Mais la fortune pousse sa roue,
Et leur prépare encore un tour !
Comme ils se pressent à travers le palais,
Enfilant un couloir voûté,
Qui débouche sur une cuisine,
Ils rencontrent soudain la reine...


 

CCIII

(8851-8878)

Quant vit delfis isnel le pas
Li dist ou porterais ses dras
Et il respont dame per foi
Vostre fille les welt avoir
Fait la royne vai ades
Vai davant et girai apres
Ju irai ma fille veoir
De piece ne men quier movoir
Si vairai sa robe taillier
Se se pooit esleessier
Dont seroie je bien guerie
Onques delfis tant de samie
Ne pensait com de soi guerir
Or fut il mout pres de morir
La chambre lor fut de[s]fermee
La royne est dedens entree
Et cil davant li ambedui
Seur furent de grant anui
A povre perdu nen chaloit
Por samie que il veoit
Por li se cuidest bien deffandre
De tot le mont cel vosist prendre
Mai en son cuer mout li pesoit
De sespee que il navoit
Tuit quatre furent entrepris
Mai la pucele se mest vis
Vosist que sa meire fust morte
Ansois que cil que les dras porte

La reine, quand elle voit Dauphin,
Lui dit : " Où vas-tu avec ces draps ? "
Et il répond : " Dame, par ma foi,
C'est votre fille qui veut les voir.
La reine dit : " Va-t-en devant !
Vas-y et je te rejoindrai.
J'irai m'installer chez ma fille,
Pour assister tranquillement,
À la taille de sa robe.
Si cela peut la distraire,
J'en serai bien réjouie. "
Dauphin cherchait désespérément,
Comment échapper au péril ;
Et il fut certes bien près de mourir !
Quand la porte s'est ouverte,
La reine est entrée la première ;
Mais si elle avait attendu,
Ils risquaient un bien gros ennui !
Povre Perdu ne s'en souciait guère,
Car il voyait enfin sa mie.
Pour lui, il savait se défendre,
De n'importe qui le voulût prendre.
Mais en son cœur il lui pesait,
De n'avoir pas pris son épée !
Ils étaient tous quatre bien embarrassés,
Mais la pucelle, à mon avis,
Eût préféré voir sa mère morte,
Plutôt que celui qui portait les draps !


 

CCIV

(8879-8906)

Oez signor de[s] .II. amors
Qui sont de diverses quelors
Et escoutez com sutilment
Li une amor[s] latre desment
Sa meire lavoit mout amee
En son ventre lavoit portee
Mout doucement lavoit norrie
Et por celui cui fut amie
Qui onques nul bien ne li fist
De la royne muelz vosist
Quele fust morte que de lui
Por cui avoit si grant anui
Seu faissoit amor[s] de nature
Qui ossi(s)t latre per droiture
La royne lor dist posez
Ses dras et si les me mostrez
Delfis respont mout volentiers
Laissies les moi apparillier
Un bel tapi me faites kerre
Quil ne soient mis a la terre
Seu dissoit il por destorbier
Et por sa vie a esloignier
La royne fist aporter
Un tapi si le fist poser
A ses pies puels dist si les met
Et je trametrai un valet
A mon signor qui doit venir
Seanz reposer et dormir

Laissez-moi, mes seigneurs, vous dire
Comment ces deux amours s'opposent,
Dans leur nature différente, et comment
L'un désavoue subtilement l'autre.
Sa mère l'avait beaucoup aimée,
Elle l'avait portée dans son ventre,
Et elle l'avait bonnement nourrie.
Et pourtant, c'est bien son ami,
À qui elle ne devait rien,
Qu'elle préfèrait à sa mère, la reine !
Elle eût mieux aimé la voir morte,
Plutôt que de le voir occis !
C'est bien là l'amour de nature,
Qui écarte l'autre, de bon droit.
La reine leur dit : " Posez
Les draps et montrez-les moi. "
Dauphin répond : " Bien volontiers,
Laissez-moi les disposer.
Et faites-nous chercher un beau tapis,
Qu'on ne les pose pas par terre. "
Il disait cela pour créer une diversion
Et gagner du temps.
La reine fait apporter un tapis,
Qu'elle fait étendre à ses pieds
Puis elle dit : " Pose les tissus,
Et qu'on envoie un valet,
S'enquérir de mon seigneur,
Qui doit venir reposer céans. "


