TIKARÉ

BURKINA FASO

DES VILLAGEOIS FONT DES DIGUETTES POUR AMELIORER LEURS TERRES

1 - MOYENS ET MANIERES DE FAIRE LES DIGUETTES

D'où est venue l'idée de faire des diguettes ?

En 1976 un ingénieur du service de l'agriculture est venu nous montrer comment faire les diguettes. C'est nous qui lui avons demandé cette formation. On avait constitué un groupement de jeunes et vu ensemble qu'il vaut mieux rester au village pour travailler dans notre pays plutôt que de toujours partir à l'étranger. Partir et laisser les parents se débrouiller seuls, ce n'est quand même pas bien. Voilà pourquoi nous avons voulu nous former pour travailler au village et y vivre normalement.

Pourquoi faire des diguettes ?

Toutes nos terres sont gâtées par l'érosion et c'est pour empêcher ça qu'on fait des diguettes. S'il pleut 10 canaris d'eau, il n'en reste même pas 2 sur place et nos terres sont toujours sèches. Les 8 autres canaris s'en vont dans les autres pays en emmenant avec eux toute la bonne terre, l'humus. Les diguettes empêchent l'eau de s'en aller. L'eau rentre dans le sol pour bien mouiller la terre et les débris qui la fertilisent ne sont pas emportés ailleurs.

"Les deux extrémités du tuyau sont attachées à des bâtons de 1 mètre de hauteur"

La fabrication du niveau

Pour faire les diguettes on utilise un niveau. Ce niveau est fabriqué par nous. C'est un tuyau en plastique transparent de 10 mètres de longueur. Les 2 extrémités de ce tuyau sont attachées à des bâtons de 1 mètre de hauteur. Pour qu'ils se tiennent debout, ces bâtons sont plantés dans des boîtes remplies de ciment. On met de l'eau dans le tuyau en laissant un peu d'air aux 2 extrémités. On place les 2 bâtons l'un à côté de l'autre, sur un terrain bien plat. L'eau arrive à la même hauteur des 2 côtés. On fait alors des marques sur les bâtons à la hauteur de l'eau. Puis on bouche les 2 extrémités du tuyau. Comme cela, quelle que soit la position du niveau, l'eau ne peut pas sortir.

Les courbes de niveau

Avant de faire les diguettes, il faut marquer les courbes de niveau. Pour faire les courbes de niveau. d'abord on regarde le sens de la pente. On regarde de quel côté l'eau coule. Ensuite, avec le niveau on cherche la force de l'eau, c'est à dire combien de diguettes il faudra faire pour empêcher l'eau de couler.
Cela dépend de la pente du champ. Plus la pente est forte, plus il faut des diguettes proches les unes des autres. Les diguettes doivent avoir 30 centimètres de haut pour pouvoir bien arrêter l'eau. On pose une extrémité du niveau en haut, au début du champ.

 

.

On regarde alors à quel endroit il faut mettre l'autre extrémité (voir dessin) pour que de chaque côté l'eau soit à la même hauteur. Et comme ça, de 10 mètres en 10 mètres, on détermine la première courbe de niveau et aussi la première diguette à faire. Pour marquer la courbe on met des piquets tous les 10 mètres.

 


Pour savoir à quelle distance il faut faire la deuxième diguette, il faut chercher la deuxième courbe de niveau. Pour cela on utilise 2 briques de 15 centimètres. On pose une extrémité du niveau au pied de la première diguette et la deuxième extrémité dans le sens de la pente. On pose les 2 briques par terre, l'une sur l'autre pour avoir une hauteur de 30 centimètres. Et on pose l'autre extrémité du niveau dessus les 2 briques (voir dessin). On déplace les briques jusqu'à ce que l'eau soit à la même hauteur des 2 côtés. On met un piquet et on recommence à déplacer le niveau de 10 mètres en 10 mètres. Ainsi on obtient une deuxième courbe de niveau plus ou moins loin de la première, mais à 30 centimètres en dessous de l'autre. On recommence de la même manière pour toutes les autres courbes jusqu'à ce que le champ soit terminé.

