©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.


 

Aymon de Varennes

LE ROMAN DE FLORIMONT

La Ballade du Povre Perdu

1188

traduit de l'ancien français par Jean-Paul Desgoutte

 

 

Note bibliographique


 

 

Le patient travail d'Alfred Risop, repris et achevé (en 1932) par Alfons Hilka, a permis à ce dernier d'établir une transcription intégrale, commentée et raisonnée, du manuscrit du Roman de Florimont (1188) d'Aymon de Varennes, conservé à la Bibliothèque nationale de France (fonds français) et répertorié sous la cote fr.15101.


Ce manuscrit, dont les deux savants allemands datent la copie du 13ème siècle, est, selon leur avis, le plus proche de l'original, parmi la douzaine de parchemins qui nous sont parvenus et qu'ils ont analysés et confrontés. Annotée et commentée, à partir d'une étude attentive des autres versions disponibles du récit, cette transcription, a été éditée en 1932 à Göttingen par Alfons Hilka, en hommage à son prédécesseur. C'est cette version (la seule qui ait, jusqu'à présent, donné lieu à une analyse critique et raisonnée exhaustive) que nous avons choisie pour réaliser une traduction en français moderne du récit d'Aymon de Varennes —désespérément absent, depuis toujours, du catalogue des imprimés de la littérature française.

Nous empruntons ci-dessous à la préface de Alfons Hilka (op. cit.) la description bibliographique (mise à jour) des manuscrits de référence qui subsistent du Roman de Florimont :

" Le roman d'aventure Florimont d'Aymon de Varennes nous est connu à travers les manuscrits suivants :

1. A = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr.353 (anc. 6973), f. 1-42. Parchemin du 14è.s. Page de deux colonnes de 80 lignes.

2. B = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 792 (anc. 7190), f. 3-50. Parchemin du 13è.s. Page de trois colonnes de 48 lignes.

3. C = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 1374 (anc. 7498), f. 173-182. Parchemin du début 13è.s. Page de deux colonnes de 44 lignes. Manquent 1019-1187, 1695-1868, fin : 2042.

4. D = Paris, Bibliothèque nationale de France fr. 1376 (anc. 7498) f. 1-93. Parchemin du 13è s. Page deux colonnes de 33 lignes.

5. E. = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr.1491 (anc. 7559) f. 1-86. Parchemin du 14è. s. Page de 2 colonnes de 40 lignes.

6. F = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 15101 (anc. 413), f. 2-119. Parchemin du 13è. s. Page de 2 colonnes de 30 lignes.

On distingue deux versions F1 et F2. Il manque les huit premières pages et la dernière page de F1, sauf les pages 4 et 8. Les neuf pages présentes furent copiées ultérieurement (F2) par un autre copiste, selon Risop, qui mentionne plus tard dans son journal : " Lors de mon étude du manuscrit, en 1879, que j'avais dû interrompre de façon soudaine, il m'avait échappé que les feuillets 4 et 8, dont l'écriture est plus ancienne et l'état de conservation médiocre, étaient restés insérés dans le cahier, au même titre que les folios numéros 1 à 120, si bien qu'on retrouve le texte de référence deux fois dans le manuscrit." [...]

7. G = Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 24376 (anc.2706), f. 1-78. Parchemin du 14è s. Page de 2 colonnes de 44 à 46 lignes.

8. H = Londres, British Museum, Harley, 4487, f. 3-86. Parchemin copié en 1295. Page de 2 colonnes de 37 lignes. Manquent 1183-2370, 8005-8152.

9. H2 = Londres, British Museum, Harley, 3983 f. 1-82. Parchemin copié en 1323. Page de 2 colonnes de 40 lignes. Manquent 5487-5610.

10. I = Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, fondo antico 22, f. 1-102. Parchemin du 14è. S. Page de 2 colonnes de 24 lignes.

11. K = Torino, Biblioteca Nazionale universitaria, L. II. 16, f. 1-90. Parchemin du 14è. Page de 2 colonnes de 38-39 lignes.

12. L = Monza, Biblioteca capitolare, 6. 21. 137, f. 1-78. Parchemin de la première moitié du 14è s.

13. M = Montpellier, Bibliothèque universitaire, H. 252, f. 18-61. Parchemin du 13è. s. Page de 2 colonnes de 46 lignes ; début : v. 161 ; fin : vers 11034.

14. T = Tours, Bibliothèque municipale, 941, f. 1-89. Parchemin du 13è. s. Page de 2 colonnes de 38 lignes.


Il est apparu évident à A. Risop que la version F se prêtait particulièrement bien à un travail d'édition. Nous avons faite nôtre sa conviction à ce sujet. Nous avons pu par bonheur la contrôler, grâce au texte témoin H. Le lecteur et le critique doivent penser que j'ai eu à cœur, avant toute chose, de rendre accessible —après tant d'années de patience et de frustration— à ceux qu'il concerne, un texte si important, du point de vue littéraire et philologique et ce, au risque d'avoir omis quelques impropriétés...
" A. H. (Traduction : J.-P. D.)


Il a été reproché, à juste titre, à Alfons Hilka, ses commentaires et suppositions erronés quant aux origines d'Aymon de Varennes et au lieu où il a rédigé son Roman de Florimont. Pierre Gardette [1] en a rétabli la vérité sans que cette mise au point retire rien à l'immense mérite du travail réalisé par les deux philologues allemands. J.-P. D.


Note 1: cf. Gardette ( Pierre), " Aimon de Varennes, lyonnais ", in Romania, 77, 1956, pp. 506-510.

 

 

Traduction achevée à Joinville-le-pont, le 26 novembre 3012.

Sommaire

©jean-paul.desgoutte-arpublique-2013.