 

CCV

(8907-8924)

Delfis nen ot poent de comfort
Tuit furent segur de la mort
La chambre fut un poc occure
Or escoutez quele aventure
Mentres quil pansent de la mort
Et aventure les detort
De la mort aloient pensant
A la royne vient a tant
Uns damoisiaus qui la demande
Dame fait il li rois vos mande
Alez vos en hastivement
Il est malaides durement
Soudaignement ait grant mal pris
Forment li grieve se mest vis
La royne isnelement
Sen torne que plus ni atant
Mout sen vet tost que grant paor
Ot del malaige son signor

Dauphin alors se sent vraiment mal.
Tous croient leur dernière heure venue.
La pénombre envahit la chambre.
Écoutez bien ce qui va suivre !
Alors que tous sont convaincus
Que leur dernière heure est venue,
Le hasard soudain les surprend.
On annonce à la reine
Qu'un damoiseau la demande :
" Dame, fait-il, le roi vous appelle,
Dépêchez-vous !
Il vient d'avoir un malaise,
Soudainement.
Cela semble grave ! "
La reine s'en retourne aussitôt,
Au plus vite,
Vers son époux,
Affolée par la nouvelle.


 

CCVI

(8925-8948)

Quant la dame cen est tornee
La chambre fut mout bien fermee
Adonc furent li drap pose
De grant peril sont eschape
Delfis remeist a sypriane
Qui ne fut pas de riens vilaigne
Mout si savoit bien acoentier
Et de parole losengier
Et li povres perdus ala
Vers la pucele quil ama
La damoisele se gissoit
En son lit pas ne se dormoit
Ele ne fut pas tote nue
Sa chemise avoit vestue
A povre perdu dist amis
En la moie foi vos plevis
Que mout doi bien servir amor(s
Qui mait tramis tel tailleor
Ses sezoires que vos tenez
Metez jus et a moi venez
Il fist mout bien tot son voloir
Tost les mist jus sala seoir
Davant li cest assis a terre
Or ait la damoisele guerre

Quand la dame s'est retirée,
On ferme soigneusement la porte,
Et on décharge le ballot de tissus.
On vient d'échapper à un grand péril !
Dauphin s'approche de Cyprienne,
Qui se montre aimable,
Car elle sait bien bien s'y prendre,
Pour flatter sa compagnie.
Et le Povre Perdu rejoint
La jeune fille dont il est épris.
La demoiselle est étendue sur son lit,
Mais elle ne dort pas,
Ni ne se montre toute nue :
Elle est vêtue de sa chemise.
Elle s'adresse à Povre Perdu : " Ami,
Dit-elle, je suis prête à parier, ma foi,
Qu'un fin connaisseur de l'amour
A choisi pour moi ce tailleur.
Posez vos ciseaux, mon ami,
Et venez vers moi. "
Il se soumet à sa volonté,
Pose les ciseaux et va s'asseoir,
Devant elle, à ses pieds.
La demoiselle hésite, pensive.


 

CCVII

(8949-8960)

Entre amor et sapience
Lun[s] a son cuer et latres tance
Sapience mout poc avoit
Del cuer la grinor part tenoit
Amor[s] perfont i fut plantee
Sapience en ait fors getee
Sapience li ot mostre
Garde bien ton halt parente
Tu seiz la povrete sestui
Ne te metre a honte por lui
Seu li ot sapience dit
Mai amor[s] le li contredi(s)t

Entre l'amour et la sagesse,
Son cœur brûlant hésite peu.
La sagesse se défend à peine,
Car le cœur est bien embrasé
Par l'amour qui s'y est planté.
L'amour éloigne la sagesse
Qui pourtant lui dit :
" N'oublie pas qui tu es,
Et que ce garçon est pauvre.
Ne te déclasse pas pour lui ! "
C'est ce que lui dit la sagesse,
Mais l'amour lui répond.