La fabrication des diguettes
Quand les courbes de niveau sont marquées, alors on peut commencer à faire les diguettes. Pour faire les diguettes on creuse quelques centimètres de terre qu'on met en tas en suivant la courbe de niveau et qu'on tasse très fort avec une dame. La largeur des diguettes doit être d'à peu près 60 centimètres et la hauteur de 30 centimètres. Quand on commence à creuser, la bonne terre du dessus on la met de côté et c'est la terre du dessous que l'on prend pour faire la diguette. Quand la diguette est bien damée on remet la bonne terre par-dessus comme ça l'herbe va pousser facilement et les racines des plantes tiendront la terre des diguettes.
Pour faire les diguettes on prend toujours la terre au-dessus de la courbe de niveau. S'il y a des cailloux on les utilise et ils consolident bien les diguettes. M ais il faut les mettre derrière la terre. On les plante un peu dans le sol et on met la terre contre. Comme ça, si l'eau coule et arrive à franchir la diguette elle ne peut pas la détruire parce que l'eau coule sur les cailloux. Quand on met des cailloux dans les diguettes c'est beaucoup mieux parce que les cailloux tiennent bien la terre. L'eau ne peut pas entraîner les cailloux comme elle entraîne la terre. Surtout s'il y a beaucoup de pente les cailloux sont très bien. Les diguettes ne vont pas s'abîmer vite, elles dureront plus longtemps. On transporte la terre et les cailloux avec des brouettes. Tout ce travail se fait à la main.

La formation

Nous étions 20 jeunes à la première session que nous avons faite avec l'ingénieur du service de l'agriculture. Il y avait 10 jeunes d'un village à 10 kilomètres d'ici et 10 jeunes de notre village. Cette formation a duré une semaine pendant laquelle nous avons fait concrètement le travail sur le terrain. Maintenant que nous sommes formés, c'est nous qui formons les autres villageois qui veulent faire des diguettes.
L'an dernier, nous avons eu 3 villages en formation et cette année nous en avons eu 10. On demande 10 participants à chaque village qui veut une formation pour faire des diguettes. Ensuite, de retour chez elles, ces 10 personnes peuvent faire un seul groupe en ajoutant encore 10 autres personnes. Elles peuvent se diviser pour faire 2 ou 3 groupes avec les autres villageois. C'est à eux de s'organiser comme ils veulent. Mais on leur recommande de faire des groupes de 20 personnes parce que c'est un bon nombre pour faire ce travail. Pour le moment, sur l'ensemble des villages alentour, il y a 14 groupes de jeunes qui font des diguettes et qui ont suivi une formation pour ça.


REFLECHISSONS

1. Quels sont les avantages apportés par les diguettes ? Est-ce que cela vous semble important ? Pourquoi ?

2. Qu'est-ce que vous pensez de la fabrication du niveau par le groupe des jeunes ? Est-ce que son utilisation vous paraît simple ou compliquée ? Pourquoi ?

3. Est-ce que vous pouvez expliquer :
- ce qu'est une courbe de niveau ?
- pourquoi les diguettes doivent suivre les courbes de niveau ?

4. Que pensez-vous du travail de ces jeunes ? Pourquoi est-ce qu'ils n'attendent pas que le gouvernement fasse ce travail à leur place avec des machines ?

5. Est-ce que la formation concrète sur le terrain vous paraît une bonne chose ? Pourquoi ?

6. Dans votre village est-ce qu'il a des problèmes d'érosion ? Qu'est-ce que vous faites pour les résoudre ?


VOICI LES DIFFERENTS CHAPITRES DE CE LIVRE

1 - Moyens et manières de faire les diguettes

2 - L'organisation du travail

3 - L'expérience d'un autre village

4 - Mettre tout le monde dans le coup : réfléchir et se former

5 - Les autres activités du groupement



Ce livre a été fait par le GRAAP. Si l'expérience de ces villageois t'a intéressé, si elle a intéressé les paysans hommes et femmes de ton village, si cela vous a aidé à réfléchir ensemble, sur vos propres problèmes, nous en sommes très contents.

Peut-être vous avez des questions à poser. Peut-être vous voulez raconter à vos frères des autres villages, ce que vous faites chez vous :
Pour cela, écrivez-nous.

GRAAP ou CESAO B.P. 305 BOBO-DIOULASSO H.V.

Plusieurs livres comme celui-ci où des paysans, des éleveurs, des villageois racontent leur vie, leurs expériences, sont déjà faits. Vous pouvez commander les numéros que vous désirez à l'adresse ci-dessus.