TV d'Europe

Jean-Paul DESGOUTTE

La télévision au Royaume-Uni

 


D'après Hervé MICHEL opus cité

Récepteurs
Angleterre
Allemagne
France
Radio
1939
9.000.000
11.500.000
5.000.000

1960

15.000.000

16.000.000
12.000.000
Télévision

1950

400.000

4.000
1951
590.000
23.000
1957
6.900.000
1.200.000
950.000
1960
10.000.000
4.600.000
1.900.000
1992
31.000.000
25.000.000

 

1. La British Broadcasting Corporation (BBC) est créée en 1927 pour gérer les programmes de radiodiffusion. Elle est dirigée par un conseil de 12 gouverneurs nommés par le gouvernement.

En 1936 la BBC inaugure la diffusion d'un programme de télévision. En 1939 la British Broadcasting Corporation (BBC) diffuse 20 heures de programme par semaine pour un parc de 20.000 postes de télévision. C'est, jusqu'en 1954, un monopole sous la tutelle du ministère des postes.

2. En 1954 est créée l'Independant Television Authority pour gérer la deuxième chaîne. C'est le début en Europe de l'ère de la télévision privée commerciale. 14 sociétés régionales financées par la publicité gèrent séparément ou ensemble leurs programmes. L'information est produite par deux sociétés filiales indépendantes.

3. En 1964 la BBC ouvre une deuxième chaîne, BBC2 puis, en 1972, un programme de radio commerciale.

4. En 1982, les membres du réseau ITV créent et financent Channel 4 qui émet sur le plan national (7% de l'audience hertzienne).

5. Les recettes de la BBC proviennent (en 1983) pour 15% de son activité d'éditeur de programmes. Le reste est fourni par la redevance (13 milliards de francs) en l'absence de recettes publicitaires.

6. Channel 4 devient autonome en 1994.

7. En 1990 s'est créé B Sky B (dont le groupe Murdoch est le principal actionnaire) opérateur de télévision satellitaire qui émet en numérique (6 millions de foyers équipés de paraboles en 1997). En 1997, 2,5 millions de foyers sont reliés au câble.

En 1997 se crée Channel 5, chaîne commerciale nationale qui associe Pearson et la CLT.



La télévision en Grande-Bretagne

Les Pionniers de la télévision en Grande Bretagne

par
Fabien MAURIN

Bibliographie

-http://www.bbc.co.uk/info/purpose/public_purposes/pdf/purpose_plan_creativity.pdf
-La transmission des valeurs à la télévision britanniques, Monica Charlot (1995)

 

La BBC : le modèle à l'anglaise


Quel avenir pour la télévision britannique ?

 

Au cours du vingtième siècle, sous l'impulsion des révolutions industrielles passées, les sociétés occidentales développent de nouvelles sources d'énergie et de nouveaux outils innovants et inédits.
C'est dans ce contexte qu'apparaît la télévision, tout d'abord sous forme de prototype et d'innovation technique avant de devenir le tube cathodique qui se retrouvera dans les foyers du monde entier. Cela justement, nous le devons au britannique Campbell-Swinton inspiré des travaux du russe Bosing. Ainsi en 1908, il met ainsi l'utilisation du tube cathodique au coeur de l'analyse et de la reproduction d'image.
Si les travaux de ce dernier s'avèreront fort utiles du point de vue théorique , il faudra attendre Baird pour rendre concrète la " vraie " télévision dans les années 20. Dès lors, la télévision britannique émerge symbolisée par son réseau publique modèle la BBC, encore aujourd'hui reconnue mondialement.

 

Les Pionniers de la télévision en Grande-Bretagne

Campbell-Swinton met en exergue le concept de télévision scannée, synchronisée et affichée par des moyens électroniques, et ce dès 1908. C'est dans sa lettre à " Nature " qu'il fait émerger la notion de vision électrique à distance. Cette théorie sera étayée trois ans plus tard à l'aide de diagrammes de circuits. Si le modèle de Campbell-Swinton n'est pas celui que l'on connaît aujourd'hui il n'en demeure pas moins l'un des pionniers de la télévision en Grande-Bretagne mais aussi à l'échelle mondiale.
L'écossais John Logie Baird fut le premier à faire la démonstration de sa " vraie télévision " basée sur la réflexion de la lumière plutôt que l'illumination de silhouettes placées derrière. Cette avancée majeure inspirée de précédents travaux tel que le disque de Nipkow et présentée à Londres constitue une étape majeure de l'histoire de la télévision britannique qui allait désormais pouvoir se développer.
Auteur de nombreuses nouvelles expérimentations, Baird et son travail sont repris par La BBC qui a commencé à diffuser à titre expérimental avec le système de Baird en 30 lignes dès 1929. Le premier film télévisuel alliant son et images "The Man with the Flower in his Mouth " est diffusé en 1930. Ce système sera ensuite adopté définitivement par la BBC dès 1932, bien que de plus puissant seront déjà disponibles

Comme avec toute innovation , il faut bien sûr se poser la question des usages et de l'utilité à terme du produit à développer, dans le cadre de la télévision, deux éléments majeurs : le développement d'un système de télévision à maturité, (30 lignes par image) ainsi que le développement industriel et commercial d'un système complètement électronique permettent à la télévision britannique de devenir dès 1932, une réalité concrète des foyers du royaume.