 

CCVIII

(8961-8982)

Fait amor[s] ne len croire pas
Se en eslire halt ne baix
Veloies atorner ta cure
Tu me todroies ma droiture
Ce font cil que sont en justisse
De quevotisse et davarisce
Car avarisce les semont
De monter ades contremont
Quevoitisse les fait eslire
Puels tornet tost lor joie en ire
Et fortune qui ne sejorne
En ire tost lor joie torne
Telz welt amer selonc paraige
Qui quiert son duel et son damaige
Nest donc la poume muedres frus
Que dun grant che[s]ne un[s] glandus
Li che[s]nes est plus grans per foi
Que li poumiers nest endroit soi
Mai la pome valt muelz assez
Et mout est muelz assavorez
Et por odor et por maingier
Se tot voit on baix le pomier

L'amour lui dit : " Ne crois pas
Que tu doives te préoccuper
Du lignage de ton ami.
Tu fausserais mon sentiment,
Comme ceux qui chicanent,
Par péché d'avarice,
Car la cupidité les incite,
À s'engager à contre-sens.
Ils ont choisi par convoitise,
Et leur joie s'éteint aussitôt,
Tandis que la fortune les abandonne ;
Car elle abhorre les gens tristes !
Tel veut aimer selon son parage,
Qui y trouve douleur et dommage.
La pomme n'est-elle pas un fruit meilleur
Que le gland du chêne ?
Mais le chêne est plus grand, ma foi,
Que le pommier !
Pourtant la pomme est préférable,
Car elle est bien plus savoureuse,
À l'odeur comme au goût,
Même si le pommier est petit. "


 

CCIX

(8983-9020)

Sapience li dist de loing
De cest povre te done soing
[Que] ni metre pas ton coraige
Un roi avrais de halt paraige
Plus riches iert plus porait faire
A celui dois ton cuer atraire
Car la mer[s] puet muels soustenir
Une neif et grant faix soffrir
De tot ise[u] qui est dedens
De condut et de vestimens
Ne fet uns petites rui[s]siaus
Qui est de corre plus isniaus
Seu que je di est veritez
Fait amor[s] seu voi ge assez
Quen la mer nen ait poent de foi
Morir i pories de soi
Fors est la mer[s] et siawe est cleire
Mai mout est per toz leus ameire
Petit fait de bien sens dolor
Et poc de joie sens paor
Per ceste meisme(s) raison
Pue(l)s entendre dun roi felon
Se il te prent que jai de lui
Nen avrais joie sens anui
Toz jors te tendrait en justisse
Tant pancerait a avarisce
Et en croistre sa richete
Jel te di bien en verite
Muelz te valt joie de folie
Que ire de sens a ta vie
Se prans roi ou empereor
Non avrais amin mai signor
Et ce cestui prans a mari
Si avrais signor et ami
Ne te tendrait pas en despit
Tu seis que li arbre petit
Font plus dous frut que li grinor
Et por maingier et por odor

La sagesse lui dit : " Garde tes distances
Avec ce pauvre garçon,
Et ne lui confie pas ton cœur ;
Tu épouseras un roi de haut parage.
Plus il sera riche, mieux ce sera !
C'est ainsi que tu dois choisir,
Car la mer est plus à l'aise,
Pour supporter le bateau,
Et le poids de ce qui s'y trouve,
De nourriture et de vêtement,
Que ne le fait le petit ruisseau,
Même s'il court bien plus vite.
Ce que je dis est la vérité. "
L'amour lui dit : " Méfie-toi,
Si tu m'en crois, de la mer :
Tu pourrais bien y mourir de soif.
La mer est puissante, son eau est claire,
Mais elle ne manque pas d'être amère.
Il n'y a pas de bonheur sans peine,
Et peu de joie sans inquiétude.
C'est pour cette même raison,
Que tu ne peux, d'un mauvais roi,
Si tu l'épouses, espérer mieux
Que du malheur.
Tous les jours il te chicanera,
Obsédé par sa cupidité,
Et son besoin de s'enrichir.
Je te dis bien la vérité :
Mieux vaut être fou et joyeux
Que sage et triste.
Si tu épouses un roi, ou un empereur,
Il ne sera pas ton ami mais ton seigneur.
Mais si tu prends celui que tu aimes,
Tu auras un seigneur et un ami.
Il ne te décevra pas !
Tu sais bien que les arbrisseaux
Portent des fruits incomparables,
Au goût comme à l'odeur. "


 

CCX

(9021-9036)

