La télévision en France

d'après Hervé MICHEL (voir bibliographie)

 

 

1. Les ordonnances de 44

A la Libération, le gouvernement provisoire prend le contrôle des médias qu'il réglemente par ordonnances. Le développement de la télévision en France se fait alors dans l'héritage et à l'ombre de la radio qui gère son budget jusqu'en 1953.
Le procédé de télévision française, en noir et blanc, élaboré par Henri de France, comporte 819 lignes, ce qui permet une meilleure définition de l'image que les autres standards européens (625 lignes) mais marginalise la France sur le marché. La même situation se reproduira lors de la création dans les années 60, du procédé couleur SECAM dû au même inventeur.
Le marché de la télévision, comme précédemment celui de la radio, se développe en France avec beaucoup de retard par rapport aux pays de l'Europe du nord.

Récepteurs
Angleterre
Allemagne
France
Radio
1939
9.000.000
11.500.000
5.000.000

1960

15.000.000

16.000.000
12.000.000
Télévision

1950

400.000

4.000
1951
590.000
23.000
1957
6.900.000
1.200.000
950.000
1960
10.000.000
4.600.000
1.900.000


2. La RTF, administration placée sous l'autorité du président du Conseil, est créée par décret en 1949. C'est un organisme très centralisé qui fait la part belle aux programmes nationaux. Elle deviendra un établissement public, sous la tutelle du ministère de l'information en 1959.

En 1957, un tiers du territoire français est couvert par la diffusion hertzienne alors que le territoire anglais est entièrement couvert en 1960. En 1960, 13% des foyers français sont équipés, la RTF diffuse 50 heures de programmes par semaine. Dix ans plus tard, 70% de la population reçoit la télévision.

3. L'ORTF, Office de Radiodiffusion et Télévision Française est créé en 1964 sur le modèle de la BBC. L'Office est géré, sous la tutelle du ministère de l'information, par un conseil regroupant à parité représentants de l'état et représentants des auditeurs et téléspectateurs. Une deuxième chaîne est créée en 1964 et une troisième en 1973. La couleur apparaît en 1967. La publicité est introduite à la télévision française en octobre 1968.

4. En 1974, l'ORTF est découpé en établissements autonomes. TF1, A2, FR3, Radio France, l'INA (Institut National de l'Audiovisuel), TDF (Télé Diffusion de France) et la Société Française de Production (SFP).

L'industrie des télécommunications est peu développée en France jusqu'au milieu des années 70. Le réseau du téléphone est étique. En 1978 cependant un ambitieux projet voit le jour, piloté par la DGT (Direction Générale des Télécommunications). Il donnera lieu à la création du minitel, à l'expérimentation de réseaux de TV locale alimentés par fibres optiques et au lancement des satellites Télécom 1 et TDF 1. TDF1 est co-produit avec l'Allemagne dans la perspective de la mise en place de la haute définition. Mais les satellites connaîtront des problèmes de mise en service et la nouvelle norme sera elle-même abandonnée au profit de la technologie numérique. Quant au minitel il finira par succomber à la concurrence d'internet.

5. Fin du monopole. La loi de 1982 crée la Haute Autorité de l'Audiovisuel et affirme pour la première fois en France que " la communication audiovisuelle est libre ".

Le changement de majorité donne lieu au lancement des radios libres, au développement du Plan câble, au lancement d'une chaîne à péage, Canal + (1984, Rousselet-Havas) consacrée au cinéma (40% des programmes) et au sport (35%) dans le scepticisme général, puis en 1986 de la 5 (Berlusconi) et de TV6.

Le plan câble est un échec technologique et commercial (1,3 million d'abonnés en 1994, 2,7 millions en 1998).
Création de TV 5 Monde, chaîne francophone par satellite en collaboration avec les TV belge, suisse romande et québécoise.

6. En 1986, à la suite du changement de majorité, la Haute autorité est rebaptisée CNCL, Conseil National pour la Communication Libre. TF1 est privatisée. Les concessions sont redistribuées et de nouveaux opérateurs interviennent dans le champ des télécoms : Bouyghes, Vivendi, Bertelsmann (TV6), Lagardère, Suez Apparaît la Sept sur le câble, qui préfigure Arte.

7. En 1989 le CNCL est rebaptisé CSA : Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

Les prérogatives de ce conseil concernent l'application des règles s'appliquant aux secteurs public et privé, des règles s'appliquant aux diffusions en provenance de l'étranger, et des dispositions applicables aux nouvelles technologies. Il affecte les fréquences, nomme les responsables du service public, négocie le cahier des charges des entreprises privées, surveille les engagements concernant l'information, la protection des mineurs, les bonnes murs et le respect des quotas. La Sept est relayée par le satellite TDF1. En 1990 Hachette prend le contrôle de la 5 mais finit par déposer son bilan en 1992.

8. En 1992, création de France Télévision qui rassemble France 2 et France 3. La sept devient Arte et récupère la fréquence libérée par la faillite de la 5. Son budget est de 1 milliard de francs en 1993. En 1994 création de la Cinquième, chaîne du savoir et de l'emploi (budget 96 : 800 millions de francs.).

L'audience du service public passe de 90% en 1986 à 40% en 1993 (TF1 : 40%, M6 : 10%, Canal+ : 5%) et se stabilise.

9. Les satellites
Après l'échec des satellites TDF1 et 2, création en 1996 de Canal Satellite par Canal + (1,5 million d'abonnés en 1998 dont 900.000 en France)et de TPS par TF1 (500.000 abonnés) pour deux millions de foyers équipés en antennes paraboliques.

10. France Télévisions

En 2000, création de France Télévisions, holding rassemblant les chaînes publiques: France 2, France 3, puis France 4, France 5, et France O.

11. QUELQUES CHIFFRES

PNB 2010 de la France : 2000 MAD d'euros

PNB 2010 USA 10000 MAD Euros

Budget FRANCE 2010 260 MAD d'euros

CA PSA 54 MAD

CA TF1 3 MAD (dont 50% PUB)

FRANCE TV 3 MAD

PRO FILMS Français 1,5 MAD

CA ARTE 250 Millions euros (France)

Radio FRANCE 600 M

PUB MEDIAS

RENAULT 400 Mns dont 20% web

ORANGE 400 dont 25%

SNCF 120 dont 33% web

MAC DO 200 Mill dont 20% web