Jean-Paul DESGOUTTE

 

Théories des signes

Phonétique et phonologie

 

La parole se matérialise comme une chaîne de sons de nature musicale (les voyelles) agrémentés de bruits (les consonnes). L'unité de la chaîne est la syllabe elle-même constituée d'un noyau vocalique et d'un ou de plusieurs segments consonantiques antéposés et / ou postposés selon le schéma :

(C)(C)-V-(C)(C)

Le génie phonique propre à chaque langue tend à valoriser la variété vocalique ou le jeu des enchaînements consonantiques selon un schéma mono- ou polysyllabique.

L'analyse phonologique est fonctionnelle. Elle a pour objet de mettre en évidence les unités phoniques qui, dans le cadre d'une langue naturelle, peuvent servir de supports à une opposition lexicale.

L'identification des unités phonologiques propres à une langue donnée se réalise par la méthode dite des paires minimales qui révèle les oppositions fonctionnelles à l'œuvre dans le système étudié.

Si les segments phoniques [maRipãs] et [maRidãs] sont en français les supports de deux propositions de signification différente, on peut en déduire que les éléments phoniques /p/ et /d/ jouent dans cette langue deux rôles distincts.

On opposera de même /b/, /v/, /p/ : { Il n'a pas bu }, { Il n'a pas vu }, { Il n'a pas pu }... ou encore : /f/ et /s/ { Elle prend la fuite } et { Elle prend la suite }, etc.

On établit ainsi, de proche en proche, la liste des éléments phoniques, voyelles et consonnes, qui, dans une langue donnée, jouent un rôle de discrimination fonctionnelle. Cette liste n'a pas pour objet de décrire les propriétés articulatoires ou acoustiques propres à chacun des sons qui la constituent mais bien de nommer la différence qui l'oppose à tous les autres.


LES VOYELLES

On peut décrire le système phonologique d'une langue naturelle comme le produit d'une différenciation progressive fonctionnelle des sons vocaliques et consonantiques qui le caractérisent. Ce qui pour le système vocalique du français prend la forme suivante :

Discrimination vocalique

1.
{V}
=>
+
a
(moyenne / basse)
2.
=>
{E}
+
+
{O}
(antérieure / médiane / postérieure)
3.
{E}
=>
+
e
+
i
(ouverte, moyenne, fermée)
4.
/O/
=>
+
o
+
u
(ouverte, moyenne, fermée)
5.
+
e
+
i
=>

, œ

+ e, Ø

+ i, y

- / arrondie
6.
+
+
a
+
œ
=>
/
+
/
+
a / ã
+
œ /
- / nasale
 

On caractérise ainsi les voyelles du français :

1. d'après l'ouverture de la bouche : ouverte / moyenne / fermée,

2. d'après la position de la langue : antérieure / médiane / postérieure.

3. d'après la position des lèvres : arrondie, non arrondie.

4. d'après le mode d'articulation : oral, nasal.


Points d'articulation des voyelles cardinales

Exemple : le phonème /i/ s'oppose

1. au phonème /u/ selon le contraste antérieur ~ postérieur,

2. au phonème /e/ selon le contraste fermé ~ ouvert,

3. au phonème /y/ selon le contraste non arrondi ~ arrondi.


Système des voyelles du français :

Antérieures
Médianes
Postérieures
Fermées
arrondies
non arrondies

 

 

y (rue)
i (riz)
 
u (roue)
ø (peu)
e (nez)
(petit)
o (peau)

orales

nasales

œ (peur)

(père)
(vol)
(brun)
(brin)
õ (bon)

orales

nasales

a (patte)

â (pâte)
ã (lent)
 
Ouvertes
 

 

LES CONSONNES

On caractérise les consonnes d'après leur point d'articulation à l'intérieur de la bouche :

De l'avant vers l'arrière :

Consonnes labiales, dentales, alvéolaires, palatales, vélaires, uvulaires, pharingales.

S'ajoutent à ce principe de base les traits liés au mode d'articulation (occlusif / constrictif), au voisement (sourdes / sonores) et à quelques autres caractères qui se distribuent de façon variable selon les langues.


Les consonnes du français

labiales
alvéo-dentales
palatales
vélaires
Occlusives sourdes

p (pas)

t (ta)
k (cas)
sonores
b (bout)

d (doux)

g (goût)
Constrictives sourdes
f (fou)
s (sou)
(chou)
sonores
v (rave)
z (rase)
(rage)
Nasales  
m (pomme)
n (donne)
ñ (pogne)
Liquides  
l (loup)
 
R (roue)
Semi-voyelles

 

ÿ (lui)

j (paille)
w (louis)

 

Exercice: transcrire en phonétique :

"Quand on a beaucoup voyagé à travers les pays, les livres et les hommes, on éprouve parfois le besoin de s'arrêter un jour..." Blaise CENDRARS, Moravagine.

"Tiens, il est neuf heures. Nous avons mangé de la soupe, du poisson, des pommes de terre au lard, de la salade anglaise. Les enfants ont bu de l'eau anglaise. Nous avons bien mangé ce soir." Ionesco, La cantatrice chauve.

Corrigé

 


On propose ici, à titre expérimental, une représentation systématique (originale) où le graphisme redouble l'organisation des traits phoniques (voir à ce propos hangul) :


Représentation graphique (originale) systématique des traits distinctifs :

Les voyelles du français

Antérieures
Centrales
Postérieures
Fermées
arrondies
non arrondies
semi-voyelles
ÿ
j
 
w
y
i
 
u
 
ø
e
o

orales

œ

nasales
õ

orales

a

nasales
ã
Ouvertes
 

 

Les consonnes du français

labiales
alvéo-dentales
palatales
vélaires
Occlusives sourdes

p

t
k
sonores
b

d

g
Constrictives sourdes
f
s
sonores
v
z
Nasales  
m
n
ñ
Liquides  
l
 
R
Semi-voyelles

 

ÿ

j
w

 


Exemple de transcription : La pipe de Charles Baudelaire

 

 
                                                   
          ;    
               
        ,    
            .
                                                   
          ,    
                 
               
        .    
                                                   
               
                 
            ,      
                                                   
               
                 
        .      
                                                   
                             

 

 

 

Points d'articulation des voyelles de l'anglais

Le système vocalique anglais se caractérise quant à lui par la richesse des compositions (diphtongues et triphtongues) et la durée variable des segments (longues / brèves).
Antérieures
Centrales
Postérieures
Fermées

i

u

Moyennes

e

o

Ouvertes

æ

a