Fait amor[s] en cestui prendras
Signor et amin se tu lais
Grant joie en avrais a ta vie
Ne dois ameir per signerie
Fait amor[s] nai pas tel usaige
Deslire halt ne baix paraige
Seu qui li vient per aventure
Prent cil qui aigmet sa droiture
Per aventure est venus
Si a toi li povres perdus
Ju et fortune se mest vis
Lavons issi a toi tramis
Cil sen tornet ja mais se cut
Navrais de lui itel de(s)duit
Or pue(l)s de lui avoir grant aisse
Je te comans vai si le baisse

L'amour lui dit : " Tu auras ainsi,
Près de toi, un seigneur et un ami,
Qui te réjouira toute ta vie :
Ne cherche pas de seigneurie !
Ce n'est pas dans mon habitude,
De choisir selon le lignage.
Prends qui te vient par aventure,
Et aime-le, s'il te convient.
C'est l'aventure qui a conduit
Le Povre Perdu jusqu'à toi.
La Fortune, et moi-même,
L'avons mené à ton côté.
S'il s'en retourne, je suis sûr,
Que plus jamais tu ne connaîtras
Telle jouissance et tel déduit.
Je t'en conjure, va, baise-le ! "


 

CCXI

(9037-9064)

La pucele amors bien croit
Per li ne perdrait pas son droit
En son cuer di(s)t que le fera
Se samor li demandera
Il est tant frans bien sai por rien
Ne me querroit ne mal ne bien
Latrier quant il fut davant moi
Il ne me dissoit riens de soi
Mai quen feisse sodoier
Il ne me savoit plus proier
Et por moi est en cest pais
Por moi ait mout donei et mis
Donc me quiert il de bele guisse
Quant il por moi fait le servisse
Qui welt servir sens demander
Sens querre li doit on doner
Vilaigne feme avrait servie
Se je ne sui veraie amie
Si sai ge bien quil mest avis
Se je fuisse en son pais
Estrainge si com il est si
Ne deusse pas tel mersi
Avoir de lui que sens priere
Li donesse mamor premiere
Mai or voi ge bien quil est drois
Quil est estrainges et adrois
Ne riens ne me seit demander
Sens querre le li doi doner

La pucelle se laisse convaincre,
Que l'amour ne saurait la trahir,
Et elle est prête à satisfaire
Toutes ses exigences.
" Il est si franc, je le vois bien,
Qu'il ne saurait me faire du mal.
L'autre jour, quand il est venu,
Il ne m'a rien dit de lui,
Sinon qu'il est simple soldat,
Et ne sait quoi me demander.
C'est pour moi qu'il est venu,
Se battre en ce pays,
Et me courtiser, de belle manière,
En combattant, au service de mon père.
À celui qui sert librement,
On doit donner généreusement.
Je ne serais rien que vilaine,
Si je refusais d'être son amie.
Je le sais bien, sans hésiter.
Si je vivais en son pays,
Étrangère comme il l'est ici,
Ne dussé-je point lui rendre hommage,
Et lui confier, sans autre façon,
Mon amour, la toute première ?
Je vois bien que cet homme est droit.
Comme il est étranger et honnête,
Il ne me demandera rien :
C'est à moi de me donner à lui. "


 

CCXII

(9065-9078)

La pucele fut bien a aisse
Vers soi le trait .C. fois le baisse
Puels li dist amins sus levez
Et un poc plus halt vos seez
De vostre robe ne croi pas
Que doie touchier a mes dras
Je ne croi pas quele soit vostre
Vos fussies boens moengnes en clostre
Riens ne prendries sens comant
Sire car metez si davant
Cele robe que sor vos voi
Si venez si jesir lez moi
Amins venez entre mes bras
Car je ne quier atre soulas

La pucelle, sans autre avis,
L'attire à elle pour l'embrasser ;
Puis elle lui dit : " Mon ami,
Monte là, près de moi,
Et retire donc ta capuche,
Qui te fait ressembler à un clerc.
Je ne crois pas qu'elle soit tienne.
Tu ferais un bon moine, en cloître,
Qui ne prend rien qu'on ne lui donne !
Sire, dévets-toi de ce manteau,
Dont je vois bien qu'il t'emprisonne.
Et viens t'étendre près de moi,
Que je te serre entre mes bras,
Car je n'attends pas d'autre joie. "


 

CCXIII

(9079-9152)