La BBC : le modèle à l'anglaise

Il serait impossible d'évoquer la télévision en Grande-Bretagne sans évoquer la BBC ( British Broadcasting Corporation ) qui symboliserait peut-être à elle seule l'histoire de la télévision britannique.
En effet, la télévision issue du système Baird et adopté par cette société de médias britannique va dominer jusqu'en 1955 l'échiquier médiatique britannique étant en situation de total monopole. Surnommée " the beeb " par les anglais, la BBC s'est fixée comme mot d'ordre l'excellence culturelle dès son origine en voulant promouvoir la culture au travers de ses grilles, programmes et différentes diffusions. Elle est d'ailleurs encore aujourd'hui considérée comme la plus importante société de diffusion au monde avec des recettes et des audiences majeures.
La grande société publique de l'audiovisuel britannique fondée par charte royal en 1927 et placée sous le contrôle de John Reith veut donc à la fois éduquer, distraire et informer. Dans cette optique de qualité, la BBC ne recrute que les meilleurs journalistes, issus des plus grandes universités et se pliant sans contrainte à un code déontologique strict ( Producer's Guideline).

Comptant aujourd'hui un près neuf chaînes aussi bien généralistes, jeunes publics que politiques, la BBC touche donc toutes les franges de la population ainsi que tout le territoire du royaume avec un maillage régional efficace comparable à celui de France 3 régions dans l'hexagone. Même si l'arrivée de la télévision indépendante en 1955 met fin au monopole de la BBC, elle reste de par son aura et des programmes cultes, un mythe en au Royaume-Uni. La preuve pourrait en être la longévité de certaines émissions programmées à l'antenne depuis plus de quarante ans ou des succès documentaires majeurs très primés sur la BBC.
Nous pourrions citer la série " Great War " , série qui racontait la première Guerre mondiale et qui a toujours été reconnue pour sa grande qualité et précision historique. Avec plus de légèreté, la série Docteur Who a intrigué des générations d'Anglais dès les années 60 avant de s'arrêter fin 80 pour revenir au cours des années 2000. Ces programmes éternels ne sont pas les seuls dont la BBC peut se vanter de leur succès irréfragable. Des émissions comme les "Teletubbies" (1997) pour les enfants mais plus encore Top Gear spécialisé dans le sport automobile ou Question Time (débat et interviews) sont des incontournables de la chaîne, qui pour les deux derniers sont à l'antenne depuis le milieu des années 70.

Un bel exemple de longévité et la véritable empreinte d'un modèle propre à l'outre-manche. On pourrait tout de même trouver ces programmes vieillissants face au rafraîchissant " Skins " diffusé sur Channel Four. Pour autant, aujourd'hui encore, la BBC inspire au-delà de ses frontières puisque le président français Sarkozy n'a pas manqué de bons mots au sujet de la télé publique anglaise, allant jusqu'à reprendre le principe sacré de la chaîne britannique soit l'absence totale de publicités ou d'annonces commerciales. Mais dans une société de consommation et de mondialisation où les enjeux économiques semblent si structurants et puissants, comment la BBC peut-elle assurer sa mission de service public et son statut de chaîne publique modèle ?


Quel avenir pour la télévision britannique ?

" Libre de toute influence politique et commerciale et n'ayant de comptes à rendre qu'à ses téléspectateurs et auditeurs ". Ainsi se définit la BBC, ayant même élargi son offre de service public en ouvrant ses portes tous les jours au public lui permettant de visiter le " village BBC " où se concentrent les différents bâtiments où se construit la télé publique anglaise tous les jours, la BBC veut affirmer son lien avec les téléspectateurs. Néanmoins, au-delà de son image d'impartiale et équitable, la télévision publique anglaise a connu plusieurs événements qui ont quelque peu entaché son image. Tout d'abord en 2005 avec le licenciement de 15 % des effectifs du groupe soit près 4 200 employés à la rue. En 2007, la décision gouvernementale de limiter la redevance impose à la BBC une profonde restructuration, qui au vu des emplois et des champs d'actions amoindris et menacés, fait couler beaucoup d'encre.
Autre interrogation majeure pour la BBC , le passage au numérique qui se conjugue à la restructuration de l'entreprise. Consciente de la fuite des jeunes vers les supports web ou de l'importance de l'impact de la toile , les dirigeants de la chaîne se sont lancés dans une course à la montre pour conquérir le plus d'espace possible avec notamment des partenariats avec des sites majeurs de partage vidéo comme youtube. Bien évidemment présente sur internet avec son site web , la BBC a avoué avoir changé de stratégie, en produisant moins mais en distribuant plus largement et sur plusieurs supports. La chaîne entend donc bien restée présente partout et s'imposer surtout dans les domaines clés du sport et de l'information face à des concurrents féroces tels que Sky. De même que le divertissement où la BBC a fort à faire pour lutter contre ITV avec son célèbre " Britain's got talent" et sa Susan Boyle " nationale ".


Enfin, la BBC pourra toujours rappeler son exigence de qualité et surtout la grande pluralité de ses documentaires scientifiques qui passionnent depuis des années des millions de téléspectateurs anglais. Avec des chaînes comme BBC four complètement consacrée à la culture et à l'art, la BBC joue sur tous les terrains et reste sans conteste la télévision majeure de Grande-Bretagne même si quelques puristes déplore une tendance vers le divertissement trop accrue.
Pour autant, il ne faut pas voir cela comme acquis, puisque si le pragmatisme de la BBC est reconnu et apprécié de tous, certains y voient souvent l'uniformisation d'un discours journalistique qui n'ose pas titiller, embarrasser et interpeller les instances publiques ou politiques comme il est de coutume de le faire dans l'hexagone.