2. Le rôle des medias

2.0. Fonctions de la communication

2.1. Le media est un support ou un canal qui transporte un message. Il apporte donc sa contribution à un processus de diffusion ou d'échange de signification. Il joue un rôle ou une fonction dans le bon déroulement de ce processus. Si le media n'influe pas sur le contenu informatif du message qu'il transporte (pas plus que le tuyau n'influe en principe sur la nature du liquide qu'il achemine), il lui impose en revanche un formatage ou un emballage qui détermine l'interprétation qu'en fait le récepteur. Par extension on appelle souvent media l'ensemble de la chaîne qui produit et diffuse le message.

2.2. Les medias se caractérisent par le type de messages (ou de signes) qu'ils sont en mesure d'acheminer (texte, son, image) et par le mode de conditionnement qu'ils leur font subir (indiciel, digital). On distingue, de façon classique, le contenu informatif du message des conditions pragmatiques de son énonciation (voir infra). Au sens dénotatif du message (dont on peut évaluer la justesse ou la vérité) s'ajoutent l'expressivité et l'intention de l'énonciateur (dont on peut évaluer la sincérité voire l'honnêteté).

2.3. Le premier et le plus important des canaux de communication est le souffle de la voix qui prend en charge la communication verbale orale intersubjective. La parole est accompagnée, dans les conditions de communication ordinaire, de signes visuels - ou gestes - dont la transmission est assurée par la lumière. Les signes oraux et visuels sont transmis par des ondes qui se caractérisent par leur caractère mouvant et leur forme éphémère.

2.4. L'écriture - pictographique - sumérienne apparaît dans l'histoire de l'humanité au quatrième millénaire avant JC. L'écriture alphabétique phénicienne apparaît au milieu du deuxième millénaire. C'est également l'époque où les Hébreux quittent l'Egypte (Tables de la Loi). L'écriture phonématique trouve sa forme achevée dans l'alphabet grec qui (au huitième siècle avant J.C) dissocie radicalement la représentation du son de toute évocation du référent.

L'écriture permet de conserver la trace des messages échangés en dehors du contexte de leur énonciation. Elle confère donc à la communication intersubjective la possibilité d'échapper au hic et nunc propre à la parole et d'étendre son efficacité dans le temps et dans l'espace, au prix d'une adaptation du message aux contraintes du canal. Elle favorise également l'institution et la perpétuation d'une loi dont l'autorité est indépendante de celui qui la formule.

L'écriture dès lors prend en charge une part importante des rituels propres à le perpétuation du jeu social : mythes, lois, filiations... Elle offre également un support privilégié à la représentation du réel et donc à l'accumulation d'un patrimoine de connaissances.

2.5 Juristes et grammairiens sont à l'origine de la création de la première université d'Europe, à Bologne au 11è siècle. L'événement connaît un succès prodigieux et les étudiants affluent bientôt de tout le continent tandis que d'autres universités se créent un peu partout. L'Université est le temple de l'écriture (latine), lieu de conservation et de diffusion des textes sacrés et profanes. L'invention de l'imprimerie au 15è siècle contribue à la diffusion des écrits gravures et donc à l'accès direct d'un nombre accru d'individus à la connaissance du patrimoine. Il se constitue un clergé laïc d'érudits et de professeurs.

2.6. La publication périodique de gazettes favorise dès le 17è siècle la communication sociale, le développement de l'économie et l'administration des affaires publiques mais c'est au 19è, lors de l'industrialisation du continent, qu'apparaît la presse populaire de masse. Elle participe au mouvement de libéralisation des échanges et de mise en mouvement des populations consécutif au renversement du principe de légitimité du pouvoir.

La presse périodique favorise, en particulier grâce au développement de la publicité, la diffusion des modes et l'émergence de l'opinion publique. Le quotidien populaire introduit la masse comme acteur de la vie sociale.

2.7. La production en série et la diffusion de masse accompagnent l'apparition du sujet social comme objet de l'intérêt et des attentions des marchands et des responsables des affaires publiques. L'opinion du public se manifeste aussi bien dans le comportement de l'acheteur que dans celui de l'électeur. Et la recherche des faveurs du plus grand nombre prend les formes de la propagande, du divertissement ou encore de la satisfaction de la curiosité et de la soif de connaissances.
Mais le public n'intéresse pas les marchands dans la somme de ses individus mais dans le fait que chacun d'eux règle son comportement sur celui du groupe. Le pouvoir contemporain consiste donc à repérer les relais naturels de l'opinion, les personnalités morales et les images fédératrices de la mode, à les susciter, à les circonvenir.

2.8. Le journaliste, porte-parole de l'opinion publique

Le journaliste se présente comme le relais naturel de l'opinion publique (mais il peut lui-même être relayé par un spécialiste : professeur, artiste, sportif, responsable associatif ou syndical, etc.). En France, le journaliste travaille traditionnellement sous la responsabilité du directeur et propriétaire de la publication dont il est le salarié. Le directeur est responsable du contenu de son journal. Il loue l'espace aux annonces de publicité.

La loi sur la presse est votée en 1881 en France (1874 en Allemagne, 1791 dans la constitution des Etats-Unis).

2.9 La radiodiffusion et la télévision
L'invention du téléphone (1876) et de la télégraphie sans fil favorisent la communication à distance et révèle de nouveaux relais d'opinion. En 1855, la Belgique, la Suisse, la Sardaigne, l'Espagne et la France instituent l'Union Télégraphique d'Europe Occidentale premier organisme d'administration international du territoire. En 1906, les pays d'Europe se réunissent à Berlin pour procéder à l'attribution des fréquences hertziennes de radiodiffusion… Un nouveau canal se développe et s'organise aux côtés de la presse écrite.

La radio répond d'abord à des problèmes de communication logistique militaire, coloniale, maritime... Puis on découvre que la voix peut parler dans le vide... (elle devient alors le lieu d'une représentation, comme le théâtre), diffuser la musique, faire participer aux événements sportifs... Elle se partage alors entre associations d'auditeurs (églises, communautés locales) fabricants de matériel et administration publique du territoire (PTT).

2.10. Propagande et publicité

Le 5 novembre 1928 Hoover, président nouvellement élu des Etats-Unis, s'adresse à 40 millions d'auditeurs. Les Allemands et les Soviétiques utilisent très tôt la radio à des fins politiques de propagande alors que la publicité prend place dans les programmes, par snobisme, semble-t-il...