Quant li povres perdus lantant
De grei fist son comandemant
Isnelement cest despoilles
Les dras leva si cest couchies
Si pres de li qua son cors to[u]che
Bras a bras gissent bouche a bouche
Mout se sont entredelitie
Acoleit et estroit baissie
Quant il ont estei un petit
La damoisele li a dit
De dras taillier qui vos aprist
Amors fait il por vos mi mist
Voire fet ele que taillier
Seit amor[s] et atre mestier
De maint mestier fait aservir
Celui cui ele welt norir
Sez sezoires sont mout tranchans
Ses agulles sont mout poignans
A se(s)zoires tailla mon cors
Quant a vos lemportait la fors
De ses agulles me poignoit
Et mout grant anui me faissoit
Li fils qui en lagulle pant
Est as amans li lons atans
Li deas qui est sor le doi
Ait bien celei et vos et moi
La cousture fait ajoster
Nostre amor et mout bien serrer
Que ja mais ne porait chaingier
Bien ait amor[s] tot cest mestier
Amins per la foi que vos doi
Mout mest bel quant je si vos voi
Se je quis vostre amor premiere
Ne men tenez pas por legiere
Nel me tenez a vilonie
Il li respont ma douce amie
Vos avez fet seu que devez
Quant vos mon coraige savez
Car povres hons destrainge terre
Ne seit si atre feme querre
Mai ce il la puet tant servir
En grei quil li soit a plaissir
Cel nel welt del tot escondire
Bien li doit son coraige dire
Car vos iestes fille de roi
Ne t[a]ignoit vostre amor[s] a moi
Mai por amor qui me consent
Qui em paraige ne santent
La pucele sovent le baisse
A grant de(s)duit sont et a aisse
Mout ont baissie et acole
Mai je ne sai por verite
Se plus firent de lor voloir
Il fut jai aiques pres del soir
Sypriaigne sen done soing
Ades les esgardoit de loing
A lit en est alee droit
Dist damoisele seu que doit
Que vos avez si tant este
Avez mon comant trespasse
Non voir fet ele bele mestre
Ovrez les dras si vairez lestre
Per foi il ait ses braies mises
Andui avomes nos chemises
Fet la maistresce bien ais dit
Mout ait or si bel escondit
Car se la masons est fermee
Dedens puet bien estre embrasee
Bien puet seleement ardoir
Que len ne puet le feu veoir
Tant que la flame em peirt dehors
Damoisele de vostre cors
Ne faites pas tel vilonie
Dont je por vos perde la vie

Quand le Povre Perdu l'entend,
Il se rend à sa volonté,
Et se dépouille de son vêtement,
Se glisse sous le drap et s'étend,
Tout contre elle, corps à corps,
Bras à bras, et bouche à bouche.
Ils s'embrassent et s'entremêlent,
Et s'accolent et se baisent étroit.
Puis ils reprennent leur souffle,
Et la demoiselle lui demande :
" Qui donc t'a appris à coudre ainsi ?
– L'amour, dit-il, pour vous servir.
– Il est bien vrai, dit-elle, que l'amour
Connaît tous les usages,
Et impose mainte coutume
À celui qu'il entretient.
Ses ciseaux sont acérés,
Et ses aiguilles bien pointues.
Sa lame a déchiré ma peau,
Quand tu m'as tirée contre toi
Et la pointe de son aiguille,
M'a transpercée et ciselée.
Et le fil qui pend du chas,
Nous enserre l'un à l'autre,
Comme le dé qui colle au doigt.
Il nous prend et nous enlace
Et nous emprisonne au plus près.
Comme un filet, l'amour nous serre,
Tant qu'on ne pourra plus bouger.
Voilà bien ce que l'amour sait faire !
Ami, par la foi que je te dois,
Je suis heureuse que tu sois là !
Si j'ai pris les devants,
Ne m'en tiens pas pour légère,
Ni ne me traite de vilaine. "
Il lui répond : " Ma douce amie,
Vous avez fait ce que vous deviez,
Quand vous connûtes mon sentiment,
Car le pauvre homme de terre lointaine,
Ne sait pas comment femme aimer.
Il essaie de la servir,
De la façon qu'il lui convient.
Mais si elle craint qu'il lui échappe,
Elle doit bien lui avouer sa flamme.
Car vous êtes fille de roi,
Et ne sauriez m'approcher,
Si l'amour ne nous l'autorisait,
Qui n'entend rien au bon parage. "
La pucelle l'embrasse sans cesse,
Ils se baisent et jouissent à l'aise,
Et s'accolent et s'entremêlent,
Mais je ne sais, à la vérité,
S'ils ne firent plus qu'ils ne le voulaient !
La nuit bientôt approche,
Et Cyprienne se ronge les sangs,
En les observant de loin.
Elle se décide enfin à s'approcher du lit :
" Demoiselle, dit-elle, je dois vous dire
Que le temps est dépassé,
Et mon conseil outrepassé.
– Non, certes, belle maîtresse,
Ouvrez les draps et regardez
Comme il gardé sa culotte ;
Et l'un et l'autre avons nos chemises. "
La maîtresse dit : " C'est bien !
Il s'est bien comporté.
Car si la maison est bien fermée
Peu importe le feu
Qui brûle à l'intérieur.
Personne n'en sait rien,
Tant qu'il n'en échappe pas de flamme.
Demoiselle, soyez attentive
À ne pas user de votre corps,
De façon telle que j'en perde la vie. "


 

CCXIV

(9153-9194)

Dist la pucele non ferai
Fait la maistresce je ne sai
Puels redist a povre perdu
Vasas bien vos est avenu
Avez aut de vostre amie
De bel de(s)duit une pertie
Car vos levez hastivement
Je vos di bien veraiement
Que se li rois est eschapez
Que ses mals ne li soit grevez
Si vendrait sa fille veoir
Il li suelt venir chascun soir
Dist la pucele non fera
Se deu plaist anuit ne girra
Son ami prent et si lacole
Dist sypriaigne tu es fole
De moi et de toi ais grant tort
Vuels nos tu toz livrer a mort
Sire por deu de ci levez
Je vos di bien se(n) len creez
Que vos ferois mout grant folie
Il ait acolee samie
Et cele lui .C. fois le baisse
Si feist plus sen eust aisse
Puels leva li povres perdus
Tost cest et chasies et vestus
Et la pucele se leva
Tant com li lut si le baissa
Delfis lait bien apparillie
Le drap li mist sore le chief
Apres les sezoires li tant
Samie baisse puels les prent
Et per le conseil de samie
Laissent del drap une pertie
Congie prangnent et si sen vont
Tant que a lostel venu sont
Que home nen ont encontre
Bien ont seurement ale
Puels orent ambedui maint jor
Riche soulas de lor amor
Si com moreis avant conter
Se vos me volez escouter

La pucelle dit : " J'y prendrai garde. "
La maîtresse dit : " Je ne sais pas. "
Puis elle s'adresse à Povre Perdu :
" Chevalier, l'aventure fut belle !
Vous avez connu avec votre amie,
Un grand moment de bonheur.
Il est grand temps de vous lever.
Car croyez bien que,
Si le roi est guéri,
Si son mal ne s'est pas aggravé,
Il viendra rendre visite à sa fille.
Comme il le fait chaque soir.
La pucelle dit : " Il ne viendra pas,
S'il plaît à Dieu, cette nuit ! "
Elle prend son ami et l'embrasse.
Cyprienne dit : " Tu es folle !
Veux-tu donc nous livrer,
Toutes les deux à la mort ?
Sire, par Dieu, levez-vous.
Je vous assure que vous seriez fou
De lui faire confiance. "
Il embrasse son amie
Et elle le baise cent fois.
Et aurait bien voulu le faire plus encore.
Povre Perdu se lève enfin,
S'habille et se chausse,
Et la pucelle se lève aussi,
Et le baise tout à sa guise.
Puis Dauphin arrange l'équipage :
Il installe le ballot de tissus,
Et tend les ciseaux à son seigneur.
L'autre baise encore sa mie,
Et, répondant à son conseil,
Lui laisse un coupon de tissu.
Ils prennent congé et s'en vont.
Ils rejoignent bientôt l'hôtel,
Sans rencontrer personne,
En toute sécurité.
Nos deux amants connaîtront encore
Beaucoup de joie de leur amour,
Comme je vais vous le conter,
Si vous voulez bien m'écouter.


 

Note 1 : Il s'agit, selon l'acception de l'époque, de l'orient, et donc des Sarrasins.

 

Chapitre 9

La bataille de Sabato